En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hibernation

(bas latin hibernatio, -onis, du latin classique hibernare, hiberner)

Ensemble des phénomènes provoqués chez les êtres vivants par l'arrivée de la saison froide (ou de la saison sèche) et qui leur permettent d'y faire face en dépit de la rareté de l'eau et/ou des aliments.

BIOLOGIE

Pour certains animaux, les hibernants saisonniers profonds (rongeurs – tels le loir, la marmotte et le hamster –, insectivores – tels la musaraigne et le hérisson –, opossums et échidnés), il s'agit d'un phénomène périodique, annuel, à déclenchement saisonnier. Des carnivores comme l'ours brun et le blaireau montrent aussi un tel rythme saisonnier, bien qu'ils ne soient pas considérés comme de vrais hibernants car leur température interne ne chute pas de manière importante. Cependant, d'autres animaux, comme le martinet noir, la tourterelle des bois, les colibris, certaines chauves-souris et des lémuriens (chéirogale, microcèbe), connaissent de courtes phases de torpeur, liées principalement à une raréfaction de la nourriture ou de l'eau : leur « hibernation » ne montre pas de rythme saisonnier.

Durant l'hibernation, la température corporelle s'abaisse jusqu'au voisinage de celle du lieu (grotte ou terrier) dans lequel l'animal s'est réfugié. Celui-ci est alors dans un état de torpeur qui lui permet de réduire ses dépenses énergétiques. La plupart des fonctions de l'organisme sont ralenties (fréquences cardiaque et respiratoire, consommation d'oxygène, vitesse de coagulation, etc.). Ce sommeil très particulier est cependant obligatoirement entrecoupé de courtes périodes de réveil. Le réveil définitif a lieu dès l'augmentation des températures extérieures à l'approche du printemps.