En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Normands

(« Hommes du Nord »)

Knud Ier
Knud Ier

Nom donné, à l'époque carolingienne, aux pillards venus de Scandinavie (Norvégiens, Danois, Suédois) qui se nommaient eux-mêmes Vikings.

1. Introduction

On discute encore sur les causes qui amènent à la fin du viiie siècle une brusque recrudescence de leur activité : aggravation des conditions climatiques, surpopulation, recherche de débouchés commerciaux, attrait des richesses de la chrétienté. Les Normands bénéficient d'une technique maritime supérieure grâce à leur snekkja, ou drakkar, rapide et à faible tirant d'eau. Ils cherchent d'abord des côtes poissonneuses et des terres désertes à coloniser ; puis ils vont trafiquer dans les pays chrétiens et musulmans; s'ils découvrent un secteur mal défendu, ils pillent les villes et parfois tentent la conquête de la région.

2. Les raids normands en Europe occidentale

2.1. Norvégiens

Les Norvégiens colonisent les Shetland (vers700), puis, vers le S.-O., les Orcades, le nord de l'Écosse (Sutherland, Caithness), les Hébrides, l'île de Man, le Lancashire et même l'Irlande (Dublin [vers 838], Limerick, Wexford, Waterford et Cork). Vers le N.-O., à partir des Shetland, la colonisation s'étend aux Féroé (vers 800), puis à l'Islande (vers 860), qui sera peuplée à partir de 890 par les nobles norvégiens hostiles au roi Harald Ier.

Un siècle plus tard, Erik le Rouge abordera au Groenland, dont la colonisation sera restreinte et de durée limitée. Le Vinland (sans doute une portion du littoral oriental du Canada) sera touché également.

2.2. Danois

Les Danois s'attaquent à l'Angleterre vers 795. Un siècle plus tard, ils sont bien installés dans le nord-est (Danelaw). L'empire du roi du Danemark Knud le Grand s'étendra un bref moment à l'Angleterre, au xie siècle. Les colons danois vont se fondre dans la population.

2.3. L'Empire carolingien

Dans l'Empire carolingien, les Normands ne deviennent dangereux qu'après la mort de Charlemagne, qui avait créé une flotte de défense des côtes. Danois et Suédois attaquent par les rivières (la Seine en 841, l'Elbe en 845), qu'ils remontent et le long desquelles ils établissent des camps fortifiés. Leur cavalerie, dotée de l'étrier, autorise des raids en profondeur. La guerre d'embuscade permet de surprendre les villes, l'incendie, de créer des paniques.

Vers le milieu du ixe siècle, la Gaule, moins énergiquement défendue que la Germanie, subit les plus sévères assauts (saccages de Rouen en 856, Paris en 857, Noyon en 859). Profitant de la tendance du moment à démanteler les fortifications, les Normands ne rencontrent guère de résistance : les princes achètent leur retraite en versant un tribut (danegeld), pratique inaugurée en 845 en Gaule, vers 865 par les Anglo-Saxons et qui se révélera désastreuse pour l'économie locale.

Charles II le Chauve renoue avec la politique de Charlemagne et tente de réorganiser la défense de l'Occident (barrage du cours des fleuves, reconstruction des enceintes urbaines), mais cette politique, faute d'argent et d'armée permanente, échoue sur le continent. Les pillages et le danegeld parachèvent la ruine de l'Occident, dont l'envahisseur entreprend alors la mise en exploitation directe.

2.4. Les États normands

Il va en résulter la constitution de sept États normands : trois en territoire anglo-saxon (royaumes d'York, d'Est-Anglie et des Cinq Bourgs) et quatre en territoire franc, dont la Frise (vers 841) et le pays entre l'Epte et la mer (au duc Rollon, traité de Saint-Clair-sur-Epte, 911). Ce dernier établissement s'étend bientôt jusqu'à la Bretagne sous le nom de duché de Normandie.

Les descendants des Vikings, qui vont y former l'aristocratie, garderont de leurs origines une turbulence qui les portera derrière leur duc à la conquête de l'Angleterre (1066) et, individuellement, à fonder des États méditerranéens : comtés d'Aversa (vers1030), de Pouille (vers 1043), principauté de Capoue (1058), comté de Sicile (1072), principauté d'Antioche (1098), royaume de Sicile (1130), inscrivant leur expansion dans le cadre de la politique européenne d'hostilité à Byzance et à l'islam.

4. Entre l'Orient et l'Occident

Les Suédois et les Danois ont aussi attaché un intérêt commercial à des contrées plus orientales. Du viiie siècle. au xie siècle, alors que la Méditerranée est infestée de pirates musulmans, ils servent d'intermédiaires entre l'Orient et l'Occident.

Ayant vendu à Byzance et au Turkestan des esclaves, des fourrures et des armes, ils ramènent en Angleterre et en France des soieries et des épices. Partis des ports suédois (Gotland, Birka) ou danois, ils débarquent dans les établissements fondés sur la côte balte, puis gagnent la mer Noire ou la Caspienne par les fleuves russes. Avec eux circulent des guerriers qui vont servir dans la garde varangienne du basileus. La tradition veut que ces Scandinaves, nommés Varègues ou Russes, commandés par des chefs comme Riourik et Oleg, aient pris le pouvoir dans les villes (→ Kiev, Novgorod) qui les avaient appelés.

Au xie siècle, les routes maritimes normales se rouvrent, des monarchies héréditaires se mettent en place en Scandinavie, l'esprit viking disparaît, mais dans toute l'Europe de jeunes États portent témoignage des facultés constructrices des terribles Normands.

Pour en savoir plus, voir l'article Vikings.