En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Groenland

Scoresbysund, Groenland
Scoresbysund, Groenland

Grande île, située au nord-est de l'Amérique, dépendant du Danemark.

  • Superficie : 2 186 000 km2
  • Population : 56 462 hab. (estimation pour 2008)
  • Capitale : Nuuk (anciennement Godthåb)

GÉOGRAPHIE

Près de 80 % de la surface du Groenland sont couverts par une calotte de glace (inlandsis) épaisse (moyenne de 1,5 km) ennoyant un socle ancien profondément déprimé en son centre, en partie sous le niveau de la mer. La surface de la glace, profilée en coupoles élevées (altitude maximale : 3 220 m), est une vaste plaine de neige au climat rigoureux (moyenne annuelle de − 31 °C au N., avec un minimum de − 65 °C) et venteux. L'alimentation nivale croît vers la périphérie, où le bilan de glace est largement excédentaire. Les montagnes bordières, où la roche (socle archéen et couverture paléozoïque, partiellement volcanique) pointe jusqu'à plus de 3 500 m (point culminant de l'île : 3 700 m), sont façonnées en auges glaciaires et en fjords bordés de « jardins d'écueils ». La marge continentale, large, est découpée de vallées profondes encadrées de bancs morainiques élevés. Les émissaires glaciaires, canalisés et accélérés (vitesses maximales près de la côte ouest : 30 à 100 m/jour), atteignent le fond des fjords démesurés (baie de Disko) ou en débordent en petites plates-formes flottantes, émettrices d'icebergs. Les rivages bénéficient d'un climat moins rigoureux (température moyenne annuelle de − 4 °C ; minimale de − 29 °C) qui tolère une toundra claire ou pierreuse. Ils sont cependant bloqués par une large banquise, permanente (au N.) ou hivernale (au S.), qu'entraînent les courants est- puis ouest-groenlandais.

La population esquimaude est en forte augmentation depuis 1945. Elle se concentre pour environ 90 % sur la côte sud-ouest, regroupés en majeure partie dans les « villes » (plus de 500 habitants). La pêche (morues, crabes, saumons) demeure l'activité du plus grand nombre, malgré un déclin certain. L'extraction minière est pratiquement nulle aujourd'hui, mais des gisements de cryolithe, d'uranium, de diamants, d'or, de zinc, de minerai de fer, de chrome, de graphite, de cuivre, de charbon, de plomb, etc., ont été reconnus et parfois d'ailleurs temporairement exploités. La balance commerciale est toujours fortement déficitaire, mais des revenus sont assurés par la présence de trois bases américaines (dont celle de Thulé, seule base militaire).

HISTOIRE

1. Des origines à la fin du xixe siècle

Découvert par Erik le Rouge (982), christianisé à partir de l'an mille, le Groenland est rattaché à la Norvège (1261), puis au Danemark (1380).

Vers 1500, à la suite d'un refroidissement climatique, les Esquimaux (ou Inuits) restent seuls maîtres de l'île, vivant en économie fermée. Redécouvert en 1585 par l'Anglais John Davis, le Groenland est colonisé en 1721 par les Danois, et le traité de Kiel (1814) reconnaît le Danemark souverain sur le Groenland. Après les grands voyages d'exploration de Ross, Parry et Franklin, le centre de l'île est atteint en 1883 par Otto Nordenskjöld et le Groenland est traversé dans toute sa longueur par Fridtjof Nansen en 1888.

2. Depuis la Seconde Guerre mondiale

Base militaire des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, le pays est intégré au système militaire de lOTAN' en 1961. Département danois en 1953, le Groenland accède à l'autonomie interne le 1er mai 1979. Une nouvelle Constitution institue une assemblée groenlandaise (Landsting) de 21 membres, dont cinq forment un conseil régional (Landsstyre), dirigé par un président élu pour 4 ans. Le Groenland continue à être représenté au Parlement danois par deux élus. Le retrait du Groenland de la Communauté européenne, voté par référendum en 1982, est devenu effectif en février 1985.

Après avoir été adopté à une écrasante majorité (75,5 % des suffrages exprimés) en novembre 2008, un régime d'autonomie élargie qui doit ouvrir la voie à l'indépendance de l'île, entre en vigueur le 21 juin 2009. Ce régime accorde aux Groenlandais le droit de contrôler leurs ressources (pétrole, gaz, richesses minières) dont l'exploitation nécessitera d’importants moyens financiers. Par ailleurs, le groenlandais devient la langue officielle.

Depuis 1979, les partis Siumut (« En avant », d’orientation social-démocrate), Atassut (« Solidarité », de centre droit) et Inuit Ataqatigiit (IA, Communauté du peuple, gauche indépendantiste) dominent la vie politique. En 2013, le Siumut arrive en tête des élections et retrouve la direction du gouvernement qui lui avait été ravie en 2009 par l’IA. Son leader, Aleqa Hammond, est la première femme à accéder au poste de Premier ministre. La transparence dans l’attribution des licences d’exploration des ressources minières et des hydrocarbures ainsi que la taxation des compagnies étrangères concessionnaires, la préservation de l’environnement et la garantie des droits de la population sont les principaux enjeux cette nouvelle alternance. Éclaboussée par un scandale financier, A. Hammond est écartée du pouvoir en septembre 2014 ; à la suite de la très courte victoire du Siumut aux élections législatives de novembre, Kim Kielsen lui succède.