Identifiez-vous ou Créez un compte

Germains

Peuples indo-européens, issus originellement de la Scandinavie méridionale.

HISTOIRE

La présence des Germains est attestée dans les sources écrites vers les années 80 avant J.-C., et c'est sous ce nom que le général romain Jules César désigne les peuples d'outre-Rhin.

Des origines nordiques

Progressant à partir d'un foyer nordique (Allemagne du Nord, Pays-Bas, Danemark, sud de la Norvège et sud de la Suède) mis en place entre 2000 et 1500 avant notre ère, les Germains s'établissent dans la grande plaine européenne, du Rhin à la Vistule et de la Baltique au Danube, entre le ve s. avant J.-C. et le début de l'ère chrétienne. Leur progression se heurte aux Celtes (iiie s. avant J.-C.) et aux Romains (iie s. avant J.-C.), lesquels réussissent à les contenir hors des frontières de l'Empire romain jusqu'au iiie s. après J.-C. À cette période ont lieu les premières incursions de Germains dans le monde romain.

Les multiples peuples germaniques

Les Germains sont compartimentés en de nombreux peuples et tribus, très mobiles, et aux dénominations changeantes. On distingue communément : les Germains établis entre le Rhin et le Weser (Chamaves, Bructères, Chérusques, Bataves, Sicambres, etc.) dont une partie forme la confédération des Francs et une autre les Bavarois ; les Germains installés sur les rives de l’Elbe (Lombards, Alamans, etc.) ; les Germains orientaux (Goths, Burgondes, Vandales, Hérules, etc.) ; et enfin, les Germains des rives de la mer du Nord (Angles, Jutes, Saxons, Frisons, etc.) dont une partie forme la ligue des Thuringes.

Le temps des conquêtes

Poussés par l’invasion des Huns venus l’Asie, les Goths – divisés en Wisigoths (« Goths de l’Ouest ») et Ostrogoths (« Goths de l’Est ») – fuient vers l’ouest et inaugurent l’ère des grandes invasions en s'installant dans l'Empire romain en 376. À leur suite, nombre de peuples germains pénètrent dans l’Empire. Ainsi, en 406, des hordes germaniques, composées entres autres de Vandales, traversent le Rhin. L'Empire romain, trop faible, ne peut les contenir et les Wisigoths d'Alaric saccagent la péninsule italienne entre 408 et 412. D'autres Barbares envahissent la Gaule et l'Afrique romaine. Certains (Angles, Jutes et Saxons) passent dans l'île de Bretagne.

Dans les territoires conquis, les Germains fondent des États par fusion progressive avec les populations autochtones : les Wisigoths avec les Hispano-Romains, les Vandales avec les Berbères romanisés, les Francs Saliens avec les Gallo-Romains.

Le royaume des Francs est à l'origine de l'Empire carolingien (800), dont la partie orientale (Francia orientalis) issue du traité de Verdun (843) a plus tard conservé le nom de Germanie.

CIVILISATION

Une structure sociale tribale (aristocratie guerrière, hommes libres, esclaves), une agriculture à contraintes collectives et un élevage intensif caractérisent l'ensemble des peuples germaniques.

Les Germains ont pour divinités principales Odin (ou Wotan), dieu des combats victorieux, Tyr, dieu des assemblées, Thor (ou Donard), dieu de la foudre. Les guerriers défunts sont conduits par les Walkyries, au Walhalla (Val-Hall), où ils festoient et combattent en compagnie d'Odin. Toute cette mythologie n'est cependant connue que par une littérature postérieure (Nibelung et Edda scandinaves, Beowulf saxon), et l'épopée, qui se termine par le déclin des dieux et l'abaissement des hommes, trahit sans doute quelque influence chrétienne.

BEAUX-ARTS

Tout au cours de son évolution, qui va de l'âge du bronze à la christianisation (viie-viiie s. en Allemagne et en Angleterre ; xie-xiie s. en Scandinavie), l'art des Germains présente certaines constantes : l'extrême rareté de la figuration humaine et des scènes narratives, la prédominance des motifs abstraits ou fortement stylisés et l'importance accordée au travail des métaux. C'est un art essentiellement ornemental qui décore les objets usuels et de parure (armes, boucles de ceinturons, bijoux, fibules).

Les Germains sont avant tout d'admirables orfèvres qui, s'ils utilisent le bronze, le fer et l'argent, donnent cependant leur préférence au travail de l'émail et de l'or cloisonné ; les alvéoles sont souvent incrustés de pierres précieuses non taillées et choisies pour leurs couleurs vives. Le registre décoratif est principalement d'inspiration géométrique (signes symboliques, entrelacs, spirales, volutes évoluant parfois vers des motifs végétaux) et zoomorphe (fibules en forme de poissons, d'oiseaux stylisés, etc.).