En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

protestantisme

Lucas Cranach l'Ancien, Luther et ses collaborateurs
Lucas Cranach l'Ancien, Luther et ses collaborateurs

Ensemble des doctrines religieuses et des Églises issues de la Réforme.

L'une des trois branches principales du christianisme, le protestantisme est né, au xvie s., d'une rupture interne à la chrétienté occidentale. À la différence de l'Église catholique, dont l'unité est liée à sa structure hiérarchique, le protestantisme est constitué, dès ses origines, d'un ensemble d'Églises exprimant des sensibilités religieuses, voire nationales, différentes.

Le terme de protestantisme vient de la « protestation » des États luthériens du Saint Empire contre les mesures prises lors de la seconde diète de Spire (1529), à majorité catholique. Il a dès lors servi à désigner l'ensemble des Églises issues de la Réforme et opposées à l’institution de l'Église catholique romaine. Sans que cela n’implique nécessairement l'idée de schisme, les Églises réformées insistent sur leur volonté d'amélioration, de changement et de renouvellement.

L’histoire du protestantisme

Les 95 thèses de Luther

Le 31 octobre de chaque année, les Églises protestantes célèbrent la fête de la Réformation qui commémore la rédaction, en 1517, des 95 thèses contre la « vertu des indulgences » (indulgences censées permettre la remise de peine de certains péchés). Écrites par le moine Martin Luther (1483-1546), le premier réformateur, ces thèses, rapidement diffusées, ont passionné les milieux humanistes chrétiens, même s’il ne s'agissait à l’origine que d'une « dispute théologique » entre clercs (pratique courante au sein de l'Église catholique).

La véritable naissance du protestantisme intervient plutôt en 1520-1521 : après avoir vainement tenté d'obtenir de lui qu'il reconnaisse ses « erreurs », Rome somme Martin Luther, dans la bulle Exsurge Domine (15 juin 1520) de Léon X, de se rétracter ; puis, devant le refus du moine, le rebelle et ses partisans sont excommuniés (bulle Decet romanum pontificem, 3 janvier 1521). À la diète de Worms en avril 1521, Luther, se référant à sa « conscience captive de la Parole de Dieu », réclame « d'être convaincu par le témoignage de l'Écriture » et récuse « l'infaillibilité du pape et celle des conciles ». L'autorité de la Bible est donc invoquée comme supérieure à toute hiérarchie ecclésiastique, qu'elle se manifeste à travers un chef unique (le pape) ou une instance collégiale (le concile).

La seconde diète de Spire

En 1526, à la première diète de Spire, les partisans de Luther obtiennent une relative tolérance au sein du Saint Empire romain germanique. Mais elle leur est retirée trois ans plus tard à la seconde diète de Spire (avril 1529). Cinq princes et les représentants de quatorze villes libres élèvent alors une « protestation » contre les décisions prises : « Nous protestons devant Dieu, ainsi que devant tous les Hommes, que nous ne consentons ni n'adhérons au décret proposé dans toutes les choses qui sont contraires à Dieu, à sa sainte Parole, à notre bonne conscience, au salut de nos âmes. » Cette protestation solennelle est à l'origine du terme de « protestant ».

La multiplication de la protestation

Une partie de l'Allemagne et l'ensemble de la Scandinavie deviennent « luthériens ». Mais le luthéranisme – marqué autant par Luther que par son disciple Melanchthon – n'est qu'une des formes du protestantisme.

Dans la lignée de la protestation luthérienne, en 1524, Ulrich Zwingli (1484-1531) remplace à Zurich, en Suisse, la messe par un culte dominical centré sur la prédication et dont la liturgie est plus dépouillée que dans le protestantisme luthérien (zwinglianisme).

En 1536, le protestantisme prend un souffle nouveau avec le passage à la Réforme de la ville de Genève, où va s'exercer le ministère de Jean Calvin (1509-1564), un Français en exil. Sous cette forme (calvinisme), la religion protestante progresse notamment en Suisse romande, en France et aux Pays-Bas. Les confessions de foi helvétique postérieure et écossaise (1560), celles de La Rochelle (1571) et de Westminster (1646), etc., se rattachent à la théologie de Calvin.

D’autres courants plus radicaux se font jour, tels celui des anabaptistes (en Suisse et en Hollande) qui réservent le baptême aux seuls adultes, ou plus tard celui des quakers en Angleterre.

Enfin, les 39 articles qui définissent la foi de l'Église d'Angleterre sont également largement d'inspiration calviniste. Mais l'anglicanisme – qui donnera naissance aux États-Unis d'Amérique à l'Église épiscopalienne – représente un protestantisme tempéré qui n'a modifié que partiellement (et plus ou moins suivant les tendances) le cadre ecclésiastique issu du catholicisme. C’est de l’anglicanisme que sont issus les puritains, dont les Pères Pèlerins, en 1620, traversent l'Atlantique à bord du Mayflower pour fonder, en Amérique, la colonie de Plymouth.

Les missions protestantes

À partir du xixe s., le protestantisme devient véritablement une religion mondiale, grâce à l'action de ses missions. En Afrique et en Océanie, des populations entières se convertissent. Ainsi, au Lesotho (Afrique du Sud), à Madagascar, à Tahiti, en Nouvelle-Calédonie, dans les anciens territoires allemands du Cameroun et du Togo, etc., des Églises sont constituées, issues de la mission protestante française.

L'œuvre des missions protestantes comporte une dimension éducative (école et traduction de la Bible en langue vernaculaire, faisant souvent accéder cette langue à l'écrit), médicale (symbolisée, par exemple, par le nom d'Albert Schweitzer), socio-économique (développement de l'exportation des matières premières pour combattre le commerce des esclaves). Cependant, le travail missionnaire a aussi été contesté, pendant la seconde moitié du xxe s., car il a été en partie lié à la colonisation.

Les Églises protestantes

Une pluralité d’Églises

Le protestantisme se caractérise donc par une pluralité d'Églises, historiquement et principalement représenté par le luthéranisme (Églises luthériennes) et le calvinisme (Églises réformées, dites presbytériennes dans les pays anglo-saxon). À leur suite, d'autres groupes sont apparus, formant notamment les Églises congrégationalistes, piétistes, méthodistes, baptistes, libérales ou évangélistes. L’anglicanisme (Église anglicane), quant à lui, représente une sorte de charnière entre protestantisme et catholicisme ; il est également traversé par des divers courants.

Des principes communs

Ces différentes Églises protestantes n’ont pas forcément le même mode d'organisation, ni des références théologiques (symbolisées par des « confessions de foi ») tout à fait identiques. Mais trois affirmations fondamentales rassemblent cependant tous les protestants, inscrites derrière le principe primordial : Soli Deo gloria (« À Dieu seul la Gloire »).

1. Sola gratia (« la Grâce seule ») : il s’agit de la force du témoignage intérieur du Saint-Esprit, par lequel le croyant saisit la parole de Dieu exprimée dans le message de Jésus de Nazareth, retranscrit dans les livres saints.

2. Sola fide (« la Foi seule ») : les œuvres bonnes de l'homme se sont pas la cause du salut, mais sa conséquence ; c’est le salut par la foi.

3. Sola scriptura (« l’Écriture seule ») : la Bible est la seule autorité pour le fidèle ; ainsi, tout ce qui n'est que tradition humaine, telle l’Église, est écarté de la foi protestante.

Le dialogue œcuménique

Le protestantisme ne se veut pas un ensemble doctrinal, mais une attitude commune de pensée et de vie, qui est fidélité à l'Évangile.

En même temps qu'il réalisait une extension mondiale, le protestantisme s'interrogeait sur son morcellement. Des sortes d'internationales protestantes, lieux de rencontre et d'action commune entre des protestants de divers pays, se sont constituées. Elles sont confessionnelles (Alliance réformée mondiale, 1875 ; Alliance baptiste mondiale, 1905) ou interconfessionnelles (Alliance évangélique universelle, 1846 ; Unions chrétiennes de jeunes gens – les YMCA ou YWCA anglo-saxonnes –, 1844 ; Fédération universelle des étudiants chrétiens, 1895, etc.). Par ailleurs, en 1910, une conférence mondiale des missions (protestantes) se tient à Édimbourg et elle aboutit à la création d'un Conseil international des missions.

La prise de conscience de l'ampleur du « monde non chrétien » et les défis entraînés par la sécularisation, voire la laïcisation, des sociétés occidentales favorisent, chez certains protestants, le dialogue et le rapprochement entre toutes les Églises chrétiennes. Des autorités protestantes prennent des contacts en ce sens, mais elles se heurtent à un refus poli du Vatican (1914), qui se transformera, en 1928, en une condamnation de leur entreprise. Les Églises orthodoxes se montrent plus réceptives, mais l'instauration du régime soviétique en Russie limite les contacts.

Deux mouvements œcuméniques regroupent, dans l'entre-deux-guerres, des Églises protestantes et quelques Églises orthodoxes. Le Mouvement du christianisme pratique, créé à Stockholm en 1925, veut unir les chrétiens et démontrer la validité du christianisme dans la lutte pour une société plus pacifique et plus égalitaire. Le mouvement Foi et Constitution, fondé à Lausanne en 1927, se préoccupe d'un rapprochement doctrinal et des questions de structures ecclésiastiques. Durant la Seconde Guerre mondiale, ces deux mouvements aident les protestants qui résistent au nazisme ou en sont les victimes. En 1948, ils fusionnent lors de l'assemblée constitutive du Conseil œcuménique des Églises (Amsterdam).

En 1961 (Assemblée de New Delhi), l'orthodoxie russe et celle des pays de l'Est rejoignent le Conseil œcuménique, qui comprend aussi désormais les Églises du tiers-monde issues des missions protestantes. Le concile Vatican II reconnaît le caractère chrétien du protestantisme et encourage le dialogue œcuménique.

Facteur important de l'émergence de la modernité occidentale, le protestantisme s'insère aujourd'hui dans un nouvel universalisme pluriculturel et évolue de façon diversifiée suivant les contextes géographique, culturel et confessionnel.

Le culte et les rites

Compte tenu des trois grands principes du protestantisme – Dieu seul, l'Écriture seule et la grâce seule –, le culte n'occupe pas une position centrale. Au nom du sacerdoce universel des croyants, les protestants ne partagent pas la conception catholique de la prêtrise selon laquelle le fidèle a nécessairement besoin de la médiation du prêtre pour accéder au salut.

Les luthériens et les calvinistes ne reconnaissent que les deux sacrements qui ont été institués par Jésus : le baptême et la Cène. Mais, tandis que les luthériens donnent une importance égale aux sacrements et à la prédication, les calvinistes ont tendance à valoriser davantage la prédication. Si, à propos du sacrement de la Cène, luthériens et calvinistes sont d'accord pour refuser la doctrine catholique de la transsubstantiation (transformation de la substance du pain et du vin en corps et en sang du Christ lors de leur consécration), leurs conceptions divergent néanmoins. Les luthériens professent la consubstantiation (présence concomitante, dans le pain et le vin de la Cène, du corps et du sang du Christ), alors que les calvinistes considèrent qu'il y a, non pas transformation des éléments matériels, mais présence réelle du Christ par le Saint-Esprit.

À côté des deux sacrements, les protestants admettent quelques rites : la confirmation, le mariage et les funérailles. Le protestantisme met enfin l'accent sur la sobriété du culte : simplicité des vêtements du pasteur, dépouillement des lieux de culte (car l'art ne saurait être un moyen d'élévation), pureté des chants.

Le clergé et les institutions

La Réforme protestante a institué un type particulier de clerc : le pasteur. Celui-ci n'a qu'un rôle fonctionnel et n'est pas essentiel à l'être de l'Église qui est attestée, non dans une hiérarchie ecclésiastique, mais dans l'assemblée des croyants. De plus, l'ordination ne lui confère pas un pouvoir exclusif, puisque des laïcs peuvent être autorisés à prêcher et à administrer des sacrements. Le pasteur est donc surtout quelqu'un qui, par sa formation, est particulièrement habilité à instruire et à édifier les fidèles. Les femmes peuvent accéder au ministère pastoral, et il n'existe aucune objection à ce que les pasteurs se marient. Quant à la hiérarchie qui existe au sein du corps pastoral, elle n'a qu'une portée fonctionnelle, car tous les pasteurs sont égaux en droit.

La base des Églises protestantes est la paroisse, dirigée par un conseil presbytéral composé du pasteur et de laïcs ; il s'occupe de la gestion de la paroisse et de diverses activités, y compris spirituelles. Les paroisses sont regroupées en districts, régis par un consistoire, et en régions, dirigées par un synode ; celui-ci, composé d'autant de laïcs que de pasteurs, est réuni tous les ans et envoie des délégués au synode national, l'instance décisionnelle de chaque Église. Dans de nombreux pays, Églises luthériennes et Églises calvinistes sont rassemblées, avec d'autres Églises protestantes, dans une Fédération protestante interdénominationnelle.