Journal de l'année Édition 1991 1991Éd. 1991

Steffi Graf a une nouvelle fois dominé le tennis féminin, se montrant la plus régulière sur l'ensemble de l'année écoulée. Mais l'écart qui la sépare de ses rivales s'est considérablement réduit. Martina Navratilova, en effet, n'est plus la seule à pouvoir lui barrer la route. Désormais, Monica Seles et Gabriela Sabatini sont en mesure de la battre en finale des tournois du grand chelem, comme récemment à Roland-Garros ou à Flushing Meadow. Ce qui pourrait être également le cas de Jennifer Capriati, demi-finaliste des Internationaux de France à tout juste 14 ans. La relève est prête au cas où...

Internationaux d'Australie

Victime d'une déchirure abdominale, Stefan Edberg est contraint à l'abandon à la fin du troisième set. Il laisse le gain du match à Ivan Lendl, qui, avec ce huitième tournoi du grand chelem gagné rejoint Connors au cinquième rang des grands vainqueurs de l'histoire derrière Emerson (12 titres), Borg (11), Laver (11) et Tilden (10). À peine la remise des prix terminée, le Tchécoslovaque confirmait qu'il ne jouerait pas cette année à Roland-Garros, préférant se consacrer à Wimbledon.

Pour sa douzième finale consécutive dans les tournois du grand chelem, dont 9 victoires, Steffi Graf s'est imposée devant l'Américaine Marie-Joe Fernandez à l'issue d'une rencontre où elle ne fit pas preuve de son autorité coutumière, semblant plus lente qu'à l'ordinaire et moins solide dans l'échange.

Internationaux d'Australie
(15-28 janvier)
Simple messieurs

Demi-finales : Lendl (T) b. Noah (F), 6/4, 6/1, 6/2 ; Edberg (S) b. Wilander (S), 6/4, 6/4, 6/2.

Finale : Lendl (T) b. Edberg (S), 4/6, 7/6 (7-3), 5/2 ab.

Simple dames

Demi-finales : Graf (RFA) b. Sukova (T), 6/4, 6/3 ; Fernandez (É-U) b. Porwik (RFA), 6/2, 6/1.

Finale : Graf (RFA) b. Fernandez (É-U), 6/3, 6/4.

Double messieurs

Finale : Aldrich-Visser (AdS) b. Connell-Michibata (Can.), 6/4, 4/6, 6/1, 6/4.

Double dames

Finale : Novotna-Sukova (T) b. Fendick-Fernandez (É-U), 7/6 (7-5), 7/6 (8-6).

Double mixte

Finale : Pugh (É-U)-Zvereva (URSS) b. Leach-Garrison (É-U), 4/6, 6/2, 6/3.

Internationaux de France

La victoire d'Andres Gomez sur André Agassi est celle d'un tennis de jadis. Fait de puissance bien sûr, mais surtout de finesse. Au cours de cette finale, celui que l'on a surnommé avec beaucoup d'à-propos l'Équatout ou rien avait décidé d'abréger les échanges pour ne pas être asphyxié par le rythme que son rival donne à la partie. Maître tacticien, l'objectif du Sud-Américain au toucher de balle incomparable était clair : renverser à son compte l'effort adverse, jouer à qui perd gagne dans l'espoir de détruire le jeu cadencé du petit cogneur amerloque. Le calcul fut payant et le pauvre Agassi, du haut de ses 20 ans, complètement désorienté au point d'accepter la défaite sans se révolter, avec résignation. La leçon du professeur à son élève, son cadet de dix ans.

À 16 ans et demi, Monica Seles a montré pour sa part plus de maturité. Grâce à son triomphe sur la championne du monde, Steffi Graf, elle est devenue la plus jeune gagnante de Roland-Garros. Pourtant ce match au sommet n'atteignit jamais l'intensité des Navratilova-Evert. Malgré des points d'anthologie et des accélérations fulgurantes, il manquait l'opposition des styles qui en faisait la beauté et le charme. Mais le jour où la jeunesse prend le pouvoir, on ne va pas trop se plaindre.

Internationaux de France
(Roland-Garros, 28 mai-10 juin)
Simple messieurs

Demi-finales : Agassi (É-U) b. Svensson (S), 3/6, 7/5, 6/3, 6/4 ; Gomez (Équat.) b. Muster (Austr.), 7/5, 6/1, 7/5.

Finale : Gomez (Equat.) b. Agassi (É-U), 6/3, 2/6, 6/4, 6/4.

Simple dames

Demi-finales : Graf (RFA) b. Novotma (T), 6/1, 6/2 ; Seles (Y) b. Capriati (É-U), 6/2, 6/2.

Finale : Seles (Y) b. Graf (RFA), 7/6 (8-6), 6/4.

Double messieurs

Finale : E. Sanchez-Casal (E) b. Ivanisevic (Y)-Korda (T), 7/5, 6/3.

Double dames

Finale : Novotna-Sukova (T) b. Savchenko-Zvereva (URSS), 6/4, 7/5.

Double mixte

Finale : A. Sanchez (E)-Lozano (Mex.) b. Provis (Austr.)-Visser (AdS), 7/6 (7-5), 7/6 (12-10).

Internationaux de Grande-Bretagne

On prend les mêmes et on recommence. Pour la troisième fois consécutive Stefan Edberg et Boris Becker étaient opposés en finale. En 1988 le Suédois s'était imposé. L'année suivante c'était au tour de l'Allemand. Il s'agissait donc d'une belle. Elle tourna à l'avantage du premier nommé, vainqueur des deux premiers sets en moins d'une heure et suffisamment lucide pour ne pas craquer, lorsqu'il fut mené par 3 jeux à 1 dans la dernière manche. Après ce duel digne des plus grands de l'histoire du tennis, on ne pourra plus dire qu'Edberg n'a pas de nerfs, qu'il ne sait pas se surpasser. Il est désormais arrivé à maturité.