En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles de Gaulle

Le général de Gaulle
Le général de Gaulle

Homme d'État français (Lille 1890-Colombey-les-Deux-Églises 1970).

Homme de l'appel du 18 juin 1940, Charles de Gaulle fut, en 1958, le fondateur du régime de la Ve République, qu'il présida jusqu'en 1969. Audace, grandeur, patriotisme, obstination, indépendance, stabilité, tels sont les traits qui caractérisent le tempérament et le règne de ce soldat rebelle devenu un monarque républicain, qui demeurera, de l'avis de ses compagnons comme de ses adversaires, un géant de l'Histoire.

Formation

Appartenant au milieu de la bourgeoisie catholique lilloise, Charles de Gaulle fait ses études chez les jésuites, avant d'être reçu au concours d'entrée à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, dont il sort 13e en 1912.

À l'école de la guerre

Blessé à trois reprises, porté disparu, il se relève bien vivant mais prisonnier de guerre en Allemagne. Après cinq tentatives d'évasion, il est délivré par l'armistice du 11 novembre 1918. Sur sa demande, il est affecté en Pologne pour aller combattre l'armée rouge (1919-1920).

Entre deux guerres

Après avoir épousé Yvonne Vendroux, fille d'un industriel de Calais qui lui donnera trois enfants, il poursuit sa carrière militaire en entrant à l'École supérieure de guerre (1922). Il est nommé vice-président du Conseil supérieur de la guerre dans le cabinet du maréchal Pétain (1925), avant d'être affecté au secrétariat général de la Défense nationale (1932-1937).

juin 1940

Général de brigade au cours de la campagne de France (mai), sous-secrétaire d'État à la défense nationale dans le gouvernement Reynaud (juin), il refuse l'armistice et lance, de Londres, le 18 juin, un appel à la résistance.

Le libérateur de la France

S'imposant, non sans difficultés, comme le chef de la France libre, il préside à Alger en 1943 le Comité français de libération nationale, devenu en juin 1944 Gouvernement provisoire de la République française, qui s'installe en France après la libération de Paris (août 1944).

La « traversée du désert » (1946-1958)

Décidé à rendre à la France son rang mais hostile aux « jeux des partis », il démissionne en janvier 1946, fonde et préside le Rassemblement du peuple français (1947-1953), se retire ensuite de la vie politique et se consacre à la rédaction de ses Mémoires de guerre (1954-1959).

Le président de Gaulle (1959-1969)

Rappelé au pouvoir à la faveur de la crise algérienne (mai 1958), il fait approuver une nouvelle Constitution, qui fonde la Ve République. Président de la République (1959), il met fin, non sans drames, à la guerre d'Algérie et renforce l'autorité présidentielle par l'élection du président de la République au suffrage universel (1962). Il mène une politique de réconciliation avec l'Allemagne (traité franco-allemand, 1963). Réélu en 1965, il développe une politique étrangère d'indépendance nationale. Un an après les événements de mai 1968, son projet de régionalisation et de réforme du Sénat étant repoussé par référendum, il démissionne (28 avril 1969).

Décès

Isolé dans sa propriété de Colombey-les-Deux-Églises, aux côtés de sa femme, le général de Gaulle succombe d'une rupture d'anévrisme (9 novembre 1970). Selon sa volonté, il n'aura pas d'obsèques nationales, mais la messe solennelle célébrée à Notre-Dame de Paris réunira tous les grands du monde de l'époque.

1. Introduction

Naître dans une famille de la bourgeoisie patriote à la fin du xixe siècle, choisir la carrière des armes pour la « revanche », traverser malgré les blessures et la captivité la Première Guerre mondiale avant d'aller vingt ans durant d'une unité à un état-major pour se retrouver – à l'approche de la cinquantaine et, déjà, de la retraite – simple colonel. Puis, quatre ans plus tard, surgir en héros national, libérateur du territoire et restaurateur de la république, personnage historique de première grandeur, c'est un singulier destin.

Se retirer dans son village pour écrire ses Mémoires de guerre, fonder un régime à 68 ans, le diriger en maître pendant onze années, puis accepter l'échec et le désaveu.

Survivre à cinq générations de grands de ce monde, s'asseoir à la table de Churchill, de Staline, de Roosevelt, puis voir défiler Attlee, Truman, apparaître Adenauer, traiter avec Macmillan, Eisenhower, Khrouchtchev, avec Harold Wilson, J. F. Kennedy, Brejnev et encore avec Edward Heath, L. B Johnson ou Nixon, Kiesinger ou Brandt, c'est une extraordinaire carrière.

Pourtant, ce furent là le destin et la carrière de Charles de Gaulle. Dans la vie de ce personnage hors série, on pourrait distinguer trois actes ou plutôt trois incarnations successives : de l'enfance à la Seconde Guerre mondiale, l'officier ; du 18 juin 1940 à la retraite de 1953, le résistant et l'homme politique ; et, après l'entracte de la « traversée du désert », de 1958 à 1970, l'homme d'État.

2. L'officier (1915-1940)

De ses origines, de son milieu, Charles de Gaulle a su très vite prendre et laisser. Un patriotisme hautain, ardent, exclusif qui emprunte parfois des accents de passion nationaliste, l'espoir et la volonté de la « revanche », une sorte de prédestination manifestée dès l'enfance, une obstination tendue et une gravité naturelle, tel est son héritage. En revanche, l'étroitesse de vues, le conservatisme, le goût du profit et de l'argent, la xénophobie, voire le racisme, qui sont trop souvent des traits caractéristiques non certes de sa famille, mais de sa classe, lui seront étrangers.

2.1. Un officier d'une grande indépendance d'esprit

Charles de Gaulle n'est ni un écolier modèle ni un saint-cyrien particulièrement appliqué, mais déjà pourtant ses camarades le jugent exceptionnellement brillant, bien que raide. Sa rencontre en 1912 avec son premier chef, le colonel Philippe Pétain, les marque profondément et toute leur vie, par-delà la rupture de 1938 et finalement le drame qui les oppose.

La carrière militaire de Charles de Gaulle à travers la Première Guerre mondiale, qui restera toujours pour lui la « grande » guerre, se déroule sans éclat particulier. Trois blessures, trois citations, la captivité, cinq tentatives d'évasion, puis, la paix revenue, un avancement nullement exceptionnel, des affectations assez classiques allant d'un corps de troupes à un état-major avec toutefois un détour en 1919-1921 par la Pologne, deux crochets par l'armée du Rhin en 1924 et de 1927 à 1929, quelques missions au Proche-Orient (à Beyrouth) en 1929-1931. La protection de Pétain s'étend toujours, où qu'il se trouve, sur l'officier.

Surtout, de Gaulle se signale peu à peu à l'attention, de deux façons très inhabituelles. D'abord, il écrit : des rapports, des notes, des études qui, bien vite, deviennent des articles de revues, des livres de doctrine, de réflexion et même de morale où la stratégie et la politique sont étroitement mêlées, en particulier dans le Fil de l'épée (1932). Ensuite, il fréquente les milieux parlementaires, approche le pouvoir, s'y trouve un « patron » en la personne du député Paul Reynaud, et se fait le héraut d'une arme trop négligée – par l'armée française, non par l'adversaire –, celle des blindés.

2.2. Le choix de la résistance

Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, en 1939, le « Colonel Motor », comme on l'a surnommé, commande un régiment près de la frontière. Il se voit confier coup sur coup des responsabilités plus importantes et, dès que l'armée allemande commence à déferler sur les Pays-Bas, la Belgique, le Nord, le 10 mai 1940, il est placé à la tête de la 4e division cuirassée, qui se battra courageusement autour de Laon et d'Abbeville ; il est alors promu général de brigade à titre temporaire.

Cependant, la politique, qu'il a tant courtisée, l'appelle. Paul Reynaud, succédant à Édouard Daladier comme président du Conseil en mars 1940, nomme de Gaulle sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et à la Guerre (5 juin). Charles de Gaulle porte ce titre douze jours : à l'heure où le gouvernement Reynaud s'évanouit, où le régime se disloque devant Pétain et le général Maxime Weygand, où la défense s'effondre, l'officier de tradition choisit la rébellion, l'exil et la résistance. Le 17 juin 1940, il quitte quasi clandestinement Bordeaux, où le gouvernement s'est replié, pour Londres, pour l'action, pour son destin.

Pour en savoir plus, voir les articles campagne de France, Seconde Guerre mondiale.

3. Le résistant et l’homme politique (1940-1953)

3.1. L'Appel

Le 18 juin, au micro de la BBC, c'est l'appel à poursuivre le combat (→ appel du 18 juin 1940). Après l'armistice du 22 juin signée entre Pétain et l'Allemagne, de Gaulle organise des forces armées qui deviendront les Forces françaises libres (FFL). Lorsque, le 14 juillet suivant, leur chef passe pour la première fois en revue sur le sol anglais ceux qu'on appelle les « Français libres », ils ne sont guère que trois cents. La métropole, écrasée, affolée, occupée, ignore à peu près tout de ce général inconnu qu'un conseil de guerre va condamner à mort par contumace, de son étrange entreprise, qui semble aux uns désespérée, aux autres suspecte. De toute façon, elle ne songe guère à résister.

3.2. Chef de la France libre

Ce que sera l'extraordinaire aventure de la France libre défie l'imagination et même le bon sens. Tout commence mal : au lieu des ralliements massifs qu'il escomptait, le chef de la « dissidence » ne voit pas arriver ses pairs, mais quelques officiers de réserve, des errants qui rêvent d'en découdre, des hommes de gauche, des pêcheurs de l'île de Sein, etc. Les marins et les soldats français encore présents en Grande-Bretagne après le rembarquement de Dunkerque préfèrent, sauf rares exceptions, être rapatriés ; aucun général, aucun leader politique n'a répondu aux pressants appels de Charles de Gaulle.

L'allié anglais, craignant que la flotte française puisse être utilisée par l'Allemagne, coule froidement des bâtiments à Mers el-Kébir (3 juillet 1940), et, même quand l'Afrique-Équatoriale française a rallié la France libre, le reste de l'« Empire » reste fidèle à Pétain : une expédition navale devant Dakar échoue piteusement ; bientôt, les forces de Vichy et celles de la France libre s'affrontent au Liban et en Syrie.

Il faut à de Gaulle sans cesse défendre l'indépendance, proclamer la représentativité de la France libre devant Winston Churchill, contre Franklin Roosevelt. Lorsque les Alliés débarquent enfin en Afrique du Nord, le 8 novembre 1942, ils s'entendent avec François Darlan, le second de Pétain, installent au pouvoir Henri Giraud et non de Gaulle.

3.3. L'organisateur de la Résistance

En sept mois, Charles de Gaulle néanmoins manœuvre, gagne du terrain, élimine Giraud, fédère sous son autorité la Résistance intérieure. Il charge Jean Moulin d'organiser en France le Conseil national de la résistance (CNR), créé fin mai 1943, dans lequel sont représentées toutes les tendances des partis politiques, des syndicats et des mouvements de résistance, pour coordonner la lutte contre l'occupant et contre Vichy. Il énonce les principes qui seront le fondement de son pouvoir :
– changement des institutions, mais fidélité à la république ;
– condamnation de Vichy, mais liberté d'expression et d'action rendue aux tendances politiques ;
– évolution de l'Empire colonial français vers des formules plus libérales, mais défense et maintien de l'ensemble français outre-mer…

Pour en savoir plus, voir les articles conférence de Brazaville, la Résistance.

3.4. Le libérateur de la France occupée

Il reste au général de Gaulle, après le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie – opération dont il a été, une fois de plus, tenu soigneusement à l'écart –, à conquérir la légitimité par l'acclamation populaire sur le sol de la patrie libérée. C'est vite et bien fait : deux millions de Parisiens rassemblés sur les Champs-Élysées le 26 août pour l'accueillir ne laissent plus aux Alliés d'autre choix que de reconnaître son Gouvernement provisoire de la République française (GRPF), formé le 3 juin 1944.

Pour en savoir plus, voir les articles Libération de Paris, la Libération.

3.5. Le fondateur d'une « France nouvelle » (1944-1946)

Le général restera dix-sept mois à la tête du pays, présidant à sa rentrée dans la guerre, tenant tête aux Alliés quand ils veulent évacuer Strasbourg reconquise, imposant la présence de la France à l'heure de la capitulation allemande.

Tandis que l'épuration déchaîne mille controverses, la reconstruction s'amorce ; le retour des prisonniers et des déportés va permettre de consulter le corps électoral, pour la première fois par référendum, sur les institutions ; une diplomatie audacieuse se développe avec le traité franco-soviétique de décembre 1944 et la normalisation des relations avec Londres et Washington ; les nationalisations, les lois sociales, le vote des femmes transforment les données du jeu intérieur.

Mais de Gaulle, tranchant, impavide, obstiné, se heurte à la classe politique et soudain rompt et s'éloigne, croyant, à tort, être bientôt rappelé par l'opinion : en désaccord avec l'Assemblée constituante élue en octobre 1945, il remet sa démission sur la question des crédits militaires au président de l'Assemblée nationale, le 20 janvier 1946.

Le discours de Bayeux (16 juin 1946)

Quelques mois après son départ du pouvoir, le général de Gaulle expose à Bayeux, le 16 juin 1946, à l'occasion du second anniversaire de la libération de la ville, un projet constitutionnel où il défend sa conception de l'État : un exécutif fort et une nette séparation des pouvoirs, posant ainsi la base de la Constitution de 1958. En attendant, et pour tenter d'empêcher la ratification de la Constitution de la IVe République, puis pour abattre ce « mauvais régime », le général déclenche son offensive contre les partis, qui seront désormais sa bête noire.

3.6. Du Rassemblement du peuple français…

Cette offensive prend d'abord la forme d'avertissements, de menaces, de récusations, puis, à l'adresse du pays, de mises en garde. Comme il n'est pas entendu, de Gaulle fonde le Rassemblement du peuple français (RPF), destiné à jeter bas, escompte-t-il, le « système ». Cet épisode de sa carrière d'homme politique – qu'il préférera plus tard oublier au point qu'on n'osera prononcer devant lui le sigle du mouvement – connaît dans un premier temps un succès certain à travers la conquête de nombreuses municipalités en 1947, de sièges sénatoriaux l'année suivante. Il échoue en 1951 aux législatives devant le barrage que la loi des apparentements dresse contre lui et qu'il refuse de tourner en utilisant pour ses candidats la procédure qu'il dénonce.

À partir de là, le RPF se survit en attendant de se diviser, ce qui se produit en 1952 à l'occasion de l'investiture d'Antoine Pinay. Un an plus tard, Charles de Gaulle tire la leçon des batailles perdues, abandonne le Rassemblement, se retire à Colombey, d'où il ne sortira que pour tonner de loin en loin contre certaines des initiatives du régime et pour visiter divers territoires d'outre-mer. Mais, s'il s'occupe en écrivant ses Mémoires de guerre, qui connaîtront un vif succès, il reste aux aguets tandis que la IVe République s'enlise peu à peu dans l'impuissance et l'incohérence.

3.7. … à la traversée du désert (1953-1958)

L'officier révolté de 1940, qui s'était volontairement coupé, par son acte d'insubordination soigneusement médité, de l'armée, du pouvoir légal et de sa classe sociale, avait pris à Londres figure de symbole. Le seul nom du général de Gaulle évoquait en effet la poursuite de la guerre, la présence de la France au combat, le patriotisme, le courage, la Résistance. Des hommes étaient morts en l'acclamant, d'autres se préparaient à le servir et rêvaient d'une France toute nouvelle qu'ébauchaient déjà l'indépendance farouchement défendue à l'égard des Alliés, une volonté de « grandeur » d'autant plus ombrageuse qu'elle ne reposait sur aucune réalité matérielle. Puissance de suggestion, habileté politique et orgueil national d'un homme qui s'identifiait à la France, qui incarnait la France et s'exprimait en son nom quand il n'était encore suivi que par une poignée de fidèles : tout concourait malgré les vicissitudes et les échecs à imposer ce personnage hors du commun qui parlait de lui-même à la troisième personne, en se nommant avec révérence « le général de Gaulle ».

Paris libéré, bientôt la guerre terminée, la France est d'abord subjuguée par la haute silhouette, par le langage sonore et impérieux, par l'allure souveraine du libérateur. De son côté, Charles de Gaulle développe un rare sens de la stratégie, non exempt toutefois d'erreurs d'appréciation. Il se passionne pour une diplomatie planétaire et ambitieuse, se perfectionne dans la tactique et dans l'art oratoire.

Cependant, la politique reprend ses droits, l'englue, l'exaspère. Alors, il se révolte, en appelle à la foule contre les notables défaillants, et, finalement, le personnage historique, le géant venu du fond de l'histoire de la France cesse d'unir pour diviser et perd la seconde manche. À ses yeux, aux yeux de beaucoup, la partie est terminée.

4. L'homme d'État (1958-1970)

4.1. La reconquête du pouvoir

Le destin lui réserve pourtant une troisième chance, et il saura la saisir. Au début de mai 1958, la fragilité, l'impuissance, l'inadéquation de la IVe République, avec ses institutions précocement usées, engluée dans la guerre d'Algérie et qui gère le bien commun à raison d'un problème par semestre et d'un gouvernement par problème, éclatent à tous les regards. En moins d'un mois, l'armée et les Français d'Algérie étant entrés en rébellion, les leviers de commande échappent un à un au gouvernement ; le travail de sape des gaullistes soudain grossis de renforts inattendus ouvre la route, les politiciens se rallient ; appelé à la présidence du Conseil par le président de la République René Coty, Charles de Gaulle retrouve le pouvoir.

Investi par l'Assemblée, acclamé par l'opinion, salué comme le plus illustre des Français, entouré des caciques du régime défunt, il a même obtenu carte blanche pour préparer et présenter au pays une nouvelle Constitution et fonder une nouvelle République.

Pour en savoir plus, voir les articles crise du 13 mai 1958, IVe République.

4.2. L’artisan de la Ve République

Le général de Gaulle entame à la fois trois tâches urgentes, mais, s'il explore les voies de la normalisation en Algérie en offrant aux nationalistes algériens la « paix des braves », s'il avertit les alliés occidentaux par un mémorandum secret de sa volonté de voir réformer l'Alliance atlantique et admettre la France sans restriction parmi les « Grands », c'est à l'élaboration et à l'adoption des institutions nouvelles qu'il donne la priorité absolue.

Approuvée par 80 % des électeurs, la Constitution de 1958 produit aussitôt une Assemblée nationale où le régime, sinon les gaullistes eux-mêmes, détient une nette majorité. Élu président de la République le 21 décembre – moins de 6 mois après avoir été rappelé à la tête du gouvernement – Charles de Gaulle nomme Michel Debré Premier ministre et passe à l'action.

Cette action va s'ordonner autour de quatre idées clefs qui, selon les périodes, prendront tour à tour le pas dans les faits et dans l'esprit du général, avec des fortunes diverses. Ce sont :
– organiser, consolider et compléter le nouveau système institutionnel ;
– résoudre la question algérienne et parachever la décolonisation ;
– déployer une politique extérieure de grandeur et d'indépendance nationale ;
– enfin, procéder à un certain nombre de grandes réformes, sociale, administrative, régionale, etc.

Dans tous les aspects de cette entreprise, un souci constant : l'affirmation de l'autorité présidentielle ; un adversaire sans cesse dénoncé : les partis, la classe politique, dont la IVe République était l'expression ; un moyen essentiel : l'appel direct au peuple souverain par-delà les corps intermédiaires.

L'indépendance de l'Algérie et des anciennes colonies

La guerre d'Algérie se prolonge cependant plus longtemps encore sous la Ve République qu'elle n'avait duré déjà sous le régime précédent. À doses homéopathiques, de Gaulle s'efforce de conduire l'opinion française de l'« autodétermination » à l'« Algérie algérienne », puis à la « République algérienne », enfin à l'idée de l'indépendance. En même temps, à travers trois référendums successifs et des pourparlers tantôt rompus, tantôt repris, il progresse de la négociation vers le cessez-le-feu et le repli sur la métropole. Il se heurtera, sur sa route, aux pieds-noirs révoltés de la « semaine des barricades », aux officiers insurgés du « putsch des généraux » (→ putsch d'Alger, 21-26 avril 1961), au terrorisme désespéré de l'Organisation armée secrète (OAS).

Pour en savoir plus, voir l'article guerre d'Algérie.

Il lui faudra quatre années en tout pour atteindre le but (→ accords d'Évian, 18 mars 1962). Chemin faisant, la Communauté franco-africaine, réunissant les anciens territoires d'outre-mer, est née, puis s'est défaite. En juillet 1962, l'Algérie et toutes les anciennes colonies (à l'exception des quatre « vieux » départements des Antilles, de Guyane et de La Réunion et de quelques territoires lointains tels que Djibouti ou la Polynésie) ont accédé à l'indépendance pleine et entière. Mais la France est en paix, pour la première fois depuis 25 ans.

L'élection du président de la République au suffrage universel

La mise en place des institutions nouvelles n'a pas été réalisée sans heurts. Les étapes mouvementées de la politique algérienne ont conduit à recourir à maintes reprises à des dispositions contraignantes, à la création de successives juridictions et procédures d'exception (→ Haut Tribunal militaire), à la suspension partielle des libertés publiques sous les protestations de l'opposition.

Voici que, la guerre terminée, Charles de Gaulle, pour fonder l'avenir – au-delà de sa personne menacée par les attentats activistes (attentat du Petit-Clamart par l'OAS, le 22 août 1962) – entreprend de transformer de nouveau le régime par l'institution de l'élection directe du président de la République au suffrage universel.

Cette considérable réforme fait l'objet d'une dure bataille référendaire à demi gagnée – à demi seulement puisque, pour la première fois, le général n'a pas entraîné la majorité des électeurs, mais seulement celle des votants. L'Assemblée qui avait renversé le premier gouvernement Pompidou mis en place au lendemain de la paix algérienne ayant été dissoute, les élections de novembre 1962 donnent toutefois aux partisans du régime la majorité absolue au Palais-Bourbon.

Le référendum du 28 octobre 1962 : un tournant

C'est peut-être au référendum du 28 octobre 1962, peut-être même au début de cette année-là, que commence à apparaître la faille qui ira désormais en s'élargissant dans les relations entre le chef de l'État et le peuple français. Certes, s'il est mis en ballottage à l'élection présidentielle de 1965, première application du nouveau mode de scrutin, Charles de Gaulle n'en connaît pas moins le succès au second tour.

Si les élections législatives de mars 1967 sont médiocres, l'opposition n'ayant qu'un député de moins qu'une majorité dans laquelle les gaullistes ne font plus seuls la loi, la revanche viendra. Elle sera complète, triomphale même, en juin 1968, lorsque les électeurs répondront massivement à l'appel du général, qui a repris le contrôle de la situation au terme d'un mois de mai agité, voire dramatique. Il reste que Charles de Gaulle lui-même (selon André Malraux dans les Chênes qu'on abat) fera un jour remonter à 1962 l'origine du malentendu qui aboutira au « non » du référendum d'avril 1969 et à son départ immédiat, après presque onze ans de pouvoir.

Pour en savoir plus, voir l'article France : vie politique depuis 1958.

4.3. « Une certaine idée de la France »

Pendant ces années, Charles de Gaulle marque profondément de son empreinte la vie publique du pays.

Pour l’indépendance et la grandeur de la France

Sa politique étrangère, faite de refus, de défis et d'affirmations répétées de la grandeur et de l'indépendance, est à la fois cohérente et nouvelle, même aux yeux de ceux qui ne l'approuvent pas. Elle consiste, dans ses lignes directrices, à réorienter et rééquilibrer les alliances du pays. De Gaulle entame ainsi avec l'Union soviétique la recherche de la détente, puis de l'entente, enfin de la coopération, tandis que – sans se séparer de ses alliés occidentaux – la France prend ses distances à leur égard. Elle se retire progressivement du commandement militaire intégré de l'OTAN, tout en poussant activement la mise sur pied de la « force de frappe » nucléaire nationale, et maintient fermée devant la Grande-Bretagne la porte de la Communauté économique européenne (CEE).

Cette Communauté traverse à maintes reprises des jours difficiles et elle se transforme, par la volonté du président français : tournant le dos à l'intégration, à l'institution progressive d'un pouvoir supranational, elle devient l'« Europe des États », dans laquelle chacun des six membres conserve sa pleine souveraineté. Le traité de l'Élysée, signé le 22 janvier 1963 entre le général de Gaulle et le chancelier Adenauer a scellé la réconciliation franco-allemande.

Les crises, les menaces, les ruptures même et les combats d'avant-garde ou d'arrière-garde – contre la politique américaine au Viêt Nam (discours de Phnom-Penh du 1er septembre 1966), contre la politique israélienne au Proche-Orient, contre le système monétaire international, pour « le Québec libre » (juillet 1967) etc. – caractérisent cette diplomatie. À travers elle, de Gaulle exprime une volonté de puissance obstinément tendue à travers un jeu subtil, un dosage savant de conciliation et de chantage, mais ce qu'elle a de profondément légitime souffre de ce qu'elle peut avoir de démesuré.

Une autorité de plus en plus contestée

En politique intérieure, sous l'égide du président de Gaulle, la gestion est moins cohérente et moins spectaculaire que sa diplomatie.

Fin 1958, une dévaluation, une révision complète des bases de la vie économique et bientôt les premiers effets du Marché commun européen avaient assuré un bon départ et permis de rétablir une situation compromise. Peu à peu, cependant, l'inflation sournoisement réapparue sape la réussite ; un plan de stabilisation, trop tardivement mis en œuvre, mal calculé et trop longtemps maintenu en application, vient casser l'expansion. Il faut alors, non sans peine, trouver un second souffle, tandis que les tensions sociales se font d'année en année plus vives jusqu'à la grève généralisée, spontanément apparue en mai 1968 à la suite de la révolte étudiante.

Cette révolte et cette grève exprimaient sans doute une crise de civilisation. Elles n'en résultaient pas moins, pour une part, de l'absence de vraies réformes tant universitaires que sociales au cours des dix années précédentes. L'enseignement a bien fait l'objet de fréquentes réorganisations, transformations et retouches – trop fréquentes même à certains égards –, mais presque toujours trop tardives et insuffisantes. La doctrine sociale du régime, issue de l'« association capital-travail » du gaullisme, a bien reçu quelques timides débuts d'application, sans grand succès d'ailleurs. Mais la France est là en retard d'une révolution et même de plusieurs : dans l'enseignement, dans les rapports entre employeurs et salariés, dans l'organisation de son économie, de la distribution, etc.

4.4. Homme d'après-demain et d'avant-hier

Visionnaire en politique étrangère, grand stratège sur l'échiquier international, pour beaucoup persuasif et même séduisant dans sa hauteur souveraine et bonhomme à la fois, audacieux et déterminé dans le jeu institutionnel, autoritaire mais non dictatorial dans sa façon de gouverner, dans ses rapports avec le peuple, de Gaulle était peut-être en avance sur son temps dans sa vision de l'avenir.

Mais il était en retard sur une époque qu'à la fin il ne comprenait plus très bien, dès lors qu'il s'agissait de canaliser les forces neuves et désordonnées parfois de la jeunesse, de devancer et d'organiser les transformations nécessaires, de dépasser la gestion pour entreprendre de grandes réformes. Lorsqu'il tenta de s'y attaquer enfin, après le choc de mai-juin 1968 – il était trop tard. Le pays le lui manifesta sans ambages en lui répondant « non » pour la première fois lors du référendum d'avril 1969 sur la régionalisation et la réforme du Sénat.

Abandonnant sur-le-champ non seulement le pouvoir mais la politique pour reprendre sa place depuis longtemps inscrite dans l'Histoire, le grand homme se contenta pendant les dix-huit mois qui lui restaient à vivre de quelques gestes et de quelques abstentions symboliques, se gardant avec soin de se prononcer de quelque façon que ce soit sur le choix et sur l'action de ses successeurs.

Pour en savoir plus, voir les articles Charles de Gaulle écrivain, gaullisme, Ve République.

Consulter aussi le site de la Fondation Charles de Gaulle http://www.charles-de-gaulle.org/.