En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

reptile

(bas latin reptilis, rampant)

Crocodiliens
Crocodiliens

Nom de classe de vertébrés tétrapodes tels que lézards, serpents, tortues et crocodiles de la faune actuelle et de très nombreuses formes, parfois géantes, de l'ère secondaire. (Les formes actuelles rampent plutôt qu'elles ne marchent.)

La grande majorité des quelque 7 000 espèces actuelles de lézards, serpents, crocodiles et tortues peuplent les régions chaudes et tempérées du globe. Quelques-unes toutefois, comme le lézard vivipare et la vipère péliade, atteignent le cercle polaire dans l'hémisphère Nord. Le python réticulé et l'anaconda se disputent le titre de plus grand reptile actuel (10 m de long environ). Le plus petit, un gecko des îles Vierges, ne dépasse pas 1,7 cm.

Classification

Les reptiles ne sont plus considérés aujourd'hui comme un groupe d'origine unique (monophylétique). Sur la base de nombreux points communs dans leur anatomie avec les oiseaux, on les réunit avec ces derniers dans le groupe des sauropsidés. On distingue ainsi quatre groupes : chéloniens (tortues), squamates (lézards et serpents), rhynchocéphales (représentés par le seul sphénodon [ou hattéria]) et crocodiliens (réunis aux oiseaux dans le groupe des archosauriens). À l'ère secondaire, les reptiles étaient également représentés par des formes terrestres (dinosaures), aériennes (ptérosauriens) et marines (ichtyosaures, plésiosaures) atteignant parfois des dimensions colossales.

Anatomie et modes de vie

Les reptiles sont des tétrapodes (vertébrés à quatre pattes), mais les seps n'ont conservé qu'une paire de membres (les pattes avant), tandis que les serpents et les lézards apodes les ont complètement perdus.

Les reptiles sont caractérisés par une peau sèche, dépourvue de glandes et recouverte d'écailles, dont la couche superficielle s'élimine périodiquement (c'est la mue). Leur système circulatoire est plus perfectionné que celui des amphibiens, mais la séparation des sangs veineux et artériel n'est totale que chez les crocodiliens.

Les serpents et les lézards sont majoritairement terrestres ou arboricoles ; les crocodiliens sont amphibies ; les tortues, terrestres ou aquatiques. Quelques lézards (dragons volants) ainsi que quelques serpents (couleuvres volantes) sont capables de planer d'arbre en arbre. Exception faite de plusieurs espèces herbivores (des tortues, des iguanes, etc.), les reptiles sont des prédateurs.

Reproduction

La fécondation est toujours interne. Les mâles possèdent un organe copulateur érectile (double chez les serpents et les lézards). D'un point de vue évolutif, les reptiles sont les premiers vertébrés terrestres à s'être véritablement affranchis du milieu aquatique : la totalité de leur développement s'effectue dans un œuf rempli de réserves qui, peu sensible à la sécheresse, protège l'embryon. Les œufs peuvent être pondus à terre (oviparité) ou conservés dans l'organisme maternel jusqu'à l'éclosion (ovoviviparité). Les petits ressemblent aux adultes et sont autonomes dès la naissance.

Température corporelle

Les reptiles ne disposent pas de mécanismes physiologiques pour réguler leur température interne. Celle-ci varie donc en fonction de celle de leur milieu. Ils doivent malgré tout parvenir à conserver leur température dans des limites compatibles avec les activités physiologiques (en fait de « sang froid », les reptiles se maintiennent en moyenne entre 20 et 35 °C !). Dans les régions à saisons marquées, les reptiles passent en vie ralentie la saison froide (hibernation) et les périodes de sécheresse (estivation).