En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

abeille

(ancien provençal abelha, du latin apicula)

Abeille
Abeille

Insecte hyménoptère social (apidé) dont certaines espèces sont l'objet d'un élevage (apiculture) pour la récolte du miel et de la cire élaborée par une colonie hébergée dans une ruche.

Le sexe d'une abeille est déterminé dès la ponte de l'œuf, qui, s'il doit donner un mâle, restera non fécondé et sera pondu dans une alvéole plus grande que celle de la plupart des femelles. Parmi ces dernières, seules quelques-unes, pondues dans une très grande « loge royale » et richement nourries à l'état larvaire (« gelée royale ») donneront des femelles fécondes, ou reines. Toutes les autres, étroitement logées et sous-alimentées, resteront stériles, formant la caste des ouvrières. Dans tous les cas, la nymphose a lieu à l'abri d'un couvercle que l'adulte perce entre 16 et 21 jours après la ponte, selon la caste.

L'abeille adulte, de couleur brune, velue, longue de 1,5 à 2 cm, présente trois parties nettement séparées : tête, thorax et abdomen. Les antennes sont courtes, les gros yeux composés sont complétés par des ocelles frontaux favorisant l'orientation par temps couvert, l'appareil buccal est de type lécheur. Les deux paires d'ailes se solidarisent pendant le vol grâce à une rangée de crochets (hamules). L'abdomen des femelles se termine par un aiguillon relié à un appareil venimeux, et dont la piqûre est douloureuse, voire dangereuse. Seule l'ouvrière possède des glandes cirières et, sur les pattes postérieures, des organes de récolte du pollen (brosse, corbeille, râteau). En été, la colonie atteint sa population maximale, de l'ordre de 60 000 ouvrières, quelques centaines de mâles, quelques milliers de larves et une seule reine. La naissance de nouvelles femelles fertiles provoque le départ de l'ancienne reine, suivie de la moitié environ des ouvrières : c'est l'essaimage, suivi de la fondation d'une nouvelle ruche. La reine, qui ne fait que pondre (jusqu'à 2 000 œufs par jour), vit en effet 4 ou 5 ans, tandis que les ouvrières meurent d'épuisement en quelques semaines, et que les mâles sont massacrés à l'automne.

La reine peut d'ailleurs reprendre la ponte : fécondée par 4 ou 5 mâles lors de son unique vol nuptial de jeunesse, elle a fait provision de sperme pour toute sa vie. Les ouvrières assurent toutes les fonctions : construction des rayons de cire (→ ruche), défense, nettoyage et ventilation de la ruche, mise en conserve du miel, nourrissage des larves et de la reine, enfin et surtout récolte du pollen et du nectar des fleurs (butinage), ce qui fait d'elles d'utiles agents de pollinisation des plantes fourragères. La « danse frétillante », par laquelle les premières butineuses informent leurs compagnes de l'emplacement des gîtes floraux, a la précision d'un véritable langage.