En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

hard-rock

(anglais hard-rock, rock dur)

Pearl Jam
Pearl Jam

Forme violente du rock, caractérisée par une débauche d'énergie et un important volume sonore. (Synonyme : heavy metal.)

Les origines

C'est en 1958 qu'un guitariste, le pionnier Link Wray, introduit la pédale de distorsion dans le rock and roll. Quelques années plus tard, les Animals, les Kinks et quelques autres groupes anglais récupèrent cette innovation. Au milieu des années 1960, le rock et le psychédélisme, toujours friands de nouveautés, adoptent eux aussi cette altération sonore et y ont massivement recours. Une révolution est en marche. Le son des guitares devient de plus en plus brut et abrasif, les riffs gagnent en épaisseur et en agressivité… Rapidement, afin que la section rythmique basse/batterie se fasse entendre, il devient nécessaire de rehausser son volume sonore et sa cohésion. Petit à petit, une surenchère s'installe. À la fin de la décennie, on la baptise rock dur. Les rythmiques sont très appuyées, les guitares tour à tour orageuses, débridées ou orgiaques, et les riffs deviennent aussi concis que tranchants.

La guitare, instrument emblématique du genre, crache des torrents de notes électriques, se contorsionne sous la douleur et se pavane, comme touchée par une grâce divine, avec une virtuosité magistrale. Les Yardbirds et surtout Led Zeppelin popularisent la distorsion. Avec Jimmy Page et Robert Plant, dont l'étourdissant registre vocal puise dans le blues, Led Zeppelin invente officiellement le hard-rock. Cependant, ils ont été annoncés, aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, par Jimi Hendrix, Cream, Deep Purple, Blue Cheer, Steppenwolf, MC5, Grand Funk Railroad, The Stooges, Bob Seger, Mountain, Mitch Ryder, The Kinks, The Who … Malgré leurs orientations musicales différentes, tous ces artistes ont, d'une manière ou d'une autre, accouché du hard, avec le désir commun de dynamiter le rock pour le rendre à nouveau dangereux.

HARD ROCK
Influences : The Yardbirds - The Who - The Cream - The Kinks - Jimi Hendrix
1970
British metal
Judas Priest - Led Zeppelin
Black Sabbath - Deep Purple
American metal
Van Halen - Kiss - Aerosmith
European metal
Scorpions - U.F.O.
Australian metal
AC/DC
1980
American metal
Mötley Cruë - Dio
British metal
Ozzy Osbourne - Iron Maiden
Motörhead - Def Leppard
1990
Trash metal
Anthrax - Metallica
Slayer - Megadeath
Heavy metal
Skid Row — Guns N'Roses
Pantera — Forrced Entry
Hardcore
Bodycount
Grindcore
Napalm Death — Carcass
Fusion
Red Hot Chili Peppers
President of USA

 

Les groupes

Un portrait-robot du groupe de hard-rock serait réducteur. On peut néanmoins souligner quelques facteurs récursifs : des textes machistes, une imagerie de mauvais garçons tiraillés entre le Bien et le Mal, un graphisme gothique à la limite de l'imagerie nazie, des chanteurs parfois beaux gosses, au minimum charismatiques et extravertis. Côté musique, une rythmique rock poussée à l'extrême, des solos de guitares à l'emporte-pièce, des séquences de blues amplifiées, accélérées, traînées dans des lignes haute tension et finalement électrocutées. N'oublions pas un volume sonore étourdissant qui fit déclarer à Ted Nugent : « Si c'est trop fort, c'est que vous êtes trop vieux. » En tout état de cause, une musique pour garçons, plutôt adolescents, blancs et d'origine populaire.

Dans les années 1970, et particulièrement dans la première moitié de la décennie, son âge d'or, le hard-rock connaît un succès retentissant en Europe avec Led Zeppelin, Deep Purple, Black Sabbath, puis Scorpions, UFO … Aux États-Unis, Kiss, Van Halen, Aerosmith et quelques autres lui confèrent une dimension théâtrale et divertissante. Bien que proche du grand-guignol ou de la fête foraine, le genre va y défrayer la chronique grâce à des ventes de disques énormes et de fréquents séjours dans les charts.

Heavy metal

Juste après la rébellion punk de 1976-1977, une nouvelle vague rebaptisée heavy metal démarre en Angleterre. Le contexte social particulièrement rigoureux et le déclin des villes industrielles, les difficultés socio-économiques et la politique de Mme Thatcher, la Dame de fer (Iron Maiden) contribuent au durcissement du mouvement comme en témoignent Motörhead, Def Leppard, Saxon, Diamond Head, Ozzy Osbourne … Les tenues s'inspirent parfois du sado-maso (Judas Priest), de l'heroic fantasy (Manowar), des motards, des cuirs cloutés, et les textes, de science-fiction ou de films d'horreur. La satire musicale ou cinématographique de Spinal Tap montre parfaitement les qualités du heavy metal, mais aussi ses absurdités et ses clichés. Au milieu des années 1980, quelques visionnaires récupèrent l'énergie du hard-rock et la complètent d'un côté plus glamour. Mötley Crüe, Poison et Ratt s'inscrivent dans la tradition des New York Dolls, de Gary Glitter ou de Slade. Au cours de la décennie suivante, le hard-rock renaît aux États-Unis grâce à Guns N'Roses ou Skid Row. Idem pour le heavy metal, qui trouve en Metallica ou Pantera de dignes descendants. Bien que le phénomène ait longtemps été minimisé, voire ridiculisé, il faut bien admettre qu'aujourd'hui ces groupes ont une popularité incontournable, ne serait-ce qu'en termes de ventes de disques ou de billets de concerts.

Prolifération

Au fur et à mesure de la croissance du hard-rock, puis du heavy metal, il y a eu une véritable éclosion de chapelles et un éclatement des tendances. À partir des années 1980, l'étiquette heavy metal devient caduque. De nouveaux sous-genres sont donc créés. On peut citer en vrac le thrash metal (énergie brute du punk, tonalité du heavy metal et rapidité ; voir Metallica, Megadeth, Anthrax, Exodus, Testament), l'adult orientated rock (Foreigner, Boston, Styx, Journey, Kansas), la pop metal (Bryan Adams, Def Leppard, Bon Jovi, Europe), le speed metal (Metallica des débuts et autres maniaques de la vitesse), des formes extrêmes comme le black metal (Venom, Celtic Frost) et le death metal (Slayer, Sepultura, Death), le hard-core metal (Biohazard), le funk metal (Red Hot Chili Peppers, Fishbone, Living Colour), le grind core (Carcass, Napalm Death), le thrash core (Helmet, Prong), le grunge (Nirvana, Pearl Jam, Soundgarden), le metal rock (Black Crowes) et ainsi de suite. Même si la base nourricière n'a presque plus de représentants aujourd'hui, le style se refond sans cesse et offre régulièrement de nouveaux hybrides.