Accueil > langue française > dictionnaire > rien pron. indéf. - rien n.m. - rien adv.

rien

pronom indéfini

(latin rem, accusatif de res, chose)

  • 1. Avec ne, exprime la négation ou l'absence de quelque chose, en fonction de sujet, de complément ou d'attribut : Cela ne signifie rien. Un écrivain qui n'a plus rien à dire. Rien ne le surprend.
  • 2. Sans ne, a une valeur négative dans des réponses et dans des phrases sans verbe : « À quoi pensez-vous ? — À rien. » Rien vu, rien entendu.
  • 3. Sans ne, a le sens de " quelque chose ", " quoi que ce soit " dans des phrases interrogatives, dubitatives, des subordonnées dépendant d'une principale négative, avec certains verbes ou adjectifs de sens négatif, après avant de ou que, sans, sans que, trop… pour, etc. : Est-il rien de plus injuste que cette mesure ? Impossible de rien tenter actuellement. Sans que rien le laisse prévoir, il a démissionné.

rien

nom masculin

rien

adverbe

  • Populaire. Très, tout à fait ; drôlement : Le soleil est rien chaud aujourd'hui !

Expressions avec rien

rien

pronom indéfini

  • Ce (cela) n'est rien,

    c'est une chose sans importance, sans gravité.
  • Cela ne fait rien,

    cela n'a aucune importance.
  • Cela ou rien, c'est la même chose,

    cela n'a aucun effet, ne compte pas.
  • Familier. Ce n'est pas rien,

    c'est une chose notable, avec laquelle il faut compter.
  • Comme si de rien n'était,

    comme s'il ne s'était rien passé.
  • Familier. De rien,

    réponse polie à un remerciement.
  • Familier. De rien du tout,

    sans aucune importance, insignifiant.
  • En rien,

    en aucune façon, nullement.
  • N'avoir rien de,

    n'être pas précisément : Il n'a rien d'un homme d'action.
  • N'être rien,

    n'avoir aucune valeur, aucune importance personnelle ; être insignifiant.
  • N'être rien à (pour) quelqu'un,

    n'être nullement lié à lui par la parenté ou l'amitié.
  • Pour rien,

    en pure perte ; sans raison valable, sans que cela compte : Attendre pour rien.
  • Rien au monde, rien du tout, ou, familièrement, rien de rien,

    formes renforcées de rien.
  • Rien que,

    seulement.
  • Familier. Rien que ça !,

    souligne ironiquement l'importance de quelque chose.
  • Trois fois rien,

    très peu de chose ou d'argent.
  • Vieux. Une fille de rien,

    de mauvaise vie.

rien

nom masculin

  • Familier. Comme un rien,

    avec la plus grande facilité : Il soulève 100 kilos comme un rien.
  • En un rien de temps,

    en très peu de temps.
  • Un(e) rien du tout, un(e) moins que rien,

    une personne qui ne mérite aucune considération.
  • Un rien de quelque chose,

    une très petite quantité.

Difficultés de rien


  • SENS

    Rien employé au sens de quelque chose, quoi que ce soit. Rien (du latin rem, accusatif de res, chose) veut dire étymologiquement « quelque chose ». Il a gardé cette valeur positive en français dans quelques constructions, notamment :
    Dans les phrases interrogatives et hypothétiques : y a-t-il rien de plus beau ? Il serait bien étonnant qu'il y comprenne rien.
    Après sans et sans que : il est resté trois mois sans que rien change ; il est parti sans rien prendre.
    Après avant de et avant que : elle est partie avant d'avoir pu rien dire ; on l'a renvoyée avant qu'elle ait pu rien dire.
    Après certains verbes à valeur négative (refuser, défendre, empêcher, craindre, etc.) : elle a refusé de rien prendre.

    Rien employé sans ne avec une valeur négative. Rien peut avoir une valeur négative sans être accompagné de la négationne : il est parti de rien ; et moi, je compte pour rien ?

    Ne... rien de moins que / ne... rien moins que. Ne pas confondre ces deux tournures de sens opposés.
    Ne... rien de moins que= vraiment, précisément, bel et bien. Ce geste n'est rien de moins qu'un acte d'héroïsme (= c'est un acte d'héroïsme).
    Ne... rien moins que= ne... pas du tout, nullement. Il n'est rien moins que savant (= il n'est pas du tout savant, il est ignorant).
    recommandation :
    Ces deux tournures prêtant à confusion, voire à contresens, il est préférable de les éviter.

  • CONSTRUCTION

    Rien qui, rien que (+ subjonctif). La relative qui suit rien se met toujours au subjonctif : tout cela ne me dit rien qui vaille ; il n'y a rien que je ne puisse faire pour vous (= je peux tout faire pour vous).

  • REGISTRE

    Ce n'est pas rien. Cette expression relève de l'expression orale familière : cinq cent mille francs, ce n'est pas rien.
    recommandation :
    Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, préférer c'est considérable, ce n'est pas négligeable, etc.

    De rien, en réponse à un remerciement, est courant : « Je vous remercie - De rien. »
    recommandation :
    RECOMM. Dans l'expression surveillée, préférer je vous en prie.

    Comme si de rien n'était peut être employé dans tous les registres : elle a continué, comme si de rien n'était (= comme si rien n'était arrivé).
    recommandation :
    Éviter *comme si rien n'était, sans de.

    Ne servir à rien / ne servir de rien. → servir

    Rien autre / rien d'autre. → autre


Citations avec rien


  • Marcel Achard (Sainte-Foy-lès-Lyon 1899-Paris 1974)
    Académie française, 1959
    Rien égale tout.
    Domino, I, 9, Domino , Gallimard
  • Antonin Artaud (Marseille 1896-Ivry-sur-Seine 1948)
    L'absolu n'a besoin de rien. Ni de dieu, ni d'ange, ni d'homme, ni d'esprit, ni de principe, ni de matière, ni de continuité.
    Héliogabale ou l'Anarchiste couronné, Gallimard
  • Bible
    Vous les hommes, jusques à quand ces cœurs fermés, ce goût du rien, cette course au mensonge ?
    Ancien Testament, Psaumes IV, 3

    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem.

  • Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux (Paris 1636-Paris 1711)
    Le pénible fardeau de n'avoir rien à faire.
    Épîtres
  • Jean Grosjean (Paris 1912-Versailles 2006)
    Le rien a su qu'il n'était rien sauf le besoin de tout.
    Apocalypse, Gallimard
  • Joseph Joubert (Montignac, Corrèze, 1754-Villeneuve-sur-Yonne 1824)
    Tous les êtres viennent de peu, et il s'en faut de peu qu'ils ne viennent de rien.
    Pensées
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    […] Rien de trop est un point
    Dont on parle sans cesse et qu'on n'observe point.

    Fables, Rien de trop
  • Claude Lévi-Strauss (Bruxelles 1908-Paris 2009)
    Le moi n'est pas seulement haïssable : il n'a pas de place entre un nous et un rien.
    Tristes Tropiques, Plon
  • Blaise Pascal (Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662)
    Qu'est-ce que l'homme dans la nature ? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et tout.
    Pensées, 72

    Commentaire
    Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg - laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue - le fragment d'où la citation est tirée.

  • Perse en latin Aulus Persius Flaccus (Volterra 34-Rome 62 après J.-C.)
    Rien ne naît de rien, ne retourne à rien.
    Satires, III, 84
    Gigni
    De nihilo nihil, in nihilum posse reverti.

    Commentaire
    Célèbre aphorisme résumant la philosophie épicurienne.

  • Sénèque en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe (Cordoue vers 4 avant J.-C.-65 après J.-C.)
    Après la mort, il n'y a rien et la mort elle-même n'est rien.
    Les Troyennes, 398
    Post mortem nihil est ipsaque mors nihil.
  • Gertrude Stein (Allegheny, Pennsylvanie, 1874-Neuilly-sur-Seine 1946)
    En général, les gens sont plus intéressants quand ils ne font rien que quand ils font quelque chose.
    Generally speaking anybody is more interesting doing nothing than doing anything.
    Four Saints in Three Acts
  • Paul Valéry (Sète 1871-Paris 1945)
    Ce qui n'est pas fixé n'est rien. Ce qui est fixé est mort.
    Autres Rhumbs, Gallimard
  • Valentine Visconti duchesse d'Orléans
    Rien ne m'est plus, plus ne m'est rien.

    Commentaire
    Devise prise par la duchesse d'Orléans en 1407, après l'assassinat de son mari par les hommes de Jean sans Peur. La mère du poète Charles d'Orléans en demeura inconsolable et mourut l'année suivante.

Mots proches

Lequel de ces verbes ne peut pas s'écrire avec un double « l » à la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif ?