En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

productivité

Rapport mesurable entre une quantité produite (biens, services) et les facteurs de production (machines, matières premières, etc.) mis en œuvre pour y parvenir.

ÉCONOMIE

La productivité est au cœur de la logique économique. Elle exprime l'augmentation du rendement d'un facteur, en général le travail, mais aussi le capital ou les consommations intermédiaires. Au niveau de l'entreprise, elle correspond alors au moyen le plus sûr pour augmenter le profit. Cette poursuite du profit par des gains de productivité permettra à Karl Marx d'étayer sa critique du système capitaliste. Selon lui, la recherche de productivité conduit le système à sa perte. Cette liaison entre l'attitude de l'entrepreneur et l'économie dans son ensemble ramène la productivité au cœur de la croissance dans l'analyse du développement.

La productivité des facteurs

Dans un monde économique et social troublé, beaucoup d'espoirs se concentrent sur les entreprises. Mais celles-ci fonctionnent selon une logique propre qui peut entrer en contradiction avec ces attentes générales, en particulier dans la recherche de gains de productivité, qui favorise l'équipement technique et l'efficacité de l'organisation au détriment du nombre de salariés.

La productivité du travail

C'est la recherche de gains de productivité du travail qui conduit les entreprises à remplacer l'homme par la machine. Elle se définit par le rapport entre la quantité de produit obtenu et la quantité du facteur travail utilisé. Schématiquement, c'est le rapport entre les quantités produites et le nombre de travailleurs. Pour l'augmenter, l'entreprise peut diminuer le nombre de travailleurs pour une même quantité produite ou augmenter la quantité produite avec le même nombre de travailleurs.

La productivité du capital

La productivité du capital permet d'apprécier le rendement du capital fixe utilisé dans la production. Elle correspond au rapport entre le volume de la production et le volume du capital fixe productif. En utilisant une machine ou outil plus performant, les entreprises verront ce ratio augmenter.

La productivité des consommations intermédiaires

Cette productivité permet d'apprécier la bonne utilisation des consommations intermédiaires, c'est-à-dire des intrants ou inputs. C'est le rapport entre le volume de la production et le volume des consommations intermédiaires. Cette productivité est maximale lorsqu'il n'y a aucune perte d'input au cours du processus de production.

Le rôle de la productivité selon Marx

Pour Marx, la recherche du profit entraîne une concurrence exacerbée entre les capitalistes sur le marché. Ces derniers s'efforcent donc d'augmenter le taux de la plus-value (l'exploitation du travail). Mais celle-ci n'est pas indéfiniment extensible (limites inférieures des salaires et supérieures du temps de travail) et les capitalistes doivent donc se tourner vers la productivité du travail. Or, chez Marx, la valeur provient du travail « gélifié » ou « coagulé » dans la marchandise. C'est donc le travail qui est à l'origine de la plus-value ou « sur-valeur ». En recherchant une meilleure productivité du travail, les capitalistes substituent du capital au travail (ils remplacent les hommes par des machines) et diminuent la valeur des marchandises. Mais, comme la plus-value est produite par le travail, si la proportion de travail nécessaire à la production des biens baisse, la plus-value baisse également. Et, puisque le profit est directement dépendant de la plus-value, il baisse à son tour. C'est la fameuse loi de la baisse tendancielle du taux de profit qui présente le système capitaliste en contradiction avec lui-même.

La productivité dans la croissance

La croissance dépend de l'augmentation des capacités de production. Le produit peut augmenter en volume, avec ou sans modification de la productivité physique des facteurs utilisés. Dans ce cas, la croissance est dite extensive, car le produit réel croît proportionnellement à l'emploi des facteurs de production, c'est-à-dire sans progrès tangible dans la productivité des facteurs. En revanche, l'amélioration durable de la productivité des facteurs de production permet la réalisation d'une croissance intensive : dans ce cas, le progrès technique joue un rôle majeur. L'évolution du progrès technique peut être un fait exogène à l'économie (par exemple, la technologie est importée ou le progrès technique évolue selon un rythme qui lui est spécifique) ou le résultat de l'activité économique elle-même (par exemple, la corrélation entre les dépenses de recherche-développement, l'innovation et l'augmentation de la productivité).