En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

tourisme

(anglais tourism)

Club Méditerranée
Club Méditerranée

Ensemble des activités, des techniques mises en œuvre pour les voyages et les séjours d'agrément.

Les définitions du tourisme

Les formes très variées du tourisme rendent cette activité difficile à définir. Pour l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), « le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs ».

Le tourisme est caractérisé par la provenance des vacanciers (tourisme national, international), le mode de transport, la durée (au moins 24 heures dans la définition économique en France), le déroulement du séjour (tourisme individuel ou organisé, de circuit ou de séjour). Les espaces concernés (montagne, littoral, ville, milieu rural) varient en fonction des objectifs qui motivent les touristes : le tourisme culturel et d'affaires se localise dans les grandes métropoles (Londres, New York, Paris), le tourisme religieux autour des grands lieux de pèlerinage (Saint-Jacques-de-Compostelle, La Mecque) et le tourisme balnéaire sur le littoral. Certaines villes se sont spécialisées dans le tourisme thermal (Vichy), tandis que d'autres sont connues pour leurs manifestations culturelles annuelles (Festival de Cannes, Salon nautique de Paris).

Par ailleurs, une offre touristique de niche, s'adressant à des groupes restreints, se développe : tourisme linguistique pour les lycéens, voyages organisés pour les handicapés ou les personnes âgées…

Une activité économique majeure

Apanage des classes privilégiées jusqu'au début du xxe s., le tourisme est devenu progressivement une pratique de masse dans les pays développés, grâce au développement de nouveaux moyens de transports (chemins de fer et avions), à la réduction du temps de travail et à l'élévation du niveau de vie. Cette activité économique aujourd'hui majeure (760 millions de touristes internationaux en 2004) ne cesse de croître sur le long terme. L'OMT estime, sur la période 2000-2020, le taux de croissance annuel moyen du secteur touristique à 4 %.

Première branche d'activité dans de nombreux pays, le tourisme constitue la principale source de revenus et d'emploi de certains États, notamment insulaires : 40 % du produit intérieur brut proviennent du tourisme aux Bahamas et les deux tiers aux Maldives. Toutefois, l'activité touristique reste fragile et peut considérablement fluctuer d'une année à l'autre en fonction du cours de la monnaie nationale, de l'instabilité politique (Moyen-Orient) ou encore des risques d'attentats (aux États-Unis après les attentats de 2001) et d'épidémies (le syndrome respiratoire aigu sévère, sras, et la grippe aviaire en 2003 en Asie).

Les principaux flux touristiques

Peu d'espaces échappent à l'extension du phénomène, mais les pays de départ comme ceux visités restent principalement les pays développés à économie de marché. En effet, les trois quarts des touristes sont originaires de ces pays et privilégient des destinations peu éloignées pour des raisons non seulement économiques (coût des voyages), mais aussi culturelles (déplacement au sein d'aires culturelles familières). Ainsi, en Europe, en Amérique du Nord et en Asie du Sud-Est, 85 % des arrivées touristiques proviennent d'un pays appartenant au même ensemble géographique.

L'Europe occidentale, totalisant, en 2004, 54,6 % des arrivées touristiques dans le monde, est la première destination touristique. Au sein de cet espace, la France est le premier pays visité au monde (75 millions de visiteurs étrangers passant au moins une nuit dans le pays en 2003). L'Espagne, malgré moins d'arrivées (52 millions de visiteurs en 2003), compte plus de recettes (42 millions de dollars en 2003). L'Italie est aussi une destination très prisée, avec une recette de 31 millions de dollars en 2003.

L'Amérique du Nord et l'Asie du Sud-Est constituent également de grandes régions touristiques, tandis que les pays de la Méditerranée méridionale (Égypte, Tunisie, Maroc), l'Inde et le Sri Lanka, les autres pays d'Asie tropicale et le Japon, l'Afrique et l'Amérique du Sud sont d'importantes destinations secondaires. L'ouverture de lignes aériennes à bas coût (low cost) a contribué à la diversification de l'offre touristique, permettant notamment la croissance du tourisme sur le littoral de la mer Noire et dans les Émirats arabes unis.

Par ailleurs, l'apparition d'une nouvelle clientèle touristique, issue des pays émergeants et profitant du décollage économique de leur pays, pourrait modifier la structure et le volume des flux touristiques. Ainsi, 20,2 millions de Chinois ont visité un pays étranger en 2003, alors qu'ils n'étaient que 3,7 millions en 1993.

Le tourisme et le développement économique

Le marché touristique est structuré autour de puissants tour-opérateurs, dont les plus anciens datent de la fin du xixe s. Parallèlement, un grand nombre de petites et moyennes entreprises (PME) se sont spécialisées dans le tourisme, en proposant notamment de nouvelles formes de séjours (tourisme vert, trekking). Le tourisme vert, qui consiste en la découverte du milieu rural, se développe en particulier autour des écomusées et des parcs naturels régionaux et offre aux agriculteurs une activité complémentaire par le biais des gîtes ruraux. Ce modèle occidental a été repris dans d'autres parties du monde (Australie, Afrique du Sud, Liban).

Or, si le tourisme est une source de revenus importante, il engendre également des difficultés. D'une part, il est trop souvent considéré comme la seule alternative aux crises économiques, notamment dans les régions désindustrialisées, ce qui peut conduire à la construction d'infrastructures trop importantes par rapport à l'attraction des lieux. D'autre part, une exploitation non maîtrisée du tourisme a tendance à déstabiliser les sociétés traditionnelles et à dégrader l'environnement et le patrimoine (bétonnage du front de mer à Palma de Majorque, à Rio de Janeiro…).

Face aux conséquences parfois néfastes de cette activité, des politiques de développement durable du tourisme sont mises en œuvre. Elles visent à maintenir la qualité de l'environnement, à respecter l'authenticité socioculturelle des populations et à assurer un développement économique viable sur le long terme.