En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

malnutrition

État nutritionnel qui s'écarte de la normale définie par les physiologistes et qui est la conséquence d'une alimentation mal équilibrée en quantité et/ou en qualité. (Les malnutritions regroupent la sous-alimentation, la suralimentation, la mauvaise assimilation.)

Chez l'homme, les besoins alimentaires varient en fonction de l'âge, du travail fourni, du climat et de particularités propres à l'individu (sexe, poids, taille, constitution, etc.). La malnutrition est le résultat d'un déséquilibre entre l’apport et les besoins de l’organisme (apports insuffisants, trop importants ou déséquilibrés). Si l'apport nutritionnel est trop élevé par rapport aux besoins, l'organisme stocke des réserves graisseuses en excès, ce qui, à la longue, entraîne une obésité ainsi que divers troubles par surcharge ; en revanche, l'insuffisance d'apports nutritionnels a pour conséquence une dénutrition si elle globale, une ou des carences si elle est ponctuelle et concerne une ou plusieurs substances métaboliques indispensables. Enfin, lorsqu'elle affecte l'ensemble d'une population, la malnutrition s'apparente à la famine. Jadis, cette dernière sévissait sur tous les continents. (→ nutrition, alimentation.)

La malnutrition par insuffisance nutritionnelle

Aujourd'hui, en dépit des progrès techniques et des échanges économiques, la malnutrition par carence frappe encore deux hommes sur trois. Elle sévit essentiellement dans les pays en développement, mais affecte également les classes sociales défavorisées des pays industrialisés.

La carence protidique, ou kwashiorkor, atteint le plus souvent l'enfant dans les mois qui suivent le sevrage ; l'enfant passe brusquement d'une alimentation lactée riche en protéines à une alimentation à base de bouillies de céréales ou de tubercules pauvres en protéines, alors que ses besoins en protéines sont très élevés.

La carence calorique, ou marasme, résulte d'un régime pauvre en calories et s'observe surtout chez les enfants de moins d'un an ayant reçu une alimentation ne correspondant pas à leurs possibilités digestives et à leurs besoins nutritionnels. Cette pathologie frappe souvent des enfants qui ne sont pas allaités au sein, mais elle peut également atteindre des enfants plus grands et même des adultes lors de famines. Bien souvent, les carences en protéines et en calories vont de pair (malnutrition protéino-énergétique ou M.P.E.).

À ces grands types de malnutrition, il faut ajouter d'autres troubles nutritionnels très répandus, comme certaines carences en vitamines (avitaminoses) et en minéraux.

La malnutrition par excès

Les excès sont caractéristiques des pays industrialisés, dont les aliments sont riches en graisses, mais se développent dans les grandes villes et les zones périurbaines des pays en développement. Différents troubles apparaissent chez les individus touchés par les maladies métaboliques qui en découlent (obésité, diabète, athérosclérose).

L'obésité est une des maladies nutritionnelles les plus répandues dans les sociétés industrialisées. Elle se définit par un poids plus élevé que la normale (de 20 à 25 %) et une augmentation de la masse de tissu adipeux. La consommation abusive d'aliments ou de préparations contenant des sels minéraux ou des vitamines en abondance peut également être néfaste pour la santé. Le stockage du sel entraîne une retenue plus ou moins importante d'eau par l'organisme (1 l pour 8 g de sel). Cet ingrédient, ajouté de façon systématique dans de nombreuses cuisines, notamment occidentale, provoque la formation d'œdèmes et favorise donc l'hypertension artérielle et les risques cardio-vasculaires.