En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Internet

(abréviation de INTERnational NETwork, réseau international)

Internet : structure du réseau
Internet : structure du réseau

Réseau télématique international, qui résulte de l'interconnexion des ordinateurs du monde entier utilisant un protocole commun d'échanges de données (baptisé TCP/IP ou Transport Control Protocol/Internet Protocol et spécifié par l'Internet Society, ou ISOC) afin de dialoguer entre eux via les lignes de télécommunication (lignes téléphoniques, liaisons numériques, câble).

Internet (en abrégé le Net) est communément appelé la « Toile » (en anglais, Web, « toile d'araignée »), ou WWW (World Wide Web, « réseau mondial »), ou W3. L'accès au réseau est ouvert à tout utilisateur, dit « internaute », ayant obtenu une adresse auprès d'un organisme accrédité (fournisseur d’accès Internet).

1. Le « réseau des réseaux »

Le réseau Internet fonctionne de façon décentralisée, sans dépendre d'une administration ou d'un ordinateur central. Destiné, à l'origine, à mettre en relation chercheurs et militaires aux États-Unis, il interconnecte aujourd'hui tous les ordinateurs de la planète. Réseau informatique globalisant, Internet participe largement à la structuration du « village planétaire », utopie décrite dans les années 1970 par le sociologue canadien Herbert Marshall McLuhan. Du fait du nombre de personnes qu'il permet d'atteindre, ce moyen de communication sans précédent donne naissance à de nouveaux types d'interactions et de communications dont les conventions sociales, techniques, juridiques et économiques sont en constante évolution

Pour se raccorder à Internet, le particulier doit équiper son ordinateur d'un modem, puis ouvrir un compte auprès d'un fournisseur d'accès (le provider), qui lui fournira un identifiant personnel. L’ordinateur de l’abonné est ainsi mis en contact avec l’ensemble des autres ordinateurs connectés à Internet

2. Le lexique de l'Internet

Le lexique de l'Internet



administrateur de site, administrateur de serveur, webmestre (en anglais, webmaster)
Personne responsable de la maintenance et du suivi d'un site ou d'un serveur, sur l'Internet.

adressage par domaines
Annuaire des domaines.

adresse électronique
Équivalent de l'adresse postale. Elle permet d'envoyer un message à un internaute et se présente fréquemment sous la forme : nom de l'internaute@nom de la machine.

ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line, ligne d’abonné numérique asymétrique)
Petite application interactive que l'utilisateur d'un système informatique charge avec un navigateur, à partir d'une page Web d'un serveur, pour l'exécuter sur sa machine.

appliquette (en anglais, applet)
Petite application interactive que l'utilisateur d'un système informatique charge avec un navigateur, à partir d'une page Web d'un serveur, pour l'exécuter sur sa machine.

archie
Type de serveurs de localisation de fichiers dans les sites FTP publics.

Arpanet (Advanced Research Project Agency Network)
Réseau à commutation par paquets, mis au point en 1969, et qui constitua la base du réseau Internet.

ASCII (American Standard Code for Information Interchange)
Code binaire qui permet de représenter les différents caractères et modes utilisés par la majorité des ordinateurs pour coder les caractères saisis.

autoroute de l'information, inforoute (en anglais, information highway)
Réseau télématique à large bande et à haut débit, destiné à favoriser la convergence des services dans le domaine de la transmission interactive et simultanée de données numériques.

bit (binary digit)
Unité élémentaire d'information ne pouvant prendre que deux valeurs distinctes (notées 1 et 0).

blog, blogue
Site Web sur lequel un internaute tient une chronique personnelle ou à un sujet particulier. Par extension, les entreprises et les institutions ont également mis en place des blogs pour communiquer de manière moins officielle et plus interactive.

bps (bits par seconde)
Unité de mesure de la vitesse de transmission de l'information, ou mesure de débit d'une ligne.

CERT (Computer Emergency Response Team)
Groupe d'intervention informatique d'urgence, commandité par la National Science Foundation en 1988. Il a pour mission d'identifier et de résoudre les failles sécuritaires des réseaux et des applications.

chat
Espace virtuel de dialogue en ligne réunissant des internautes qui communiquent par échange de messages électroniques.

commerce électronique
Mode de distribution de produits et de services par l'intermédiaire du site Web des entreprises. (On dit aussi commerce, vente en ligne.)

commutation par paquets
Procédé selon lequel les messages à transmettre sur l'Internet sont découpés en plusieurs paquets, envoyés indépendamment et réassemblés à la réception. Ce mode de transmission diffère de la commutation par circuit, utilisée pour le téléphone.

courrier électronique, mél (en anglais, e-mail)
Messagerie électronique. Les internautes échangent des messages grâce au protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol). Il s'agit de textes, mais aussi d'images fixes ou animées et/ou de sons. En 1999 sont apparus les téléphones portables conçus pour afficher le courrier électronique.

cryptage
Système de protection informatique destiné à garantir l'intégrité et l'inviolabilité de données pendant leur transmission ou leur stockage.

distribution sélective (en anglais, push technology)
Technique permettant de faire bénéficier automatiquement un internaute, à sa demande, d'un envoi de données d'un type choisi.

domaine
Partie d'une adresse de l'Internet qui identifie, par pays, par activité ou par organisation, un des niveaux de la hiérarchie de l'Internet.

extranet
Réseau télématique local, non directement ouvert sur l'extérieur, mettant à la disposition du personnel et des partenaires d'une entreprise, ou d'un groupe d'entreprises, les technologies d'échange d'informations issues de l'Internet.

forum de discussion (en anglais, newsgroup)
Service permettant l'échange et la discussion sur un thème donné : chaque internaute peut lire à tout moment les interventions de tous les autres et apporter sa propre contribution sous forme d'articles.

fournisseur d'accès (en anglais, access provider)
Opérateur de réseaux fournissant l'accès à l'Internet et éventuellement à un ensemble de services en ligne exclusivement dédiés à ses abonnés ou en libre accès à toute la population des internautes.

FTP (File Transfer Protocol)
Protocole qui définit le transfert des fichiers entre deux machines.

hypertexte
Technique ou système permettant, dans une base documentaire de textes, de passer d'un document à un autre selon des chemins préétablis ou élaborés lors de la consultation.

internaute, cybernaute
Utilisateur du réseau Internet.

intranet
Réseau télématique interne à une entreprise, mettant à la disposition du personnel les technologies d'échange d'informations issues de l'Internet.

Milnet
Réseau IP de la Défense américaine, créé en 1983.

modem (modulateur-démodulateur)
Appareil électronique utilisé en télécommunication et en transmission de données qui assure la modulation des signaux émis et la démodulation des signaux reçus. Il permet notamment l'échange d'informations entre des ordinateurs par le réseau téléphonique.

mouchard, témoin de connexion (en anglais, cookie)
Appliquette envoyée par un serveur Web à un internaute, parfois à l'insu de celui-ci, au cours d'une connexion, afin de caractériser cet internaute, et, par extension, information que l'appliquette peut enregistrer sur le disque de l'internaute et à laquelle le serveur peut accéder ultérieurement.

navigateur, logiciel de navigation (en anglais, browser)
Logiciel, également appelé « butineur », « explorateur » ou « fureteur », permettant l'affichage des pages Web à l'écran et proposant des fonctionnalités étendues pour l'exploration sur le Net.

nommage
Dénomination, désignation de l'adresse d'un site Internet.

page d'accueil (en anglais, home page)
Page de présentation d'un site sur le Web ou page de tête affichée par un navigateur.

page Web
Document multimédia au format HTML, contenant des liens vers d'autres documents.

pare-feu, barrière de sécurité (en anglais, fire-wall)
Équipement situé entre le réseau Internet et le réseau privé d'une entreprise pour accroître la sécurité de ce dernier en filtrant le trafic en provenance ou à destination de l'Internet.

pirate (en anglais, hacker)
Personne qui pénètre frauduleusement dans un système informatique. Pour cela, elle contourne ou détruit les protections d'un logiciel, d'un ordinateur ou d'un réseau en vue d'en modifier ou d'en copier les informations.

portail
Site conçu pour être le point d'entrée sur l'Internet et proposant aux utilisateurs des services thématiques et personnalisés.

recherche individuelle (en anglais, pull technology)
Technique permettant à un internaute de rechercher des données par une démarche active au moyen de son navigateur, qui lui présentera ensuite le résultat de cette recherche.

réseau
Ensemble d’ordinateurs ou de terminaux interconnectés par des télécommunications généralement permanentes.

réseau social (Internet)
Site Web permettant de se constituer un réseau d’amis ou de connaissances professionnelles et d’échanger avec eux différents types d’informations (messages publics ou privés, liens hypertextes, vidéos, photos, etc.). Les réseaux sociaux les plus connus sont Facebook, Twitter, MySpace, etc.

serveur, serveur de données
Organisme privé ou public qui gère des banques de données et en autorise l'accès sous certaines conditions.

signet (en anglais, bookmark)
Mode d'accès rapide d'un internaute à l'adresse électronique d'un site Web, préalablement stockée en mémoire dans son ordinateur.

site, site Web (en anglais, website ou web site)
Ensemble de pages Web accessibles via l'Internet sur un serveur identifié par une adresse.

smiley
Dans un message électronique, association de caractères typographiques évoquant un visage expressif.

spam
Courriel non sollicité, essentiellement constitué de publicité, envoyés en grand nombre à des boîtes aux lettres électroniques ou à des forums. Les deux principaux inconvénients du spam sont d’une part l'espace qu'il occupe sur le réseau, en encombrant inutilement une partie de la bande-passante, et d’autre part le temps perdu inutilement par l’internaute pour trier son courrier.

Telnet
Programme qui permet de faire des sessions interactives de télécommunication via un autre ordinateur connecté sur l'Internet. Cette commande permet de court-circuiter les communications téléphoniques interurbaines, qui sont facturées à la minute.

vente en ligne
Commerce électronique.

WAP (Wireless Application Protocol)
Protocole d'affichage des contenus du Web sur les téléphones portables.

webcam
Caméra numérique miniaturisée destinée à enregistrer et à diffuser, généralement en direct, des images animées sur un site Internet.

wi-fi (en anglais, wireless fidelity)
Réseau local hertzien (sans fil) à haut debit, destiné aux liaisons d’équipements informatiques dans un cadre domestique ou professionnel.

wiki
Site Web collaboratif dont le contenu peut être modifié par les internautes autorisés.

WWW (World Wide Web)
Système développé par Tim Berners-Lee et son équipe du Cern. Le système WWW permet l'accès aux services d'information, quelle que soit l'origine de la consultation sur le réseau. La première version du Web, statique, est généralement notée Web 1.0. WWW utilise l'infrastructure Internet et réalise les connexions (adressage, négociation, acheminement) au moyen de trois protocoles de communications standardisées, définis par le NCSA et le Cern :
– URL (Uniform Resource Locator) ou adresse universelle : adresse qui précise la localisation d'une ressource Internet en indiquant le protocole à adopter, le nom de la machine, le chemin d'accès et le nom du fichier (par exemple : http://www.kleio.net/accueil.htm) ;
– HTML (HyperText Mark-up Language) : langage de description de documents servant à présenter des pages Web et à préciser à l'aide de balises les liens hypertextes avec d'autres documents ;
– HTTP (HyperText Transfer Protocol) : protocole qui permet le transfert de documents multiformats.

Web 2.0
Évolution du Web axée sur des fonctionnalités visuelles et interactives qui ouvrent Internet à l’intervention de communautés d’utilisateurs.

Web 3.0
Évolution du Web (au stade de recherche) axée sur une gestion accrue des bases de données permettant la personnalisation des usages en fonction de chaque utilisateur. Le Web 3.0 est généralement qualifié de sémantique.

3. Histoire de l'Internet

L'aventure, tout à la fois politique, technologique et sociale du réseau Internet a commencé dans le contexte de compétition, aux implications scientifiques et militaires, dû à la guerre froide. En 1957, le département d'État à la Défense des États-Unis crée l'Agence pour les projets de recherche avancée (Advanced Research Project Agency, ou ARPA), afin de mettre sur pied un réseau de télécommunications informatique qui permette aux chercheurs universitaires et aux militaires de s'échanger des données et de coordonner leurs activités. En 1962, l'US Air Force commande à la Rand Corporation un rapport sur la vulnérabilité des réseaux de télécommunications en cas de conflit. Le rapport livré par l'informaticien Paul Baran souligne la centralisation excessive de certains réseaux et le manque d'autonomie de fonctionnement des nœuds intermédiaires de communication par rapport aux centres de contrôle en cas de destruction du réseau ; la mise hors d'usage du noyau central aurait pour conséquence la paralysie de l'ensemble.

3.1. Arpanet

C'est aux chercheurs de l'ARPA qu'est confiée la mission de développer un réseau expérimental qui répondrait à la nouvelle approche stratégique préconisée par le rapport Rand. Le réseau Arpanet (Advanced Research Project Agency NETwork), réseau à commutation par paquets, est testé le 21 novembre 1969 : à l'aide d'une ligne téléphonique, une liaison est effectuée entre deux ordinateurs, respectivement installés à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA) et à l'Institut de recherche de Stanford. En décembre, le réseau est étendu à l'université de Californie à Santa Barbara et à l'université de l'Utah.

Le projet Arpanet satisfait plusieurs objectifs. Le réseau utilise des technologies éprouvées et des équipements disponibles sur le marché, ce qui le rend évolutif. D'autre part, il n'est pas tributaire d'un centre de contrôle : au noyau central traditionnel est substituée une architecture composée d'une multitude de connexions, dont la configuration globale évoque une toile d'araignée ; chaque ordinateur du réseau peut ainsi communiquer avec tous les autres ordinateurs. De 1970 à 1980, le réseau Arpanet s'étend d'abord aux universités américaines dont les recherches concernent la défense. Puis le réseau est séparé en deux : Milnet, réservé aux militaires, et Arpanet. Ces deux réseaux demeurent interconnectés grâce à la technique appelée Internet Protocol (IP), qui permet l'échange de données entre réseaux dotés d'équipements informatiques différents. Au milieu des années 1980, les agences de recherche du gouvernement américain confient à la National Science Foundation (NSF) la charge de se substituer à l'ARPA pour donner à l'ensemble des institutions universitaires un accès au réseau, voire pour développer ce dernier à l'échelon international en prenant acte de la détente survenue dans les relations Est-Ouest. De fait, le réseau NSFnet, capable d'une transmission à grande vitesse, connaît un essor remarquable.

Jusqu'en 1991, et la création du Commercial Internet Exchange, les utilisations à caractère commercial sont bridées par les préceptes édictés dans l'AUP (Acceptable Use Policy), qui établit que le NSFnet a pour vocation exclusive de soutenir la recherche et l'enseignement. Pour répondre à la demande pressante des entrepreneurs, un second réseau national est mis au service des entreprises à caractère commercial. Parallèlement, des tractations s'engagent au niveau politique pour céder le réseau NSFnet au secteur privé. En 1995, NSFnet est remplacé par un ensemble de grands réseaux interconnectés (ANSnet, MCInet, CompuServe, etc.), lesquels proposent à leurs clients l'accès à l'Internet.

3.2. La « Toile » ou Web

Étroitement associé au développement de Internet, le Web rend Internet accessible au grand public en présentant les informations sous une forme multimédia et interactive. Sa conception est due au Britannique Tim Berners-Lee et à son équipe du Cern (officiellement appelé Organisation européenne pour la recherche nucléaire), à Genève. Le Web fonctionne selon un modèle « client-serveur » : le client émet une requête vers un serveur et lui demande la communication d'un document ; le serveur reçoit la demande et retourne les fichiers au client ; celui-ci reçoit le document, et le logiciel spécialisé qu'il utilise, appelé « logiciel de navigation » ou « navigateur » (browser), réalise la mise en page.

Développé en commun par le Cern et le NCSA (National Center for Superconducting Application), le programme Mosaic (mis en service en 1993) est une interface universelle utilisant les techniques de l'hypertexte et du multimédia. Distribué gratuitement par téléchargement, Mosaic permet une consultation aisée des serveurs du réseau Internet et illustre ce qu'est un hypertexte : il suffit de cliquer sur un mot ou une illustration pour se connecter à une autre zone machine du réseau. Au lieu d'obéir à un modèle hiérarchique, la recherche d'informations sur le Web se fait donc selon un modèle de type multimédia : la technologie permet de s'affranchir de l'aspect linéaire des documents. Devenu public dès 1991, le Web connaît une croissance considérable du nombre de services proposés. En 1994, d'une scission du groupe de développement de Mosaic sont nés une nouvelle entreprise, Netscape Corporation, et un nouveau produit commercial, Netscape Navigator. Depuis lors, de nombreux services d'index et de recherche d'informations, les moteurs de recherche, se sont créés (Google, Yahoo, Baidu, etc.).

Dopé par la généralisation de la transmission de données en haut débit (via le câble, le satellite, ou encore la connexion ADSL) et par la banalisation des usages des micro-ordinateurs dans les foyers et dans les entreprises, Internet est devenu socialement et économiquement quasi-incontournable en tant que vecteur de diffusion et de communication et de recherche d'informations. Estimé, en 2005, à plus d'un milliard, le nombre d'internautes dans le monde a dépassé les 2 milliards en 2012, et ce chiffre devrait encore augmenter dans les années à venir.. En France, on est passé de 15 millions d’internautes en 2005 à environ 42 millions en 2012.

4. Les enjeux de l'Internet

Internet offre aux utilisateurs de nombreux types d'applications : messagerie électronique (mél ou courriels, en anglais e-mails), messagerie instantanée (« chat »), sites Web et blogs marchands, institutionnels, personnels ou collaboratifs (wikis), réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), commerce électronique (ou e-commerce), transfert et téléchargement de fichiers informatiques (textes, images, musiques, vidéos), téléphonie sur IP (téléphone par ordinateur), forums de discussion, jeux en réseau ou en ligne (→ jeux vidéo)... Ces différents usages d’Internet créent une culture nouvelle, qui enrichit le système relationnel de l’ensemble des acteurs de la société : individus, entreprises et institutions.

4.1. Les enjeux sociaux et culturels

L’essor d’Internet constitue une innovation majeure dans le domaine des communications : c’est un vivier d’idées. C’est aussi un outil de désenclavement. Où qu’il soit dans le monde, un internaute peut « surfer » sur le Net et ainsi accéder à des produits, à des services d’information, effectuer une transaction, participer à une discussion sur un forum, etc. Mais Internet ne fait pas l’unanimité. Pour ses détracteurs, il contribue à une détérioration du tissu social en favorisant une forme de communication sans contact réel. Internet rapproche-t-il les gens ou, au contraire, contribue-t-il à l’individualisme ? S’il est indéniable qu’Internet offre un moyen supplémentaire de communication interpersonnelle, internationale et interculturelle, comme la lettre ou le téléphone, il crée en même temps de nouvelles formes d'individualisme et transforment nos modes de consommation de biens culturels et de loisirs.

Les implications d’Internet dans la vie quotidienne sont multiples. Le réseau offre la possibilité de « télégérer » des opérations financière : par exemple, acheter tel produit, commander tel voyage. Il peut simplifier les démarches administratives ou bancaires, grâce à des guichets électroniques qui évitent un déplacement ou l’envoi d’un courrier.

Le commerce en ligne (e-commerce) constitue avec la messagerie (le courriel) deux applications particulièrement porteuses.

Grâce au réseau haut débit, les opérateurs de télévision diffusent des bouquets de chaînes dont les programmes peuvent être téléchargés ou visionnés à la demande (lecture en continu ou streaming).

Par ailleurs, la téléphonie sur IP permet de communiquer de façon illimitée et à moindre coût via Internet, en s’affranchissant ainsi des opérateurs de télécommunications traditionnels.

Au-delà, Internet est devenu un enjeu social. Avec son développement, un nombre croissant d’emplois n’ont plus lieu d’être. Des activités comme, par exemple, la presse, la distribution ou l’édition sont à l’aube de profondes mutations. À l’inverse, de nouveaux métiers apparaissent, dont un nombre important en relation directe avec la mise en place fonctionnelle d’Internet et des systèmes d’information qui lui sont liés. Par ailleurs, Internet induit une évolution de la notion de travail : il n’est plus nécessaire d’être physiquement présent sur un lieu ; une tâche peut être effectuée à distance (télétravail), ce qui suppose une nouvelle appréciation du temps de travail et de la relation entre l’employeur et l’employé. Ainsi, Internet entraîne l'individualisation du salariat et introduit une grande porosité entre les frontières du privé et du professionnel.

Parallèlement au potentiel informatif et informatique de chaque élément qui compose le réseau, se sont développés, au début des années 2000, de nouveaux services qui se caractérisent par la participation et l’interaction des utilisateurs à la production de contenus. L’internaute est devenu contributeur du Net : c’est l’ère du Web 2.0, marquée principalement par la création de millions de blogs (personnels, professionnels et institutionnels) et surtout des réseaux sociaux (Linkedin, MySpace, Facebook, Twitter, etc.) qui ont conquis une place centrale au sein des différents usages d'Internet.

Avec le Web 2.0, les utilisateurs ont la possibilité d'être beaucoup plus actifs dans la production, la diffusion et le traitement de l'information. On observe un déplacement d’un ensemble d’oppositions traditionnelles entre professionnels et amateurs, passivité et activité, autorité verticale et réseau horizontal... Toutefois, tous ces chamboulements d’ordre sociaux, culturels, informationnels et économiques engendrés par Internet, qui modifient en profondeur la société et les comportements des individus qui la composent, nécessitent un encadrement politique, juridique et éthique.

4.2. Les enjeux économiques

La présence des entreprises sur le réseau prend des formes diverses, de la simple présence « médiatique » au serveur transactionnel qui permet de consulter un catalogue, de comparer puis de choisir un produit et enfin de procéder à son achat en ligne. Grâce au courrier électronique, l'Internet propose à l'entreprise – de même qu'à toute institution – un outil de communication externe, qui lui permet de diffuser ses messages (informations sur ses produits et services, annonces de recrutement…) à l'intention des internautes et d'organiser le travail à distance avec ses collaborateurs reliés au réseau. Mais la messagerie électronique lui offre aussi un outil de communication interne (intranet), qui est à l'usage de ses personnels pour qu'ils réalisent des gains de temps dans leurs relations professionnelles.

Pour l'entreprise, l'objectif primordial reste la vente. À cet égard, Internet assure l'essor du commerce électronique (cybercommerce ou e-commerce). Les pages d'accueil du Web, faisant place à la publicité de marque, sont âprement convoitées. Le téléchargement direct sur les autres pages du réseau permet d'offrir à la vente des produits sans cesse diversifiés. Par exemple, l'édition s'est mise à l'heure de la cyberlibrairie et les grands magasins ou les hypermarchés ont ouvert leurs propres sites de distribution. On observe toutefois, sous la forme de « spams », une invasion parasite de l'écran par des messages publicitaires que les annonceurs expédient aux internautes en captant l'adresse électronique de ces derniers à leur insu ; ce « spamming », non sollicité et souvent massif, nécessite le recours à des filtres et incite certains fournisseurs d'accès à la mise en place de parades dont l'efficacité reste toutefois aléatoire.

L'un des principaux enjeux économiques tient à l'association de la technologie d'Internet et de celle de la téléphonie mobile. Ainsi, le protocole WAP (Wireless Application Protocol) offre une passerelle entre un téléphone portable (smartphone) – ou tout autre périphérique sans fil compatible (tablettes, assistants numériques personnels, etc.) – et le serveur Web : il utilise à cette fin un langage conçu pour les écrans de petite taille, ne disposant pas d'outils de navigation comme le clavier et la souris.

Une analyse économique d’Internet montre que le réseau repose essentiellement sur la centralisation des données (YouTube, DailyMotion, Facebook, Google…), ce qui offre une grande facilité de gestion et implicitement une maximisation des profits (capitalisme appliqué au numérique). Actuellement, l’évolution d’Internet se poursuit dans ce sens, avec un développement marginal des logiciels libres (open sources) et autres plates-formes alternatives peer to peer (poste à poste).

5. Les risques et les faiblesses d'Internet

5.1. Les risques liés à la croissance

La vitesse de transmission des données sur Internet fait que ce dernier concurrence les moyens traditionnels de diffusion de l'information, en premier lieu la presse écrite, de même que des modes de transmission comme le courrier ou le fax. Mais la dimension mondiale du réseau accroît les difficultés à la fois pour repérer l'information utile et pour vérifier sa fiabilité. L'édition sur le Web ignore les filtres que constituent d'ordinaire les éditeurs traditionnels. De fait, le Web peut être un véhicule redoutable de rumeurs, notamment par le biais des news. Des informations erronées peuvent se propager avec d'autant plus de rapidité que l'anonymat des émetteurs les met à l'abri des plaintes.

5.2. Les risques liés à la sécurité et à la confidentialité

L'accès à l'Internet expose l'entreprise comme le particulier aux risques d'intrusion et donc aux risques de vol ou de destruction d'informations, par le biais de virus. En outre, l'achat sur l'Internet est subordonné à la protection de la confidentialité des données lors d'échanges transitant par le réseau et nécessitant une carte bancaire. La combinaison du filtrage (pare-feu), du cryptage, de l'authentification et du contrôle d'accès aux outils et applications permet de lutter contre les tentatives de communications indésirables. Toutefois, la cybercriminalité, pratiquement inconnue il y a moins de vingt ans, prend de l'ampleur et devient un sujet de préoccupation majeur pour la plupart des États.

5.3. Les risques liés à la sauvegarde de la propriété intellectuelle

La question du respect des droits d'auteur sur le Web se pose avec acuité. En la matière, ce dernier n'est pas une zone de « non-droit » : la législation sur le droit d'auteur protège toute œuvre originale, « quels qu'en soit le mode ou la forme d'expression ». Elle s'applique donc à la numérisation, qui est l'expression, sous une forme spécifique, d'une œuvre. De fait, si la communication d'une œuvre entre deux personnes au moyen du courrier électronique ne constitue pas une communication publique, la diffusion d'une œuvre protégée sur un service d'information est assujettie au droit d'auteur. Sa consultation, autorisée dans le cadre de la consultation particulière, encore que la consultation d'une œuvre sous une forme numérisée suppose la copie de cette œuvre (téléchargement), ne constitue en rien une cession de droit à la reproduire ou à la diffuser.

Le débat est complexe. La multiplication des réseaux peer to peer, qui permettent l'échange de fichiers audiovisuels (musique, vidéo, jeux vidéo, etc.), reste au cœur de l'actualité juridique et économique. Plusieurs logiques s'affrontent. La première est basée sur un échange libre et gratuit. Les ayants droit ne perçoivent alors aucune rémunération. La seconde repose sur le paiement par l'internaute d'une redevance forfaitaire perçue par le fournisseur d'accès et reversée à des sociétés de répartition de droits d'auteur. Enfin, la troisième suppose le versement de droits d'auteur pour chaque œuvre protégée et téléchargée. Ces différentes solutions se heurtent à des contraintes techniques importantes ainsi que d'ordre juridique.

5.4. Les risques liés au respect de l'éthique

Peut-on tout diffuser sur l'Internet ? Quelle position les pouvoirs publics doivent-ils adopter face au réseau des réseaux ? Le développement rapide des services sur Internet a pris de cours le législateur, et le régime juridique qui leur est applicable reste empirique. L'article 2 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 définit en tant que communication audiovisuelle « toute transmission, émission ou réception de signes, de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de renseignements de toute nature ». Cette définition, volontairement large, inclut les services du Web. Mais la profusion d'informations confère au réseau une envergure qui rend difficile le seul recours à des lois nationales. De fait, des casinos virtuels peuvent étendre leur clientèle en s'affranchissant de toute réglementation ; plusieurs sites ont mis en vente des objets nazis ; d'autres font commerce de la pédophilie. Il reste à élaborer une déontologie et une législation d'Internet. La notion de responsabilité est au centre des débats : les forums de discussion, par les contenus qu'ils véhiculent, posent clairement le problème de la responsabilité des internautes et/ou de celle des fournisseurs d'accès au réseau. La loi sur l'économie numérique telle qu'elle doit s'appliquer en France, faisant obligation aux hébergeurs d'exercer un contrôle a priori sur les sites Internet français et aux fournisseurs d'accès de filtrer les sites étrangers, soulève parmi eux une vive émotion, relayée par les utilisateurs du haut débit.

6. Les questions d'avenir pour Internet

6.1. Être ou ne pas être internaute ?

Internet est le média d'avenir de l'ère postindustrielle. Or, son développement suscite diverses interrogations. Elles tournent en premier lieu autour de la « nouvelle économie » – la netéconomie –, dont l'importance semble avoir été anticipée. Les contre-performances du Nasdaq ont des incidences à la baisse sur l'ensemble des indices de valeurs boursières. La « bulle » Internet a explosé en 2001. En France notamment, beaucoup de start up ont alors disparu. Depuis, les investisseurs sont devenus beaucoup plus prudents ; ils exigent, avant toute prise de décision en matière de participation, des garanties nettement plus élaborées et contraignantes sur les plans de la pérennité technique et de la rentabilité commerciale.

Internet a vocation à être grand public. Il faut pourtant se demander s'il ne contribue pas à creuser le fossé qui sépare les catégories sociales entre elles et les peuples entre eux. Surfer sur le Net implique d'avoir les moyens d'acquérir l'outil informatique, de le faire fonctionner et de le perfectionner (par exemple, en changeant de modem pour accéder au haut débit et en adoptant l'ADSL). L'idée d'une société technologique globale, du « village planétaire », se heurte à la réalité des clivages Nord-Sud, riches-pauvres, villes-campagnes, jeunes-moins jeunes. Toutefois, l’évolution du nombre d’internautes dans le monde ne laisse aucune équivoque : on est passé de 16 millions d’internautes en 1995 à environ 1 milliard en 2005 et à plus de 2 milliards en 2012 (dont 45 % ont moins de 25 ans). On note d’ailleurs que les plus fortes croissances ont eu lieu sur les continents africain et surtout asiatique (en particulier en Chine). Le nombre d’internautes dans le monde est en constante progression pour le bonheur des cybermarchands

En France, on compte environ 40 millions d’internautes en 2012, qui passent, en moyenne, 3 heures chaque jour à surfer sur Internet. Les activités les plus pratiquées sont : « réseauter » (23 millions de Français inscrits à Facebook et 3 millions à Twitter), se divertir (jeux en ligne, etc.) et acheter.

6.2. L'Internet de demain : le Web 3.0

Après un Web 1.0 relativement statique où l’internaute se contente d’accéder à une pléthore d’informations, puis un Web 2.0 dynamique, participatif et interactif où l’internaute peut à la fois consulter et échanger des données, on se dirige vers un Web 3.0 qui reste à définir.

Certains évoquent un Web intelligent, souvent qualifié de sémantique. Cette évolution du Web serait basée sur la personnalisation des usages en fonction de chaque utilisateur. L’objectif est d’améliorer la relation entre les utilisateurs et d’amoindrir les contraintes techniques et l’ergonomie, qui restent à ce jour prédominantes. Le partage de ressources, les requêtes d’informations basées sur des moteurs de recherche innovants capables de s’adapter à chaque profil en recourant à la notion de sémantique et le recours à l’intelligence artificielle pourraient constituer des facteurs clés.

Toutefois, nul ne peut prévoir l’évolution de ce gigantesque réseau – même à très court terme (de l’ordre de quelques années) – car les usages et les technologies évoluent extrêmement vite et partout à la fois à travers le monde entier.