En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

insecte

(latin insecta, pluriel de insectum, divisé en parties, calque du grec entomon)

Cycle de vie des insectes
Cycle de vie des insectes

Animal invertébré articulé, respirant par des trachées et dont la tête est indépendante du thorax, qui comprend trois anneaux portant chacun une paire de pattes. (Chez la plupart des espèces, l'adulte a des ailes, ce qui n'est le cas chez aucun autre animal invertébré. Les insectes constituent une immense classe d'arthropodes [1 million d'espèces environ].)

Les insectes sont répandus sur tous les continents, où ils peuplent tous les milieux terrestres et aquatiques, à l'exception des milieux marins, où vit un seul genre, halobates, sur les algues flottantes. Le corps des insectes, divisé en segments articulés, ou métamères, est enveloppé dans un tégument coriace formé de chitine. On distingue trois parties du corps : la tête, le thorax et l'abdomen. La tête porte une seule paire d'antennes, des yeux à facettes, trois ocelles et trois paires de pièces buccales (mandibules, mâchoires et lèvre inférieure).

Le thorax est formé de trois segments : prothorax, mésothorax et métathorax, portant chacun une paire de pattes articulées, et, les deux derniers segments, chacun une paire d'ailes ou d'organes homologues. L'abdomen est formé de onze segments et renferme les principaux viscères. Les huit premiers segments abdominaux portent des stigmates, orifices des trachées respiratoires qui conduisent l'air dans tout le corps. La respiration est presque toujours aérienne chez l'adulte, même pour les insectes qui vivent dans l'eau. La taille d'un insecte adulte varie de 30 cm (certains phasmes) à 1/3 de mm (moucherons). La plupart des espèces pondent des œufs, mais certaines mouches engendrent directement des larves. Le jeune insecte, au sortir de l'œuf, peut ressembler à ses parents (insectes hétérométaboles) ou en différer absolument (insectes holométaboles) ; il lui faut alors parcourir une suite de transformations complexes pour arriver à l'état adulte. (→ métamorphose.)

À l'exception d'un petit groupe de formes primitives (thysanoures, protoures, diploures, collemboles), les insectes sont ailés (ou descendent d'ancêtres ailés) et présentent des métamorphoses, incomplètes chez les paurométaboles et les hémimétaboles, complètes et comportant une nymphe immobile chez les holométaboles. Principaux ordres parmi les hétérométaboles : orthoptères, hémiptéroïdes, libellules ; parmi les holométaboles : diptères (mouches et moustiques), lépidoptères (papillons), coléoptères, hyménoptères (abeilles, fourmis…).

Les ravages des insectes peuvent être considérables dans les cultures (phylloxéra, hanneton, carpocapse, mouche de Hesse, doryphore, cochenilles, etc.), dans les entrepôts (charançons, bruches), dans les vergers et les forêts par l'attaque du bois (insectes xylophages) ou du feuillage (chenilles défoliatrices). Les pucerons peuvent véhiculer et inoculer des virus pathogènes pour les végétaux.

Les poux, les puces, les moustiques et les mouches piquantes peuvent transmettre à l'homme ou aux animaux des maladies, dont plusieurs sont considérées comme des fléaux mondiaux (peste, typhus, paludisme, fièvre jaune, maladie du sommeil). Les moucherons vulnérants inoculent des germes pathogènes comme les leishmanioses, d'autres colportent des filaires. Certaines mouches pondent leurs œufs directement sur les animaux, et leur développement provoque des désordres variés. (→ myiase.)

D'autres espèces sont des auxiliaires de l'homme et de l'agriculture en limitant la prolifération des insectes nuisibles, soit comme prédateurs (carabes, staphylins, coccinelles, syrphes), soit comme parasites (hyménoptères chalcidiens, diptères tachinaires), propriété utilisée en lutte biologique.

Beaucoup d'insectes jouent un rôle dans les équilibres biologiques, en particulier dans la décomposition des matières organiques (coléoptères coprophages, diptères saprophages, collemboles). D'autres interviennent dans la fécondation des plantes cultivées par leur action pollinisatrice (abeille, bourdon, blastophage). Enfin, quelques espèces sont utiles à l'homme par leur production (abeille, ver à soie, cochenille du nopal, kermès du chêne) ou même parfois comme aliment dans les pays tropicaux (criquets, chenilles, ver palmiste, reines de termites).