À défaut de pouvoir représenter le même poids électoral (53 sièges à la Chambre, 44 au Sénat), l'opposition est jeune et dynamique.

Dans ce combat des Horaces et des Curiaces de la politique belge, l'opposition compte avant tout sur la dislocation de la tripartite gouvernementale.

Grèves

Sur le plan social, on a vu s'accentuer un phénomène qui risque de peser sur l'avenir des conventions collectives passées entre patrons et syndicats au niveau des grands secteurs professionnels. Ces conventions permettent d'inscrire dans un programme convenu les améliorations de conditions de travail et les augmentations salariales. Ce phénomène nouveau est celui des grèves spontanées, échappant à la direction syndicale. Ici et là des groupes relativement importants de travailleurs débrayent, sans respecter les règles syndicales, et remettent en cause les accords passés en leur nom par les syndicats, sous prétexte que la situation économique a connu une évolution telle que les conditions dans lesquelles ces accords ont été signés sont dépassées et impliquent une révision en cours de route.

L'explication qui consiste à attribuer cette agitation sociale à l'action de groupes gauchistes (maoïstes, trotskystes, anarchistes ou autres), si elle ne manque pas de fondement, paraît un peu facile. On voit mal des milliers de travailleurs suivre des mots d'ordre de grève si ceux-ci ne tombaient dans un terrain propice de mécontentement latent. Les grèves spontanées n'étant pas reconnues par les syndicats, les grévistes qui y prennent part ne sont pas dédommagés.

Les relations entre les délégués syndicaux et ce qu'il est convenu d'appeler la base se durcissent. Cette crise dans les relations syndicales apparaît nettement dans deux conflits qui ont duré plusieurs semaines : la grève aux usines Caterpillar, dans la région de Charleroi, et la grève des dockers d'Anvers et de Gand. À Caterpillar, le licenciement de deux délégués syndicaux est à l'origine du conflit. Les dirigeants syndicaux de la région n'ont jamais voulu engager une action de solidarité en débrayant dans tout le secteur professionnel régional. À Anvers, c'est pratiquement contre les syndicats que luttent les ouvriers en grève. Du côté patronal, une voix s'est élevée – celle de Jacques De Staercke, administrateur-directeur général de Fabrimétal – pour affirmer : « Nous vivons dans un cadre social dépassé » et réclamer la définition d'un nouveau pacte social avec les travailleurs.

Les travailleurs salariés ou appointés ne sont pas les seuls à exprimer leur mécontentement par la grève. Les indépendants recourent eux aussi à cette forme d'action.

Malgré la décision gouvernementale de ne pas réclamer aux assujettis dont le chiffre d'affaires annuel est inférieur à 5 millions de F le 13e mois de TVA, les classes moyennes ont arrêté le travail les 2 et 3 octobre 1972. Villes sans lumière, sans magasin, sans restaurant, sans cinéma : un week-end britannique à l'ancienne mode ! En mai 1973, ce sont les bateliers indépendants qui mettent leurs péniches en travers des voies navigables pour empêcher la circulation fluviale. Ils protestent contre la concurrence étrangère et celle des chemins de fer. Ces derniers, grâce au financement public, transportent à des tarifs moins élevés.

Outre la série normale des conflits d'entreprise, le pays a encore connu une grève des pétroliers (janvier) et une grève des aiguilleurs du ciel (mars). Indépendants et salariés ont fait ensemble, dans la région de Charleroi, une grève générale symbolique pour attirer l'attention sur le déclin économique et sur la nécessité d'investissements pour garantir le niveau d'emploi.

Durant cette année, le gouvernement ne s'est pas contenté d'augmenter diverses allocations sociales. Il a obtenu le vote de la loi sur les crédits d'heures, qui permettra aux jeunes travailleurs salariés de se libérer pour un nombre d'heures équivalent à celui qu'ils passent pour compléter leur formation professionnelle en dehors des heures de travail. Il est d'ores et déjà admis en principe que cette législation sera étendue aux jeunes des classes moyennes et du monde agricole.