En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Grand schisme d'Occident

(1378-1417)

Période de crise du catholicisme (xive-xve siècle) durant laquelle plusieurs papes rivaux (installés à Rome et à Avignon notamment) ont simultanément dirigé l’Occident chrétien.

1. Papauté romaine contre papauté avignonnaise

Au xive siècle, le clergé français exerce une influence prépondérante dans le gouvernement de l'Église catholique romaine ; la papauté et son prestige en souffrent. En 1377, le pape Grégoire XI revient d'Avignon à Rome, où il meurt l’année suivante. Électeurs traditionnels du souverain pontife, les cardinaux se divisent et, la même année 1378, élisent successivement un pape italien, Urbain VI (qui se maintient à Rome), et un pape français, Clément VII (lequel, n'ayant pu s'installer à Rome, se retire à Avignon). Le Grand schisme d’Occident trouve ainsi son origine dans la double élection pontificale de 1378. Il est consommé lorsque Clément VII reçoit l’appui de la France des Valois, de l'Écosse et des États ibériques, tandis qu’Urbain VI est reconnu en Italie, en Angleterre, en Scandinavie, en Europe centrale.

2. L’enlisement de la crise religieuse

La mort d'Urbain VI en 1389 et celle de Clément VII en 1394 ne règlent pas le conflit, chacun ayant un successeur : Boniface IX (puis Innocent VII et Grégoire XII) comme pape « romain », et Benoît XIII comme pape « avignonnais ».

La « voie de fait » (par les armes) n'ayant pas abouti, on recourt à la voie conciliaire. Mais, tandis que le concile de Pise élit un troisième pape, Alexandre V (1409), qui meurt l'année suivante et est remplacé par (l’antipape) Jean XXIII, les deux papes déchus de Rome et d'Avignon restent en place : si bien que la papauté devient tricéphale.

3. La résolution du conflit au concile de Constance

La crise trouve sa résolution avec le concile de Constance (1415-1418), au cours duquel sont déposés les trois pontifes et qui aboutit à l'élection d'un pape unique, Martin V (1417), reconnu dans tout l’Occident. Cependant, quand le concile se sépare, en 1418, il n'a fait qu'ébaucher la réforme attendue.

Pour en savoir plus, voir l'article papauté.