peine

nom féminin

(latin poena, du grec poinê)

Définitions de peine


  • Punition, sanction appliquée pour une faute commise, une infraction : Le débat sur la peine de mort.
  • Souffrance morale, affliction, chagrin : Consoler un ami dans la peine.
  • Effort qui coûte : Le travail demande de la peine.
  • Difficulté qui gêne pour faire quelque chose : S'exprimer avec peine.

Expressions avec peine



  • Avoir (de la) peine à,

    parvenir difficilement à : J'ai peine à vous croire.
  • Ce n'est pas la peine de,

    ce n'est pas assez important pour, il n'est pas utile de.
  • C'était (c'est) bien la peine de,

    le mauvais résultat obtenu ne valait pas le travail qu'on a eu.
  • En être pour sa peine,

    voir ses efforts restés sans résultat.
  • Familier Être à la peine,

    éprouver des difficultés ; être dans une situation délicate : Le ministre est à la peine avec la réforme.
  • Être bien en peine,

    être fort empêché.
  • Être, se mettre en peine de, pour quelqu'un, quelque chose,

    avoir, se donner du souci, de l'inquiétude pour eux.
  • Faire peine à voir,

    inspirer de la pitié.
  • Homme, femme, gens de peine,

    personnes employées à faire des travaux pénibles.
  • Ne pas plaindre, épargner, ménager sa peine,

    montrer une grande activité, un grand zèle.
  • N'être pas en peine pour,

    n'être pas gêné pour.
  • Perdre sa peine, c'est peine perdue,

    travailler sans résultat, c'est de la fatigue inutile.
  • Pour la peine, pour votre (ta) peine,

    en récompense, en dédommagement ; pour vous (te) punir.
  • Prendre la peine, se donner la peine de,

    se donner le mal de ; à l'impératif, formule d'invitation polie : Donnez-vous la peine d'entrer.
  • Familier. S'en donner la peine,

    faire l'effort pour, se démener.
  • Sous peine de,

    sous menace de, en s'exposant à ; pour éviter le risque de : Défense d'afficher sous peine d'amende.
  • Valoir la peine de, que,

    avoir une certaine importance ; mériter que, être digne de : Cette exposition vaut la peine d'être vue.

Homonymes de peine


  • peine forme conjuguée du verbe peiner
  • peinent forme conjuguée du verbe peiner
  • peines forme conjuguée du verbe peiner
  • pêne nom masculin
  • penne nom féminin

Difficultés de peine


  • ORTHOGRAPHE

    À grand-peine, avec un trait d'union.

    Sans peine, sans trait d'union. 3. Mots apparentés à peine : pénible et péniblement s'écrivent pé- et non pei- (contrairement à peiner), ainsi que pénal (du latin pœnalis) et ses dérivés pénalement, pénalisant, pénalisation, pénaliser, pénaliste, pénalité.

  • CONSTRUCTION

    À peine en tête de phrase : le sujet se place le plus souvent après le verbe si c'est un pronom personnel (à peine fut-elle arrivée que....) ; il est généralement repris par un pronom personnel placé après le verbe si c'est un nom (à peine la jeune femme fut-elle arrivée que....).

    Avoir peine à / avoir de la peine à. Ne pas confondre ces deux expressions.
    Avoir peine à = éprouver de la répugnance à. Il a peine à accepter de telles conditions de travail.
    Avoir de la peine à = éprouver de la difficulté à. Il a de la peine à se déplacer.

    Être en peine de (+ infinitif) / être en peine de (+ substantif). Ne pas confondre les deux constructions.
    Être en peine de (+ infinitif) = éprouver de la difficulté à. J'étais bien en peine de lui répondre.
    Être en peine de (+ substantif) = manquer de (souvent employé en tournure négative : n'être pas en peine de). C'est un homme qui n'est jamais en peine de bonnes fortunes.

    C'est à peine si (+ indicatif), marquant la restriction (= très peu, pour ainsi dire pas). C'est à peine s'il dîne = il ne dîne pour ainsi dire pas.

    Cela vaut la peine de, ce n'est pas la peine de (+ infinitif) / cela vaut la peine que, ce n'est pas la peine que (+ subjonctif) : les deux tours sont également corrects, mais le subjonctif est plus précis que l'infinitif puisqu'il mentionne le sujet de l'action.

    Sous peine de (+ substantif ou infinitif passif) / sous peine que (+ subjonctif). La construction avec substantif est la plus fréquente : défense d'entrer sous peine de poursuites. Les constructions avec l'infinitif passif ou le subjonctif, correctes mais lourdes, sont plus rares : défense est faite à quiconque d'entrer, sous peine d'être poursuivi ; gardez-vous d'entrer, sous peine qu'on (ne) vous poursuive.


Citations avec peine


  • Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire (Rome 1880-Paris 1918)
    Je passais au bord de la Seine
    Un livre ancien sous le bras
    Le fleuve est pareil à ma peine
    Il s'écoule et ne tarit pas
    Quand donc finira la semaine.

    Alcools, Marie , Gallimard
  • Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire (Rome 1880-Paris 1918)
    La joie venait toujours après la peine.
    Alcools, le Pont Mirabeau , Gallimard
  • Marcel Aymé (Joigny 1902-Paris 1967)
    En France, les peines d'argent durent plus longtemps que les peines de cœur et se transmettent de génération en génération.
    Silhouette du scandale, Le Sagittaire
  • Robert Brasillach (Perpignan 1909-Montrouge 1945)
    Et ceux que l'on mène au poteau
    Dans le petit matin glacé,
    Au front la pâleur des cachots,
    Au cœur le dernier chant d'Orphée,
    Tu leur tends la main sans un mot,
    Ô mon frère au col dégrafé

    Poèmes de Fresnes, Les Sept Couleurs
  • Louis François Nicolaïe, dit Clairville (Lyon 1811-Paris 1879)
    et
    Paul Siraudin (Paris 1813-Enghien-les-Bains 1883)
    et
    Victor Koning (1842-1894)
    Ce n'était pas la peine
    Non pas la peine assurément
    De changer le gouvernement.

    La Fille de Madame Angot (musique de Charles Lecocq)
  • Alphonse Karr (Paris 1808-Saint-Raphaël 1890)
    Si l'on veut abolir la peine de mort, en ce cas, que Messieurs les assassins commencent.
    Les Guêpes
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Travaillez, prenez de la peine :
    C'est le fonds qui manque le moins.

    Fables, le Laboureur et ses Enfants
  • Alphonse de Prât de Lamartine (Mâcon 1790-Paris 1869)
    Ici-bas, la douleur à la douleur s'enchaîne.
    Le jour succède au jour, et la peine à la peine.

    Premières Méditations poétiques, l'Homme
  • Maurice Maeterlinck (Gand 1862-Nice 1949)
    Ne cultivons pas notre peine,
    L'Éternité s'en chargera […].

    Treize Chansons de l'âge mûr, Fasquelle
  • André Malraux (Paris 1901-Créteil 1976)
    Les condamnés à mort sont contagieux.
    L'Espoir, Gallimard
  • Charles Nodier (Besançon 1780-Paris 1844)
    Académie française, 1833
    Il ne faut léser personne. Il ne faut pas léser ceux qui tuent. Il ne faut pas tuer le bourreau !
    Histoire d'Hélène Gillet
  • Benjamin Péret (Rezé, Loire-Atlantique, 1899-Paris 1959)
    La joie comme la peine se mesurent au centigramme.
    Le Grand Jeu, As de pique , Gallimard
  • Henri Pourrat (Ambert 1887-Ambert 1959)
    Ce n'est pas tellement vers la joie, vers la peine, qu'on a choisi d'aller. On a choisi d'aller vers autre chose.
    À la belle bergère, Albin Michel
  • Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le marquis de Sade (Paris 1740-Charenton 1814)
    Je donnerai des lois simples à cet excellent peuple, mais la peine de mort en punira-t-elle l'infracteur ? À Dieu ne plaise ! Le souverain Être peut disposer lui seul de la vie des hommes.
    Aline et Valcour
  • Paul Verlaine (Metz 1844-Paris 1896)
    C'est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon cœur a tant de peine !

    Romances sans paroles, III , Messein
  • Alfred, comte de Vigny (Loches 1797-Paris 1863)
    L'existence du Soldat est (après la peine de mort) la trace la plus douloureuse de barbarie qui subsiste parmi les hommes.
    Servitude et grandeur militaires
  • sainte Jeanne d'Arc dite la Pucelle d'Orléans (Domrémy 1412-Rouen 1431)
    Il avait été à la peine, c'était bien raison qu'il fût à l'honneur.
    Procès de Jeanne d'Arc, 9e interrogatoire, 17 mars 1431

    Commentaire
    Réponse de Jeanne d'Arc à ses juges, qui lui demandaient pourquoi son étendard avait été porté à Reims, au sacre du roi, avec ceux des autres capitaines.

  • Cesare Bonesana, marquis de Beccaria (Milan 1738-Milan 1794)
    […] L'expérience de tous les siècles, où la peine capitale n'a jamais détourné les hommes déterminés d'outrager la société […].
    […] La sperienza di tutt'i secoli, nei quali l'ultimo supplicio non ha mai distolti gli uomini determinati dall'offendere la società […].
    Dei delitti e delle pene, XXVIII
  • Cesare Bonesana, marquis de Beccaria (Milan 1738-Milan 1794)
    L'un des plus grands freins opposés aux délits, c'est non pas la rigueur des peines, mais l'infaillibilité de celles-ci.
    Uno dei più grandi freni dei delitti non è la crudeltà delle pene, ma l'infallibilità di esse.
    Dei delitti e delle pene, XXVII
  • Frédéric Mistral (Maillane, Bouches-du-Rhône, 1830-Maillane, Bouches-du-Rhône, 1914)
    La peine, avec la liberté, trempe l'homme comme fer, et l'opulence fait des pourceaux.
    Calendal, IX
    […] La peno, emé la liberta,
    Atrempo l'ome coume un ferre,
    E la drudiero fai de verre.

    Calendau, IX

Mots proches

Dans laquelle de ces phrases le mot « midi » devrait-il porter une majuscule ?