En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thessalonique ou Salonique

en grec Thessaloníki

Thessalonique, Sainte-Sophie
Thessalonique, Sainte-Sophie

Port de Grèce du Nord, chef-lieu de nome, au fond du golfe de Thessalonique, débouché des vallées macédoniennes de l'Aliákmon et du Vardar (Axios).

  • Population pour l'agglomération : 872 355 hab. (estimation pour 2010)

Second port et seconde agglomération urbaine et industrielle de Grèce, établie dans l'Antiquité entre une acropole et un rivage envasé, étape entre Rome et Byzance sur la via Egnatia, débouché potentiel de la Macédoine sur l'Égée, la ville a vu son arrière-pays balkanique réduit par l'établissement des frontières yougoslave et bulgare. Détruite par un incendie en 1917, très concurrencée par Athènes après 1922, transformée par sa reprise économique depuis 1960, la ville déborde son site initial vers la vallée du Ghallikós au Nord-Ouest (port, pétrochimie), vers la Macédoine orientale au Nord-Est (cimenterie) et vers la Chalcidique au Sud-Est (nouveaux quartiers résidentiels, aéroport, établissements balnéaires). La ville s'organise de part et d'autre des emprises de l'université et de la foire internationale. Une douzaine de communes périphériques sont le siège d'une urbanisation désordonnée.

Les services liés aux rôles administratifs et commerciaux l'emportent sur les activités industrielles, où dominent la chimie, les matériaux de construction, les constructions mécaniques et électriques, devant le tabac et le textile (en déclin). La croissance se fait aux dépens du nome et de la Macédoine entière, sans parvenir à équilibrer le poids de l'agglomération d'Athènes. La croissance dissymétrique du trafic portuaire, dominé par les importations d'hydrocarbures et très concurrencé par la route pour les autres marchandises, illustre la précarité des rôles exercés par une ville souvent présentée comme la capitale de la Grèce du Nord. Festival du cinéma.

HISTOIRE

Fondée en 316 avant J.-C. par Cassandre, la ville fut prospère jusqu'au ive s. après J.-C. Sa population, insurgée, fut massacrée sur l'ordre de Théodose Ier (390). Capitale d'un royaume latin (1204-1224), puis du despotat d'Épire (1224-1246), réoccupée par les Byzantins (1246), la ville appartint aux Ottomans de 1430 à 1913 et fut appelée « Salonique ». Pendant la Première Guerre mondiale, le port servit de base aux forces alliées opérant en Macédoine pour soutenir la Serbie. Salonique est de nouveau appelée « Thessalonique » après la Seconde Guerre mondiale.

ARCHÉOLOGIE ET BEAUX-ARTS

Remparts du iiie s. remaniés par les Byzantins et les Ottomans. Arc de Galère et mausolée impérial, devenu l'église Saint-Georges (mosaïques du ve s.), actuellement transformée en musée. Remarquables édifices byzantins : basilique Saint-Démétrios (mosaïques à fond or ve-ixe s.), église Sainte-Sophie (viiie s.), église de la Panaghía Khalkéon (xie s.), église des Saints-Apôtres (xive s.). Musée archéologique dans la tour Blanche (xve s.).