En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

information

COMMUNICATION

Parmi les nombreux sens du mot « information », le plus courant – fait ou jugement que l'on porte à la connaissance d'une personne, d'un public – peut paraître banal. Le fait a pris pourtant une dimension centrale dans les sociétés modernes. Au point que l'on parle de « révolution informationnelle » pour caractériser la période de l'évolution planétaire que nous sommes en train de vivre.

La notion d'information ne sort pas indemne de sa fortune actuelle. Placée au centre de la vie sociale, l'information est aussi au centre d'enjeux économiques, technologiques et politiques. Il s'ensuit d'innombrables polémiques sur ce que l'on entend par « information ». En matière de presse, il s'agit d'informer l'opinion sur la vie publique.

Le circuit de l'information

L'information est une production sociale : un événement tel qu'un accident de la circulation, par exemple, ne devient information que s'il est porté à la connaissance d'un public plus vaste que les simples acteurs de ce fait divers. Pour cela, il va donc falloir des moyens d'information (des médias), par exemple les journaux, et des producteurs d'information, par exemple des reporters. On distingue généralement trois étapes dans ce circuit :
– la recherche des informations ;
– la mise en forme de l'information (à l'origine du mot « information » il y a le latin formare qui signifie « mettre en forme ») ;
– la diffusion de l'information.

La mise en œuvre concrète de ce circuit suppose des techniques (ou technologies) de l'information. Depuis que l'humanité a inventé d'autres modes de transmission que le bouche à oreille, des moyens de plus en plus performants sont utilisés et la diffusion devient planétaire. Les grandes agences de presse, la radio, la télévision étaient déjà des systèmes mondiaux de diffusion (communication). Le développement convergent de l'électronique, de l'informatique et des télécommunications a fait émerger le thème de la « société de l'information ». La numérisation permet de traduire dans le langage binaire, universel, tous les matériaux de l'information (images, sons…). Un nouveau pas est franchi avec l’avènement d’un média de communication comme Internet.

Fonctions de l'information

Le poids de l'information dans la vie sociale est énorme. En matière économique, les informations sont des marchandises. En matière politique, l'information est un élément indispensable à la démocratie ; elle peut être aussi un instrument de manipulation de l'opinion (propagande). L'information a également une fonction sociale et éducative. Cela suppose l'exercice de libertés et de droits.

Le droit à l'information

La première de ces libertés, le droit d'expression, est consacrée par l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ». Le droit à l'information, c'est-à-dire le droit d'être informé par une presse libre, diffusant des informations pluralistes, est consacré par la jurisprudence européenne ; l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme stipule : « Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière. »

Ces deux libertés sont complétées par le droit d'accès à l'information, dont les principes ont été codifiés par la loi en France.

CYBERNÉTIQUE

Une source d'information émet un message en choisissant une combinaison particulière parmi l'ensemble des messages possibles formés à partir des symboles d'un répertoire (alphabet, mots, notes, code binaire, etc.). L'information est donc une mesure de notre liberté de choix quand nous choisissons un message dans l'ensemble, indépendamment du sens que nous y attachons. La réception correcte d'un message est tributaire du rapport signal/bruit (qui s'exprime en décibels, rapport du signal utile aux signaux parasites).

La théorie de l'information fait appel à la théorie du codage et à la statistique. Elle permet d'améliorer la qualité des liaisons en étudiant le codage des informations et la quantité d'information transmise par unité de temps, qui dépend de la largeur de la bande de fréquences utilisée. (Par exemple : téléphone, 0 à 3 kHz ; télévision, 25 Hz à 3 MHz.)