Identifiez-vous ou Créez un compte

Raffaello Santi ou Sanzio, dit en français Raphaël

Ingres, Raphaël et la Fornarina
Ingres, Raphaël et la Fornarina

Peintre et architecte italien (Urbino 1483-Rome 1520).

Considéré par ses contemporains comme un être quasi divin, Raphaël fut par excellence le peintre de l'harmonie et de la grâce. Dans son œuvre, qui atteint à l'expression idéale de l'humanisme dans l'art, s'accomplit à merveille le classicisme de la seconde Renaissance.

1. Un début de carrière fulgurant

Urbino, où Raphaël est né le 6 avril 1483, est un actif foyer artistique. Son père, Giovanni Santi (mort en 1494), y dirige un atelier, qui bénéficie du mécénat ducal.

C'est toutefois à Pérouse, auprès du Pérugin, que le jeune artiste fait son apprentissage. Aux termes d'un contrat signé le 10 décembre 1500, il y devient magister (chef d'atelier). De cette époque datent trois retables, dont le Mariage de la Vierge (1504), son premier chef-d'œuvre.

C'est sans doute au cours de l'automne 1504 que Raphaël se rend à Florence. Le séjour qu'il y fait se révèle capital, car il lui permet d'étudier l'art de Fra Bartolomeo, celui de Léonard de Vinci, dont il adopte les procédés dans d'émouvantes Madones (Madone du grand-duc, 1504 ; la Belle Jardinière, 1507), et celui de Michel-Ange, son aîné d'à peine huit ans, qui lui donne l'exemple de la peinture de nus.

D'autres tableaux, comme les Saint Michel et Saint Georges du Louvre (vers 1505), annoncent le grand représentant de la Renaissance classique qu'il sera.

2. Les « Chambres » du Vatican

Les appartements de Jules II

Raphaël a 25 ans lorsqu'il s'établit à Rome, à la fin de l'année 1508. Recommandé par son oncle Bramante au pape Jules II, qui désire s'entourer des meilleurs artistes de son temps pour redonner tout son lustre à la capitale de la chrétienté, il va devoir réunir de nombreux collaborateurs pour mener à bien la tâche qui l'attend : la décoration des appartements pontificaux, que l'on appelle « Chambres » (Stanze).

En 1507 en effet, Jules II a décidé de quitter les appartements d'Alexandre VI Borgia, décorés par le Pinturicchio, et de s'installer dans les Chambres, situées à l'étage supérieur, dans l'aile nord du Vatican. Avant de faire appel à Raphaël, il a déjà congédié quatre autres peintres de renom, dont le Sodoma et Lorenzo Lotto. Il n'a pas davantage hésité à faire effacer les fresques existantes, qui étaient pourtant de la main de Piero Della Francesca et de Luca Signorelli.

La chambre de la Signature

La « chambre de la Signature », ancien cabinet de travail du pape, est la salle où se réunissait le tribunal du Saint-Siège pour signer les appels en grâce.

Pour la décoration de cette pièce (1508-1511), il emprunte son sujet au néoplatonisme de Marsile Ficin, selon lequel le Beau, le Bien et le Vrai doivent faire l'objet d'une même quête. Sur la voûte, il évoque la Théologie, la Philosophie, la Justice et la Poésie. Sur les parois, il peint la fresque de l'École d'Athènes, qui scelle la réconciliation par l'humanisme du savoir antique et de la révélation chrétienne, et celle dite de la Dispute du saint sacrement (en réalité, le Triomphe de l'eucharistie), qui affirme la primauté de la révélation. Sur les autres murs, le Parnasse réunit Apollon et les Muses.

La chambre d'Héliodore

Après avoir achevé ce premier cycle, Raphaël s'acquitte des fresques de la « chambre d'Héliodore » (1512-1514) ; cette pièce, réservée aux audiences privées, porte le nom d'un personnage du iie siècle avant J.-C., qui avait été chassé du Temple de Jérusalem après avoir tenté d'en ravir les trésors.

Le travail de Raphaël y réalise atteste de son intérêt croissant pour les effets de lumière (Délivrance de saint Pierre).

Les chambres de l'incendie du Borgo et de Constantin

La « chambre de l'Incendie du Borgo » commémore le souvenir du pape Léon IV (847-855), qui éteignit miraculeusement un incendie dans ce quartier de la Cité du Vatican. Les fresques (1514-1517) qu'y entreprend Raphaël seront terminées par ses élèves – dont Jules Romain. Leur monumentalité même proclame l'autorité qui s'attache au Saint-Siège.

Pour la quatrième chambre, dite « de Constantin », Raphaël ne fournit que des dessins.

3. Les autres peintures romaines

À Rome, Raphaël trouve en la personne du banquier siennois Agostino Chigi (1465-1520) un autre puissant mécène. Pour ce dernier, il décore la villa Farnésine (le Triomphe de Galatée, 1511), ainsi que deux chapelles, celle de l'église Santa Maria della Pace et celle de l'église Santa Maria del Popolo, la seconde étant une chapelle funéraire en croix grecque dont il est aussi l'architecte.

Parallèlement, Raphaël continue à illustrer ses genres de prédilection : le retable, qui, après la Madone de Foligno (1511-1512) et la Madone Sixtine (1513-1514), trouve son aboutissement, dans les domaines de la composition, de la perspective et de la lumière, avec la Transfiguration (1517-1520) ; le tableau de dévotion, tel que la Sainte Famille de François Ier (1518) ; le portrait, où il témoigne d'une intuition psychologique unie au choix de gammes harmonieuses (Baldassare Castiglione, vers 1515 ; La Velata, vers 1516 ; Léon X et deux cardinaux, 1518-1519).

4. Une pluralité d'activités

À l'avènement de Léon X (1513), Raphaël jouit de la même faveur qu'auprès de Jules II. En 1514, succédant au poste prestigieux de Bramante, il dirige les travaux de la nouvelle basilique Saint-Pierre, puis il achève la galerie des Loges (1517-1519), dont il conçoit le décor en grotesques imitées de l'antique (exécuté par Giovanni da Udine).

À la demande du pape, il fournit les cartons pour les dix tapisseries des Actes des Apôtres qui seront tissées à Bruxelles (1515-1516) et installées dans la chapelle Sixtine. En 1516, le poste de conservateur des Antiquités romaines lui échoit.

À l'architecte, on doit encore les plans de la petite église de Sant'Eligio degli Orefici (vers 1512), ceux de plusieurs palais (tel le palais Pandolfini, à Florence) et ceux de la villa Madama (entreprise en 1517), à Rome, dont le parti général dérive de la Domus aurea de Néron.

Célèbre comme dessinateur, Raphaël laisse aussi une trace dans l'histoire de l'estampe grâce à sa collaboration avec le graveur Marc-Antoine Raimondi (vers 1480-vers 1534), qui diffusera ses thèmes dans toute l'Europe.

Atteint de fièvre maligne, Raphaël meurt le jour même de ses 37 ans, alors que de nombreux chantiers sont en cours. Le sac de Rome par les troupes de Charles Quint, en 1527, entraînera la dispersion de ses élèves.

5. Citations

« À sa vue, la nature craignit d'être vaincue par lui ; aujourd'hui qu'il est mort, elle craint de mourir. »

Épitaphe de Raphaël, due au cardinal Pietro Bembo

« Quand il ferma les yeux, la peinture devint aveugle. »

Giorgio Vasari (les Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes)

« Il a réussi ce que les autres rêvaient de faire. »

Johann Wolfgang von Goethe