Identifiez-vous ou Créez un compte

Première Guerre mondiale

Bataille de Verdun
Bataille de Verdun

Conflit qui, de 1914 à 1918, opposa l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, rejointes par la Turquie (1914) et la Bulgarie (1915), à la Serbie, à la France, à la Russie, à la Belgique et à la Grande-Bretagne, alliées au Japon (1914), à l'Italie (1915), à la Roumanie et au Portugal (1916), enfin aux États-Unis, à la Grèce, à la Chine et à plusieurs États sud-américains (1917).

1. Introduction

Août 1914. L'Europe entière prend feu ; un conflit s'ouvre dont le développement inaugurera dans l'histoire des hommes le tragique phénomène de la guerre totale et mondiale. Totale, elle le deviendra fatalement par sa durée, qui exigera l'engagement de plus en plus global des peuples ; mondiale, elle le sera rapidement aussi en raison du poids que pèse l'Europe dans le monde au début du xxe s. et qui entraînera automatiquement les autres continents dans le conflit.

Pour la génération de 1914-1918, la Grande Guerre signe un changement d'époque, la disparition de l'ordre ancien, la véritable fin du xixe siècle. Dans bien des domaines, la guerre apporte brutalement son lot d'innovations – technologie militaire, place des femmes et des ouvriers dans la société, intervention étendue de l'État – et de bouleversements, avec la révolution prolétarienne, en Russie. La nouveauté tient aussi au fait qu'elle est, tout entière, la guerre des nations, ces nations que le xixe siècle a consolidées et qui ont investi dans ce conflit leur identité et leur honneur. Elle fut tout autant la guerre des patriotes, comme l'atteste l'ampleur des effectifs et des pertes subies.

2. Origines et occasion du conflit

Face à ce cataclysme et à ses 9 millions de morts, l'assassinat de l'archiduc héritier François-Ferdinand de Habsbourg à Sarajevo par le jeune nationaliste serbe Gavrilo Princip, le 28 juin 1914, apparaît aujourd'hui comme un simple fait divers qui ne peut évidemment rendre compte des origines de cette guerre. Celles-ci sont beaucoup plus à rechercher dans l'état de tension croissant de la situation internationale.

Depuis les crises de Tanger (1905, provoquée par une déclaration de Guillaume II en faveur de l'indépendance du Maroc) et d'Agadir (1911, mécontente des résultats de la conférence d'Algésiras, l'Allemagne y envoie une canonnière Panther pour « protéger les intérêts de ses nationaux »), le climat s’est dégradé entre la France et l'Allemagne, puissances coloniales qui se disputent l'Afrique.

D’autre part, chaque pays a engagé une véritable course aux armements et au renforcement de ses effectifs militaires. Ainsi, la Grande-Bretagne, dans le domaine naval, fait face à la montée en puissance de la flotte de guerre allemande de l'amiral von Tirpitz, laquelle doit être l'instrument de la Weltpolitik (« politique mondiale ») de Guillaume II. Ainsi, la France fait passer le service militaire à trois ans, en 1913. Cependant, le caractère limité des crises de Tanger et d'Agadir montre que l'Europe n'est pas prête à entrer en guerre uniquement pour le partage de l'Afrique. Certes, des enjeux proprement impérialistes existent en arrière-fond, tel l'antagonisme anglo-allemand sur les mers et dans l'Empire ottoman, qui détermine le choix britannique de l'Entente cordiale avec la France, en 1904.

2.1. Le mécanisme des alliances, Triple-Alliance et Triple-Entente

En fait, le premier conflit mondial est déclenché par le jeu mécanique des alliances, l'explosion de vitalité et d'appétits du IIe Reich allemand (1871-1918) ayant conduit, en réplique à la fameuse Triple-Alliance (qu'il a conclue avec l'Autriche-Hongrie et l'Italie en 1882), à la formation du bloc assez hétérogène de la Triple-Entente (formée en 1907) entre la France, la Grande-Bretagne et la Russie. Ces alliances ont été contractées dans le double contexte de l'antagonisme franco-allemand issu de la guerre de 1870 et de la rivalité austro-russe dans les Balkans. La France était demeurée isolée dans le système diplomatique élaboré par Bismarck jusqu'à ce que la Russie, frustrée par le congrès de Berlin des fruits panslavistes de sa victoire de 1878 contre les Turcs, en vienne à considérer comme irréductible la divergence entre ses intérêts et ceux de l'empire des Habsbourg.

Le rapprochement franco-russe de 1891 résulte logiquement de l'échec de Bismarck à arbitrer et à équilibrer les expansionnismes autrichien et russe dans l'espace politique balkanique, où l'influence de l'Empire ottoman recule depuis un siècle – Moscou cherchant notamment à s'assurer la maîtrise des Détroits et une ouverture sur la Méditerranée. Les guerres balkaniques de 1912-1913 ont rendu l'initiative à la Russie, par le biais de la domination exercée pendant cet épisode par son allié serbe sur les petits pays de la région. Après l’attentat de Sarajevo – la Bosnie et l'Herzégovine sont alors sous administration autrichienne –, Vienne accuse immédiatement les services secrets serbes.

2.2. L'ultimatum de l'Autriche-Hongrie à la Serbie (23 juillet 1914)

Au début de juillet 1914, rien n'apparaît pourtant irrémédiablement perdu, et le président Poincaré part, comme prévu, accomplir en Russie une visite officielle (ce qui a néanmoins pour effet d'aggraver en Allemagne le sentiment d'un encerclement fatal). Seule s'affirme la volonté de l'Autriche de profiter de l'occasion pour se débarrasser de la trop remuante Serbie. Cette attitude est aussitôt encouragée par Berlin, qui, dès le 5 juillet (c'est là sa grande part de responsabilité), promet à Vienne son soutien, dût-il en résulter un conflit avec la Russie.

Le 23 juillet, un ultimatum autrichien à la Serbie, inacceptable dans sa forme, est remis à Belgrade. En dépit de tardives initiatives de médiation anglaises, il déclenchera le mécanisme des alliances, puis, au cours de la tragique semaine du 28 juillet au 5 août, celui des mobilisations et des déclarations de guerre : l'Allemagne, après avoir déclaré la guerre à la Russie le 1er août 1914, la déclare à la France le surlendemain. Le 4 août, la violation de la neutralité belge par le Reich entraînera l'intervention de la Grande-Bretagne et de son empire, qui allait aussitôt étendre le conflit à l'ensemble des océans.

Cruelle surprise pour Guillaume II et le chancelier Bethmann-Hollweg, lequel s'indigne qu'une nation parente puisse entrer en guerre pour « un chiffon de papier » (le traité de 1839 garantissait la neutralité de la Belgique). À cette déconvenue s'ajoute leur immense déception de constater les défections de l'Italie, qui, bien que membre de la Triple-Alliance, déclare sa neutralité dès le 27 juillet, et de la Roumanie, gouvernée par un roi Hohenzollern.

Pour en savoir plus, voir les articles Otto von Bismarck, crises et guerres des Balkans, Prusse.

3. La parole est aux militaires

3.1. Introduction

Un mois après Sarajevo, les gouvernements s'en remettent aux états-majors, dont les armées se mobilisent et se concentrent dans un enthousiasme général.

Pour chaque peuple, l'enjeu de la guerre est pleinement accepté : pour les Français, il s'agit de reprendre Metz et Strasbourg ; pour les Allemands, d'obtenir dans le monde « la part légitime de tout être qui grandit » ; pour tous, cependant, le risque apparaît limité : chacun est persuadé que la puissance et le coût des armes modernes obligent la guerre à être très courte…, 6 mois, hasardent les plus pessimistes.

Hanté depuis l'alliance franco-russe par le problème de la guerre sur deux fronts, l'état-major allemand – suivant le célèbre plan Schlieffen élaboré en 1905 – « joue » sa victoire sur la rapidité et l'ampleur de sa manœuvre enveloppante à travers la Belgique. Visant à abattre définitivement l'armée française avec la quasi-totalité de ses forces, ce plan accepte le risque d'une invasion des Russes en Prusse-Orientale, qui n'est défendue que par une dizaine de divisions.

Chez les Français, le commandant des armées du Nord et du Nord-Est, Joffre, qui croit que l’aile droite allemande ne dépassera pas le couloir de la Sambre, dispose ses 5 armées de Belfort à Hirson, prolongées au nord vers Maubeuge par les 6 divisions britanniques de French.

Quant aux Russes, il est simplement entendu qu'ils attaqueront en Prusse-Orientale dès que possible avec le maximum de forces.

Le rapport des forces en présence est très favorable à l'Entente, dont la population est le double de celle des Empires centraux (238 millions d'habitants contre 120). L'Entente peut aligner 167 divisions d'infanterie contre 147, et 36 divisions de cavalerie contre 22.

3.2. La bataille des frontières (août 1914)

Après avoir résisté pendant 10 jours, du 6 au 16 août, Liège (→ camp retranché de Liège) tombe entre les mains des Allemands, qui entament le 14 la marche en avant de leurs deux armées d'aile droite, commandées par Kluck et Karl von Bülow. Le 20, ils sont à Bruxelles, à Namur et à Neufchâteau, tandis que les Belges se replient sur Anvers.

Au même moment, de terribles combats s'engagent en Alsace, où les Français atteignent Mulhouse ; en Lorraine, où Castelnau et Foch doivent renoncer à Morhange, mais résistent victorieusement en avant de Nancy et, enfin, dans les Ardennes, où, le 22 août, Français et Allemands se heurtent en aveugles dans les sanglantes batailles de rencontre de Neufchâteau et de Virton.

C'est pourtant en Belgique que se joue l'action principale. Sourd aux appels du général Lanrezac, qui seul voit clair dans le jeu allemand, Joffre tarde à porter sa Ve armée sur la Sambre. Elle y parvient seulement le 22, pour se faire bousculer à Charleroi (→ bataille de Charleroi) par les forces conjuguées de Kluck, de Bülow et de Hausen, tandis que French essuie un grave échec à Mons. Le 25, Joffre lance son ordre de repli général sur la Somme et l'Aisne.

3.3. Septembre 1914 : échec à l'ouest du plan de guerre allemand

À la fin du mois, l'euphorie règne à Berlin : « L'ennemi en pleine retraite n'est plus capable d'offrir une résistance sérieuse », proclame le communiqué allemand du 27 août. Le 9 septembre, le projet de traité de paix, qui prévoit l'organisation d'une Europe allemande, est approuvé par le chancelier Bethmann-Hollweg.

Mais, alors que le commandant en chef allemand Moltke croit tenir la décision, les Français vont redresser la situation. Joffre et le commandant britannique French profitent d'une initiative hasardeuse de l'aile droite allemande du général Kluck (négligeant Paris, elle cherche à couper la retraite de l'armée française, présentant ainsi le flanc à l'armée couvrant la capitale) pour lancer une contre-offensive : c'est la fameuse bataille de la Marne (24 août-13 septembre), où, après plusieurs jours de combats acharnés, le général en chef allemand Moltke est contraint d'ordonner un repli général, qui reporte le front 70 km plus au nord, sur l'Aisne, et entérine l'échec du plan de bataille allemand.

3.4. Tannenberg et les fronts orientaux

Alarmé le 21 août par les appels au secours de von Prittwitz, qui doit reculer en Prusse-Orientale sous la violence des attaques russes de Rennenkampf, Moltke doit y dépêcher deux corps. Il confie la direction du front de l'est au général Hindenburg, auquel il donne Ludendorff comme adjoint. Ceux-ci brisent aussitôt l'effort des armées russes en détruisant celle de Samsonov dans la mémorable bataille de Tannenberg (26 août).

Pour en savoir plus, voir l'article campagnes de Prusse-Orientale.

Au sud, toutefois, la brillante offensive du grand-duc Nicolas chasse les Autrichiens de Lvov (3 septembre) et les refoule sur la frontière allemande de Silésie, qui ne sera dégagée que par une nouvelle et remarquable contre-offensive de Hindenburg et de Mackensen sur Łódź (novembre). Plus au sud encore, les Autrichiens subissent un grave échec en Serbie, où la petite armée du voïvode Radomir Putnik réussit à rentrer victorieuse à Belgrade le 13 décembre.

Pour en savoir plus, voir l'article campagne de Serbie.

3.5. Noël 1914, une guerre d'un type entièrement nouveau

À la fin de 1914, le conflit prend un visage réellement imprévu ; tous les plans des états-majors se sont effondrés et, pour chacun, tout est à recommencer.

C'est chez les Allemands que la déception a été la plus vive, entraînant dès le 14 septembre le remplacement de Moltke à la direction suprême de l'armée par le jeune ministre de la guerre prussien, le général Erich von Falkenhayn (1861-1922). Ce dernier cherche, en reportant ses forces vers l'ouest, à déborder de nouveau l'aile gauche française au-delà de Compiègne. Mais, cette fois, Joffre répond aussitôt à sa manœuvre en transférant des forces de Lorraine en Picardie et en Artois , où, en octobre, se constitue un front, prolongé bientôt jusqu'à la mer (→ batailles de l'Artois).

En novembre, Falkenhayn tente un suprême effort sur Calais, qui échoue au cours de la sanglante mêlée des Flandres, où Foch coordonne l'action des forces britanniques, belges (repliées d'Anvers) et françaises (→ la Course à la mer, bataille de l'Yser, batailles d'Ypres). Dans les deux camps, les munitions manquent, et un front continu s'établit dans les tranchées sur 750 km, de Nieuport à la frontière suisse…

Deux belligérants nouveaux sont entrés en lice : dès le 23 août, le Japon s'engage aux côtés des Alliés avec la volonté d'affirmer sa situation en Extrême-Orient. Au cours de l'été, en dépit de l'arrivée des croiseurs allemands Goeben et Breslau dès le 10 août à Constantinople, la Turquie hésite encore et ne rompra avec les Alliés que le 3 novembre.

Sur le plan militaire, tout est donc à repenser, mais le premier souci des belligérants est alors de « durer » en remettant en marche administrations et industries de guerre pour permettre aux populations de vivre et aux armées de combattre.

Si l'Allemagne, qui a définitivement écarté l'invasion de son territoire, bénéficie de l'organisation moderne et puissante de son économie, la France se trouve au contraire gravement handicapée : ses départements les plus riches sont envahis par l'ennemi et soumis à un très rude régime d'occupation ; leur potentiel représente 95 hauts-fourneaux sur 123, 90 p. 100 du minerai de fer et 40 p. 100 du charbon français…

Quant aux Anglais, ils découvrent avec le ministre de la Guerre Kitchener que leur engagement militaire les entraînera beaucoup plus loin qu'ils ne le pensaient, mais ils fondent tous leurs espoirs sur le contrôle de la liberté des mers, qu'ils viennent de rétablir à leur profit et qui leur permet de jouer désormais à fond l'arme du blocus.

4. 1915, la politique reprend ses droits

4.1. Introduction

Au lendemain des hécatombes des Flandres et de Pologne, l'impuissance du facteur opérationnel à résoudre à lui seul les problèmes posés par le conflit s'avère flagrante. Aussi, dans les réactions des belligérants, la politique reprend-elle partout ses droits.

Chez les Allemands, qui, seuls, disposent avec le grand état-major d'une véritable direction de la guerre, l'année va être dominée – outre un souci constant d'organisation économique pour pallier les effets du blocus – par la volonté d'obtenir de gré ou de force une paix séparée avec la Russie.

Chez les trois « grands » de l'Entente, en dépit de l'engagement solennel mais assez négatif de Londres (5 septembre 1914) de ne conclure aucune paix séparée avec l'Allemagne, on ne prendra encore en 1915 que des décisions plus juxtaposées que coordonnées. Elles traduiront la volonté anglaise exprimée par le jeune ministre Churchill de retrouver une stratégie indirecte chère aux Britanniques.

Pour les Français seuls, le problème numéro un demeure celui de la libération du territoire : joint au souci de soulager le front russe, durement pressé, il entraînera sur le front occidental une activité offensive soutenue sans répit malgré de terribles pertes.

Au mois d'avril, l'Entente reçoit cependant un très sérieux renfort : après de nombreuses hésitations, l'Italie déclare le 23 mai la guerre à l'Autriche-Hongrie, qui se voit obligée d'ouvrir un nouveau front à sa frontière des Alpes. Les buts de guerre italiens, dûment enregistrés par l'Entente, sont le rattachement des terres irrédentes (le Trentin et l'Istrie restés sous la domination de l'Autriche-Hongrie en 1866) et du littoral dalmate, mais l’Italie a aussi des visées sur l'Albanie. L'Italie ne rompra avec l'Allemagne que le 27 août 1916.

4.2. L'effort allemand sur la Russie

« Il est absolument nécessaire d'en venir à une paix séparée avec la Russie », écrit le Kronprinz Frédéric-Guillaume le 6 février 1915 au grand-duc de Hesse, frère de la tsarine. Pour appuyer les démarches allemandes à Petrograd, Falkenhayn, dont le QG passe en avril de Mézières à Pless ([aujourd'hui Pszczyna] Silésie), décide d'engager une grande offensive sur le front des Carpates. Déclenchée le 2 mai à Gorlice par Mackensen, elle conduit en octobre les forces austro-allemandes, après une avance de 200 à 500 km à travers la Pologne, sur une ligne allant des portes de Riga à la frontière roumaine. Les Allemands sont accueillis sans déplaisir, voire très favorablement, par les populations des zones conquises, que ce soient les quatre millions de juifs polonais persécutés par le tsarisme, ou les Ukrainiens, dont ils flattent les aspirations à l'indépendance.

L’avance des troupes ennemies provoque une telle consternation à Petrograd que le tsar Nicolas II prend lui-même la tête de ses armées, tandis que les échos de la conférence socialiste de Zimmerwald, en Suisse, où l'on réclame une paix « sans annexion ni contribution », ont une grande résonance dans la classe ouvrière russe, représentée au congrès par Lénine, Trotski et Georgi Rakovski.

Le plan allemand échoue pourtant devant la fidélité du tsar à ses alliés, qui n'a d'égal que son aveuglement devant la situation intérieure de l'empire. Par trois fois, Nicolas II refuse les propositions de paix allemandes et signe ainsi son arrêt de mort. En décembre, Berlin se décide, « pour faire exploser la coalition de l'Entente », à jouer avec Lénine la carte de la révolution en Russie. Mais, à la grande déception de Falkenhayn, les armées russes sont toujours debout.

4.3. Les Balkans en guerre : Dardanelles, Serbie, Bulgarie

Après avoir rallié Paris à ses vues, Churchill engage en février une action franco-britannique sur les Détroits ; son but est de tendre la main aux Russes et, en enlevant Constantinople, d'abattre la Turquie, qui vient de faire très peur à Londres en réussissant un raid sur Suez (février 1915). La France et la Grande-Bretagne ont par ailleurs promis secrètement à la Russie le contrôle des deux rives des Détroits en cas de victoire contre les Ottomans. Plus que les attaques turques dans le Caucase et contre les ports de la mer Noire, c'est le blocage des Détroits qui met en difficulté la Russie, l'empêchant d'exporter son blé et de recevoir le ravitaillement allié.

Après l'échec des escadres alliées de l'amiral de Robeck à Çanakkale contre les ouvrages turcs des Dardanelles (mars), des unités franco-anglaises débarquent le 25 avril à Seddülbahir, mais, malgré leurs efforts, ne parviennent pas à déboucher de leur tête de pont. L’opération est un cuisant échec avec la perte de nombreux navires et de 145 000 hommes (→ expédition des Dardanelles).

À la fin de l'été, l'attention des alliés est attirée par les Balkans, où les Allemands réussissent à engager la Bulgarie (14 octobre) à leurs côtés pour liquider la résistance de la Serbie et garantir leur liaison terrestre avec Constantinople.

De plus, la Bulgarie souhaite récupérer la Dobroudja et la Macédoine. L'armée serbe, conduite par le vieux roi Pierre Ier Karadjordjević, doit se replier et, après une mémorable retraite, est recueillie à Durrësi par la marine française. Pour répondre à ce coup de force, une armée alliée d'Orient, confiée à Sarrail, est constituée en octobre à Salonique, où les Franco-Anglais replient leurs unités des Dardanelles, dont ils décident l'évacuation (décembre). Cependant, l'attitude de la Grèce, dont le roi Constantin Ier est le beau-frère de Guillaume II, demeurera longtemps équivoque en dépit des efforts de Venizélos, plusieurs fois Premier ministre durant la période, pour entraîner son pays dans les rangs de l'Entente.

4.4. Offensives françaises en Artois et en Champagne

La volonté offensive du commandement français, tendue vers la percée du front et la libération du territoire, donne lieu à deux types d'opérations différents. Un peu partout, et notamment dans les Vosges, aux Éparges, en Argonne et dans les Flandres (où les Allemands inaugurent l'emploi des gaz en avril), se déroule une série de combats locaux d'infanterie aussi meurtriers que stériles.

En même temps, de grandes opérations sont conduites par Joffre, d'abord séparément en Champagne (février) et en Artois (mai), puis simultanément sur ces deux secteurs du front lors de la grande offensive du 25 septembre. Le seul résultat tangible de ces actions fut de soulager le front russe en obligeant Falkenhayn à rameuter ses réserves sur le front occidental, où Haig, qui remplace French en décembre, dispose, grâce aux « volontaires » suscités par Kitchener, d'une trentaine de divisions britanniques.

Pour en savoir plus, voir les articles batailles de l'Argonne, batailles de l'Artois, batailles de Champagne.

La coopération entre les Alliés a nettement progressé, et la conférence réunie par Joffre en décembre à Chantilly organise la convergence des actions à entreprendre vers l'été de 1916 par les Franco-Anglais sur le front de la Somme et par les Russes sur celui de Pologne. Elle décide en outre la liquidation des colonies allemandes d'Afrique, où seul le territoire de l'Est-Africain (→ Afrique-Orientale allemande) résistera grâce à l'énergie de son chef, le colonel Paul von Lettow-Vorbeck (1870-1964), jusqu'en novembre 1918.

4.5. Occupation allemande et résistance dans les territoires envahis

C'est en 1915 que s'installe l'occupation allemande dans les territoires occupés de Belgique et de France.

Pour Falkenhayn, ceux-ci doivent être exploités au maximum pour procurer au Reich de l'argent, du ravitaillement et de la main-d'œuvre. Aussi l'administration allemande se fait-elle chaque jour plus tracassière : contrôles incessants, transferts de main-d'œuvre, déportation des suspects, contributions de guerre, confiscation des objets rares (or, cuir, laine), mise en régie des entreprises (mines du Nord, textiles de Roubaix, etc.).

La population supporte mal ce régime d'exception, admirant la « résistance » de ses notables : le cardinal Mercier, archevêque de Malines ; le préfet Trépont et le maire Delesalle à Lille ; le bourgmestre Max à Bruxelles. De nombreux patriotes mènent la lutte contre l'occupant, tels Eugène Jacquet et Léon Trulin, fusillés à Lille, Édith Cavell, dont l'exécution, le 11 octobre 1915, souleva l'indignation du monde, Louise de Bettignies, Léonie Vanhoutte, Louise Thuliez et la princesse de Croÿ, qui rivalisèrent d'héroïsme au service de leur pays.

5. 1916, l'année de Verdun

5.1. Introduction

À peine conclus, les accords de Chantilly sont soumis à rude épreuve. Refusant en effet de s'engager plus loin dans le problème russe, Falkenhayn se décide, pour atteindre l'ennemi numéro un qu'est pour lui la Grande-Bretagne, à détruire l'armée française – son « épée » sur le continent – par épuisement de ses effectifs. Dans ce dessein, il déclenchera avec le maximum de violence et aussi longtemps que nécessaire une offensive sur un point, en l'occurrence Verdun, que les Français seront psychologiquement obligés de défendre.

Cette stratégie inédite sera complétée par une relance de la guerre sous-marine sans restriction, expérimentée avec succès en 1915. L'amirauté estime maintenant possible de couler en 6 mois le tiers du tonnage marchand indispensable au ravitaillement de la Grande-Bretagne. Guillaume II et Bethmann-Hollweg hésitent pourtant à se lancer dans cette aventure, ce qui provoquera le 6 mars la démission tapageuse de l'amiral Tirpitz, chef de l'amirauté de Berlin.

5.2. Verdun, la Somme et l'offensive Broussilov

Le 21 février éclate, comme un coup de tonnerre, l'offensive allemande sur Verdun. Après avoir bousculé les défenses françaises de la rive droite puis de la rive gauche de la Meuse, la marée allemande est bloquée en juillet sur les pentes de Souville avant d'être refoulée par les soldats de Pétain, de Nivelle et de Mangin au cours des deux batailles du 24 octobre et du 15 décembre. Toutefois, si l'armée française s'y use considérablement, l'échec de la stratégie allemande est patent puisque, « malgré Verdun », Joffre et Haig déclenchent, le 1er juillet, l'offensive prévue sur la Somme. Menée par 26 divisions anglaises et 14 françaises, l'attaque alliée, entretenue durant quatre mois, portera un coup très rude au front allemand dans la région de Péronne et obligera l'adversaire à diminuer la pression sur Verdun. Pour autant, au-delà des succès initiaux de juillet, l'engagement sur la Somme s’est transformé en boucherie, s'est essoufflé dès le 14 juillet et a tourné court en novembre (→ batailles de la Somme, bataille de Verdun).

À l’est, depuis le 4 juin, le front s'est remis en mouvement : quatre armées russes, conduites par Broussilov, ont enfoncé les lignes autrichiennes en Volhynie et capturé 500 000 hommes. Les Russes menacent maintenant la frontière hongroise, et les Allemands sont contraints de l'étayer pour prévenir l'effondrement du front austro-hongrois.

5.3. Intervention roumaine et crise allemande

Au moment où le général Franz Conrad von Hötzendorf, chef de l'état-major autrichien, appelle l'Allemagne à son secours, le Reich subit un terrible coup par la déclaration de guerre de la Roumanie (28 août 1916), dont l'intervention aux côtés des Alliés compromet le ravitaillement de l'Allemagne en blé et en pétrole. Cette fois, l'opinion publique, déjà durement touchée par les restrictions consécutives au blocus, s'émeut, et le Kaiser, constatant la faillite de la stratégie d'épuisement de Falkenhayn, le remplace au commandement suprême par la populaire équipe des vainqueurs de l'Est, Hindenburg et Ludendorff (29 août).

Ceux-ci font preuve aussitôt d'une étonnante activité et arrêtent les mesures qu'exige la gravité de la situation militaire. Après avoir imposé à Conrad von Hötzendorf le commandement unique à leur profit des forces de la « Quadruplice » (Allemagne, Autriche-Hongrie, Turquie, Bulgarie), ils décident de passer aussitôt sur la défensive sur le front français ; bien plus, ils en prévoient le raccourcissement par un repli à opérer entre Arras et Soissons qui économisera une quinzaine de divisions. Pour parer au danger venant de Bucarest, ils chargent Falkenhayn, qui n'a pas su conserver le blé roumain, d'aller le reconquérir à la tête d'une nouvelle armée (la IXe), créée le 9 septembre.

En trois mois, ses forces, appuyées par celles de Mackensen, débouchant de Bulgarie, conquièrent la Roumanie jusqu'au Siret, et, le 6 décembre, les Allemands font leur entrée à Bucarest.

5.4. Guerre au Moyen-Orient et problème arabe

Animées par des états-majors allemands, les forces ottomanes s'opposent aux Britanniques en Mésopotamie et en Palestine et aux Russes sur le front du Caucase, où le grand-duc Nicolas a remporté deux brillants succès à Erzurum (janvier) et à Trébizonde (avril).

Pour les Anglais, au contraire, l'année 1916 a été difficile : le 28 avril, en Mésopotamie, la garnison de Kut al-Amara a dû capituler devant les assauts des Turcs, qui, en août, ont lancé un deuxième raid contre Suez. C'est alors que débute, en milieu arabe, l'action du jeune Lawrence d'Arabie, qui, ayant gagné la confiance d'Abdullah et de Faysal, fils d'Husayn, roi du Hedjaz, organise avec eux la libération de la « nation arabe » du joug ottoman. Et cela au moment même où, à l'insu de Lawrence, Paris et Londres concluent en mai un accord partageant l'Empire ottoman en deux zones d'influence politique et économique : l'une, française, incluant la Syrie et le Liban, l'autre, anglaise, comprenant la Palestine, l'Iraq et la Transjordanie (→ accord Sykes-Picot).

Singulière équivoque, qui pèsera lourdement dans les rapports futurs de l'Occident avec l'islam.

Pour en savoir plus, voir l'article campagnes de Palestine.

5.5. La situation des belligérants à la fin de 1916

Dans les deux camps, l'année a été très rude, et l'usure des belligérants s'affirme en tous domaines.

La Grande-Bretagne, qui entretient maintenant 70 divisions, se voit contrainte, pour la première fois dans son histoire, d'adopter progressivement la conscription. La situation économique y est encore aisée, et, en dépit de la déception que cause à Londres le demi-succès de la bataille navale du Jütland et la menace permanente de la guerre sous-marine, la maîtrise de la mer demeure aux Alliés. En décembre, le cabinet Asquith cède la place au gouvernement d'Union nationale de Lloyd George.

En France, où toute l'année a été vécue sous le signe de Verdun, l'Union sacrée présente des failles, le Parlement s'agite, l'économie s'essouffle et le déficit budgétaire n'est comblé que par les emprunts anglais et américains. En décembre, Joffre est abandonné par Briand, qui choisit Nivelle comme commandant en chef.

En dépit des succès éclatants de Broussilov, la Russie est au bord de la révolution : l'assassinat de Raspoutine (29 décembre) traduit la révolte de la classe nobiliaire et de la bourgeoisie libérale contre l'aveuglement du tsar.

À Vienne, la mort du vieil empereur François-Joseph entraîne l'avènement du jeune Charles Ier, lucide et généreux. Marié à une princesse d'ascendance française, Zita de Bourbon-Parme, il voudrait prendre ses distances vis-à-vis de Berlin, mais se heurte à une situation politique rendue inextricable par le réveil des nationalités qui composent l'ensemble disparate et suranné de la double monarchie.

Quant aux Allemands, qui vivent depuis un an sous le régime de la carte d'alimentation, ils viennent avec Ludendorff de trouver un chef qui s'affirme peu à peu comme le dictateur du IIe Reich. Pour lui, qui juge lucidement la situation difficile de son pays, toute la politique doit désormais être subordonnée au seul impératif de gagner la guerre. C'est dans cet esprit que, au risque de provoquer l'intervention américaine, il se rallie en novembre à la thèse de la guerre sous-marine.

Pour inciter l'adversaire à se dévoiler, Guillaume II, profitant de l'entrée de ses troupes à Bucarest, lance le 12 décembre une offre de paix spectaculaire. Rejetée par les Alliés, elle est relevée par Wilson, qui vient d'être réélu président des États-Unis et qui, en réponse, demande à tous les belligérants de lui faire connaître leurs buts de guerre.

6. La guerre navale de 1914 à 1916

En 1914, la Grande-Bretagne est encore la reine des océans : sa flotte marchande représente 48 % du tonnage mondial, sa marine de guerre surclassera largement sa rivale allemande en tonnage (2,2 millions de tonnes contre 1,05) et en qualité (24 dreadnoughts contre 13). Aussi, sur les mers, dont les belligérants vont découvrir l'importance, l'intervention anglaise confère-t-elle au conflit une dimension mondiale.

Par les combats du cap Coronel et des îles Falkland (novembre-décembre 1914), l'amirauté de Londres, que dirige le vieux lord Fisher, élimine d'abord la marine allemande des mers lointaines (→ bataille navale des Falkland). Dès octobre, elle applique en outre un rigoureux blocus de la mer du Nord, auquel l'amiral allemand Tirpitz réplique en déclenchant la guerre sous-marine. Celle-ci se développe au début de 1915, mais est suspendue en septembre après la protestation américaine qui suit le torpillage du paquebot anglais Lusitania où, le 7 mai, périssent 118 passagers américains.

Avec les Dardanelles, la guerre navale s'est étendue à la Méditerranée, confiée depuis 1914 à la garde de l'armée navale française dont le chef est l'amiral Boué de Lapeyrère . Les sous-marins allemands et autrichiens qui dominent l'Adriatique y mènent la vie dure aux Alliés, dont les bases principales sont celles de Malte, de Moudros (Moúdhros) et de Corfou.

En dehors de leur rencontre fortuite du Dogger Bank (24 janvier 1915), les flottes de haute mer allemande et anglaise ne s'affronteront qu'en 1916, lors de la mémorable bataille navale du Jütland (31 mai-1er 1916). Au cours d'une lutte d'artillerie de douze heures, 100 bâtiments allemands, conduits par les amiraux Reinhard Scheer (1863-1928) et Franz von Hipper (1863-1932), s'attaqueront aux 150 navires de la Grand Fleet britannique de l'amiral Jellicoe, secondé par Beatty. Après avoir coulé 14 bâtiments anglais (112 000 t), Scheer, dont les pertes ne dépassent pas 60 000 t, utilise la nuit pour se dérober.

Succès tactique des Allemands, le Jütland confirmait toutefois l'incapacité de leur flotte à dominer son homologue anglaise. Aussi Scheer en conclut-il que seul l'emploi massif des sous-marins pouvait être décisif pour amener la ruine de la Grande-Bretagne.

7. 1917, guerre sous-marine, intervention américaine, révolution russe

7.1. Introduction

Wilson ne sera pas un médiateur : le 31 janvier, Washington reçoit en effet de Berlin notification de la zone dans laquelle, à compter du lendemain, tout navire marchand sera torpillé sans avertissement. Vient s'ajouter à ce climat la crise diplomatique provoquée en mars par l'interception du télégramme Zimmerwald, dans lequel le ministre des Affaires étrangères du Reich enjoint à son chargé d'affaires à Mexico de pousser le Mexique à entrer en guerre contre les États-Unis.

Cette fois, c'en est trop, et, après avoir rompu le 3 février les relations diplomatiques, les États-Unis déclarent le 2 avril la guerre à l'Allemagne. Entendant toutefois conserver leur liberté, ils se déclarent seulement « associés » (et non alliés) aux adversaires du Reich. Cette intervention entraîne celle assez symbolique de la Chine et de plusieurs États d'Amérique latine.

Avec près de 900 000 tonneaux de pertes marchandes alliées, le mois d'avril 1917 établit un record qui ne sera pas même atteint durant la Seconde Guerre mondiale. L'objectif était d'affamer le Royaume-Uni, dont les réserves céréalières étaient faibles, en interdisant la navigation commerciale atlantique. Le risque de rupture diplomatique avec les États-Unis était connu et avait été accepté. La victoire des sous-marins allemands (130 en service, dont la moitié à la mer) se prolonge jusqu'à l'automne sans réussir à abattre la Grande-Bretagne, qui résiste grâce au système des convois escortés par des navires de guerre.

Pour les Alliés, l'intervention américaine apporte une aide immédiate sur les plans naval, économique et financier, mais l'armée américaine compte à peine 200 000 hommes, et, dans le domaine militaire, tout est à faire.

En Russie, la crise qui éclate en janvier à Petrograd se termine par l'abdication du tsar (15 mars), approuvée par tout le haut commandement russe. Sympathique aux Alliés, le gouvernement du prince Lvov éveille chez eux l'espoir de voir la Russie coopérer plus activement à la guerre. Mais les progrès de la révolution paralysent bientôt l'armée, dont la dernière offensive lancée par Kerenski en juillet se termine en débandade, tandis que le parti bolchevique de Lénine propage son programme de paix.

L'échec de l'offensive Kerenski permet aux Allemands de se réinstaller en Bucovine et d'y menacer le front roumain reconstitué avec l'aide de la France. Après la faillite du gouvernement Kerenski, les bolcheviques prennent enfin le pouvoir le 7 novembre (révolution dite « d'octobre »). Lénine entame aussitôt la procédure de l'armistice, qui est signé à Brest-Litovsk le 15 décembre, 6 jours après celui de Focşani, conclu avec les Roumains.

À la fin de l'année, Ludendorff, qui, depuis la chute de Bethmann-Hollweg (juillet), est devenu le véritable dirigeant du Reich, disposera de toutes ses forces pour lancer un ultime coup de boutoir sur le front français avant l'arrivée des Américains. En réalité, l'Allemagne ne pourra atteindre cet objectif, car elle devra maintenir à l'est une forte proportion de ses troupes pour contenir les velléités d'indépendance de la Pologne et des Baltes, et surtout pour occuper l'Ukraine, dont les livraisons agricoles lui sont indispensables.

Pour en savoir plus, voir l'article révolution russe de 1917.

7.2. Bataille du Chemin des Dames et crise française

En France, où le front allemand est volontairement replié le 27 février entre Arras et Soissons (dans le dessein d'économiser des effectifs), l'année s'ouvre dans un immense courant d'optimisme.

Nivelle a en effet rallié les Anglais à l'idée d'une grande et définitive offensive : « Nous romprons le front allemand quand nous voudrons », affirme-t-il le 13 janvier. Précédée d'une attaque anglaise en Artois, l'offensive des armées Mangin et Mazel débouche le 16 avril sur le Chemin des Dames, complétée le 17 par une action de l'armée Anthoine en Champagne.

Après un brillant départ et le premier engagement des chars français Schneider à Berry-au-Bac, l'assaut se heurte à une muraille de feu infranchissable, et l'immense espoir des poilus se transforme en une dramatique désillusion. À Paris, le moral s'effondre : le président du Conseil Painlevé décide d'arrêter l'opération, et, le 15 mai, remplace Nivelle par Pétain.

La tâche du nouveau généralissime est redoutable, car la déception de l'armée dégénère en révolte : dans une cinquantaine de divisions, des mutineries éclatent. Ces mouvements, qui ne vont jamais jusqu'à la fraternisation avec l'ennemi, sont d'abord l'expression d'une exaspération devant la conduite de la guerre et le mépris des généraux pour la vie des soldats. Les chefs y voient le résultat de la propagande ennemie, voire de celle d'agitateurs pacifistes d'extrême gauche.

→ crise des mutineries.

La répression est sévère : Pétain, qui vient de remplacer Nivelle, fait condamner à mort 554 mutins dont 75 seront exécutés, mais il a aussi l'habileté d'introduire des améliorations dans l'organisation des permissions et du cantonnement et rend confiance à l'armée en lui faisant réaliser à Verdun (août), puis à la Malmaison (octobre), deux opérations à objectifs limités qui seront de véritables succès.

Sa tâche est facilitée par les Britanniques de Haig, qui, de juin à décembre, fixent les Allemands par une série d'offensives très coûteuses menées dans les Flandres autour d'Ypres (→ batailles d'Ypres) et à Cambrai, où, pour la première fois, une masse de chars (378 blindés) est engagée le 20 novembre.

Parallèlement à cette crise militaire, la France, usée par la guerre, connaît une grave crise morale que trois gouvernements successifs (Briand, Ribot et Painlevé) s'efforcent malaisément de conjurer. Faisant écho à la révolution russe et à l'agitation parlementaire, des grèves éclatent qui traduisent l'aggravation de la situation économique (carte de sucre et de charbon) et le niveau très bas des salaires. Une propagande pacifiste se développe dans la presse (le Bonnet rouge), où l'on retrouve la main et l'argent des agents allemands.

Pour réagir, Poincaré décide le 14 novembre d'appeler au gouvernement Clemenceau, qui, avec une extraordinaire énergie, choisit comme unique programme : « Je fais la guerre. » Après avoir stigmatisé Louis Malvy (ancien ministre de l'Intérieur), il fait arrêter Caillaux, accusés tous deux d'abusives complaisances envers les « défaitistes ».

Pour aborder les redoutables échéances de 1918, le pays sera gouverné.

7.3. Les tentatives de paix et leur échec

Au cours de cette « année trouble » (Poincaré), on peut croire que l'usure des belligérants allait imposer la fin du conflit, et, en effet, plusieurs tentatives furent faites pour trouver le chemin d'une paix de compromis. À côté des efforts du pape Benoît XV, qui, le 1er août, lance un appel aux belligérants, l'entreprise la plus sérieuse fut menée par l'empereur Charles Ier d'Autriche, qui savait que la situation politique, économique et militaire de son pays se dégradait de jour en jour. Une négociation secrète fut conduite en son nom par ses deux beaux-frères, Sixte et Xavier de Bourbon-Parme, auprès de la France. Elle fut mise en échec par les Allemands, qui en eurent connaissance, et aussi par les exigences formulées vis-à-vis de Vienne par l'Italie auprès de la France et de la Grande-Bretagne à la conférence de Saint-Jean-de-Maurienne (19 avril 1917).

7.4. Italie, Moyen-Orient et Grèce

Inquiets des tractations de l'empereur Charles, les Allemands se décident, pour relancer l'Autriche-Hongrie dans la guerre, à lui faire cadeau d'une victoire. Le 24 octobre, 7 des meilleures divisions allemandes, conduites par le général Otto von Below, enfoncent à Caporetto le front italien, qu'elles refoulent jusqu'à la Piave. Cadorna, le généralissime italien (bientôt remplacé par Diaz), appelle les Alliés au secours. Foch et Robertson, suivis de dix divisions franco-anglaises, arrivent à Rapallo, où s'ébauche le premier et timide organe de commandement interallié (6 et 7 novembre 1917).

Conscients de l'importance politique et économique grandissante du Moyen-Orient, les Britanniques lui consacrent en 1917 des moyens considérables. Ils leur permettront de conjuguer leurs efforts en Mésopotamie, où ils reprennent Kut al-Amara et entrent à Bagdad (11 mars), et en Palestine, où le général Allenby déclenche en octobre une puissante offensive qui lui ouvre, le 9 décembre, les portes de Jérusalem. C'est à cette occasion que la Grande-Bretagne, qui entend jouer à la fois la carte sioniste et la carte arabe, affirme sa volonté « de créer après la guerre un foyer national juif en Palestine » (→ déclaration Balfour, 2 novembre 1917).

En Orient, l'année se termine sur une note optimiste pour les Alliés : ceux-ci viennent en outre de clarifier l'équivoque situation de la Grèce en provoquant l'abdication du roi Constantin Ier au profit de son fils Alexandre (12 juin). Ce dernier confie le pouvoir à Venizélos, qui déclare la guerre à l'Allemagne et à ses alliés (29 juin).

8. 1918, le dénouement

8.1. Introduction

L'année s'ouvre par une importante initiative américaine : répondant à l'appel à la paix lancé par Lénine, Wilson précise le 8 janvier 1918 dans son discours au Congrès (8 janvier 1918) les « Quatorze points » qui doivent à son avis servir de base à l'ordre nouveau.

Précédés de principes de droit international (liberté des mers, réduction des armements, etc.), ils abordent ensuite les problèmes cruciaux tels que la restitution de l'Alsace-Lorraine, l'indépendance de la Belgique, la résurrection de la Pologne, l'autonomie des peuples d'Autriche-Hongrie.

Ce programme fera choc et indique de quel poids pèsent déjà les États-Unis, alors que leur présence militaire est encore quasiment nulle dans le camp des Alliés. Chez ces derniers, qui souffrent d'une grave crise d'effectifs, l'organisation d'un commandement unique se limite à celle d'un comité exécutif dirigé à Versailles par Foch (1er février) et chargé de préparer les décisions des gouvernements.

8.2. L'aventure allemande en Russie

Conscient de la précarité de la situation économique du Reich, qui impose une décision à court terme, Ludendorff entend l'emporter par une action militaire massive conduite avec le renfort des 700 000 hommes transférés du front de l'Est sur celui de France. Menée à base d'artillerie lourde et d'obus à gaz sous forme de coups de boutoir successifs, elle doit faire éclater le front occidental avant l'arrivée des forces américaines, c'est-à-dire avant l'été de 1918. Le calendrier étant impératif, Ludendorff presse les politiques, conduits par le ministre des Affaires étrangères Richard von Kühlmann, de conclure au plus vite la paix avec la Russie.

L'entreprise se révèle difficile, car, dans les négociations de Brest-Litovsk, les Russes, dirigés par Trotski, résistent aux exigences allemandes. Le 9 février, les Allemands imposent un traité distinct à l'Ukraine, qui la sépare de la Russie. Toutefois, il faudra une nouvelle action militaire qui, à partir du 19 février, portera les armées allemandes à Narva (135 km de Moscou), à Pinsk et à Kiev pour contraindre Lénine à signer le 3 mars le terrible traité de Brest-Litovsk (il arrache à la Russie 60 millions d'habitants et 25 % de son territoire). La Courlande et l'ensemble de la zone balte tombent sous influence allemande, ainsi que le nouvel État ukrainien, tandis que les deux Empires centraux se partagent la tutelle de la Pologne.

En mai, la Roumanie doit accepter la paix allemande de Bucarest, tandis que, forgeant des plans grandioses d'exploitation économique de l'Ukraine, les Allemands étendent leur occupation à Odessa, à Kharkov et à Rostov-sur-le-Don (7 mai). Attirés ensuite par les richesses du Caucase, ils s'engagent dans une folle aventure, encouragent la Géorgie à se proclamer indépendante (26 mai) et poussent jusqu'à Tbilissi. « Quelle importance, écrit Guillaume II le 8 juin, si nous réussissons à placer le Caucase sous notre influence, comme porte vers l'Asie centrale et menace vers la position anglaise des Indes ! » Singulière démesure qui absorbera jusqu'à la fin de la guerre une trentaine de divisions qui, fort heureusement pour les Alliés, manqueront à Ludendorff sur le front français.

8.3. Coups de boutoir de Ludendorff sur le front français (mars-juillet 1918)

Le 21 mars, 6 200 canons allemands ouvrent le feu à 4 h 40 sur le front de 60 km tenu par les armées Below, Marwitz et Hutier entre Arras et l'Oise. À 9 h 40, l'infanterie en petites colonnes, appuyée par 1 000 avions de combat, s'élance derrière le barrage roulant. Le secteur, tenu par les IIIe (Byng) et Ve (Gough) armées de Haig, a été judicieusement choisi : l'objectif de Ludendorff (qui sera repris en 1940) est d'« enrouler » l'aile droite des Anglais pour les rejeter à la mer en se couvrant seulement au sud vis-à-vis des Français, dont le front commence à l'Oise.

En 48 heures, l'armée Gough est submergée, tandis que, pour ébranler le moral de l'arrière, Paris reçoit le 23 les premiers obus de la Bertha. La veille, Pétain a engagé ses réserves sur l'Oise au secours des Anglais, mais, l'avance allemande se poursuivant vers Montdidier, les Français ont tendance à couvrir Paris, alors que les Anglais se replient sur Amiens et les ports : une brèche de 20 km s'ouvre entre les armées alliées. La situation est grave ; aussi, le 26, les envoyés de Lloyd George et Clemenceau confient-ils, à Doullens, le commandement suprême à Foch, dont l'autorité s'impose aussitôt à Haig et à Pétain.

Trente divisions françaises aux ordres de Fayolle sont acheminées entre Oise et Somme : l'avance allemande est bloquée, et Amiens, objectif immédiat de l'ennemi, est sauvé. Le 5 avril, Ludendorff suspend l'offensive de Picardie, mais, dès le 9, porte un nouveau et terrible coup aux Anglais sur la Lys, qui est aussitôt paré par Foch grâce à l'intervention des Français au mont Kemmel.

Pour fixer une bonne fois les réserves de Pétain, Ludendorff décide alors, avant d'en finir avec les Anglais dans les Flandres, de porter un grand coup sur le front français du Chemin des Dames. L'assaut qui lui est donné le 27 mai est encore une brillante victoire pour les Allemands, qui, en quatre jours, atteignent la Marne à Château-Thierry, à 70 km de Paris. Pour élargir son action, que Micheler, Maistre et Degoutte freinent sur les monts de Champagne et dans la forêt de Villers-Cotterêts, Ludendorff attaque le 9 juin sur le Matz, où il est stoppé par une soudaine contre-offensive de Mangin, qui sauve Compiègne.

Grâce à l'étonnante activité de Clemenceau, qui se prodigue aux armées autant qu'à Paris, et à la solidité du commandement français, qu'animent les fortes personnalités de Foch et de Pétain, la France tient bon. Aussi, lorsque, le 15 juillet, Ludendorff lance son ultime assaut de part et d'autre de Reims, ses troupes sont aussitôt arrêtées par le remarquable dispositif défensif organisé par la IVe armée (Gouraud) en Champagne (→ batailles de Champagne, bataille de Château-Thierry).

8.4. La victoire de Foch (juillet-novembre)

18 juillet : alors que les Allemands cherchent en vain à progresser au sud de Dormans, 27 divisions des armées Mangin et Degoutte, appuyées par 500 chars et 800 avions, débouchent de la forêt de Villers-Cotterêts. Chez les Allemands, la surprise est totale, et, dès le 3 août, la poche de Château-Thierry est entièrement résorbée. La guerre, cette fois, vient de changer de signe, la chance de Ludendorff est révolue ; c'est à Foch qu'appartient désormais l'initiative des opérations. Il en a les pouvoirs (son autorité confirmée le 16 avril s'étend depuis le 2 mai au front italien) et les moyens. Les forces américaines, dont la 1re division a débarqué en France à la fin de juillet 1917 et qui atteignent maintenant 16 divisions, sont rassemblées le 10 août en une Ire armée commandée par Pershing, qui reçoit l'appoint de 3 000 canons, 500 avions et 200 chars français.

Le 24 juillet, Foch s'est décidé à passer partout à l'offensive : le 8 août, une puissante attaque est déclenchée par Haig (aidé de Debeney) sur la poche de Montdidier. Pour la première fois, l'armée allemande fait preuve d'une telle lassitude que Ludendorff, constatant la faillite de son plan, déclare aux ministres allemands stupéfaits qu'une décision militaire est devenue désormais impossible et qu'il faut « terminer la guerre au plus tôt ».

Mais, devant l'ampleur du succès de Haig, Foch engage par sa directive du 3 septembre la totalité de ses forces de la mer du Nord à la Meuse. Le 12, les Américains attaquent à Saint-Mihiel et, à la fin du mois, trois grandes offensives sont déclenchées :
– le 26 par Gouraud et Pershing en Champagne et en Argonne,
– le 27 par Haig entre Lens et La Fère à l'assaut de la position fortifiée allemande (ligne Siegfried, ligne Hindenburg),
– le 28 par le groupe d'armées des Flandres que commande le roi des Belges Albert Ier en direction de Bruges et de Courtrai.

Au début d'octobre, tandis que la brillante victoire de Franchet d'Espèrey provoque la capitulation de la Bulgarie, la décision militaire est pratiquement acquise sur le front français, où Foch dispose maintenant de 212 divisions alliées face aux 180 de Hindenburg. Le 9 octobre, les Canadiens libèrent Cambrai, et, le 17, les Anglais sont à Lille ; le 25, le roi Albert Ier entre à Bruges, tandis que les Allemands s'accrochent encore à leur ligne Hunding, qui est forcée par Mangin, Guillaumat et Gouraud en liaison avec les Américains.

Dans les premiers jours de novembre, l'Escaut est franchi entre Gand et Tournai, les Alliés dépassent Valenciennes, Maubeuge et Stenay. Pour les Allemands, qui ont reculé de 100 à 200 km, la catastrophe est imminente, et la grande offensive préparée par Castelnau avec Mangin en Lorraine est devancée par l'armistice, signé le 11 novembre à Rethondes par les délégués de Hindenburg et du maréchal Foch (→ armistice de Rethondes).

8.5. Victoires alliées dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Italie

Dans les deux camps, la primauté du front français, où se joue l'ultime décision de la guerre, laisse d'abord peu de place aux fronts extérieurs dans les préoccupations des belligérants. Tout changera quand, au cours de l'été, le fléau de la balance aura penché définitivement du côté des Alliés, qui chercheront alors à relancer les fronts extérieurs pour accélérer leur victoire et garantir leurs positions politiques et économiques.

Dans les Balkans, Guillaumat, qui a remplacé Sarrail à Noël 1917, se consacre à la réorganisation des forces assez disparates des armées alliées d'Orient. Rappelé en France après la percée allemande du Chemin des Dames pour diriger la défense de Paris, il a pour successeur Franchet d'Espèrey, qui, dès son arrivée le 19 juin, prépare l'offensive dont il attend la rupture du front germano-bulgare. Déclenchée le 15 septembre au Dobro Polje, elle contraint les Bulgares à déposer les armes dès le 29. Exploitant aussitôt sa victoire, Franchet d'Espèrey lance ses troupes sur Sofia, occupée le 16 octobre, Belgrade, où les Serbes font leur rentrée triomphale le 1er novembre. L'Autriche et l'Allemagne du Sud sont menacées, tandis que Berthelot, qui avait été le chef de la mission française en Roumanie, fonce sur Bucarest, qu'il atteint le 1er décembre.

→ campagnes de Macédoine.

Alors que Clemenceau ne croyait guère à la valeur stratégique des Balkans, Lloyd George était au contraire convaincu de celle du Moyen-Orient, où il entendait assurer à son pays une solide position politique et économique. Aussi a-t-il consacré à ce théâtre d'importants moyens militaires. Ils permettent aux Anglais de relayer en Iran la présence russe défaillante et de tenter en outre un raid sur Bakou. Mais l'essentiel de ces forces est confié en Palestine au général Allenby, qui, le 19 septembre, bouscule les troupes germano-turques de Liman von Sanders. Un détachement français entre à Beyrouth le 7 octobre, et, le 25, les Britanniques sont à Alep. Le 1er octobre, les Arabes de Faysal et de Lawrence avaient libéré Damas, où Husayn s'était proclamé « roi des pays arabes », tandis que les forces de Mésopotamie fonçaient vers le nord et entraient à Mossoul le 4 novembre. Depuis cinq jours, le feu avait cessé sur les fronts du Moyen-Orient. Dans un immense désarroi, le gouvernement turc venait, en effet, d'obtenir un armistice qui avait été signé le 30 octobre par les seuls Britanniques « au nom des Alliés » dans la rade de Moudros (ou Moúdhros). Le 13 novembre, une escadre alliée arrivait à Istanbul.

En Italie, enfin, où la défaite de Caporetto avait finalement donné un coup de fouet au pays, un immense effort de redressement moral, économique et militaire a été accompli. En juin, Diaz repousse brillamment une offensive autrichienne sur la Piave, mais attend son heure pour frapper le grand coup que lui demande Foch avec insistance.

L'édifice disparate de l'armée austro-hongroise, dont les diverses nationalités sont en train de proclamer leur indépendance, donne des signes certains de désagrégation. Le 20 octobre, les Hongrois se mutinent dans le Valsugana ; le 24, Diaz lance son offensive sur Vittorio Veneto ; le 3 novembre, les Italiens sont à Trente et à Trieste. Dans la soirée du même jour, un armistice est signé par les Autrichiens dans la villa Giusti, près de Padoue ; le 25 octobre, la Hongrie avait réclamé son indépendance, c'est-à-dire la rupture avec Vienne.

8.6. L'effondrement du IIe Reich

Le 14 août, au conseil de la Couronne de Spa, la faillite de la politique allemande était apparue au grand jour. À l'échec militaire de Ludendorff s'ajoutait maintenant la menace – devenue réalité le 29 septembre pour les Bulgares – de l'effondrement des alliés de l'Allemagne. Le 3 octobre, Guillaume II remplace le chancelier Georg von Hertling par le prince Maximilien de Bade, qui prend aussitôt contact avec Wilson pour tenter d'obtenir sa médiation sur la base des Quatorze points. Après plusieurs échanges de notes, Wilson signifie le 23 octobre à Berlin son désir de traiter avec un pouvoir « démocratique ».

Dès lors, la situation politique va se dégrader très rapidement. Le 26, Ludendorff est congédié et remplacé par le général Groener ; le 3 novembre éclatent à Kiel les premières mutineries de la flotte, qui se propagent à Hambourg, à Cologne et à Berlin (→ spartakisme). Le 7, la république est proclamée à Munich. La veille, à la demande instante de Hindenburg, une délégation d'armistice avait quitté Berlin ; elle franchit les lignes françaises le 8 et signe le 11 l'armistice à Rethondes. Entre-temps, Guillaume II avait abdiqué, et la république avait été proclamée à Berlin par Scheidemann, tandis que Maximilien de Bade transmettait ses pouvoirs à Ebert.

La fin politique du IIe Reich était consommée, et les conditions imposées par Foch pour l'arrêt provisoire des hostilités étaient sévères. Dans les 15 jours, les Allemands devaient évacuer les territoires envahis et l'Alsace-Lorraine ; dans les 31 jours, la rive gauche du Rhin ainsi que Cologne, Coblence et Mayence, avec une tête de pont de 30 km sur la rive droite de ces villes. Les traités de Brest-Litovsk et de Bucarest sont annulés, l'Afrique-Orientale allemande sera évacuée, les troupes allemandes qui sont en Russie regagneront le Reich quand les Alliés jugeront le moment venu, « compte tenu de la situation de ce territoire ». Tous les sous-marins seront livrés aux Alliés, la flotte de haute mer sera internée à Scapa Flow (où elle se sabordera le 21 juin 1919) ; le blocus naval et économique sera maintenu, les Alliés envisageant de ravitailler l'Allemagne « dans la mesure reconnue nécessaire ».

Conclu pour 36 jours, l'armistice du 11 novembre sera renouvelé trois fois jusqu'à l'établissement de la paix. Entre-temps, l'Empire austro-hongrois s'est effondré sous les coups des mouvements nationalistes. À la fin de 1918 et au début de 1919, ils triomphent à Prague avec Masaryk et Beneš, fondateurs de la Tchécoslovaquie, à Belgrade, où naît le royaume des Serbes, Croates et Slovènes (future Yougoslavie). À Varsovie, l'effondrement de l'Allemagne et de l'Autriche, l'absence de la Russie permettent à la Pologne de ressusciter. Seuls subsistent de la double monarchie les deux petits États de Hongrie et d'Autriche, celui-ci tellement amoindri que l'Assemblée de Vienne a demandé le 12 novembre 1918 son rattachement à l'Allemagne.

La conférence de la Paix, ouverte à Paris le 18 janvier 1919 devant les représentants de 27 nations alliées ou associées, aura fort à faire pour remodeler la carte d'une Europe exsangue et ruinée. Elle sera définie par les traités de paix, dont le premier et le plus important sera signé avec l'Allemagne à Versailles le 28 juin 1919.

9. Les traités de paix et leurs conséquences

9.1. Le traité de Versailles 28 juin 1919

Le traité de Versailles, signé après les longues et complexes délibérations du conseil des Quatre (Wilson, Lloyd George, Clemenceau et Orlando), attribuait à l'Allemagne la responsabilité morale de la guerre et lui imposait de dures conditions, sans discussion possible.

Sur le plan frontalier d'abord, le traité prenait acte du rattachement de l'Alsace-Lorraine à la France.

→ Alsace.

La Sarre demeurait pour quinze ans sous régime international, tout en étant économiquement unie à la France, avant de choisir son avenir par plébiscite.

C'est à l'Est qu'on opéra un véritable démembrement pour constituer une Pologne indépendante avec un accès à la mer, tel que l'avaient promis les Français et les Quatorze points de Wilson : l'Allemagne dut subir d'importantes amputations, de la Posnanie à la Baltique – la création du corridor de Dantzig (déclarée ville libre en 1920) isolant la Prusse-Orientale –, et plus tard l'humiliation du plébiscite qui, en 1921, coupera en deux la haute Silésie.

Le traité comprenait aussi des garanties de sécurité : l'armée était réduite à 100 000 hommes, la Rhénanie démilitarisée sur une profondeur de 50 km sur la rive droite du Rhin. Le traité fixait enfin le principe des réparations, dont il n'établissait d'abord qu'un plancher (120 milliards de marks-or), et qui devaient empoisonner toutes les relations internationales de l'après-guerre.

9.2. Les traités de Saint-Germain-en-Laye, Neuilly, Trianon

Dans les zones balkaniques, le démantèlement de l'Autriche-Hongrie, jugé irrémédiable, donna lieu à un partage territorial où le principe wilsonien des nationalités ne fut que très partiellement respecté. Les traités de Saint-Germain-en-Laye (10 septembre 1919, avec l'Autriche), de Neuilly (27 novembre 1919, avec la Bulgarie), de Trianon (4 juin 1920, avec la Hongrie) laissaient de part et d'autre des motifs de mécontentement.

L'Italie obtenait le Trentin et le Haut-Adige autrichiens, mais pas Fiume, et presque rien sur le littoral dalmate (pour ne pas frustrer le nouvel État yougoslave), en dépit des promesses du traité secret de Londres de 1915. Le nouvel État tchécoslovaque était constitué dans la partie nord de l'empire des Habsbourg, avec l'ancienne Bohême et une longue frange du royaume de Hongrie (→ Sudètes). La Roumanie récupérait la partie est de l'Empire, la Bucovine, mais aussi toute la Transylvanie hongroise.

9.3. Frustrations et divisions : les germes d'un futur conflit

La sanction que subissaient les ex-Empires centraux était lourde de menaces pour l'avenir : dès 1920, un système de pactes d'assistance mutuelle, la Petite-Entente, s'établit entre les nouveaux pays d'Europe centrale (Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Roumanie), pour prévenir les risques d'ambitions revanchardes de la Hongrie ; quant à l'Autriche, le traité de Versailles avait pris soin de lui interdire toute réunion avec l'Allemagne.

Les derniers perdants furent la Bulgarie, qui se vit retirer son accès à la Méditerranée au profit de la Grèce, et l'Empire ottoman, qui subit plusieurs démembrements. La révolution kémaliste reniera le traité de Sèvres (10 août 1920), signé par le sultan, et déclenchera une lutte sans merci contre les Grecs pour la récupération de la Thrace orientale et de la région de Smyrne, qui seront finalement reconnues à la Turquie en 1923 par le traité de Lausanne. Des deux États ethniques qu'on avait prévus à Sèvres sur la bordure orientale de la Turquie, l'Arménie ne survécut pas, et le Kurdistan ne vit jamais le jour.

Les aspects proprement impérialistes de la Première Guerre mondiale apparaissent bien dans cette région, que les intérêts pétroliers allaient bientôt rendre vitale et où la toute neuve Société des Nations (SDN) distribue les mandats au couple franco-britannique, en prenant le risque de brimer le nationalisme arabe.

→ panarabisme.

En Afrique également, la SDN répartit de façon arbitraire, entre la France et le Royaume-Uni, les anciennes possessions allemandes (Togo, Cameroun, Tanganyika, Namibie).

Sur l'ancien front de l'Est, enfin, la paix ne réglait rien : il faudrait avoir encore recours aux armes pour que puissent se fixer les frontières de la Russie soviétique avec la Finlande, les pays Baltes, la Pologne et la Roumanie. Malgré le soutien des vainqueurs aux Russes blancs, l'Ukraine et les Républiques caucasiennes seraient bientôt abandonnées aux bolcheviks.

L'application même du traité de Versailles (non ratifié par le Sénat américain) était sujette à caution : au nom du vieux principe de l'équilibre européen, les Anglo-Saxons n'étaient pas prêts à appuyer inconditionnellement l'allié français d'hier dans une entreprise d'abaissement de l'Allemagne justifiée par des motifs de sécurité nationale.

Lourde de frustration dans chaque champ, oublieuse de ses propres principes, la conclusion de la Grande Guerre portait en elle beaucoup des enjeux futurs du xxe s.

Pour en savoir plus, voir l'article traité de Versailles.

10. Les sociétés dans la guerre

10.1. Restriction des libertés publiques

À l'épreuve de l'état de guerre, les autorités durent restreindre sérieusement les libertés publiques, au nom de la nécessité du secret des informations intéressant la défense nationale, ou de la lutte contre les tentatives de déstabilisation intérieure, réelles ou imaginaires, fomentées par l'ennemi.

On aboutit ainsi à une véritable psychose de l'espionnage. Des consignes de prudence, pour les propos tenus en public (ainsi le fameux : « Attention ! Les oreilles ennemies vous écoutent ! » affiché en France) ou pour le choix de ses fréquentations, sont régulièrement martelées aux populations. D'autre part, en vertu d'un vieux décret dépoussiéré par Poincaré, tous les pouvoirs ordinaires de police seront assurés par l'autorité militaire jusqu'en septembre 1915 – ce qui donnera lieu à de nombreux interrogatoires et arrestations arbitraires, particulièrement à proximité du front, ou dans les villages libérés dont les habitants avaient vécu quelque temps sous l'occupation allemande. Les autres pays, Grande-Bretagne comprise, n'étaient pas en reste. Partout, la surveillance des milieux ouvriers, foyers de subversion potentiels, des syndicalistes, et plus encore des étrangers (spécialement les allogènes des Empires russe et austro-hongrois), dont la loyauté n'est pas jugée sûre, mobilise les polices. Bien entendu, on découvre de véritables affaires d'espionnage, des journaux achetés pour diffuser des informations orientées, des députés corrompus.

Les gouvernements tiennent à contrôler l'information qui parvient à l'opinion publique. Tous les pays, y compris la Grande-Bretagne, mettent en place une censure préalable de la presse par les services du ministère de la Guerre, ainsi que des lois réprimant les « indiscrétions » sur les plans de bataille. Cela n'empêche cependant pas les journaux français, britanniques et autrichiens d'entretenir un vrai débat. À partir de 1916, les commissions du contrôle postal aux armées lisent la correspondance des soldats, traquant les « impressions du front » qui pourraient choquer ou faire douter les arrières. Les rapports qu'elles dressent s'ajoutent à ceux des préfets sur « l'état des esprits dans les départements » pour donner aux autorités une photographie régulière du moral de la nation.

La propagande gouvernementale cherche enfin à mobiliser les énergies, en alimentant la haine de l'adversaire (ainsi en dénonçant les « atrocités » commises par les Allemands en Belgique et dans les départements occupés), ou bien en exaltant le soutien économique et humain des Américains. Les dimensions psychologiques de la guerre sont donc connues et exploitées, y compris en direction des troupes ennemies (lâchers de tracts sur les tranchées).

10.2. La nouvelle place des femmes

La demande des usines de guerre a certes accéléré l'arrivée des femmes sur le marché du travail (qui n'était cependant pas négligeable en 1914), mais ce progrès n'a pas été durable (ces nouveaux emplois ont été réaffectés à la main-d'œuvre masculine dès la fin de la guerre), et elles n'y ont pas obtenu un traitement égalitaire sur le plan salarial. Il y eut des grèves dirigées contre cette discrimination, notamment en France, en 1917, souvent liées ou confondues avec la protestation contre la vie chère. Enfin, les nouveaux emplois féminins de l'industrie furent surtout occupés par des personnes qui exerçaient déjà un métier. En Allemagne et en Grande-Bretagne, beaucoup de femmes quittèrent la domesticité pour l'usine, qui payait mieux. On vit aussi des femmes des classes moyennes, notamment britanniques, pour lesquelles avoir une vie active signifiait jusque-là déchoir de son statut social, occuper des postes de fonctionnaires, d'employées des assurances et des banques.

Mais, pour beaucoup d'autres femmes, la seule tâche de tenir une maison et d'élever des enfants, en l'absence du mari et sans soutien financier, dans le contexte économique de 1914-1918, pouvait se révéler écrasante. Les États furent amenés à reconnaître aux femmes de soldats le droit à une considération et à une aide particulière : elles étaient, en effet, en charge de la jeune génération, qui serait appelée à prendre la relève des poilus. Comme la peur du déclin démographique national redoublait, les femmes furent invitées à considérer leurs grossesses comme un devoir patriotique.

La propagande nataliste fut intense pendant la guerre, combinant l'incitatif et le répressif – les avortements clandestins augmentèrent, spécialement dans l'Allemagne de 1918. La prise en charge se traduisit par le paiement d'allocations aux épouses de soldats restant au foyer.

L'impact de la guerre sur la place des femmes dans la société est donc ambigu : il favorisa plus la reconnaissance de leurs aptitudes que celle de leurs droits. Mais il leur donna la conviction nécessaire pour les revendiquer : le mouvement des suffragettes put ainsi aboutir dans le Royaume-Uni de 1918.

10.3. Paysans et ouvriers

La paysannerie forme le groupe social le plus sacrifié à la guerre. En France, on compta à peu près 600 000 paysans tués (1 mort pour 10 actifs). Pour les paysans, contrairement à certains groupes sociaux urbains, les moyens d'échapper au service armé étaient quasi inexistants. L'existence quotidienne des familles restées à l'arrière fut profondément changée : comme à la ville, les femmes durent prendre de nouvelles responsabilités et, pour les travaux les plus lourds, le recours à une main-d'œuvre complémentaire s'imposa fréquemment : prisonniers de guerre, immigrés (Italiens et Espagnols dans le sud de la France). Les mutations économiques ne furent pas toujours favorables : ainsi, les campagnes furent globalement enrichies par la hausse des prix agricoles, mais, à partir de 1917 en Allemagne, elles souffrirent de l'âpreté des réquisitions et des contrôles. En tout cas, devant l'hécatombe aux armées, c'est la résignation qui prévalut.

La traversée de la guerre pour les milieux urbains en général et ouvriers en particulier posa d'autres problèmes. Le rappel à l'arrière des ouvriers, au début du conflit, avait privilégié les spécialistes, mais, en Grande-Bretagne, les syndicats durent accepter, en 1915, la politique de la « dilution » voulue par Lloyd George, c'est-à-dire le remplacement des spécialistes par d'autres travailleurs, moins qualifiés mais plus nombreux. Les avantages salariaux que les ouvriers français et allemands purent obtenir, s'ils constituèrent un progrès notable, s'avérèrent insuffisants à contenir la hausse du coût de la vie, très sensible à partir de 1916. En Grande-Bretagne, de grandes grèves de revendications salariales eurent lieu en 1915 (dans le bassin de la Clyde et dans le pays de Galles) et, malgré l'aggravation du rationnement consécutive à la guerre sous-marine en 1917, le niveau de vie des classes populaires put être maintenu légèrement au-dessus de celui de 1914. En France, le mécontentement ouvrier face à la vie chère éclata en 1917 : les grèves de mars-juin, lancées en dehors du contrôle de la Confédération générale du travail (CGT) à Paris et en province, purent cependant être stoppées par les concessions salariales du gouvernement.

10.4. Pénurie et agitation urbaine

La situation, beaucoup plus grave en Allemagne et en Autriche, ne cessa de se dégrader à partir de l'hiver 1916 : malgré les produits de substitution, malgré les soupes populaires et les cantines, la pénurie alimentaire créa un état de malnutrition chronique qui influa fortement sur les capacités de résistance physique et morale de la population citadine. Un indice indiscutable en est le développement sensible de la morbidité : avitaminoses et anémies chez les enfants, dysenteries, typhus famélique, surmenage ou épuisement chez les ouvrières, pour qui la recherche de la nourriture au marché noir mobilise plusieurs heures par jour.

La lassitude et l'exaspération devant la misère donnèrent lieu, dans les villes allemandes, à une agitation régulière, du printemps 1917 à l'armistice : désobéissance et désertions dans l'armée et la flotte, grèves contre la baisse des rations alimentaires, qui tournent à l'émeute de la faim à Leipzig en mai 1917. Ces mouvements protestataires furent réprimés mais, exploités par les spartakistes, ils favoriseront l'organisation des ouvriers d'usine.

Le sort des familles de fonctionnaires, d'employés ou de petits rentiers mobilisés ne fut pas meilleur. Sans avoir rien de comparable avec la misère qui sévissait dans les départements occupés, ou avec l'abandon dans lequel furent laissés certains prisonniers de guerre, notamment les Russes en Autriche, les difficultés de plus en plus lourdes des populations de l'arrière constituèrent un élément capital dans l'issue du conflit.

11. L'effort de guerre de la France

Sur le plan industriel, la France a réalisé d'étonnantes performances, notamment dans les productions d'armements, d'automobiles et de l'aéronautique. Elles lui permettront notamment d'équiper pour une très large part les troupes américaines en 1917-1918.

De 1914 à 1918, 51 000 avions, 95 000 moteurs, 3 800 chars sortent des usines françaises, dont la capacité journalière de production d'obus est passée de 10 000 en 1914 à 275 000 en 1918.

Mais cette guerre a coûté particulièrement cher à la France. Outre ses 1 390 000 morts, dont 27 % d'hommes de moins de 28 ans, elle compte près de 3 millions de blessés (dont 700 000 mutilés). Les dommages matériels sont écrasants : nombre de villes du front telles que Lens, Soissons, Saint-Quentin, Arras, Reims sont quasi totalement détruites ; 60 000 km de routes et 6 000 km de voies ferrées sont à reconstruire ; 5 000 entreprises industrielles sont sinistrées à 100 %, et les mines du Nord, scientifiquement détruites par les Allemands, ne donneront en 1919 que 600 000 t de charbon contre 19 millions de tonnes en 1913.

L'ensemble des dommages subis par la France est évalué par la Commission des réparations à 125 milliards de francs-or, auxquels s'ajoutent 31 milliards d'emprunts aux Alliés, si bien que l'on estime que la guerre – compte tenu de son financement – a coûté à la France environ les trois quarts de son capital.

12. Les pertes humaines

Total général : environ 9 millions, dont : France, 1 390 000 ; Allemagne, 1 950 000 ; Autriche-Hongrie, environ 1 040 000 ; Belgique, environ 45 000 ; Canada, 60 000 ; États-Unis, 114 000 ; Grande-Bretagne, 780 000 ; Italie, 530 000 ; Roumanie, 158 000 ; Russie, environ 1 700 000 ; Serbie, 400 000 ; Turquie, 400 000.

À ces pertes qui concernent essentiellement les armées (et dont les chiffres demeurent encore approximatifs), il convient d'ajouter les très nombreuses victimes civiles de la guerre, notamment en Belgique (50 000 ?), en Pologne et en Roumanie (500 000 à 600 000 ?), en Arménie (500 000 ?).

13. De la Première Guerre mondiale au totalitarisme

La Première Guerre mondiale a souvent été qualifiée de guerre totale. En effet, la mobilisation ne fut pas seulement d'ordre militaire. Tous les acteurs de la société participèrent à l'effort de guerre, qui prit alors de nouvelles formes. La culture fut ainsi mobilisée dans la perspective d'un endoctrinement des esprits. Mais l'effort de guerre devait être encore plus massif pendant le second conflit mondial. Pour ces raisons, la Première Guerre mondiale fut progressivement négligée par les historiens avant de connaître un regain d'intérêt à partir des années 1980.

Parmi les domaines les plus intéressants de la recherche historique figure une nouvelle approche de l'histoire des sociétés européennes pendant la Première Guerre mondiale. Elle est principalement liée aux travaux de l'historien américain d'origine allemande George Lachmann Mosse. Dans un de ses ouvrages, Fallen Soldiers, Reshaping the Memory of the World Wars (1990), il emploie le premier l'idée d'une brutalisation des sociétés européennes. C'est ce concept qui a donné le titre de la traduction française – La brutalisation des sociétés européennes. De la Grande Guerre au totalitarisme (1999). Mosse désigne ainsi le processus de transformation de toutes les relations sociales induit par l'expérience de la guerre.

C'est là que pourrait résider un lien nouveau entre la Première Guerre mondiale et le totalitarisme. C'est parce qu'ils s'étaient progressivement habitués à une violence généralisée que beaucoup d'Européens acceptèrent de vivre dans des États totalitaires – le régime soviétique, l'Italie fasciste, l'Allemagne nationale-socialiste. Cette brutalisation des sociétés européennes explique l'émergence dans l'Europe de l'entre-deux-guerres du thème de l'« homme nouveau » que voulaient forger ces États totalitaires, nés de et dans la violence.

Pour en savoir plus, voir l'article totalitarisme.

Consulter aussi le site du Musée de la Grande Guerre http://www.museedelagrandeguerre.eu.