En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Empire byzantin : histoire

Jean II Comnène
Jean II Comnène

Empire chrétien gréco-oriental héritier de l'Empire romain d'Orient, qui a duré de 395  à 1453.

En 330, après avoir rétabli l'unité de l'Empire romain, Constantin Ier le Grand fonde la ville de Constantinople, la « Nouvelle Rome », sur le site de l’antique Byzance. Il va ainsi contribuer à déplacer le centre de gravité de l'Empire romain vers l'Orient. Cependant, il faut attendre le partage de l'Empire entre les fils de Théodose Ier, Honorius et Arcadius, en 395, puis l'effondrement de sa Pars Occidentalis (sa partie occidentale), sous les coups des grandes invasions, pour que la partition l'Empire romain d'Orient soit consommée. C'est cet empire qu'il est convenu d'appeler également Empire byzantin (du nom de Byzance, la colonie grecque sur le site de laquelle fut fondée Constantinople), à partir de son hellénisation administrative, acquise sous le règne d'Héraclius(610-641).

Pour ses dirigeants, comme pour ses sujets, le nouvel Empire, unique héritier de l’antique Empire romain après 476, ne cessera jamais d'être « romain », même si une culture spécifique s’y développe progressivement pour lui conférer son caractère gréco-oriental proprement « byzantin ».

Empereurs byzantins

Empereurs byzantins

Règne

Empereur

395-408

Arcadius

408-450

Théodose II

450-457

Marcien

457-474

Léon Ier le Grand

474

Léon II (régence de Zénon)

474-476

Basiliscos (usurpateur)

474-491

Zénon

491-518

Anastase Ier

518-527

Justin Ier

527-565

Justinien Ier le Grand

565-578

Justin II

578-582

Tibère II

582-602

Maurice

602-610

Phokas (usurpateur)

610-641

Héraclius Ier

641-668

Constant II Héraclius

668-685

Constantin IV

685-695

Justinien II

695-698

Léontios (usurpateur)

698-705

Tibère III (usurpateur)

705-711

Justinien II (restauré)

711-713

Philippikos Bardanes

713-715

Anastase II

715-717

Théodose III

717-741

Léon III

741-775

Constantin V

775-780

Léon IV

780-797

Constantin VI (régence d’Irène)

797-802

Irène

802-811

Nicéphore Ier

811

Staurakios

811-813

Michel Ier Rangabé

813-820

Léon V l'Arménien

820-829

Michel II

829-842

Théophile

842-867

Michel III l'Ivrogne

867-886

Basile Ier

886-912

Léon VI le Sage

912-913

Alexandre

913-959

Constantin VII Porphyrogénète

959-963

Romain II

963-969

Nicéphore II Phokas (usurpateur)

969-976

Jean Ier Tzimiskès (usurpateur)

976-1025

Basile II le Bulgaroctone

1025-1028

Constantin VIII

1028-1034

Romain III Argyre

1034-1041

Michel IV

1042-1055

Constantin IX Monomaque

1055-1056

Théodora

1056-1057

Michel VI

1057-1059

Isaac Ier Comnène

1059-1067

Constantin X Doukas

1068-1071

Romain IV Diogène

1071-1078

Michel VII Doukas

1078-1081

Nicéphore III Botanéiatès

1081-1118

Alexis Ier Comnène

1118-1143

Jean II Comnène

1143-1180

Manuel Ier Comnène

1180-1182

Alexis II Comnène (régence de Marie d'Antioche)

1182-1185

Andronic Comnène

1185-1195

Isaac II Ange

1195-1203

Alexis III Ange

1203-1204

Alexis IV Ange

1204

Alexis V Murzuphle

1204-1222

Théodore Ier Lascaris (empereur de Nicée)

1222-1254

Jean III Doukas Vatatzès (empereur de Nicée)

1254-1258

Théodore II Doukas Lascaris (empereur de Nicée)

1258-1259

Jean IV Doukas Lascaris (empereur de Nicée)

1259-1282

Michel VIII Paléologue

1282-1328

Andronic II Paléologue

1328-1341

Andronic III Paléologue

1341-1347

Jean V Paléologue

1347-1354

Jean VI Cantacuzène (usurpateur)

1354-1391

Jean V Paléologue

1391-1425

Manuel II Paléologue

1399-1402

Jean VII Paléologue (empereur rival)

1425-1448

Jean VIII Paléologue

1449-1453

Constantin XI Paléologue

1. De Théodose à Justinien (379-565)

Après les Théodosiens Théodose Ier (379-395), Arcadius (395-408) et son fils Théodose II (408-450), ce dernier assisté de sa sœur Pulchérie, qui épouse son successeur Marcien (450-457), l’empire échoit au Thrace Léon er (457-474), qui le transmet à son petit-fils Léon II (474), puis au père de celui-ci, son gendre Zénon (474-491). Ce dernier doit d’abord disputer le pouvoir à l’usurpateur Basiliscos (474-476). À sa mort, l’Épirote Anastase Ier épouse sa veuve pour lui succéder (491-518). Une intrigue de palais permet ensuite l’avènement de l’officier illyrien Justin Ier (518-527), qui prépare la succession à son neveu Justinien Ier le Grand (527-565).

1.1. Les conflits religieux

Cette période est marquée par les querelles dites christologiques (portant sur la nature du Christ), de portée non seulement religieuse, mais aussi politique et sociale.

L'arianisme

Théodose Ier livre une lutte sans merci au paganisme, proscrit en 381, et surtout à l'arianisme, dont les adeptes encourent la terrible accusation de lèse-majesté. Le concile de Nicée (325), en affirmant la parfaite divinité du Fils et sa pleine égalité avec le Père, avait résolu théoriquement la question trinitaire soulevée par le prêtre alexandrin Arius, mais il n'avait pas supprimé pour autant l'hérésie arienne, qui dure jusqu'à la fin du ive siècle et à sa nouvelle condamnation au concile de Constantinople (381). Le christianisme « nicéen », c'est-à-dire conforme au concile de Nicée, est déclaré religion d'État, et ressortit désormais au domaine politique ; toute autre confession est interdite.

Le nestorianisme

Cette querelle liquidée, une autre surgit, portant sur la conception de l'union des deux natures, divine et humaine, dans la personne du Verbe incarné ; c'est la querelle nestorienne (Nestorius, patriarche de Constantinople, sépare radicalement les deux natures du Christ) qui est vidée au concile d'Éphèse (431) au profit de Cyrille d'Alexandrie, dont la doctrine obtient gain de cause. Le nestorianisme trouvera refuge en Asie, dans des communautés disséminées de l’Iraq à la Chine.

Le monophysisme

Mais l'emploi inconsidéré d'une formule ambiguë de Cyrille, « une seule nature du Christ incarné », rouvre bientôt la querelle christologique en suscitant le monophysisme, qui prône une confusion presque complète des deux natures.

Bien que condamné au concile de Chalcédoine (451), le monophysisme provoque un schisme aux conséquences politiques lourdes : l'Égypte, la Syrie, la Palestine et bientôt l'Arménie se rangent sous la bannière monophysite et ne tardent pas à afficher des aspirations séparatistes. Pour des raisons plus politiques que religieuses, les empereurs suivants, Basiliscos en 475 et Zénon en 482, esquissent un compromis entre les deux conceptions, et Anastase Ier répudie la doctrine chalcédonienne, mais sans autre résultat que de troubler gravement la paix civile et de déclencher un schisme de trente ans (482-518) entre Constantinople et Rome, qui rejette le compromis avec les monophysites.

1.2. L’empire d'Orient face aux Barbares

Les Wisigoths

Les Wisigoths, barbares particulièrement turbulents et dangereux, dont les empereurs byzantins avaient pensé dissiper la menace en les installant à l'intérieur des frontières, se révoltent en 378 et écrasent les armées romaines à Andrinople ; l'empereur Valens reste parmi les morts. Son successeur, Constantin Ier, juge plus politique de les enrôler comme fédérés au service de l'Empire, mais la germanisation poussée de l'armée, en augmentant les charges du Trésor, accroît d'autant les contributions fiscales et donc la misère du menu peuple, qui cherche dans le servage un remède à ses malheurs. En 395, à l'appel d'Alaric, les Wisigoths font de nouveau défection : ils dévastent la péninsule balkanique, puis prennent le chemin de la péninsule italienne, où ils pillent Rome en 410 avant de s’installer dans le sud de la Gaule et en Espagne.

Les Huns

Un peuple autrement redoutable, celui des Huns, vient camper sur le Danube. Théodose II leur concède un tribut annuel en or, mais leur roi Attila manifeste de nouvelles exigences et marche sur Constantinople (441) : on se résigne à tripler le tribut. Il revient à la charge en 447, puis se dirige vers l'Occident, où ses troupes sont sévèrement étrillées aux champs Catalauniques, en 451. Sa mort, en 453, délivre l'Empire de ses ravages.

Les Ostrogoths

La menace des Huns fait place à celle des Ostrogoths qui saccagent à leur tour la péninsule des Balkans, mais Zénon s'en débarrasse en chargeant leur chef Théodoric (488) d'évincer Odoacre, le roi des Hérules, qui a fait main basse sur l'Italie. Les Ostrogoths victorieux y fondent le royaume de Ravenne (493). L'Italie est perdue pour l'Empire, mais l'Orient est sauvé pour la troisième fois.

En Occident, dont les Barbares se partagent les dépouilles, émerge, au cœur des ruines et du vide politique, un pouvoir destiné à un brillant avenir : le siège de Rome, dont un titulaire illustre, l'énergique pape Léon Ier le Grand (440-461, à ne pas confondre avec son contemporain l'empereur Léon Ier le Thrace), affiche des prétentions à régenter souverainement l'Église universelle.

1.3. L'œuvre de Justinien

À la mort de l'empereur Anastase Ier (518), l'Empire, débarrassé des Barbares, s'estime en mesure d'entreprendre le sauvetage des territoires perdus d'Occident.

Le sénat et l'armée placent à la tête de l'Empire un officier illyrien, Justin (518-527). Cet empereur trouve en son neveu Justinien un conseiller de grande envergure, auquel il s'en remet dès le début du soin du gouvernement. L'action amorcée par Justinien avant même qu'il ne devienne empereur vise essentiellement deux objectifs, dont l'avenir devait montrer le caractère chimérique : rétablir l'Empire romain dans ses anciennes frontières et imposer à tous ses sujets l'orthodoxie élaborée par les grands conciles œcuméniques.

La reconquête de l'Occident

L'entreprise de reconquête de Justinien Ier (527-565) vise d'abord au royaume vandale fondé en Afrique du Nord par Geiséric (ou Genséric) au siècle précédent. En 533, Bélisaire, le meilleur général du règne, débarque quelques régiments, et le roi Gélimer ne tarde pas à faire sa soumission. Les insurgés berbères sont définitivement matés en 548.

Pour en savoir plus, voir l'article Vandales.

L'expédition africaine est suivie, en 535, de la campagne contre les Ostrogoths d'Italie. Les débuts sont prometteurs : la Sicile, Naples, Rome et Ravenne tombent aux mains des Byzantins, et le roi Vitigès est emmené en captivité à Constantinople. Mais, à l'appel du roi Totila, les Ostrogoths se soulèvent, et les armées romaines sont contraintes à la défensive et à la retraite : l'habile général Narsès ne parvient à rétablir la situation qu'au prix d'une pénible et onéreuse guerre de dix ans (552).

Pour en savoir plus, voir l'article Ostrogoths.

Enfin, de 550 à 554, un faible contingent byzantin conquiert une large bande de terre au sud-est de l'Espagne. La reconquête en Occident n'ira pas plus avant : la Méditerranée est redevenue une mer romaine, même si l'ancien empire n'est pas, et de loin, reconstitué.

Les revers en Orient

Ces succès incontestables s'accompagnent sur d'autres fronts de graves revers. La paix achetée aux Perses sassanides en 532 est violée en 540 par leur chah Khosrô Ier, qui envahit la Syrie, l'Arménie et l'Ibérie. Faute de puissants moyens militaires, Justinien est contraint de renouveler périodiquement le tribut et n'obtient une paix ferme qu'en 562.

Pour en savoir plus, voir l'article Sassanides.

Un danger autrement plus aigu pèse sur les provinces balkaniques, celui des Slaves, qui prennent l'habitude de franchir presque annuellement le Danube pour faire des razzias jusqu'en Grèce. Pour se prémunir contre cette calamité, l'Empire avait à grands frais créé une puissante ligne de fortifications, mais les masses fluides des Slaves se glissent entre les mailles de ce réseau insuffisamment protégé par des troupes mobiles. On tente d'obtenir quelque répit en achetant la paix, mais les subsides et les tributs ne font qu'exciter la convoitise des Barbares, qui voient l’Empire byzantin toujours disposé à satisfaire leurs exigences.

L'œuvre intérieure

L'œuvre de restauration dont rêvait Justinien faillit avorter à ses débuts : en janvier 532, la capitale Constantinople passe, une semaine durant, aux mains d'émeutiers, et l'empereur découragé s'apprête à fuir ; il en est empêché par son énergique épouse Théodora, et la sédition Nika est noyée dans un bain de sang.

La paix civile rétablie, Justinien s'emploie à assurer l'ordre et la prospérité de l'Empire. Son œuvre législative se résume dans ce qu'on appellera plus tard le Corpus juris civilis, une codification du droit romain en quatre parties : le Code Justinien, ou recueil de toutes les Constitutions impériales depuis Hadrien (117-138), paru en 529 et 534 ; les Pandectes ou synthèse logique de toute la jurisprudence romaine (533) ; les Institutes ou manuel pratique de droit à l'usage des étudiants ; enfin les Novelles, ou ordonnances impériales, la plupart en grec, postérieures à 534. Redécouverte par l'Occident au xiie siècle, cette somme législative conditionnera l'évolution juridique européenne.

Par des réformes administratives généreuses, l'empereur se propose d'améliorer les conditions de vie de ses sujets.

Les problèmes religieux

En matière religieuse, Justinien se montre un chrétien zélé, mais l'Église doit se plier aux volontés du maître, qui n'admet que des serviteurs dociles : l'empereur fait et défait patriarches et évêques, le pape Silvère est déposé et exilé (537), le pape Vigile enlevé et sommé de ratifier les décisions du concile de Constantinople II (553) qui accorde de nouvelles concessions aux monophysites.

Durant le règne de Justinien, de grands travaux sont réalisés dans tout l'Empire, et de splendides églises, tant à Constantinople (→ la basilique Sainte-Sophie) qu'à Ravenne, témoignent de l'éclat de la civilisation justinienne.

2. De l'empire d'Orient à l'Empire byzantin (565-717)

2.1. Le reflux de l'Empire (565-610)

Après l’embellie du règne de Justinien, plus illusoire et coûteuse que déterminante, le délabrement de l'Empire s'accentue sous ses successeurs, son neveu Justin II (565-578), frappé de folie, Tibère II (578-582), qui le supplée, et son gendre Maurice (582-602).

Reflux en Occident

Sous Justin II, les Lombards envahissent l'Italie en 568 et occupent en peu de temps une grande partie de la péninsule. En Espagne, les Wisigoths passent à l'offensive : Cordoue, reprise en 572 par les Byzantins, est définitivement perdue en 584. Maurice tente d'arrêter cette décomposition en transformant les territoires de Ravenne et de Carthage en exarchats, dont les gouverneurs concentrent entre leurs mains tous les pouvoirs civils et militaires.

Reflux en Orient

L'Orient est le théâtre de guerres incessantes contre les Perses : l'enjeu en est la possession de l'Arménie. Un conflit dynastique chez les Sassanides permet à Maurice d'en annexer la majeure partie (591). La situation de la péninsule balkanique est désespérée : elle est constamment et presque impunément ravagée par les Avars (d'origine mongole) et leurs sujets slaves. À partir de 580, ceux-ci ne se contentent plus de pillages, mais commencent à prendre possession du sol jusqu'en Grèce, première étape de la future création de principautés slaves indépendantes. Les expéditions organisées contre eux par Maurice ne sont, malgré des succès partiels, jamais décisives.

La tyrannie de Phokas

En 602, l'armée du Danube refuse de franchir le fleuve et se révolte : un officier subalterne, Phokas, est proclamé empereur par les mutins. Leurs régiments investissent Constantinople, et une révolte intérieure leur en ouvre les portes. Tous les membres de la famille impériale sont mis à mort : le règne de Phokas (602-610) est un régime de terreur, jusqu’à son renversement par le fils de l’exarque de Carthage Héraclius, fondateur de la dynastie des Héraclides (610-715).

2.2. Le règne d'Héraclius : grandeur et décadence de l’Empire (610-641)

Fin de la romanité et naissance de l’Empire « byzantin »

Sous le règne d'Héraclius Ier (610-641), l’Empire cesse d'être « romain » pour devenir « gréco-oriental » (ou « byzantin ») dans ses frontières, sa composition ethnique, sa langue (le grec) et son administration. Le grec devient la seule langue officielle et l'empereur prend le titre oriental de basileus.

L’Empire aux abois

Son règne est également une lutte incessante contre les Barbares, qui, sur tous les fronts, assaillent l'Empire. La domination byzantine dans les Balkans s'effondre : des masses d'Avars et de Slaves se déversent sur toute la péninsule balkanique, refoulant les populations indigènes vers le littoral et les îles de l'Égée et laissant à chaque reflux des tribus entières en Macédoine, en Thessalie et jusqu'au cœur de la Grèce. Toutes les provinces européennes se trouvent slavisées en même temps que repeuplées.

L'Asie Mineure est en passe de tomber au pouvoir des Perses : ceux-ci occupent l'Arménie, la Syrie et même Jérusalem (614), d'où ils transfèrent la vraie Croix à Ctésiphon. En 615, un détachement perse bivouaque sur les rives du Bosphore et, en 617, commence la conquête de l'Égypte, grenier à blé de l’Empire byzantin.

Les réformes intérieures

Au moment où tout semble perdu, Héraclius entame des réformes (poursuivies par ses successeurs) qui vont donner à l’administration et à l’armée leurs caractères médiévaux.

Les régions asiatiques qui avaient échappé au déluge perse sont transformées en vastes circonscriptions administratives de caractère militaire, appelées thèmes et gouvernées par des stratèges. On y installe des stratiôtês (soldats paysans), auxquels on attribue à titre héréditaire des propriétés contre l'engagement d'un service militaire également héréditaire. Cette réforme aboutit à la création d'une armée nationale solide et permanente : l'Empire abandonne le système onéreux et dangereux du mercenariat, allégeant d'autant les charges du Trésor. À la refonte de l'administration provinciale s'ajoute celle de l'administration centrale, dont les attributions sont fragmentées et dont l'omnipotence est atténuée.

Les guerres contre les Perses et les Avars

La situation militaire chaotique ne dissuade pas l'empereur de passer à l'offensive. En 619, Héraclius conclut la paix avec les Avars ; en 622, la régence est confiée au patriarche Serge, et l’empereur rassemble en Asie Mineure une puissante armée qu'il dirige sur l'Arménie. Il remporte de brillantes victoires sur les Sassanides, mais le succès décisif se dérobe toujours.

Le grand siège de Constantinople (626) et ses suites

Durant l'été 626, au moment où l'empereur guerroie dans le Caucase, les Perses et les Avars s'entendent pour investir Constantinople. Une armée perse commandée par le général Shahrbarâz traverse l'Asie Mineure et campe à Chalcédoine ; de leur côté, les Avars, secondés par des Slaves, des Bulgares et des Gépides, assiègent la ville par terre et par mer. Le moral de la population est soutenu, en l'absence de l'empereur, par l'énergique patriarche Serge. La flotte byzantine anéantit les bateaux des Slaves, et les assaillants sont contraints de se retirer.

La victoire sur les Perses et les Avars

Cette victoire retentissante marque le début de la contre-offensive byzantine. Du Caucase, Héraclius descend jusqu'à Ninive et Dastagerd en basse Mésopotamie. Ses triomphes précipitent la décadence de la puissance perse : le chah Khosrô II est renversé, et son fils doit conclure avec les Byzantins un traité de paix qui leur restitue tous leurs territoires : Arménie, Mésopotamie, Syrie, Palestine, Égypte.

À l'ouest, l'échec des Avars devant Constantinople a ébranlé définitivement leur hégémonie : des tribus slaves secouent leur joug et, avec l'assentiment du gouvernement byzantin, émigrent en territoire d'Empire (Croates et Serbes).

L'irruption de l'islam (636-642)

Cependant, les reconquêtes d'Héraclius sont sans lendemain : les territoires recouvrés vont passer en une décennie aux mains des Arabes musulmans, dont l'expansion fulgurante s'amorce quelques années après la mort du prophète Mahomet. La Syrie est enlevée en 636, la Palestine et Jérusalem en 638, la Mésopotamie en 639-640 ; l'Arménie est envahie en 640, et l'Égypte en 642.

La crise monothélite (638)

La conquête musulmane est certes facilitée par l'épuisement de l’Empire byzantin, consécutif à la longue guerre gréco-perse, mais surtout par les tendances séparatistes de toutes ces provinces acquises depuis un siècle au monophysisme, que répudiait et persécutait le gouvernement impérial, tout en ayant tenté avec lui un ultime rapprochement par l’instauration du monothélisme (Ekthèsis de 638), affirmation de l’unicité de volonté du Christ, à défaut de son unicité de nature prônée par les monophysites. Mais cette concession, sans effet sur ces derniers, n’avait fait que susciter un nouveau courant hétérodoxe et une nouvelle crise avec la papauté.

2.3. Les successeurs d'Héraclius

La mort d'Héraclius, le 11 février 641, est suivie d'un grave conflit dynastique entre ses deux fils Constantin III Héraclius et Héraclius II Héraclonas, issus de deux lits différents. Le sénat et l'armée y mettent un terme en élisant empereur le fils de Constantin III, Constant II Héraclius (641-668). Lui succèdent son fils Constantin IV (668-685) et son petit-fils Justinien II, qui règne à deux reprises (685-695 et 705-711).

L'offensive musulmane

La poussée musulmane

Afin de contrer la poussée arabe, Constant II Héraclius tente un coup de main contre l'Égypte, mais son expédition de 646 tourne court, et la province est définitivement perdue. Les Arabes continuent leur progression le long du littoral africain, en Arménie et en Asie Mineure jusqu'en Phrygie. Ils occupent Chypre, saccagent Rhodes et d'autres îles de la mer Égée qui contrôlent la route maritime de Constantinople. Un conflit interne pour la succession au califat musulman offre à l’Empire byzantin quelques années de répit, et un traité de paix est signé en 659. La guerre reprend toutefois en 663, et l'Asie Mineure est ravagée presque chaque année.

Le premier siège de Constantinople (674-678)

Assurés de la quasi-maîtrise de la mer Égée, les Arabes du califat omeyyade décident de porter un coup décisif au cœur même de l'État byzantin. Ils prennent Cyzique comme base d'opérations et, de 674 à 678, assiègent Constantinople pratiquement sans interruption. Mais toutes leurs tentatives contre la plus puissante forteresse de l’époque échouent ; leur flotte, déjà éprouvée par le feu grégeois, est décimée par une violente tempête au large de la Pamphylie, et l'intervention d'une escadre byzantine achève de l'anéantir. Pour la première fois, l'élan arabe s'est brisé sur les murailles de Constantinople.

Persistance de la menace

Des difficultés intérieures empêchent les Arabes de renouveler leur tentative durant un demi-siècle. Ils n'en restent pas moins une constante menace sur d'autres fronts : en 692, ils écrasent les armées grecques en Arménie, et la partie byzantine de ce territoire passe sous suzeraineté arabe. Sous Justinien II, ils font des incursions fréquentes en Cappadoce et en Cilicie ; enfin, de 693 à 698, l'Afrique byzantine tout entière passe sous leur contrôle.

La campagne contre les Slaves

Constant II organise une campagne contre les Slaves de Macédoine en 658 et parvient à leur faire reconnaître la souveraineté byzantine ; un contingent en est transféré en Asie Mineure. Justinien II entreprend une expédition similaire en 688-689 et pousse jusqu'à Thessalonique ; une partie des tribus soumises est déportée dans la province de Bithynie dans le dessein de repeupler et de renforcer militairement ces contrées gravement éprouvées durant le siège arabe de 674-678 ; elles y sont bientôt rejointes par des populations amenées de Chypre.

L'arrivée des Bulgares

L'équilibre politique de la péninsule balkanique est perturbé par l'irruption des Protobulgares, peuplade turque installée depuis 670 dans le delta du Danube. Sortis victorieux de leur première guerre contre les Byzantins en 680, ils franchissent le fleuve sous le commandement d'Asparuh et soumettent les tribus slaves loties entre le Danube et la chaîne des Balkans. Ils y fondent le premier royaume bulgare, à encadrement protobulgare et à population majoritairement slave, dont l'indépendance est bientôt reconnue par Constantinople, qui achète la paix en leur consentant un fort tribut annuel. Le Bulgare Terbel ayant aidé Justinien II à reconquérir son trône (705), celui-ci lui abandonne imprudemment la plus grande partie de la Roumélie orientale.

La fin de la crise monothélite (681)

Les dissensions religieuses battent alors leur plein. L'Occident latin fait figure de bastion de l'orthodoxie contre le pouvoir central, en quête perpétuelle d'une politique de conciliation capable de satisfaire orthodoxes et monothélites intransigeants. Constant II croit mettre fin aux querelles en interdisant toute discussion sur les points litigieux, par le Typos de 648, mais le pape Martin Ier passe outre. L'empereur ordonne à l'exarque de Ravenne de l'arrêter : il est traîné à Constantinople, jugé et exilé à Chersonèsos (ou Kherson), en Crimée, où il meurt en 655. Un autre opposant de marque, Maxime le Confesseur, est à son tour brutalisé et banni en Lazique (Caucase).

Constantin IV, conscient que le soutien du monothélisme est nuisible à l'État, répudie la politique religieuse de son père : au concile de Constantinople III de 680-681, convoqué par ses soins, le monothélisme est condamné et ses champions sont anathématisés.

Le Quinisexte (692)

Un second concile réuni par Justinien II en 691-692 s'emploie à compléter sur le plan juridique les décisions dogmatiques des conciles de Constantinople II (553) et Constantinople III, les 5e et 6e à vocation œcuménique (universelle), d'où son nom de Quinisexte (« 5e-6e ») : 102 ordonnances ou canons ont pour objet d'améliorer les mœurs du clergé et du peuple. Mais le pape rejette les décisions conciliaires : Justinien II, furieux, entend lui réserver le sort de Martin, mais c'est lui-même qui, détrôné et mutilé (son nez est coupé), est expédié à Chersonèsos.

L'instabilité impériale (695-717)

La chute de Justinien II, en 695, inaugure une longue période de troubles. Au désordre intérieur s'ajoutent de nouvelles amputations territoriales : Carthage tombe en 698 aux mains des Arabes, qui atteignent le détroit de Gibraltar en 711.

Après les courts règnes des usurpateurs Léontios (695-698) et Tibère (698-705), Justinien II reprend le pouvoir, mais ne l'emploie qu'à assouvir sa soif de vengeance dans la capitale, à Ravenne et à Chersonèsos. Après son assassinat en 711, trois empereurs – Philippikos Bardanes (711-713), Anastase II (713-715) et Théodose III (715-717) – ne font que passer sur le trône.

3. Le siècle de l'iconoclasme (717-867)

3.1. Des Isauriens aux Amoriens

En 717, le pouvoir est usurpé par un général originaire de la Syrie du Nord, Léon III (717-741). Lui et ses deux successeurs, Constantin V (741-775), associé à son père dès 720, et Léon IV (775-780), représentent ce qu'on appelle improprement la dynastie isaurienne. La veuve de Léon IV, Irène, assume la régence durant la minorité de son fils Constantin VI : quand il atteint sa majorité, elle le fait déposer et règne encore seule de 797 à 802. Elle est à son tour détrônée par un fonctionnaire civil, Nicéphore Ier le Logothète (802-811), qui trouve la mort dans un combat contre les Bulgares. Son fils Staurakios abdique aussitôt en faveur de son beau-frère Michel Ier Rangabé (811-813), qui laisse lui-même le trône à Léon V l'Arménien (813-820). Son successeur, Michel II le Bègue (820-829), fonde la dynastie d'Amorion, représentée après lui par Théophile (829-842) et Michel III l'Ivrogne (842-867).

3.2. La querelle iconoclaste

Durant plus d'un siècle (730-843), le monde byzantin est bouleversé par la querelle des Images (→ iconoclasme). Le conflit divise l'Empire : les provinces orientales se déclarent iconoclastes (contre le culte rendu aux représentations des saints, jugé idolâtre), tandis que les provinces occidentales restent iconodoules (défenseurs de ces images saintes). Au sein de la société byzantine, les images trouvent dans les moines leurs plus ardents défenseurs.

Le premier iconoclasme (730-787)

À la suite de premières mesures iconoclastes, l’empereur Léon III prend officiellement position contre le culte des images en 730, au cours d'un silention (réunion publique). Le patriarche Germain, récalcitrant, est déposé, et la destruction des images commence. Rome s'émeut et anathématise les iconoclastes. Léon III riposte en soustrayant à la juridiction papale la Calabre, la Sicile et l'Illyricum (ouest des Balkans).

Constantin V mène la lutte avec encore plus de vigueur que son père. Il se livre à une active propagande et le concile de Hiereia, dont les 338 membres sont tous acquis à sa cause, sanctionne la doctrine officielle en 754 : la représentation des saints est interdite et la vénération de leurs images prohibée. L'empereur s'emploie à appliquer ces décisions : on badigeonne les icônes, on disperse les reliques et on leur substitue des peintures profanes à sujet végétal et animal, surtout des décorations à la gloire de l'empereur. De l’hostilité de Constantin V, les moines sont les principales victimes : des monastères sont sécularisés, leurs propriétés confisquées, des moines et des religieuses sommés de se marier. L'intransigeance impériale va jusqu'à interdire le culte de la Vierge et des saints.

Le rétablissement de l’orthodoxie (787-815)

L'impératrice Irène, pour sa part fervente iconodoule, prépare habilement la restauration du culte des images, qu'elle fait sanctionner en 787 par le concile de Nicée, considéré comme œcuménique : l'iconoclasme est condamné comme hérésie et la vénération des icônes rétablie. Les moines recouvrent du même coup leurs privilèges et leurs richesses.

Le second iconoclasme (815-843)

La querelle se rallume sous Léon V : les iconodoules intransigeants sont malmenés et prennent la route de l'exil. En 815, un concile iconoclaste réuni en la basilique Sainte-Sophie de Constantinople rejette les décisions du concile de Nicée II et ordonne la destruction des images. Avec Michel II, le mouvement iconoclaste connaît une accalmie, mais la restauration des images n'est pas rétablie. Théophile leur livre un dernier combat : une violente persécution se déchaîne contre les iconodoules et notamment contre les moines, mais le mouvement ne lui survit pas. Le 11 mars 843, un synode réuni à Sainte-Sophie par la régente Théodora, mère de Michel III, rétablit solennellement et définitivement le culte des images.

Pour en savoir plus, voir l'article iconoclasme.

3.3. Les menaces extérieures

Les Arabes

L’échec du second siège de Constantinople (717-718) et ses suites

Deux décennies de troubles intérieurs à l’Empire byzantin ont ranimé les ambitions des Arabes : en 717, ils se présentent de nouveau sous les murailles de la ville, mais elle est âprement défendue par Léon III. Le feu grégeois, la peste, la famine et l'intervention des Bulgares obligent les assaillants à lever le blocus à l'été 718. Ils n'en continuent pas moins leurs raids annuels en Asie Mineure, mais la grande défaite qu'ils essuient à Akroïnon (près d'Amorion), en 740, les contraint à évacuer la partie occidentale de l'Anatolie. Leur puissance est de surcroît ébranlée par une grave crise intérieure : au terme d'une longue guerre civile, la dynastie musulmane des Abbassides supplante celle des Omeyyades en 750.

La contre-offensive byzantine

Les Byzantins en profitent pour reprendre l'offensive : en 746, Constantin V pénètre en Syrie septentrionale, et, l'année suivante, une flotte arabe est anéantie près de Chypre ; en 752, l'empereur remporte de nouveaux triomphes en Arménie et en Mésopotamie. Mais les querelles religieuses et politiques qui secouent l’Empire byzantin amènent un revirement : en 781, les Arabes victorieux imposent aux Grecs un traité de paix humiliant qui ne leur vaut d'ailleurs qu'un répit de courte durée. L'empereur Nicéphore Ier ose interrompre le versement du tribut, mais, en 806, le calife abbasside Harun al-Rachid l'amène à composer : les Byzantins, vaincus, sollicitent la paix et reprennent le versement du tribut.

La poursuite de l’antagonisme

En 822, les Arabes apportent une aide efficace au général rebelle Thomas le Slave, qui assiège Constantinople durant plus d'un an. Quelques années plus tard, la Crète est enlevée par des corsaires musulmans ; elle devient pour 150 ans la base d'opérations des pirates arabes de la mer Égée. Ils prennent pied en Sicile en 827, et la conquête de l'île leur est facilitée par les dissensions entre gouverneurs locaux et l'absence d'une puissante flotte de guerre byzantine. Au centre de l'Asie Mineure, l'Empire byzantin affronte le calife al-Mutasim, qui s'empare d'Ancyre et d'Amorion en 838 : Constantinople atterrée fait appel à l'Occident, mais n'en reçoit que des promesses.

Les Bulgares

Depuis leur installation dans la péninsule balkanique, les Bulgares entretiennent des relations pacifiques avec les Byzantins : ils ont aidé Justinien II à reprendre le pouvoir en 705 et lutté contre les Arabes en 718. Mais les Bulgares tirent prétexte de la fortification de la frontière par les Byzantins pour déclencher la guerre en 755. Constantin V est victorieux sur le littoral de la mer Noire en 762 et, jusqu'à sa mort, organise contre eux plusieurs expéditions, en général heureuses. Mais, en 792, les Byzantins sont finalement vaincus et contraints de payer tribut.

L'empereur Nicéphore reprend la lutte, mais son armée est anéantie en 811 dans les Balkans, et lui-même est tué. Le khan Krum se rue sur la Thrace, dont il déporte les populations au-delà du Danube, et assiège Constantinople en 813. Son successeur, Omurtag, conclut avec l’Empire byzantin une paix de trente ans, rompue par le khan Malamir en 831.

4. Apogée macédonien et décadence (867-1081)

4.1. L’apogée macédonien (867-1025)

Les empereurs

Avec les empereurs dits « macédoniens » (en fait d'origine arménienne), l'Empire byzantin atteint son apogée : ses adversaires sont partout refoulés et ses frontières rétablies de l'Adriatique au Caucase.

Le fondateur de la dynastie est Basile Ier (867-886), qui usurpe le pouvoir après avoir tué de sa propre main son bienfaiteur Michel III l’Ivrogne. Il lègue le trône à ses fils Léon VI le Sage et Alexandre, mais seul le premier gouverne réellement (886-912), Alexandre ne régnant seul que quelques mois (912-913). Le fils de Léon VI, Constantin VII Porphyrogénète, règne de 913 à 959, même si de 913 à 919 le pouvoir est exercé par sa mère Zoé Carbonopsina, puis de 919 à 944 par l'amiral Romain Ier Lécapène, associé à l'empire dès 920.

Le trône est ensuite occupé par Romain II (959-963) et les usurpateurs Nicéphore II Phokas (963-969) et Jean Ier Tzimiskès (969-976). Le pouvoir revient ensuite à l'héritier légitime, Basile II (976-1025), fils de Romain II, officiellement empereur depuis 963, le représentant le plus illustre de la lignée des Macédoniens.

L'œuvre législative

Basile Ier, le premier des empereurs macédoniens, entreprend de rajeunir l'œuvre législative de son lointain et illustre prédécesseur Justinien, mais ne peut publier que deux ouvrages préparatoires, le Prokheiron, un manuel pratique de droit ne contenant que les prescriptions essentielles, et l'Epanagôgê, une introduction au vaste recueil de lois projeté.

Celui-ci sera le grand œuvre de Léon VI le Sage : les Basiliques, un recueil monumental des lois impériales groupées en 60 livres, eux-mêmes distribués en 6 tomes. Le tout est complété par 113 édits du même empereur. Sous son règne sont également rédigés le Livre du Préfet, où sont énumérés les corporations des négociants et des artisans de la capitale ainsi que les règlements auxquels elles sont soumises, et le Klétorologion de Philothée, qui nous fournit la liste hiérarchique des fonctionnaires vers 900.

Le danger arabe

En 863, la grande victoire du général Pétronas contre l'émir de Mélitène, Umar, à Poson inaugure l'ère de l'offensive byzantine en Asie Mineure. En 872, le général Christophore détruit Tephriké (aujourd'hui Divriği), la citadelle des hérétiques pauliciens (manichéens), et, l'année suivante, l'empereur pénètre dans la région de l'Euphrate, en haute Mésopotamie.

Mais ces succès n'éclipsent pas de graves revers en Occident : Malte est enlevée par les Arabes en 870 ; puis, avec les prises de Syracuse (878) et de Taormina (902), la Sicile devient une province arabe. En juillet 904, Thessalonique est pillée durant dix jours par les pirates arabes de Léon de Tripoli. L’Empire byzantin renforce sa flotte et tente de reprendre le contrôle de la mer Égée, mais l'expédition organisée en 912 contre la Crète échoue.

La mort du tsar bulgare Siméon en 927 permet à Constantinople de passer à l'offensive en Orient : les exploits de Courcouas (prise de Mélitène en 934 et d'Édesse en 944) ouvrent la voie à l'offensive décisive de Nicéphore II Phokas et de Jean Ier Tzimiskès : le premier reprend la Crète (961) et Chypre (969) ; le second franchit l'Euphrate et conquiert une partie de la Palestine (975). Basile II annexe à l'Empire une partie de l'Arménie et de la Géorgie, et, en 1045, Ani est livrée aux Byzantins.

Les dangers russe et bulgare

De l’offensive au baptême des Russes

En 860, les Russes font une première apparition devant Constantinople ; leur violente attaque est repoussée. Ils reviennent en 907 et dictent leurs volontés au gouvernement byzantin, mais leur assaut de 941 se solde par un désastre. Le prince Igor campe sur les rives du Danube en 944 ; l’Empire s'en débarrasse par des présents. Le prince de Kiev, Vladimir Ier, épouse une princesse byzantine et fait baptiser son peuple en 988-989.

Le baptême de la Bulgarie

En 864-865, le souverain bulgare Boris se fait baptiser par un évêque byzantin et prend le nom de Michel. Après avoir hésité quelques années entre Rome et Constantinople, il confie finalement au clergé grec (de rite byzantin) le soin d'organiser l'Église bulgare et d'évangéliser son peuple.

L’empire de Siméon

Il n’en demeure pas moins que son fils Siméon Ier (893-927) devient bientôt l'adversaire acharné de l’Empire byzantin. Il envahit le territoire impérial en 894 et vainc les armées byzantines en 896. Constantinople doit conclure la paix et s'engager à lui payer le tribut. La guerre reprend en 913 : en août, Siméon paraît sous les murs de la capitale, réclamant la couronne des basileis. Le gouvernement capitule, mais se rétracte sitôt le tsar parti. Durant dix ans, Siméon parcourt la péninsule des Balkans, bousculant toutes les armées qu'on lui oppose. En 924, il assiège de nouveau la capitale, mais toujours sans succès. Sa mort en 927 met fin au conflit ; son fils Pierre Ier (927-969) fait aussitôt la paix.

L’empire de Samuel

La Bulgarie, tombée en 968 au pouvoir du prince russe Sviatoslav, est attaquée par Jean Ier Tzimiskès : les Russes en sont chassés en 971 et la région est incorporée à l'Empire. Mais, quinze ans plus tard, toute la péninsule balkanique se soulève contre l'autorité byzantine : le tsar Samuel y fonde un puissant empire, que Basile II mettra quelque trente ans à réduire. L'empereur mène la lutte avec une énergie farouche qui lui vaut le surnom de « Bulgaroctone », ou Tueur de Bulgares.

4.2. La décadence (1025-1081)

Dès la mort de Basile II en 1025 percent les signes de la désagrégation de l’Empire : l'autorité impériale s'affaiblit, le parti des grands propriétaires fonciers gagne en puissance, et la conquête du pouvoir revêt l'aspect d'une lutte serrée entre la noblesse civile de la capitale et la noblesse militaire des provinces.

Les derniers Macédoniens (1025-1056)

Constantin VIII (1025-1028), qui était officiellement associé à son frère Basile II depuis 963, se désintéresse des affaires de l'État. Sa fille Zoé Porphyrogénète (1028-1050), déjà quinquagénaire, honore du diadème impérial ses trois époux successifs : Romain III Argyre (1028-1034), dont la politique agraire favorise les latifundistes au détriment des petits paysans ; Michel IV le Paphlagonien (1034-1041), souverain capable et brave soldat, mais dont les impairs de son ministre et frère Jean l'Orphanotrophe provoquent un vif mécontentement populaire et le soulèvement des Bulgares ; enfin, après le bref règne du neveu de Michel IV, après le bref règne du neveu de Michel IV, Michel V le Calfat (1041-1042), qui tente d’évincer sa mère adoptive Zoé, Constantin IX Monomaque (1042-1055), empereur insignifiant dont le règne est marqué par le relâchement de l'administration provinciale, la consolidation des puissances féodales, l'affaiblissement de l'armée, où le mercenariat tend à supplanter le recrutement indigène, les insurrections de Georges Maniakês (1043) et de Léon Tornikios (1047), l'apparition d'ennemis nouveaux (Turcs seldjoukides en Orient, Normands, Petchenègues, oghouz et coumans en Occident) et enfin le schisme de 1054 avec Rome, sans effet sur le moment, mais qui servira a posteriori à justifier la rupture de 1204. Avec Théodora (1055-1056), associée au pouvoir depuis 1042, la dernière fille de Constantin VIII, s'éteint la glorieuse lignée des Macédoniens.

La lutte pour le pouvoir (1056-1081)

Le successeur de Théodora, son fils adoptif Michel VI Stratiotikos (1056-1057), champion du parti civil, se heurte au parti des militaires. Il est détrôné par le général Isaac Ier Comnène (1057-1059), qui tente d'établir un régime militaire solide et de remédier aux abus des gouvernements précédents. Il échoue, et le parti civil le remplace par Constantin X Doukas (1059-1067) : l'armée est négligée, les fonctionnaires sont comblés de faveurs, le territoire impérial est envahi par les Oghouz à l'ouest (1064) et les Seldjoukides à l'est.

L'empereur Romain IV Diogène (1068-1071) essaie d'enrayer le déferlement turc en Asie Mineure, mais son armée est écrasée à Mantzikert en août 1071, et lui-même est fait prisonnier. Sous Michel VII Doukas (1071-1078), fils de Constantin X, les Turcs seldjoukides envahissent l'Asie Mineure, et les Normands l'Italie byzantine.

La confusion s'étend dans les Balkans, et la crise économique ébranle l'État. Ces maux conjugués excitent les ambitions des militaires. Dans la course au pouvoir, Nicéphore III Botanéiatès (1078-1081) devance ses compétiteurs. Après avoir éliminé pour le compte de l'empereur deux prétendants au trône (Nicéphore Bryenne et Basilakès), le jeune général Alexis Comnène, neveu de l'ancien basileus Isaac Ier, usurpe le pouvoir le 1er avril 1081. La dynastie des Comnènes régnera un siècle sur l’Empire byzantin (1081-1185).

5. Le siècle des Comnènes (1081-1185)

5.1. Alexis Ier Comnène (1081-1118)

Le premier soin du nouveau souverain est de sauver l'Empire, assailli sur tous ses flancs. Palliant par une astucieuse diplomatie l'insuffisance de ses moyens militaires, il réussit non seulement à tirer Constantinople de ce mauvais pas de cette situation alarmante, mais aussi à lui rendre son rang de grande puissance.

Les menaces extérieures

Les Turcs seldjoukides submergent en une décennie (1071-1081) toute l'Asie Mineure et s'installent même à Nicée. Incapable de les repousser par les armes, Alexis Ier Comnène (1081-1118) signe un traité de paix avec le sultan Sulayman ibn Kutulmich en 1081, avec d'autant plus de hâte qu'il lui faut parer à l'ouest à un danger plus pressant.

Les Normands de Robert Guiscard débarquent à Durazzo la même année et occupent rapidement l'Épire, la Macédoine et la Thessalie. Manquant de troupes, le basileus enrôle des mercenaires turcs et occidentaux, confisque des trésors d'églises et sollicite l'appui de la flotte vénitienne (1082). Une lutte incessante de quatre ans lui permet, au prix fort, de bouter l'envahisseur hors du territoire impérial (1085).

Cette guerre à peine finie, les Petchenègues franchissent le Danube et ravagent durant cinq ans la partie orientale de la péninsule balkanique. En février-mars 1091, ils assiègent la capitale, mais l'armée impériale, aidée des Coumans, les écrase en avril. L’Empire byzantin en est débarrassé pour trente ans. Le répit des années suivantes est mis à profit pour abattre le turbulent émir de Smyrne, Tzakhas, réduire l'agitation des Slaves occidentaux et stopper une incursion des Coumans en 1095.

L'Empire face à la première croisade

L'Empire byzantin encore convalescent voit surgir en 1096 les bandes des premiers croisés, d'abord les troupes faméliques de Pierre l'Ermite et de Gautier Sans Avoir, bientôt exterminées par les Turcs près de Nicée, puis les armées organisées des barons francs. Répudiant leur engagement de céder aux Byzantins les villes qu'ils prendraient en Asie, les chefs croisés y fondent pour leur compte de petites principautés féodales : Édesse, Antioche, Jérusalem, Tripoli. L'avantage immédiat qu'en retire Constantinople est de voir affaiblie pour un temps la pression des Turcs.

Devenu prince d’Antioche, Bohémond Ier, qui a hérité de son père Robert Guiscard l'ambition de ceindre la couronne des basileis, entreprend une croisade personnelle contre la schismatique Constantinople. Il débarque en Épire à la fin de 1107, mais Alexis ne lui laisse pas la liberté de développer son offensive et le contraint à traiter.

La politique intérieure

Le sauvetage de l'Empire byzantin s'accompagne d'une rénovation de l'État. La hiérarchie nobiliaire est profondément modifiée, et l'administration, tant centrale que provinciale, réorganisée. La grave crise financière que lui ont léguée ses prédécesseurs oblige Alexis Ier Comnène à une forte dévaluation monétaire, dont le fisc saura tirer le meilleur parti. Le poids de la fiscalité, conséquence de guerres incessantes, d'une diplomatie onéreuse et du mercenariat, augmente encore avec la généralisation de la ferme de l'impôt, que des percepteurs sans vergogne utilisent pour se bâtir leur fortune. La grande propriété laïque et ecclésiastique ne cesse de croître en étendue et en puissance. Les postes les plus en vue sont en général réservés à des membres de la famille impériale. Le commerce byzantin est fortement concurrencé par les Vénitiens, qui, depuis 1082, jouissent dans l'Empire de privilèges commerciaux exorbitants : c'est à ce prix qu'ils ont fait payer leur appui maritime en 1082 et la base du puissant empire économique qu'ils commencent d'édifier en Orient.

5.2. Jean II Comnène (1118-1143)

À la mort de son père, l'héritier légitime s'empare prestement du trône, que convoitait sa sœur aînée, Anne. Jean II Comnène passe la plus grande partie de son règne dans les camps. Sa politique est rigoureusement calquée sur celle de son père : assurer la tranquillité dans les Balkans, chasser les Turcs de l'Anatolie et imposer la souveraineté byzantine aux barons de Cilicie et de Syrie.

Politique occidentale

Il inaugure son règne en mettant fin à la prépondérance commerciale de Venise, mais il doit vite en rabattre et renouveler sous la contrainte, en 1126, le traité de 1082. La sécurité des provinces européennes, de nouveau troublée, est rétablie avec promptitude et énergie : les Petchenègues sont définitivement battus en 1122, les Serbes amenés à résipiscence et les Hongrois vaincus en 1128-1129.

Politique orientale

Libre à l'ouest, Jean II Comnène entreprend en Anatolie une série de campagnes contre les émirats d'Iconium et de Mélitène. En 1137, il prend la tête d'une puissante expédition et se dirige vers la Syrie franque. La Cilicie-Petite Arménie est matée au passage et incorporée à l'Empire, et le siège d'Antioche commence au mois d'août : la ville se reconnaît vassale de Constantinople. L'année suivante, les barons francs l'accompagnent dans une campagne contre les musulmans de la Syrie méridionale, et l'empereur fait une entrée solennelle à Antioche (1138). Mais les relations entre Grecs et Latins se détériorent très vite et, en 1142, Jean Comnène met sur pied une nouvelle expédition dont le but ultime semble avoir été la conquête de la Palestine. Mais il meurt près de Mopsueste en avril 1143, blessé au cours d'une partie de chasse par une flèche empoisonnée.

5.3. Manuel Ier Comnène (1143-1180)

Le pouvoir échoit au fils benjamin du défunt, Manuel. Contrairement à son père, souverain austère, celui-ci ne dédaigne pas les joies de l'existence ; il introduit à sa cour les mœurs occidentales, s'entoure de conseillers latins et épouse successivement deux princesses franques : Berthe de Sulzbach (belle-sœur de l'empereur germanique) en 1146, puis Marie d'Antioche en 1161.

L’Empire et la deuxième croisade

Dès qu'il s'est assuré du pouvoir, Manuel Ier Comnène reprend le projet avorté de son père : réprimer les incursions du sultan d'Iconium et rétablir la souveraineté byzantine sur la principauté franque d'Antioche. Il en est momentanément détourné par la deuxième croisade (1144-1148). À l'appel enflammé de Bernard de Clairvaux, le roi de France Louis VII et l'empereur germanique Conrad III se croisent et leurs armées traversent le territoire impérial en 1147. Tous deux échouent dans leur objectif : les troupes germaniques sont décimées par les Turcs en Asie Mineure, et le roi de France doit abandonner les siennes à Satalia (Antalya).

Succès et revers face aux Normands

Le seul résultat de la croisade est de laisser aux Normands de Sicile leur liberté d'action. Le roi Roger II lance une attaque en profondeur contre l'Empire byzantin : il enlève Corfou et fait un raid audacieux jusqu'à Corinthe et Thèbes ; il ramène à Palerme les ouvriers de la soie qu'il y a fait prisonniers (1147). Pour se prémunir contre la coalition mise sur pied par Manuel Ier Comnène (dans laquelle figurent Venise et le Saint Empire romain germanique), Roger II entretient l'agitation des Serbes et des Hongrois contre l'Empire byzantin, et s'allie à la France et à la papauté. Manuel perd un appui précieux : le successeur de Conrad III, Frédéric Barberousse, s'oppose aux prétentions de Constantinople sur l'Italie, qu'il convoite pour son propre compte.

Profitant de la mort de Roger II (1154), Manuel entreprend alors la conquête de l'Italie méridionale. Les débuts sont prometteurs : en 1155, toute la région, d'Ancône à Tarente, est occupée par ses généraux. Mais la résistance s'organise ; Constantinople, abandonnée par Venise et le Saint Empire, est bientôt acculée à la défensive. Le nouveau roi de Sicile, Guillaume Ier, inflige une série de défaites aux armées byzantines, et contraint Manuel à signer un traité de paix en 1158.

Succès et revers en Orient

Ces revers en Occident sont compensés par des succès en Asie Mineure. La Cilicie-Petite Arménie est réincorporée à l'Empire en 1158. À Mopsueste, Renaud de Châtillon, prince d'Antioche (1153-1160), vient s'humilier au pied du basileus et s'engage à honorer les dures conditions que lui dicte son suzerain. En 1159, Manuel fait son entrée solennelle à Antioche : l'objectif poursuivi sans interruption durant un demi-siècle est enfin réalisé.

Les campagnes des années suivantes sont dirigées contre le sultan d'Iconium ; ce dernier consent à traiter en 1161 et fait un séjour de trois mois à Constantinople. La paix recouvrée en Asie Mineure autorise Manuel à intervenir militairement en Hongrie et en Serbie. Cependant, le sultan rompt bientôt ses engagements. En 1176, Manuel met sur pied une puissante expédition contre Iconium, mais son armée est anéantie dans les défilés de Myrioképhalon, en Phrygie, le 17 septembre, et peu s'en faut que l'empereur lui-même ne soit fait prisonnier.

L'échec cuisant de Myrioképhalon marque un tournant de l’histoire byzantine et met un terme à une politique dont les visées ambitieuses dépassaient de loin les moyens militaires et financiers de l'Empire byzantin.

5.4. L'effondrement des Comnènes (1180-1185)

Alexis II Comnène (1180-1182)

La glorieuse dynastie des Comnènes finit dans l'anarchie. Le jeune Alexis II Comnène n'ayant que douze ans, sa mère Marie d'Antioche assume la régence (1180-1182) ; son gouvernement maladroit mécontente toutes les couches de la société. En 1182, la haine des Byzantins contre les Occidentaux se soulage dans un grand massacre de marchands latins de la capitale. La population remet le pouvoir à Andronic Comnène, qui est associé à l’empire.

Andronic Ier Comnène (1182-1185)

Cet aventurier ambitieux, qui ne manque d'ailleurs pas de qualités d'homme d'État, se débarrasse promptement de ses rivaux : l'impératrice Marie est étranglée dans son cachot et le jeune basileus dans son lit en 1183, et le souverain sexagénaire épouse la veuve de sa victime, Agnès de France, âgée de douze ans. La politique intérieure d’Andronic Comnène marque une réaction violente contre tous les abus dont souffrait l'État. Les membres de l'aristocratie sont impitoyablement exécutés, incarcérés ou bannis ; la vénalité des charges est abolie ; les extorsions des fonctionnaires du fisc et de la justice sont sévèrement réprimées. Mais le régime qu'Andronic fait peser sur l'Empire lui aliène rapidement les esprits, et la foule qui l'avait acclamé comme le sauveur de l'Empire en 1182 le dépèce littéralement le 12 septembre 1185.

6. Les Anges (1185-1204)

6.1. Isaac II Ange (1185-1195)

On donne pour successeur à Andronic Comnène un membre de la noblesse, son cousin Isaac Ange, arrière-petit-fils d’Alexis Ier Comnène, devenu brusquement célèbre pour avoir sabré le ministre de la police du tyran. Sous son règne, tous les vices qui gangrenaient l'État reprennent de plus belle, et l'affaiblissement de l'autorité centrale s'accentue. Les Normands, qui ont occupé Thessalonique et les provinces occidentales en 1185, sont refoulés. En revanche, après 170 ans de domination byzantine, les Bulgares se révoltent et créent en 1186 un nouveau royaume indépendant, dont Constantinople est obligée de s'accommoder. En 1189-1190, les croisés germaniques de Frédéric Barberousse traversent le territoire impérial, qu'ils traitent en pays conquis. Durant les dernières années de son règne, Isaac II Ange tente vainement d'imposer son autorité aux Serbes et aux Bulgares.

6.2. Alexis III Ange (1195-1203)

Isaac II Ange est détrôné par son frère aîné Alexis III Ange, dont l'impuissance précipite la décadence de l'État. Constantinople, que l'empereur germanique Henri VI avait envisagé de subjuguer, est la victime de la quatrième croisade (1201-1204), mise en branle par le pape Innocent III. Le vieux doge Enrico Dandolo met la grande entreprise au service des intérêts mercantiles de la république de Venise, désireuse de se faire payer son armement de la flotte croisée.

Le plan du Vénitien reçoit le concours inespéré du fils d'Isaac II détrôné (le futur Alexis IV Ange) : le jeune prince propose aux croisés de l'aider à renverser son oncle usurpateur et les allèche par de belles promesses. Et c'est ainsi que la flotte des croisés, initialement destinée à gagner Le Caire, s'en vient défiler sous les murailles maritimes de Constantinople le 24 juin 1203. La ville, restée inexpugnable depuis sa fondation en 330, tombe entre leurs mains le 17 juillet, Alexis III prend la fuite, tandis qu’Isaac II et son fils Alexis IV Ange (1203-1204) recouvrent le trône.

6.3. Le sac de Constantinople par les croisés (1204)

Ne pouvant honorer les promesses faites aux croisés, les nouveaux basileis sont renversés dès janvier 1204 et remplacés par l’éphémère Nicolas Kanabos, puis par le gendre d’Alexis III, Alexis V Murzuphle. L'avènement de ce nouvel usurpateur, qui refuse d’acquitter aux Francs les tributs promis par ses prédécesseurs, précipite la chute de Constantinople. Les croisés, las d'être lanternés, se partagent l'Empire byzantin en mars 1204 et, le 12 avril suivant, escaladent les murailles. Réfugié chez son beau-père, Alexis V est bientôt livré aux Francs, qui le mettent à mort. Ils fondent l’Empire latin de Constantinople, lequel, après quelques années de prospérité, va végéter un demi-siècle (1204-1261).

Pour en savoir plus, voir l'article les croisades.

7. De l'empire de Nicée à la fin de l'Empire byzantin (1204-1453)

7.1. L’empire de Nicée (1204-1261)

Au moment où les barons francs et les Vénitiens procèdent au partage du butin, des princes byzantins en fuite créent des principautés : Théodore Lascaris à Nicée (→ empire de Nicée), Michel Ange en Épire, Alexis et David Comnène à Trébizonde (→ empire de Trébizonde). C’est la première de ces principautés qui restaurera l'Empire byzantin.

Théodore Ier Lascaris (1204-1222)

Théodore s'emploie d'abord à assurer la survie de son petit État nicéen, dont la création gêne autant les seigneurs byzantins du voisinage que les Latins, qui entendent entrer en possession de leurs fiefs d'Asie Mineure. Cependant, du fait des interventions répétées du tsar bulgare Jean II Kalojan dans les Balkans, Théodore Lascaris parvient à asseoir progressivement son autorité et organise sa principauté sur le modèle de l'ancienne Constantinople, dont il se prétend l'unique empereur légitime (1208). Sa victoire inattendue sur le sultan d'Iconium en 1211 avive ses ambitions. En 1214, il annexe une large bande de territoire le long de la mer Noire au détriment des Comnènes de Trébizonde. La même année, les Latins reconnaissent tacitement l'existence de son royaume, et, en 1219, il signe un accord commercial avec Venise.

Jean III Doukas Vatatzès (1222-1254)

Gendre de Théodore Ier Lascaris, le deuxième empereur de Nicée, Jean III Doukas Vatatzès, consolide la position de la principauté et prend pied en Thrace, où il occupe Andrinople. Il en est refoulé par son rival Théodore Ange et le tsar bulgare, qui, chacun pour son compte, poursuivent le même objectif : supplanter les Latins à Constantinople. Mais les événements favorisent l'empereur de Nicée : l'armée de Théodore Ange est écrasée à Klokotnica en Thrace, en 1230, par les Bulgares de Jean III Asen II ; ce dernier meurt en 1241, et son royaume est peu après contrôlé par les Mongols de la Horde d'Or. Jean III Doukas Vatatzès n'a désormais plus de compétiteur à sa mesure : il étend son autorité de la Thrace à la Macédoine. En 1242, Thessalonique reconnaît sa souveraineté, et il occupe la ville en 1246. À sa mort, l'empire de Nicée a plus que doublé, et toutes les conditions sont réunies pour le rétablissement de l'Empire byzantin.

Des Lascaris aux Paléologues (1254-1261)

Son fils Théodore II Doukas Lascaris (1254-1258), souverain très cultivé et homme d'action, conserve dans son intégrité l'héritage paternel et pratique à l'intérieur une politique anti-aristocratique. À sa mort, la noblesse relève la tête : un de ses représentants les plus en vue, Michel Paléologue, est nommé régent, et ses pairs en font un associé du jeune Jean IV Doukas Lascaris (1258-1259), fils de Théodore II. L'Empire, menacé par une coalition de la Sicile, de l'Épire et de l'Achaïe, est sauvé à la bataille de Pelagonia (1259). Contre Venise, il signe un accord avec Gênes (mars 1261), qui promet son appui militaire en échange de privilèges commerciaux. Constantinople, vide de défenseurs, est enlevée pratiquement sans coup férir par le général Alexis Strategopoulos (25 juillet 1261).

Empereur associé au trône, Michel VIII Paléologue (1259-1282) fait son entrée solennelle dans la capitale restaurée, Constantinople, le 15 août 1261. Il reçoit la couronne impériale en la basilique Sainte-Sophie. Quelques mois plus tard, il fait aveugler l'héritier légitime, Jean IV Lascaris. La nouvelle dynastie des Paléologues va diriger l'Empire jusqu'à sa chute.

Pour en savoir plus, voir l'article empire de Nicée.

7.2. L'empire des Paléologues (1261-1453)

Michel VIII Paléologue (1261-1282)

Une situation alarmante

L'Empire restauré n'est de fait qu'un pâle reflet de l'Empire d'antan : les villes maritimes italiennes contrôlent les eaux byzantines ; les Serbes et les Bulgares ont grignoté la péninsule des Balkans ; des princes grecs et latins se sont partagé la Grèce. En Occident, les puissances qui ont soutenu l'Empire latin n'aspirent plus qu'à la destruction du nouvel Empire grec. Le danger le plus menaçant vient du roi de Sicile, Charles Ier d'Anjou (frère du roi de France Louis IX), qui a pris la tête d'une vaste coalition regroupant l'Achaïe, l'Épire, la Thessalie, la Serbie et la Bulgarie.

L’échec de l’union des Églises

Pour prendre à revers les puissances balkaniques, Michel VIII Paléologue noue des alliances matrimoniales avec la Hongrie et les Tatars de la Horde d'Or. Contre Charles d'Anjou, il se tourne vers Rome et propose à la papauté d'entamer de nouvelles négociations sur l'union des Églises latine et grecque – afin de s’assurer du soutien des papes contre toute attaque occidentale de l'Empire byzantin. Sommé par le pape Grégoire X de passer aux actes, Michel VIII Paléologue se résout à signer l'union au concile de Lyon (juillet 1274).

Fort de ce soutien, l'Empire byzantin lance aussitôt une grande offensive contre les principautés grecques et franques de Grèce, et reprend l'avantage dans la mer Égée. Mais le peuple et le clergé byzantin ne souscrivent pas à la politique unioniste du souverain à laquelle ils opposent une résistance acharnée : l'empereur, qui voit dans l'union des Églises une nécessité politique vitale pour l'Empire, écarte sans pitié tous les récalcitrants.

La fin de la menace occidentale

La paix avec les puissances occidentales est remise en question avec l'avènement du pape Martin IV (en 1281), qui appuie ouvertement les plans de conquête du roi de Sicile. La menaçante coalition occidentale est réactivée. Cependant, Michel VIII Paléologue exploite le mécontentement de la population sicilienne et s'abouche avec le roi Pierre III d'Aragon, qui convoite la Sicile : la révolte à Palerme, le 30 mars 1282, et la domination angevine en Sicile sont étouffées dans le sang des Vêpres siciliennes. Quand Michel VIII Paléologue meurt en décembre de la même année, la menace occidentale a disparu.

Les successeurs de Michel Paléologue

D’Andronic II à Andronic III (1282-1341)

Andronic II Paléologue (1282-1328), souverain cultivé et capable, qui s’associe son fils Michel IX (1295-1320), militaire sans talent, est dépassé par les événements : le trône lui est enlevé par son petit-fils Andronic III, qui s'empare de la capitale en 1328 et règne jusqu'en 1341. Lui succède son fils, Jean V Paléologue, un enfant de neuf ans, dont le règne sera le plus long (1341-1391), mais aussi le plus tragique de toute l'histoire byzantine.

Le règne désastreux de Jean V (1341-1391)

Au terme d'une longue guerre civile (1341-1347), le général Jean Cantacuzène, qui s’est proclamé empereur sous le nom de Jean VI en 1341, évince l'impératrice régente Anne de Savoie et règne à Constantinople de 1347 à 1354, d’abord associé à Jean V jusqu’en 1351, puis, après la reprise de la guerre civile par ce dernier, à son propre fils Matthieu (1354). Ce dernier continue jusqu’en 1357 la lutte contre Jean V après l’abdication de son père Jean VI (1355).

Contre les Turcs, Jean V Paléologue sollicite le secours de la papauté et des royaumes d'Occident : il fait le voyage de Hongrie en 1366 et de Rome en 1369, où il en vient à adopter le catholicisme ; à Venise, il est même retenu comme débiteur insolvable (1370-1371). Encore évincé à deux reprises, par son fils aîné Andronic IV (1376-1379), puis par son petit-fils Jean VII (1390-1391), il termine sa vie abreuvée d'épreuves en 1391.

De Manuel II à Constantin XI (1391-1453)

Son second fils Manuel II Paléologue lui succède (1391-1425). Constantinople est assiégée par le sultan ottoman Bayezid Ier de 1394 à 1402. Après avoir délégué le pouvoir à son neveu Jean VII, l'empereur se rend à Venise, Paris et Londres (1399-1402) pour quérir du secours, mais n'obtient que de vagues promesses. Son fils Jean VIII Paléologue (1425-1448), pressé par les Turcs ottomans, entreprend de nouvelles négociations en vue de l'union des Églises, condition préalable d'un secours occidental. Scellée au concile de Florence en 1439, celle-ci elle est rejetée par le peuple byzantin. Son frère Constantin XI Paléologue lui succède comme empereur en 1449 : il succombe les armes à la main au moment de la prise de Constantinople par les Ottomans de Mehmed II, en 1453.

7.3. Les causes de la décadence

Les problèmes mineurs

L'affaiblissement spectaculaire de l'Empire byzantin aux xive et xve siècles ne s'explique pas uniquement par les conflits armés à l'intérieur et à l'extérieur ; des vices graves minent également le corps de l'État. La grande propriété civile et ecclésiastique ne cesse de croître et se soustrait de plus en plus à l'autorité centrale. Le fossé entre nantis et petit peuple, source de graves déséquilibres sociaux, n'en finit pas de s'approfondir. L'armée est composée presque exclusivement de mercenaires étrangers, et les effectifs sont extrêmement réduits. Constantinople renonce à l'entretien (trop onéreux) d'une puissante flotte de guerre et se repose sur la puissance maritime de ses alliés génois. La monnaie byzantine subit plusieurs dévaluations qui entraînent des hausses de prix et la chute de son crédit international traditionnel. Le budget de l'État a fondu, et une partie des finances publiques sert à acheter des concours ou une paix qu'on ne peut assurer par les armes.

Les guerres civiles

Au lieu de faire front face à leurs adversaires communs, les Paléologues sont minés par les conflits familiaux qui dégénèrent en guerres civiles.

Andronic II contre Andronic III (1319-1328)

En 1319 éclate un conflit entre l’empereur Andronic II et son petit-fils (futur Andronic III) : des sbires à la solde du jeune prince tuent par méprise son frère Manuel, et ce meurtre provoque la mort de chagrin de leur père l’empereur associé Michel IX (1320) et la colère du vieil empereur Andronic II, qui prive son petit-fils de ses droits au trône. En 1321, ce dernier rejoint ses nombreux partisans, à la tête desquels se trouve Jean Cantacuzène, rassemblés à Andrinople, et marche sur la capitale. L'empereur capitule et se résigne à un partage du territoire impérial. Une guerre ouverte éclate, et chacun des partis fait appel aux étrangers, Serbes et Bulgares. Andronic III enlève Constantinople et détrône son grand-père en 1328.

Jean V contre Jean VI (1341-1354)

La mort d'Andronic III en 1341 déclenche une seconde guerre civile, plus désastreuse que la précédente. Son épouse Anne de Savoie doit exercer la régence au nom de Jean V Paléologue, un enfant de neuf ans, mais Jean Cantacuzène, l'ami intime du défunt, agit d'autorité en tuteur du jeune basileus. Deux partis se créent qui se livrent une lutte féroce durant six ans, dont profitent surtout Serbes, Bulgares et Turcs. Jean Cantacuzène se fait proclamer empereur en Thrace en 1341. Une grave crise sociale (massacre des aristocrates en Thrace et à Thessalonique) et une querelle religieuse passionnée (l'hésychasme, tendance mystique très présente au mont Athos fondée sur la contemplation et l’invocation répétée du nom de Jésus) approfondissent davantage le fossé entre les clans ennemis.

Contre le pouvoir central, Jean Cantacuzène sollicite le concours du prince serbe Étienne IX Uroš IV Dušan, mais leur alliance est éphémère ; l'usurpateur fait alors appel à l'émir Umur beg, puis au chef turc-ottoman Orhan Gazi, auquel il accorde la main de sa fille Théodora (1345). Appuyé par des contingents turcs, il prend rapidement l'avantage et s'empare de Constantinople en 1347. La guerre civile se rallume dès 1351 entre les deux empereurs Jean V Paléologue et Jean VI Cantacuzène, le premier aidé par les Serbes, le second par les Turcs. En 1354, Jean V entre à Constantinople et Jean Cantacuzène est contraint d'abdiquer. Son fils Matthieu résiste jusqu’en 1357.

Jean V contre Andronic IV et Jean VII (1373-1391)

Retenu à Venise en 1370-1371, Jean V Paléologue n'est pas soutenu par son fils (futur Andronic IV), qui exerce la régence à Constantinople ; ce dernier se rebelle contre son père en 1373, et le détrône à l'instigation des Génois en 1376. Jean V Paléologue récupère le pouvoir en 1379 avec l'agrément du Turc ottoman Orhan Gazi. Andronic IV se révolte encore en 1385 ; il est imité par son fils Jean VII, qui s'empare du trône impérial en 1390, poussé par l’Ottoman Bayezid Ier (dont l’État est devenu un sultanat). Il en est dépouillé par son oncle Manuel II Paléologue, dont le règne (1391-1425) clôt l'ère des guerres civiles.

7.4. Le péril serbe

Dans le même temps, les États grecs séparatistes d'Épire et de Thessalie s'épuisant dans des luttes continuelles, la seule rivale sérieuse de Constantinople dans les Balkans est la Serbie. Le kral (prince) Étienne VI Uroš II Milutin s'empare en 1282 de Skopje, et lance des attaques répétées en direction de la Macédoine ; marié en 1299 à une petite-fille d'Andronic II, il reçoit en dot toute la région située au nord d'Ohrid. En 1330, les Serbes écrasent les Bulgares alliés de Constantinople à Kjustendil.

Le kral (roi) Étienne IX Uroš IV Dušan (1331-1355) profite de la décomposition de l'État byzantin pour arrondir ses domaines ; il enlève les principales places fortes de la Macédoine et s'avance jusqu'à Thessalonique (1334). La guerre civile (1341-1347) qui désole l'Empire byzantin favorise ses desseins expansionnistes. Les provinces d'Épire et de Thessalie récupérées par Jean Cantacuzène tombent en son pouvoir, et le royaume d’Étienne IX finit par s'étendre du Danube au golfe de Corinthe et de la mer Adriatique au Struma et à la mer Égée. En 1346, il se fait couronner à Skopje et prend le titre d'empereur des Serbes et des Grecs.

Mais après sa mort en 1355, son empire s'émiette en principautés indépendantes. Le prince Lazare Hrebeljanović tente encore avec le souverain de Bosnie d'enrayer la progression des Turcs ottomans, mais leurs armées sont écrasées à la bataille de Kosovo (15 juin 1389).

7.5. Le péril ottoman

L'invasion mongole qui déferle sur l'Asie Mineure orientale au milieu du xiiie siècle refoule en direction de l'ouest plusieurs tribus turques. L'une d'elles s'installe dans la province de Bithynie : son chef Osman Gazi (mort avant 1324) sera le fondateur de la dynastie ottomane.

Byzance entre Ottomans et Catalans

Pour contenir les nouveaux envahisseurs, Constantinople enrôle des contingents alains (caucasiens iranophones) et catalans. La Grande Compagnie catalane conduite par Roger de Flor fait merveille contre les Turcs ottomans (1304), mais elle ne tarde pas à se retourner contre ses employeurs. De Gallipoli où ils se sont retranchés, les Catalans ravagent la Thrace. En 1307, ils se transportent en Macédoine, puis en Grèce, semant partout la dévastation. Ils s'emparent d'Athènes et fondent en Attique un duché catalan qui durera plus d'un demi-siècle.

Les progrès de la puissance turque jusqu’en 1402

Les Catalans partis, l'armée impériale est impuissante à contenir les Turcs : Brousse tombe en 1326 et devient la capitale des Ottomans, Nicée est perdue en 1331 et Nicomédie en 1337. L'État ottoman en pleine expansion intervient dans la guerre civile byzantine, tour à tour appelé par l'un ou l'autre parti. En 1352, les Turcs ottomans prennent pied en Europe ; ils s'emparent de Gallipoli en 1354, d'où ils s'élancent à la conquête de la Thrace. Ils enlèvent Andrinople (1361 ou 1362), qui leur sert de point d'appui pour la conquête méthodique des Balkans ; Philippopolis (→ Plovdiv) est conquise en 1363-1364. Les Serbes sont écrasés à Černomen en 1371, et la Macédoine passe sous suzeraineté du sultan ottoman. Les principales villes de la péninsule balkanique succombent : Sérres (Serrai), Sofia, Niš, Thessalonique en 1387, Tărnovo en 1393. Les Serbes sont vaincus à Kosovo en juin 1389 (→ bataille de Kosovo). Constantinople, assiégée de 1394 à 1402 par le sultan Bayezid Ier (qui défait en 1396 à Nicopolis l’armée de secours des croisés d’Occident et du roi de Hongrie), est délivrée grâce à la campagne des Mongols de Tamerlan (→ Timur Lang) en Anatolie.

Un répit sans lendemain (1402-1453)

Ce désastre vaut à Constantinople deux décennies de répit. Mais la capitale est de nouveau investie par le sultan Murad II en 1422 ; Thessalonique, restituée aux Byzantins en 1403 et cédée aux Vénitiens en 1423, succombe définitivement en 1430. La croisade occidentale organisée en 1444 pour secourir l’Empire byzantin subit le même sort que celle de 1396 : elle est anéantie à Varna (→ bataille de Varna).

La chute de Constantinople (1453)

L'avènement du sultan Mehmed II (en 1451) précipite la chute de l’Empire byzantin. Une puissante armée ottomane bivouaque sous les murs de Constantinople au début d'avril 1453 ; l'artillerie turque a raison de la solidité des remparts byzantins, et, le 29 mai, les janissaires escaladent les remparts. Le centre de l'État byzantin va devenir celui de l'Empire ottoman. Avec la conquête du despotat grec de Morée en 1460 et du empire grec de Trébizonde en 1461, il ne reste plus rien de l'Empire chrétien d’Orient.