En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Indochine

La péninsule indochinoise à la période angkorienne
La péninsule indochinoise à la période angkorienne

Péninsule de l'Asie, entre l'Inde et la Chine, limitée au sud par le golfe du Bengale, le détroit de Malacca et la mer de Chine méridionale. Elle comprend la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, le Viêt Nam, Singapour et la Malaisie occidentale, et couvre plus de 2 millions de km2.

  • Population : 263 572 000 hab. (estimation pour 2013)

GÉOGRAPHIE

1. Le milieu naturel

Les grandes lignes du relief se disposent en éventail, s'ouvrant vers le S.-E. Les chaînes tertiaires de l'Arakan et du Pegu Yoma orientées N.-S. prolongent l'ensemble himalayen. Les autres chaînes sont des plis de couverture mis en place entre le secondaire et la fin du tertiaire : Tenasserim, qui se prolonge par l'isthme de Kra, accidents du plateau Chan, chaîne annamitique. Ces chaînes isolent des plateaux gréseux (Korat, Cardamomes, Dangrêk) ou basaltiques (Boloven). Les fleuves (Irrawaddy, Ménam, Mékong), grossis par les pluies de mousson (crues de fin d'été), ont construit de vastes plaines alluviales et édifié de grands deltas. À l'intérieur de la péninsule, les hauts versants, frappés de plein fouet par la mousson du sud-ouest, peuvent recevoir jusqu'à 5 m d'eau ; c'est le domaine de la forêt sempervirente ; les plateaux, moins humides, sont couverts d'une forêt décidue, parfois dégradée en savane.

2. Le peuplement

De très nombreuses ethnies y ont trouvé refuge ; les premières installées ont été les populations negritos (Semangs en Malaisie) et les populations brunes (Khas au Laos, Muongs, Sedangs et Bahnars, dits « proto-Indochinois », enfin Khmers au Cambodge et Môns en Birmanie). Elles ont été submergées et parfois assimilées par des peuples mongoloïdes venus du nord : Kachins, Chins, Karens en Birmanie, Mans, Miaos dans le nord du Laos, Thaïs. Ces peuples vivent encore souvent d'une riziculture itinérante sur brûlis (rây ou ladang) très extensive en altitude et d'une agriculture permanente associant riz, millet, tabac (et pavot) sur les basses terres. Les plaines littorales et les deltas sont les seules régions densément peuplées : Môns et Birmans dans la basse vallée de l'Irrawaddy, Khmers et Vietnamiens. La riziculture inondée est la base de la vie agricole et du régime alimentaire, les rizières cambodgiennes, laotiennes et du sud du Viêt-nam ne portent qu'une récolte par an ; au contraire, les deltas du Nord, de l'Annam, plus anciennement et plus densément peuplés, fournissent deux, voire trois récoltes annuelles. La pêche en rizière assure un complément de ressources. Dans les villes (dont Bangkok, Rangoun, Hô Chi Minh-Ville et Hanoi sont les plus peuplées), de fortes colonies chinoises assurent, ou ont assuré, des fonctions artisanales et commerçantes.

HISTOIRE

→ Birmanie, Cambodge, Laos, Malaisie, Thaïlande, Viêt Nam.