En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

DictionnaireMaj Français

Dictionnaire français-anglaisDictionnaire français-espagnolDictionnaire français-allemandDictionnaire français-italienDictionnaire français-arabeDictionnaire français-chinois

Correcteur

Un correcteur d'orthographe et de grammaire gratuit pour corriger tous vos textes

Je teste

Cours de français

Forum

Aucun sujet n'est lié à cet article. Soyez le premier à réagir.

Poser une question

Mots proches


Expressions avec mort

 mort

nom féminin

(latin mors, mortis)



  • À mort,

    mortellement : Être blessé à mort ; de toutes ses forces, à un degré intense, profond (familier) : Freiner à mort. Être fâché à mort.
  • À mort !, Mort à !,

    exclamations par lesquelles on souhaite publiquement la mort de quelqu'un.
  • Familier.

    Ce n'est pas la mort,

    ce n'est pas si terrible ou si difficile que ça.
  • De la mort,

    se dit d'exercices qui mettent en danger de mort ceux qui s'y livrent : Saut de la mort.
  • Être sur son lit de mort, à deux doigts de la mort, à l'article de la mort,

    être sur le point de mourir.
  • La mort dans l'âme,

    à grand regret, contre son cœur, avec beaucoup de tristesse, de désespoir.
  • Littéraire.

    La petite mort,

    l'orgasme.
  • Mise à mort,

    exécution d'un condamné ; en tauromachie, moment où le matador porte l'estocade pour tuer le taureau.
  • Mourir de sa belle mort,

    mourir de mort naturelle, de vieillesse.
  • Ne pas vouloir la mort du pécheur,

    être indulgent, prêt au pardon (par allusion à un verset biblique).
  • Pâle, blanc comme la mort,

    extrêmement pâle.
  • Silence de mort,

    silence morne et profond.
  • Souffle de la mort,

    signes avant-coureurs d'une mort prochaine.
  • Souffrir mille morts,

    subir de terribles souffrances.
  • Voir la mort de près,

    échapper de peu à un danger, à la mort.
Anatomie
  • Mort cellulaire,

    perte de l'activité coordonnée des organites (éléments constitutifs de la cellule), correspondant à l'altération irréversible d'une cellule.
Droit
  • Mort civile,

    privation de tous les droits civils. (La mort civile fut partiellement abolie par la Révolution, et totalement en 1854.)
  • Peine de mort,

    peine criminelle suprême qui sanctionne les crimes les plus graves. (Supprimée en France par la loi du 9 octobre 1981, elle était exécutée par la décapitation au moyen de la guillotine, ou, pour les condamnés des tribunaux militaires et de la Cour de sûreté de l'État, par la fusillade.)
Médecine
  • Critères de la mort,

    données permettant d'affirmer le coma dépassé et d'autoriser sur le plan médico-légal le prélèvement d'organes.
  • Mort apparente,

    état caractérisé par un arrêt temporaire ou un ralentissement extrême des fonctions cardiaque et respiratoire, qui deviennent à peine perceptibles et donnent au sujet l'apparence d'un mort.
  • Mort apparente du nouveau-né,

    état d'un nouveau-né inerte à la naissance et ne respirant pas, mais dont le cœur présente encore des battements plus ou moins rapides. (Cet état est traité d'urgence par l'intubation, l'oxygénation et le massage cardiaque.)
  • Mort subite,

    décès inattendu, inopiné, survenant chez un sujet apparemment en bonne santé.
  • Mort subite ou inexpliquée du nourrisson,

    décès brutal d'un nourrisson en bonne santé apparente, sans cause connue, même à l'autopsie, premier facteur de mortalité avant l'âge de un an.
Neurologie
  • Mort cérébrale,

    état dans lequel le cerveau n'assure plus aucune fonction normale.
Psychanalyse
  • Pulsion de mort,

    nom donné, dans la deuxième topique freudienne, à une force qui pousse l'être humain sur des chemins éloignés de la vie. (Cette pulsion est à l'œuvre dans les passages à l'acte et dans la dépression. Le désir de mort, l'angoisse de mort sont autant de masques de la castration.)
Théologie
  • Théologie de la mort de Dieu,

    mouvement de pensée théologique, repris de la pensée de Hegel et de Nietzsche, et né du constat sociologique que dans la pensée contemporaine l'idée de Dieu ne joue pratiquement plus de rôle et qu'elle est remplacée par des faux dieux (l'argent, la volonté de puissance), qu'il faut abattre.