En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

information

[dossier]

Écran plat
Écran plat

Résumé du dossier

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 définit dans son préambule un droit à l’information : « la libre circulation des pensées et des opinions » est un des droits les plus précieux ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. La liberté d’expression et le droit de recevoir des informations pluralistes sont des conditions essentielles qui définissent les États démocratiques. Ceux-ci précisent des conditions où cette liberté peut être encadrée si la sureté de l’État (secret défense)ou celle des citoyens (secret professionnel, secret de l’instruction, protection des mineurs) est en cause. En France, la législation garantit l’indépendance de la presse, le pluralisme des opinions et instaure un droit de réponse pour un citoyen qui s’estime diffamé par un média. L’information est la relation d’un événement ou d’un fait. Celui-ci peut être transmis par des témoins à un journal ou à une agence de presse. Le rôle des journalistes est de servir de relais entre ce fait et le public. Même si ceux-ci prennent toutes les précautions pour être objectifs, ils donnent un point de vue personnel ou celui d’une rédaction, qu’il incombe au lecteur de recevoir comme tel. Dans de nombreux pays, les journalistes doivent faire face à une censure ou à une répression exercées par le pouvoir politique, qui empêche l’exercice de ce que l’on appelle « le quatrième pouvoir ». En outre, par leur profession, les journalistes sont souvent exposés dans le cadre de reportage dans des zones de conflits ou sujettes à des troubles divers ou dans des conditions extrêmes.