En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

fleur

(latin flos, -oris)

Structure comparée de fleurs
Structure comparée de fleurs

Organe des plantes supérieures, ou phanérogames, qui contient les organes reproducteurs entourés le plus souvent d'un périanthe, et dont les pièces peuvent être d'une couleur brillante ou d'un parfum agréable.

BOTANIQUE

Fonctions et structure

Organe spécialisé dans la reproduction sexuée, la fleur n'existe que chez les végétaux appartenant au groupe des angiospermes (ceux qu'on appelle couramment plantes à fleurs). La forme, la couleur et la disposition des fleurs des diverses espèces d'angiospermes sont extrêmement variées ; ce sont autant de critères simples qui permettent de distinguer facilement les plantes à fleurs entre elles. La plupart des fleurs sont aériennes ; quelques espèces, toutefois, fleurissent sous l'eau.

Les différentes parties de la fleur

La fleur est portée par une portion de tige, appelée pédoncule (ou, plus couramment, la queue). Elle est constituée de différentes pièces florales, qui sont portées par un réceptacle habituellement charnu et sont plus ou moins disposées sur 4 cercles concentriques. Les sépales, généralement verts, constituent le calice, l'enveloppe florale externe. Ils sont tout d'abord resserrés, de façon à protéger la fleur lorsqu'elle est encore en bouton. La corolle est l'enveloppe florale située à l'intérieur du calice ; elle est composée de plusieurs pétales qui, le plus souvent, sont colorés. L'épanouissement du calice et de la corolle rend visibles les pièces florales reproductrices. L'androcée regroupe les étamines, qui sont les pièces florales mâles. Chacune d'entre elles est formée d'une petite tige allongée nommée filet, portant en son extrémité un renflement, l'anthère. C'est sur l'anthère que se trouvent les sacs polliniques contenant les cellules reproductrices mâles des grains de pollen. Le gynécée, ou pistil, se trouve au centre de la fleur ; il est formé par un ou plusieurs carpelles, qui sont les pièces florales femelles.

Un carpelle typique présente à sa base une partie renflée, l'ovaire, qui contient les ovules et se prolonge par une sorte de tube, le style, lui-même terminé par un organe récepteur de pollen, le stigmate. La protection des ovules est réalisée à son plus haut degré de perfection chez les plantes à fleurs, puisque les ovules sont enfermés dans un ovaire clos, ce qui n'est pas le cas chez les végétaux appartenant à d'autres groupes.

Le sexe des fleurs

Les gamètes (cellules reproductrices) sont produits uniquement par les étamines (mâles) et les carpelles (femelles). Quand une fleur présente l'ensemble de ces organes, elle est dite « hermaphrodite » (renoncule, pommier, anémone). Une fleur peut aussi être unisexuée ; si elle ne porte que des étamines, c'est une fleur mâle, si elle ne porte que des carpelles, c'est une fleur femelle. Lorsque fleurs mâles et fleurs femelles sont présentes sur un même plant, l'espèce est dite « monoïque » (noisetier, bouleau, ricin). Quand fleurs mâles et fleurs femelles sont portées par des pieds séparés, l'espèce est dite « dioïque » ; moins de 5 % des espèces de plantes à fleurs, parmi lesquelles le houx et le dattier, sont dans ce cas.

Inflorescences

Certaines plantes, comme la tulipe, n'ont qu'une seule fleur par plant. D'autres (violette, bouton d'or…) en comptent plusieurs, qui sont dispersées, sans ordre apparent, sur les tiges. Mais chez la plupart des espèces à multiples fleurs, ces dernières sont regroupées sur la tige selon une architecture bien particulière, constituant une inflorescence.

Grappe, épi, corymbe et ombelle

Dans une grappe (groseillier, muguet, giroflée), les fleurs sont disposées le long d'un axe principal, leurs pédoncules étant tous à peu près de même longueur. L'épi (plantain) a la même structure qu'une grappe mais ses fleurs n'ont pratiquement pas de pédoncule. Les chatons (noisetier, bouleau, saule, peuplier) sont des sortes d'épis, généralement pendants ; leurs fleurs ont la particularité de n'avoir ni sépales ni pétales (les organes reproducteurs étant protégés par de simples écailles). Le corymbe (poirier, sureau, cerisier, prunier) se distingue de la grappe par le fait que les pédoncules, de longueur inégale, se terminent tous à la même hauteur, portant les fleurs sur un plan horizontal. Dans l'ombelle (lierre), tous les pédoncules floraux s'insèrent au même point et ont la même longueur.

Capitule

Il est formé de petites fleurs sans pédoncule, serrées les unes contre les autres sur un réceptacle charnu et large. Il est caractéristique, notamment, des espèces de la famille des composées (marguerite, tournesol, chardon, pissenlit…).

Inflorescences composées

Elles sont formées de plusieurs inflorescences simples (celles décrites ci-dessus), disposées les unes par rapport aux autres selon un schéma caractéristique de chaque espèce végétale. De nombreuses graminées (le blé ou l'orge, par exemple) possèdent un épi composé : les épillets (petits épis), constitués chacun de plusieurs fleurs, sont disposés en épi. Les fleurs de la vigne sont groupées en grappes, elles-mêmes disposées en grappes. Il existe de la même façon des ombelles composées de petites ombelles, ou ombellules (nombreuses ombellifères, comme la carotte), des grappes composées de capitules (séneçon) ou des grappes composées d'épis (avoine, yucca).

Des fleurs record



Les plus grandes fleurs du monde végétal actuel sont celles des rafflésies, des plantes parasites poussant en Indonésie et aux Philippines ; elles peuvent dépasser 90 cm de diamètre et peser plus de 7 kg. La fleur de l'espèce Aristolochia gigantea est également très volumineuse, à tel point que les habitants des berges du rio Magdalena, en Colombie, s'en servaient de chapeau.

Des fleurs de taille plus modeste, mais regroupées en très grand nombre, peuvent constituer des inflorescences fort volumineuses, dépassant plusieurs mètres de long. C'est le cas notamment des agaves, qui poussent dans les régions arides d'Amérique et ne fleurissent qu'une seule fois dans leur vie, et des puyas, plantes des montagnes d'Amérique du Sud, dont chaque inflorescence peut compter 8 000 fleurs environ.