En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

décolonisation

Les grandes étapes de la décolonisation
Les grandes étapes de la décolonisation

1. Aux origines de la décolonisation

La décolonisation est issue des mouvements nationalistes qui sont apparus dès la fin de la Première Guerre mondiale dans les différents empires coloniaux et se sont développés, en se radicalisant, après la Seconde Guerre mondiale.

1.1. L'affaiblissement des puissances coloniales

Conscients de l'affaiblissement des puissances coloniales, après les défaites que leur ont infligées l’Allemagne et le Japon entre 1940 et 1942, les leaders des mouvements de libération, issus des élites occidentalisées, réclament l'application du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, proclamé par l’article 1er de la Charte des Nations unies en 1945.

1.2. L’hostilité des deux superpuissances au colonialisme

Ils y sont aussi encouragés par l'hostilité au système colonial des deux nouvelles puissances dominantes : les États-Unis et l'URSS.

L'attitude des États-Unis

En effet, même s'ils ont annexé, à la fin du xixe siècle, des restes de l'Empire espagnol, les Philippines ou Porto Rico, même si leurs relations avec leurs communautés noire et surtout indienne demeurent tout à fait inégalitaires et ambiguës, les États-Unis n'ont cessé – au nom du passé des treize colonies fondatrices – de proclamer leur anticolonialisme doctrinal et d'appuyer plus ou moins concrètement les efforts de libération des pays colonisés.

En pleine guerre, en août 1941, F. D. Roosevelt a imposé à ses alliés la signature de la Charte de l'Atlantique, dont le chapitre 3 fixe au nombre des buts de guerre le rétablissement des « droits souverains et du gouvernement autonome de ceux qui en ont été dépossédés par la force ».

Le rôle de l'URSS

De son côté, bien qu'ayant absorbé, sous des formes subtiles de colonisation, les pays Baltes, des morceaux du territoire finlandais à l'occasion de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi les « démocraties populaires » – Pologne, Tchécoslovaquie, Roumanie, Bulgarie, Hongrie – où, jusqu'après 1980 les interventions militaires soviétiques ont été particulièrement violentes –, l'URSS n'a cessé, depuis la conférence de Bakou de 1920, d'associer les prolétaires du monde industrialisé et les populations tombées sous le « joug colonial ». L'action idéologique soviétique a été particulièrement profonde et a conduit à quelques formes spectaculaires de « libération » dans le monde : celle de la Chine en 1949, par exemple.

Pour Nikita Khrouchtchev, toute forme de lutte pour l'indépendance est révolutionnaire et l'URSS l'appuie, même s'il faut courir le risque, comme à Cuba en 1961, d'un affrontement direct avec les États-Unis ; elle doit mobiliser, dans le monde entier, les « forces progressistes » qui vont répéter pendant des décennies que l'impérialisme est, selon la formule de Lénine, le stade suprême du capitalisme, et, plus tard, que le néocolonialisme est le dernier stade, le dernier soubresaut de l'impérialisme. Ainsi va-t-on penser qu'il suffit de « vaincre le capitalisme » pour que le développement des « pays exploités » s'ensuive. Largement influencés par l'idéologie marxiste, les leaders anti-colonialistes peuvent compter sur le soutien des partis communistes et de l'URSS.

Pour en savoir plus, voir l'article marxisme.

1.3. L’émergence des mouvements de libération nationale

L’apparition ou la consolidation des mouvements de libération nationale n’a pas toujours été aisée, la prise de conscience étant parfois enrayée par l’œuvre d’assimilation culturelle entreprise par les colons après la conquête, et le tracé de frontières artificielles faisant vivre ensemble des ethnies parfois antagonistes. Malgré ces difficultés, des mouvements nationalistes naissent ou se confirment, moins précocement en Afrique qu’en Asie du Sud et du Sud-Est, du fait d’une influence européenne plus discrète et de cadres locaux prêts ici à prendre la relève. Ces mouvements sont souvent d’inspiration à la fois nationaliste et socialiste (→ parti du Congrès en Inde, parti communiste indochinois). Mais ils peuvent aussi veiller à la restauration des valeurs traditionnelles et religieuses, comme l’Istiqlal marocain du sultan Muhammad V.

1.4. Les réactions des puissances coloniales

Si le Royaume-Uni accepte la décolonisation comme un fait inéluctable, la France, quant à elle, considère son empire – conquis pour compenser la défaite de 1870 et qui a beaucoup contribué à la Libération – comme immuable.

Parmi les puissances moyennes, alors que la Belgique, dont l’économie est saine, manifeste peu d’intérêt pour le Congo, les Pays-Bas, qui ont énormément souffert de la guerre, restent attachés aux Indes néerlandaises (ou orientales), de même que le Portugal à ses colonies africaines, dernier vestige de sa grandeur passée.

2. Le processus de décolonisation

2.1. Conditions générales

Les deux phases de la décolonisation

La première phase s'étend de 1945 à 1954 et intéresse avant tout le continent asiatique, où les puissances coloniales sont confrontées aux régimes nationalistes issus de l'occupation japonaise.

La seconde, de 1955 à 1966, touche essentiellement l'Afrique. L'évolution politique de ce continent est profondément influencée par les événements survenus en Asie et par l'émergence d'un mouvement tiers-mondiste favorable aux indépendances, dirigé notamment par les leaders nationalistes du monde arabe et du Sud-Est asiatique (dont Nasser et Sukarno). La conférence afro-asiatique de Bandung (avril 1955), qui condamne le colonialisme, est, à cet égard, essentielle.

Entre négociation et confrontation

Le Commonwealth, mis en place en 1931 par la Grande-Bretagne, sert de cadre à la décolonisation des anciens territoires britanniques. La France crée, dans le même but, l'Union française (1946), remplacée en 1958 par la Communauté.

Mais ces structures ne permettent pas toujours aux anciennes puissances d'éviter les guerres coloniales, surtout dans les régions que la métropole a cherché à assimiler par une politique de peuplement (Algérie française, Mozambique portugais).

2.2. La décolonisation de l'Asie

Coups d'envoi (1945-1946)

En Asie, dès la fin de la guerre, la Chine récupère les concessions acquises par l'Europe au xixe siècle, ne laissant subsister que Hongkong et Macao ; elle reprend aussi Formose (→ Taïwan) et la Mandchourie. Les États-Unis mettent fin à leur domination sur les Philippines en 1946.

La même année, sur la façade opposée du continent, la France reconnaît la pleine souveraineté de la Syrie et du Liban.

La décolonisation réussie des Britanniques

À la suite de la République indienne et du Pakistan, formé après l'indépendance et la partition de l'Inde en 1947, la Birmanie et Ceylan (1948), puis la Fédération malaise (1957), acquièrent leur indépendance et acceptent de conserver des liens étroits avec la Grande-Bretagne.

C’est bien plus tard que la Grande-Bretagne se retire de la péninsule arabique, entre 1961-1962 (indépendance du Koweït et du protectorat d’Aden, devenu Yémen du Sud) et 1971 (formation des Émirats arabes unis, dont renoncent à faire partie le Qatar et Bahreïn, qui forment deux États distincts).

Les décolonisations violentes

L'accession de l'Indonésie à l'indépendance est plus mouvementée : proclamée par Sukarno en 1945, elle n'est reconnue par les Néerlandais qu'en 1949, au terme d'une guerre d'indépendance sanglante, dans le cadre d'une Union néerlando-indonésienne, elle-même dénoncée en 1954 par les Indonésiens.

La décolonisation s'avère beaucoup plus difficile dans la péninsule indochinoise, qui devient un enjeu âprement disputé à partir de 1945 entre les camps socialiste et occidental (→ guerre d'Indochine). En 1954, la conférence de Genève, où l'entrée en scène de la Chine communiste marque le profond changement des rapports de forces, aboutit à l'indépendance définitive des pays de l'ex-Indochine (Cambodge, Laos) et à la partition du Viêt Nam.

2.3. La décolonisation en Afrique

Colonies britanniques

Le Soudan anglo-égyptien, après avoir été tenté en 1953 par l’union avec l’Égypte, est reconnu indépendant en 1956.

Suivant l'exemple de la Côte-de-l'Or (Gold Coast), qui accède à l'indépendance sous le nom de Ghana en 1957, les colonies britanniques s'émancipent dans le cadre du Commonwealth : Nigeria (1960), Sierra Leone (1961), Tanganyika (1961) réuni à Zanzibar en 1964 sous le nom de Tanzanie, Ouganda (1962), Kenya (1963), Nyassaland, devenu Malawi (1964), Gambie (1965), Rhodésie du Nord devenue Zambie (1964), Bechuanaland devenu Botswana (1966), Basutoland devenu Lesotho (1966), Swaziland (1968), île Maurice (1968) Seychelles (1976).

En Rhodésie du Sud, la minorité blanche n'abandonne le pouvoir aux Noirs qu'en 1980 pour devenir le Zimbabwe, tandis que la Namibie ne s'émancipe de la tutelle sud-africaine qu'en 1990.

Colonies italiennes et belges

Après avoir renoncé à la Libye en 1951, l'Italie émancipe la Somalie en 1960, date à laquelle le Congo belge proclame également son indépendance ; celle de ses mandats au Rwanda et au Burundi intervient en 1962.

Colonies françaises

La conférence de Brazzaville de 1944, tenue à l'initiative du général de Gaulle, avait promis une large autonomie aux colonies françaises tout en leur refusant l'indépendance. En 1946, la IVe République croit trouver une réponse en créant l'Union française, formée par la République française et les territoires et États associés d'outre-mer.

Profondément rénovée par la loi Defferre de 1956, l'Union française devient en 1958 la Communauté qui va mener en 1960 à l’indépendance des anciens territoires d'Afrique-Occidentale française et d'Afrique-Équatoriale française : Sénégal, Mauritanie, Haute-Volta (actuel Burkina), Dahomey, devenu Bénin, Soudan français, devenu Mali, Niger, Côte d'Ivoire, Gabon, Tchad, Oubangui-Chari, devenu République centrafricaine, Congo-Brazzaville et Madagascar ; ainsi que des mandats du Togo et du Cameroun, à l'exception de la Guinée qui s'est émancipée dès 1958, des Comores, indépendantes en 1975, et de la Côte française des Somalis qui, devenue Territoire français des Afars er des Issas en 1967, n'accède à l'indépendance, sous le nom de République de Djibouti qu'en 1977.

Au Maghreb, en revanche, si la Tunisie et le Maroc obtiennent leur indépendance en 1956, l'Algérie n'y accède qu'en 1962, au terme d'une guerre meurtrière avec la France (→ guerre d'Algérie).

Colonies portugaises et espagnoles

Les colonies portugaises (Guinée-Bissau, îles du Cap-Vert, São Tomé et Príncipe, Angola et Mozambique) deviennent, quant à elles, indépendantes en 1974-1975.

Après la Guinée équatoriale en 1968, l'Espagne abandonne en 1975 par consentement, à l'exception de quelques points d'appui au Maroc (→ Ceuta, Melilla) les fragments d'empire qui lui restent et qui constituent le Sahara occidental, incorporé au Maroc, mais dont le Front Polisario revendique toujours l'indépendance.

2.4. La décolonisation aux Antilles et dans le Pacifique

Les Antilles britanniques

Alors que la France y a conservé l’essentiel de ses territoires (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, Polynésie), le Royaume-Uni a renoncé à sa domination directe sur les espaces antillais et pacifique entre le début des années 1960 et celui des années 1980.

Précédées par Trinidad et Tobago (1962), la Jamaïque (1962) et la Barbade (1966), les divers archipels des Antilles sous domination britannique (Bahamas, Grenade, Dominique, Sainte-Lucie, Saint-Vincent et les Grenadines, Antigua et Barbuda, Saint-Christophe et Nevis) accèdent à l’indépendance entre 1973 et 1983, de même que, sur le continent, le petit Honduras britannique, devenu Belize (1981).

Le Pacifique britannique et américain

C’est selon un calendrier voisin que la Grande-Bretagne se retire de l’océan Pacifique, à l’exception de Pitcairn, et permet l’accession à l’indépendance de ses différentes possessions (Nauru, Tonga, Fidji, Papouasie-Nouvelle-Guinée, îles Salomon, îles Ellice, devenues Tuvalu, îles Gilbert, devenues Kiribati) entre 1968 et 1980, date à laquelle les Nouvelles-Hébrides, qu’elle détenait en condominium avec la France, s’émancipent également sous le nom de Vanuatu. Dès 1962, la Nouvelle-Zélande avait renoncé à l’administration des Samoa occidentales, devenues indépendantes.

Bien qu’ayant gardé divers point d’appui dans la région (Samoa, Guam, Wake, Mariannes du Nord), les États-Unis ont suivi le processus de retrait de la Grande-Bretagne, en permettant l’indépendance de la Micronésie et des îles Marshall (1979), puis de l'archipel des Palaos(1994).

3. Le développement du néocolonialisme

3.1. Émancipation politique et dépendance économique

Un certain nombre d'États ont voulu non seulement acquérir l'indépendance nationale, mais aussi procéder à de véritables révolutions sociales afin de mieux rompre avec l'ancien ordre colonial. Tout en se réclamant un temps du socialisme, ils ont tous promu des valeurs nationales et rejeté la lutte des classes. Mais très peu de pays décolonisés, qu'ils aient opté pour des systèmes étatiques, socialistes ou libéraux, sont devenus économiquement souverains, comme en témoigne l’assujettissement aux cours mondiaux, variant au gré des intérêts des pays développés, des prix des cultures et produits d’exportation : caoutchouc, cuivre, coton, café, cacao, thé. Les formes les plus durablement persistantes du néocolonialisme sont donc d'ordre économique et financier.

3.2. Le rôle trompeur des leaders charismatiques

La conférence de Bandung affirmait dans son acte final l'égalité de toutes les races et l'égalité de toutes les nations, petites ou grandes. On est loin aujourd'hui encore d'avoir vu se réaliser le rêve de Bandung. Il est vrai que les dissensions ont parfois été vives chez les colonisés luttant pour leur libération. Dans certains cas, des leaders charismatiques – tels Gandhi, assassiné en 1948, puis Nehru en Inde, Kenyatta, grand vainqueur des élections de 1963 au Kenya, après les terribles soubresauts des années 1950, Nyerere au Tanganyika (Tanzanie), Senghor au Sénégal, Houphouët-Boigny en Côte-d'Ivoire – ont, au moins pour un temps, dissimulé la gravité des situations internes.

3.3. Les conflits postcoloniaux

Il n'en a pas été toujours ainsi. À peine indépendant, l'Angola a vu s'affronter (1975) dans une longue guerre civile trois coalitions d'intérêts et d'options politiques opposés, maîtresses de trois territoires. La libération du Zimbabwe ne s'est pas faite sans remous entre partisans avoués des États-Unis ou de l'URSS et colons blancs désireux de maintenir l'ancien état des choses. Au Zaïre (ex-Congo belge et actuelle République démocratique du Congo), au Nigeria, en Asie du Sud-Est (→ guerre du Viêt Nam, génocide cambodgien), les réalités religieuses ou politiques ont abouti à des sécessions spectaculaires (→ Katanga, République du Biafra), la dernière en date étant l'indépendance du Soudan du Sud en 2011. L’Afrique est aujourd’hui déchirée par la multiplicité des conflits à caractère ethnique.