En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

DictionnaireMaj Français

Dictionnaire français-anglaisDictionnaire français-espagnolDictionnaire français-allemandDictionnaire français-italienDictionnaire français-arabeDictionnaire français-chinois

Correcteur

Un correcteur d'orthographe et de grammaire gratuit pour corriger tous vos textes

Je teste

Forum

Aucun sujet n'est lié à cet article. Soyez le premier à réagir.

Poser une question

Mots proches

Citations avec femme

  femme

nom féminin

(latin femina)



  • Marcel Achard (Sainte-Foy-lès-Lyon 1899-Paris 1974)
    Académie fran¸aise, 1959
    On n'aime que les femmes qu'on rend heureuses.
    Auprès de ma blonde, II, Frédéric , La Table Ronde
  • Marcel Achard (Sainte-Foy-lès-Lyon 1899-Paris 1974)
    Académie fran¸aise, 1959
    Il y a chez les femmes une certaine dose de fourberie [ ] Une fois qu'on l'a mise en route, rien ne l'arrête.
    Domino, III, 2, Lorette , Gallimard
  • Alphonse Allais (Honfleur 1854-Paris 1905)
    Il y a des femmes qui sont comme le bâton enduit de confiture de roses dont parle le poète persan : on ne sait par quel bout les prendre.
    On n'est pas des bufs , Ollendorf
  • Henri Frédéric Amiel (Genève 1821-Genève 1881)
    On estime beaucoup les femmes bonnes, mais sans esprit, [ ] mais on finit par bâiller auprès d'elles.
    Journal intime, 12 juillet 1866
  • Henri Frédéric Amiel (Genève 1821-Genève 1881)
    La femme nue est belle une fois sur vingt, et trois ans sur soixante et dix. C'est-à-dire qu'il y a quatre cent soixante-dix à parier contre un qu'en photographiant une femme sans voile on fait une indécence, sans arriver à un effet esthétique.
    Journal intime, 28 juillet 1866
  • AnonymeIl est bien fou celui qui prête son attention à parole de femme.
    [ ] Foux est qui met s'entente en fame n'en riens qu'ele die.
    Roman de Renart
  • Louis Aragon (Paris 1897-Paris 1982)
    Rendez-moi rendez-moi mon ciel et ma musique
    Ma femme sans qui rien n'a chanson ni couleur.

    Le Crève-Cur, le Printemps , Gallimard
  • Louis Aragon (Paris 1897-Paris 1982)
    De la femme vient la lumière.
    Le Roman inachevé , Gallimard
  • Marcel Arland (Varennes-sur-Amance 1899-Saint-Sauveur-sur-École, Seine-et-Marne, 1986)
    Académie fran¸aise, 1968
    Je n'ai jamais aimé une femme qu'autant qu'elle me paraissait un miracle.
    Carnets de Gilbert , Gallimard
  • Antonin Artaud (Marseille 1896-Ivry-sur-Seine 1948)
    L'obsession des femmes est vitale, elle correspond à un besoin de vertu.
    Les Nouvelles Révélations de l'être , Gallimard
  • Félix Arvers (Paris 1806-Paris 1850)
    Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle :
    Quelle est donc cette femme ? et ne comprendra pas.

    Mes heures perdues
  • Jacques Audiberti (Antibes 1899-Paris 1965)
    L'homme et la femme ne se rencontrent qu'une fois.
    Le Mal court , Gallimard
  • Jacques Audiberti (Antibes 1899-Paris 1965)
    Les larmes de la femme moisissent le cur de l'homme.
    Le Mal court , Gallimard
  • Émile Augier (Valence, Drôme, 1820-Paris 1889)
    Académie fran¸aise, 1857
    Quand les femmes ne prêtent plus à la médisance, elles s'y adonnent.
    Les Lionnes pauvres , Michel Lévy
  • Joseph Autran (Marseille 1813-Marseille 1877)
    Académie fran¸aise, 1868
    Laissons ses secrets à l'amour
    Et ses mystères à la femme !

    Les Poèmes de la mer , Michel Lévy
  • Honoré de Balzac (Tours 1799-Paris 1850)
    Les femmes sont des poêles à dessus de marbre.
    Autre étude de femme
  • Honoré de Balzac (Tours 1799-Paris 1850)
    Il y a toujours un fameux singe dans la plus jolie et la plus angélique des femmes !
    Autre étude de femme
  • Honoré de Balzac (Tours 1799-Paris 1850)
    Toutes les femmes, même les dévotes et les sottes, s'entendent en fait d'amour.
    César Birotteau
  • Honoré de Balzac (Tours 1799-Paris 1850)
    Pour savoir jusqu'où va la cruauté de ces charmants êtres que nos passions grandissent tant, il faut voir les femmes entre elles.
    Modeste Mignon
  • Jean-Louis Guez de Balzac (Angoulême 1595-Angoulême 1654)
    Académie fran¸aise, 1634
    Il faut que les femmes soient tout à fait femmes.
    Lettres, 20 septembre 1628
  • Jules Amédée Barbey d'Aurevilly (Saint-Sauveur-le-Vicomte 1808-Paris 1889)
    Être belle et aimée, ce n'est être que femme. Être laide et savoir se faire aimer, c'est être princesse.
    Disjecta membra
  • Henry Bataille (Nîmes 1872-Malmaison 1922)
    Il y a deux manières de prendre une femme : par la taille et par le sentiment.
    Poliche , Fasquelle
  • Charles Baudelaire (Paris 1821-Paris 1867)
    Ô femme dangereuse, ô séduisants climats !
    Les Fleurs du Mal, Ciel brouillé
  • Charles Baudelaire (Paris 1821-Paris 1867)
    Aimer les femmes intelligentes est un plaisir de pédéraste.
    Fusées
  • Charles Baudelaire (Paris 1821-Paris 1867)
    La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable.
    Mon cur mis à nu
  • Charles Baudelaire (Paris 1821-Paris 1867)
    La femme ne sait pas séparer l'âme du corps.
    Mon cur mis à nu
  • Charles Baudelaire (Paris 1821-Paris 1867)
    J'ai toujours été étonné qu'on laissât les femmes entrer dans les églises. Quelle conversation peuvent-elles tenir avec Dieu ?
    Mon cur mis à nu
  • Paul, dit Tristan Bernard (Besançon 1866-Paris 1947)
    La femme est une louve pour la femme.
    La Volonté de l'homme , Calmann-Lévy
    Commentaire
    Allusion à Plaute.
  • Henri Bernardin de Saint-Pierre (Le Havre 1737-Éragny-sur-Oise 1814)
    Les femmes sont fausses dans les pays où les hommes sont tyrans. Partout la violence produit la ruse.
    Paul et Virginie
  • Léon Blum (Paris 1872-Jouy-en-Josas 1950)
    À vingt ans l'enfant déforme les femmes, à trente ans il les conserve et je crois bien qu'à quarante il les rajeunit.
    Du mariage
  • Louis, vicomte de Bonald (château du Monna, près de Millau, 1754-château du Monna, près de Millau, 1840)
    Académie fran¸aise, 1816
    L'irreligion sied mal aux femmes ; il y a trop d'orgueil pour leur faiblesse.
    Pensées sur divers sujets
  • Guillaume Bouchet sieur de Brocourt (Poitiers 1513-1594)
    Il y a mille inventions pour faire parler les femmes, mais pas une seule pour les faire taire.
    Les Sérées
  • Édouard Bourdet (Saint-Germain-en-Laye 1887-Paris 1945)
    Quand une femme s'engage à vous aimer, il ne faut pas toujours la croire. Mais quand elle s'engage à ne pas vous aimer, eh bien ! il ne faut pas trop la croire non plus.
    La Prisonnière , Stock
  • Édouard Bourdet (Saint-Germain-en-Laye 1887-Paris 1945)
    L'argent, c'est comme les femmes : pour le garder, il faut s'en occuper un peu ou alors il va faire le bonheur de quelqu'un d'autre.
    Les Temps difficiles , Stock
  • Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme (Bourdeille vers 1540-1614)
    Femmes et amours sont compagnes, marchent ensemble et ont une même sympathie.
    Vies des dames galantes
  • André Breton (Tinchebray, Orne, 1896-Paris 1966)
    Le temps serait venu de faire valoir les idées de la femme aux dépens de celles de l'homme, dont la faillite se consomme assez tumultueusement aujourd'hui.
    Arcane 17 , Brentano's, New York
  • José Cabanis (Toulouse 1922-Balma, Haute-Garonne 2000)
    Académie fran¸aise 1990
    Connaissant les hommes, je donne toujours raison aux femmes.
    Plaisir et lectures , Gallimard
  • Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort (près de Clermont-Ferrand 1740-Paris 1794)
    Académie fran¸aise, 1781
    M me dit un jour plaisamment, à propos des femmes et de leurs défauts : Il faut choisir d'aimer les femmes ou de les connaître : il n'y a pas de milieu.
    Caractères et anecdotes
  • Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort (près de Clermont-Ferrand 1740-Paris 1794)
    Académie fran¸aise, 1781
    Quelque mal qu'un homme puisse penser des femmes, il n'y a pas de femme qui n'en pense encore plus mal que lui.
    Maximes et pensées
  • Paul Claudel (Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955)
    La femme sera toujours le danger de tous les paradis.
    Conversations dans le Loir-et-Cher , Gallimard
  • Paul Claudel (Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955)
    C'est une chose plus enivrante que le vin d'être une belle jeune femme !
    L'Otage, I, 1, Sygne , Gallimard
  • Sidonie Gabrielle Colette (Saint-Sauveur-en-Puisaye, Yonne, 1873-Paris 1954)
    Une femme qui reste une femme, c'est un être complet.
    Ces plaisirs , Ferenczi
  • Sidonie Gabrielle Colette (Saint-Sauveur-en-Puisaye, Yonne, 1873-Paris 1954)
    L'homme trop occupé des femmes reçoit d'elles, un jour, sa punition.
    Chambre d'hôtel , Fayard
  • Auguste Comte (Montpellier 1798-Paris 1857)
    Supérieures par l'amour, mieux disposées à toujours subordonner au sentiment l'intelligence et l'activité, les femmes constituent spontanément des êtres intermédiaires entre l'Humanité et les hommes.
    Système de politique positive
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    [ ] Quand une femme a le don de se taire,
    Elle a des qualités au-dessus du vulgaire.

    Le Menteur, I, 4, Cliton
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Quoi ? vous vous arrêtez aux songes d'une femme ?
    Polyeucte, I, 1, Néarque
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Quoi ? Vous ne pouvez pas ce que peut une femme ?
    Tite et Bérénice, V, 2, Domitie à Tite
  • Georges Moinaux, dit Georges Courteline (Tours 1858-Paris 1929)
    La femme ne voit jamais ce que l'on fait pour elle ; elle ne voit que ce qu'on ne fait pas.
    La Paix chez soi , Flammarion
  • Georges Moinaux, dit Georges Courteline (Tours 1858-Paris 1929)
    La femme est meilleure qu'on le dit : elle ne blague les larmes des hommes que si elle les a elle-même fait couler.
    La Philosophie de G. Courteline , Flammarion
  • Prosper Jolyot de Crais-Billon, dit Crébillon fils (Paris 1707-Paris 1777)
    Une femme, quand elle est jeune, est plus sensible au plaisir d'inspirer des passions, qu'à celui d'en prendre.
    Les Égarements du cur et de l'esprit
  • Astolphe, marquis de Custine (Niederwiller, Meurthe, 1790-Paris 1857)
    Les femmes sans charme sont comme les poètes qu'on ne lit pas.
    Le Monde comme il est
  • Alphonse Daudet (Nîmes 1840-Paris 1897)
    Les femmes sont héroïques pour souffrir dans le monde, leur champ de bataille.
    La Doulou , Librairie de France
  • Alfred Delvau (Paris 1825-Paris 1867)
    Les femmes ne sont pas brutales, c'est vrai - elles sont féroces.
    Les Cocottes de mon grand-père
  • René Descartes (La Haye, aujourd'hui Descartes, Indre-et-Loire, 1596-Stockholm 1650)
    Je ne suis pas de ceux qui estiment que les larmes et la tristesse n'appartiennent qu'aux femmes, et que, pour paraître homme de cur, on se doive contraindre à montrer toujours un visage tranquille.
    Correspondance, à Pollot, janvier 1641
  • Alexandre Dumas dit Dumas fils (Paris 1824-Marly-le-Roi 1895)
    - Il n'y a pas d'honnêtes femmes, alors ?
    - Si ! plus qu'on ne le croit, mais pas tant qu'on le dit.
    L'Ami des femmes, I, 5
  • Gustave Flaubert (Rouen 1821-Croisset, près de Rouen, 1880)
    Académie fran¸aise, 1880
    Dans l'adolescence on aime les autres femmes parce qu'elles ressemblent plus ou moins à la première ; plus tard on les aime parce qu'elles diffèrent entre elles.
    Carnets
  • Gaston Arman de Caillavet (Paris 1869-Essendiéras, Dordogne, 1915)
    et
    Robert Pellevé de La Motte-Ango, marquis de Flers (Pont-l'Évêque 1872-Vittel 1927)
    Académie fran¸aise, 1920
    Nos femmes ne se doutent pas combien le chagrin que nous leur faisons peut nous les faire aimer davantage.
    L'Amour veille , Librairie théâtrale
  • Gaston Arman de Caillavet (Paris 1869-Essendiéras, Dordogne, 1915)
    et
    Robert Pellevé de La Motte-Ango, marquis de Flers (Pont-l'Évêque 1872-Vittel 1927)
    Académie fran¸aise, 1920
    Si vertueuse que soit une femme, c'est sur sa vertu qu'un compliment lui fait le moins de plaisir.
    L'Amour veille , Librairie théâtrale
  • Robert Pellevé de La Motte-Ango, marquis de Flers (Pont-l'Évêque 1872-Vittel 1927)
    Académie fran¸aise, 1920
    et
    Frantz Wiener, dit Francis de Croisset (Bruxelles 1877-Neuilly-sur-Seine 1937)
    Comme une femme ment mal quand on sait qu'elle ment !
    Les Nouveaux Messieurs , L'Illustration
  • Bernard Le Bovier de Fontenelle (Rouen 1657-Paris 1757)
    Mettez-vous dans l'esprit que les femmes veulent qu'on les aime, mais en même temps qu'on les divertisse.
    Lettres galantes du chevalier d'Her
  • Xavier Forneret (Beaune 1809-Beaune 1884)
    C'est le miroir qui se mire dans la Femme.
    Encore un an de sans titre
  • Anatole François Thibault, dit Anatole France (Paris 1844-La Béchellerie, Saint-Cyr-sur-Loire, 1924)
    Académie fran¸aise, 1896
    Une femme est franche quand elle ne fait pas de mensonges inutiles.
    Le Lys rouge , Calmann-Lévy
  • François Ier (Cognac 1494-Rambouillet 1547)
    roi de France
    Toute femme varie.
    Rapporté par Pierre de Bourdeille, seigneur de Bratôme dans Les Dames galantes, septième discours
    Commentaire
    Le mot avait été gravé par François Ier sur le côté gauche de la chambre du roi à Chambord. Victor Hugo passe pour avoir, en visitant le château, détaché et emporté le morceau de la fenêtre portant l'inscription.
  • Robert Garnier (La Ferté-Bernard 1545 ?-Le Mans 1590)
    Mais quoi ? Le naturel des femmes est volage
    Et à chaque moment abuse leur courage*.
    Bien fol qui s'y abuse et qui de loyauté
    Pense jamais trouver compagne une beauté.

    Marc Antoine
    *cur
  • Charles de Gaulle (Lille 1890-Colombey-les-Deux-Églises 1970)
    [ ] Les femmes pensent à l'amour, les hommes aux galons, ou à quelque chose de ce genre.
    Propos recueillis par André Malraux dans Les Chênes qu'on abat , Gallimard
  • Jean Giraudoux (Bellac 1882-Paris 1944)
    C'est avec leurs mensonges du matin que les femmes font leurs vérités du soir.
    Amphitryon 38, II, 5, Mercure , Grasset
  • Jean Giraudoux (Bellac 1882-Paris 1944)
    Les femmes fidèles sont toutes les mêmes, elles ne pensent qu'à leur fidélité et jamais à leurs maris.
    Amphitryon 38, III, 1, Sosie , Grasset
  • Jean Giraudoux (Bellac 1882-Paris 1944)
    La principale difficulté avec les femmes honnêtes n'est pas de les séduire, c'est de les amener dans un endroit clos. Leur vertu est faite de portes entrouvertes.
    Amphitryon 38, I, 1, Jupiter , Grasset
  • Jean Giraudoux (Bellac 1882-Paris 1944)
    L'eau sur le canard marque mieux que la souillure sur la femme.
    La guerre de Troie n'aura pas lieu, II, 12, Ulysse , Grasset
  • Jean Giraudoux (Bellac 1882-Paris 1944)
    Depuis la création du monde il n'y a eu qu'une entente sacrée : la connivence des femmes.
    Pour Lucrèce, I, 8, Paola , Grasset
  • Jules Huot de Goncourt (Paris 1830-Paris 1870)
    et
    Edmond Huot de Goncourt (Nancy 1822-Champrosay, Essonne, 1896)
    L'excès en tout est la vertu de la femme.
    Journal , Fasquelle
  • Jules Huot de Goncourt (Paris 1830-Paris 1870)
    et
    Edmond Huot de Goncourt (Nancy 1822-Champrosay, Essonne, 1896)
    La femme excelle à ne pas paraître stupide.
    Journal , Fasquelle
  • Remy de Gourmont (Bazoches-au-Houlme, Orne, 1858-Paris 1915)
    La femme la plus compliquée est plus près de la nature que l'homme le plus simple.
    Promenades littéraires , Mercure de France
  • Julien Green (Paris 1900-Paris 1998)
    Académie fran¸aise, 1971
    Rien n'est plus proche d'une femme ensorcelée qu'une femme éprise.
    Adrienne Mesurat , Plon
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    Les honnêtes femmes sont inconsolables des fautes qu'elles n'ont pas commises.
    Elles et Toi , Ami du Livre moderne
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    Il y a des femmes dont l'infidélité est le seul lien qui les attache encore à leur mari.
    Elles et Toi , Ami du Livre moderne
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    On met la femme au singulier quand on a du bien à en dire, et on en parle au pluriel sitôt qu'elle vous a fait quelque méchanceté.
    N'écoutez pas Mesdames , Librairie académique Perrin
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    Ce qui fait rester les femmes, c'est la peur qu'on soit tout de suite consolé de leur départ.
    Le Nouveau Testament , Solar
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    Une femme qui s'en va avec son amant n' abandonne pas son mari : elle le débarrasse d'une femme infidèle.
    Le Nouveau Testament , Solar
  • Sacha Guitry (Saint-Pétersbourg 1885-Paris 1957)
    Je conviendrais bien volontiers que les femmes nous sont supérieures - si cela pouvait les dissuader de se prétendre nos égales.
    Toutes Réflexions faites , Éditions de l'Élan
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Oh ! n'insultez jamais une femme qui tombe !
    Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe !

    Les Chants du crépuscule, Oh ! n'insultez jamais
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Les bêtises sont le contraire des femmes. Les plus vieilles sont les plus adorées.
    Fragments
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Le cèdre ne sent pas une rose à sa base,
    Et lui ne sentait pas une femme à ses pieds.

    La Légende des siècles, Booz endormi
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    [ ] Ce génie particulier de la femme qui comprend l'homme mieux que l'homme ne se comprend.
    Les Misérables
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Souvent femme varie
    Bien fol est qui s'y fie !
    Une femme souvent
    N'est qu'une plume au vent.

    Le Roi s'amuse, IV, 2, le roi
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Il y a une foule de sottises que l'homme ne fait pas par paresse et une foule de folies que la femme fait par désuvrement.
    Tas de pierres , Éditions Milieu du monde
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Une femme qui a un amant est un ange, une femme qui a deux amants est un monstre, une femme qui a trois amants est une femme.
    Tas de pierres , Éditions Milieu du monde
  • Alfred Jarry (Laval 1873-Paris 1907)
    Les femmes mentent par le chemin des écoliers.
    L'Amour absolu , Mercure de France
  • Jean, de Meung (Meung-sur-Loire vers 1240-Paris 1305)
    Car il n'est femme, si honnête soit-elle,
    vieille ou jeune, mondaine ou nonne,
    il n'est dame si pieuse soit-elle,
    si chaste soit-elle de corps et d'âme,
    si l'on va louant sa beauté,
    qui ne se délecte en écoutant.

    Car il n'est fame, tant soit bone
    Vielle, jenne, mondaine ou none,
    Ne si religieuse dame,
    Tant soit chaste de cors ne d'ame,
    Se l'en va sa biauté loant,
    Qui ne se delit en oant.

    Roman de la Rose
    Commentaire
    Voir aussi Guillaume de Lorris, auteur de la première partie du Roman de la Rose
    .
  • Jean de La Bruyère (Paris 1645-Versailles 1696)
    Les femmes vont plus loin en amour que la plupart des hommes ; mais les hommes l'emportent sur elles en amitié.
    Les Caractères, Des femmes
  • Jean de La Bruyère (Paris 1645-Versailles 1696)
    Les hommes et les femmes conviennent rarement sur le mérite d'une femme : leurs intérêts sont trop différents.
    Les Caractères, Des femmes
  • Jean de La Bruyère (Paris 1645-Versailles 1696)
    La plupart des femmes n'ont guère de principes ; elles se conduisent par le cur, et dépendent pour leurs murs de ceux qu'elles aiment.
    Les Caractères, Des femmes
  • Jean de La Bruyère (Paris 1645-Versailles 1696)
    Une femme insensible est celle qui n'a pas encore vu celui qu'elle doit aimer.
    Les Caractères, Des femmes
  • Jean de La Bruyère (Paris 1645-Versailles 1696)
    Une femme oublie d'un homme qu'elle n'aime plus jusqu'aux faveurs qu'il a reçues d'elle.
    Les Caractères, Des femmes
  • Pierre Choderlos de Laclos (Amiens 1741-Tarente 1803)
    L'homme jouit du bonheur qu'il ressent, et la femme de celui qu'elle procure.
    Les Liaisons dangereuses
  • Pierre Choderlos de Laclos (Amiens 1741-Tarente 1803)
    Il ne faut pas fâcher les vieilles femmes ; ce sont elles qui font la réputation des jeunes.
    Les Liaisons dangereuses
  • Pierre Choderlos de Laclos (Amiens 1741-Tarente 1803)
    Pouvais-je souffrir qu'une femme fût perdue pour moi sans l'être par moi ?
    Les Liaisons dangereuses
  • Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette (Paris 1634-Paris 1693)
    Il n'y a point de femme que le soin de sa parure n'empêche de songer à son amant.
    La Princesse de Clèves
  • Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette (Paris 1634-Paris 1693)
    On ne connaît point les femmes, elles ne se connaissent pas elles-mêmes, et ce sont les occasions qui décident des sentiments de leur cur.
    Zaïde
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Je ne suis pas de ceux qui disent : Ce n'est rien,
    C'est une femme qui se noie.

    Fables, la Femme noyée
  • Jules Laforgue (Montevideo 1860-Paris 1887)
    Ô femme, mammifère à chignon, ô fétiche [ ].
    Les Complaintes, Complainte des voix sous le figuier bouddhique
  • Jules Laforgue (Montevideo 1860-Paris 1887)
    Si mon air vous dit quelque chose,
    Vous auriez tort de vous gêner ;
    Je ne la fais pas à la pose,
    Je suis la Femme ! on me connaît.

    Le Concile féerique
  • Valery Larbaud (Vichy 1881-Vichy 1957)
    La femme est une grande réalité, comme la guerre.
    A. O. Barnabooth, Journal intime , Gallimard
  • François, duc de La Rochefoucauld (Paris 1613-Paris 1680)
    Dans les premières passions les femmes aiment l'amant, et dans les autres elles aiment l'amour.
    Maximes
  • François, duc de La Rochefoucauld (Paris 1613-Paris 1680)
    De toutes les passions violentes, celle qui sied le moins mal aux femmes, c'est l'amour.
    Maximes
  • François, duc de La Rochefoucauld (Paris 1613-Paris 1680)
    L'enfer des femmes, c'est la vieillesse.
    Maximes
  • François, duc de La Rochefoucauld (Paris 1613-Paris 1680)
    L'honnêteté des femmes est souvent l'amour de leur réputation et de leur repos.
    Maximes
  • Paul Léautaud (Paris 1872-Robinson 1956)
    Les hommes sensibles préfèrent le soir au matin, la nuit au jour, et la beauté des femmes mûres à celle des jeunes filles.
    Passe-temps , Mercure de France
  • Paul Léautaud (Paris 1872-Robinson 1956)
    Avoir de l'esprit. Plaire aux femmes. Rien qui s'oppose davantage.
    Propos d'un jour , Mercure de France
  • Alain René Lesage (Sarzeau 1668-Boulogne-sur-Mer 1747)
    Damis est un plaisant homme, de vouloir avoir deux femmes, pendant que tant d'honnêtes gens sont si fâchés d'en avoir une !
    Crispin rival de son maître
  • Pierre Dumarchais, dit Pierre Mac Orlan (Péronne 1882-Saint-Cyr-sur-Morin 1970)
    Le goût du sacrifice que chaque femme porte en soi-même, comme une fleur prête à fleurir [ ].
    Marguerite de la nuit , Émile-Paul
  • Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (Paris 1688-Paris 1763)
    Femme tentée et femme vaincue, c'est tout un.
    Arlequin poli par l'amour, 1
  • Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (Paris 1688-Paris 1763)
    La plupart des femmes qui ont beaucoup d'esprit ont une certaine façon d'en avoir qu'elles n'ont pas naturellement, mais qu'elles se donnent.
    La Vie de Marianne
  • Roger Martin du Gard (Neuilly-sur-Seine, 1881-Sérigny, Orne, 1958)
    C'est toujours l'inlassable médiocrité de la femme qui l'emporte.
    Un taciturne , Gallimard
  • Roger Martin du Gard (Neuilly-sur-Seine, 1881-Sérigny, Orne, 1958)
    Une femme, surtout devant un homme, joue toujours un rôle.
    Un taciturne , Gallimard
  • Louis Massignon (Nogent-sur-Marne 1883-Paris 1962)
    L'homme qui se tait refuse ; la femme qui se tait consent.
    Opera minora , Centre de documentation scolaire
  • Guy de Maupassant (château de Miromesnil, Tourville-sur-Arques, 1850-Paris 1893)
    Une femme a toujours, en vérité, la situation qu'elle impose par l'illusion qu'elle sait produire.
    Notre cur
  • François Mauriac (Bordeaux 1885-Paris 1970)
    Académie fran¸aise, 1933
    Pour beaucoup de femmes, le plus court chemin vers la perfection, c'est la tendresse.
    Asmodée , Grasset
  • Claude Mauriac (1914)
    La femme est une promesse non tenue.
    Ici, maintenant , Grasset
  • André Maurois (Elbeuf 1885-Neuilly 1967)
    Académie fran¸aise, 1938
    On n'aime pas une femme pour ce qu'elle dit ; on aime ce qu'elle dit parce qu'on l'aime.
    De la conversation , Hachette
  • Prosper Mérimée (Paris 1803-Cannes 1870)
    Académie fran¸aise, 1844
    La franchise et la vérité sont rarement bonnes auprès des femmes.
    Lettres, à Jenny Dacquin, 1843
  • Jules Michelet (Paris 1798-Hyères 1874)
    La femme change et ne change pas. Elle est inconstante et fidèle. Elle va muant sans cesse dans le clair-obscur de la grâce. Celle que tu aimas ce matin n'est pas la femme du soir.
    L'Amour, Introduction
  • Jules Michelet (Paris 1798-Hyères 1874)
    Il n'y a point de vieille femme. Toute, à tout âge, si elle aime, si elle est bonne, donne à l'homme le moment de l'infini.
    L'Amour, V, 4
  • Jules Michelet (Paris 1798-Hyères 1874)
    On ne sait pas assez combien les femmes sont une aristocratie. Il n'y a pas de peuple chez elles.
    La Femme, Introduction
  • Jules Michelet (Paris 1798-Hyères 1874)
    Prenez le prêtre le plus sage et la femme la plus sage, il sera bientôt le vrai mari spirituel.
    Journal, 20 août 1843 , Gallimard
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Votre sexe n'est là que pour la dépendance :
    Du côté de la barbe est la toute-puissance.

    L'École des femmes, III, 2, Arnolphe
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    [ ], les verrous et les grilles
    Ne font pas la vertu des femmes ni des filles.

    L'École des maris, I, 2, Ariste et III, 5, Sganarelle
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Les femmes d'à présent sont bien loin de ces murs :
    Elles veulent écrire et devenir auteurs.

    Les Femmes savantes, II, 7, Chrysale
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Il n'est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes,
    Qu'une femme étudie et sache tant de choses.

    Les Femmes savantes, II, 7, Chrysale
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Je consens qu'une femme ait des clartés de tout,
    Mais je ne lui veux point la passion choquante
    De se rendre savante afin d'être savante ;
    Et j'aime que souvent, aux questions qu'on fait,
    Elle sache ignorer les choses qu'elle sait.

    Les Femmes savantes, I, 3, Clitandre
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Nos pères, sur ce point, étaient gens bien sensés,
    Qui disaient qu'une femme en sait toujours assez
    Quand la capacité de son esprit se hausse
    À connaître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse.

    Les Femmes savantes, II, 7, Chrysale
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    La plus utile et honorable science et occupation à une femme, c'est la science du ménage.
    Essais, III, 9
  • Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755)
    Dans les jeunes femmes, la beauté supplée à l'esprit. Dans les vieilles, l'esprit supplée à la beauté.
    Mes pensées
  • Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755)
    Quand on a été femme à Paris on ne peut être femme ailleurs.
    Mes pensées
  • Paul Morand (Paris 1888-Paris 1976)
    Académie fran¸aise, 1968
    C'est en public que les femmes se déshabillent le plus volontiers.
    Bouddha vivant , Grasset
  • Paul Morand (Paris 1888-Paris 1976)
    Académie fran¸aise, 1968
    Femmes, longs vases entrouverts, grands enfants chauds.
    Fermé la nuit , Gallimard
  • Paul Morand (Paris 1888-Paris 1976)
    Académie fran¸aise, 1968
    Elle était belle comme la femme d'un autre.
    Lewis et Irène , Grasset
  • Paul Morand (Paris 1888-Paris 1976)
    Académie fran¸aise, 1968
    L'existence d'une très jolie femme ressemble à celle d'un lièvre, le jour de l'ouverture.
    Le Réveille-matin , Grasset
  • Napoléon Ier (Ajaccio 1769-Sainte-Hélène 1821)
    empereur des Français
    La femme est notre propriété, nous ne sommes pas la sienne ; car elle nous donne des enfants, et l'homme ne lui en donne pas. Elle est donc sa propriété comme l'arbre à fruit est celle du jardinier.
    Cité par Las Cases dans le Mémorial de Sainte-Hélène
  • Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval (Paris 1808-Paris 1855)
    Il y a toujours quelque niaiserie à trop respecter les femmes.
    Lettres à Jenny Colon
  • Charles Nodier (Besançon 1780-Paris 1844)
    Académie fran¸aise, 1833
    La femme n'était pas de ce monde matériel ; c'est la première fiction que le ciel ait donné à la terre.
    Fantaisies et légendes, l'Homme et la Fourmi
  • Charles Nodier (Besançon 1780-Paris 1844)
    Académie fran¸aise, 1833
    Il y a dans le cur d'une femme qui commence à aimer un immense besoin de souffrir.
    Smarra
  • Germain Nouveau (Pourrières 1851-Pourrières 1920)
    Frère, n'est-ce pas là la femme que tu veux :
    Complètement pudique, absolument obscène,
    Des racines des pieds aux pointes des cheveux ?

    Sonnets du Liban, Musulmanes , Gallimard
  • Germain Nouveau (Pourrières 1851-Pourrières 1920)
    Toutes les femmes sont des saintes,
    Surtout celles qui sont enceintes [ ].

    Valentines, Sphinx , Gallimard
  • Marcel Pagnol (Aubagne 1895-Paris 1974)
    Tu as vu des femmes qui aiment les pauvres ?
    Topaze, IV, 4, Topaze , Fasquelle
  • Jean Paulhan (Nîmes 1884-Neuilly-sur-Seine 1968)
    Académie fran¸aise, 1963
    Aux femmes il est donné de ressembler leur vie durant aux enfants que nous étions.
    Le Bonheur dans l'esclavage , Pauvert
  • Henri Petit (1900-1978)
    On dit du mal des femmes pour se venger de n'en rien savoir.
    Les Justes Solitudes , Grasset
  • Pierre Alexis, vicomte Ponson du Terrail (Montmaur, près de Gap, 1829-Bordeaux 1871)
    À vingt ans, Jenny savait déjà tout ce que doit savoir la femme qui entre dans cette arène meurtrière, où l'homme devient l'ennemi, la ville assiégée, la victime vouée aux dieux infernaux, le Prométhée dont le cur sera confié à ces vautours aux serres roses, aux lèvres de carmin, aux dents éblouissantes de blancheur, entre lesquelles glisse éternellement le rire impie du scepticisme et de l'insensibilité.
    Le Club des valets de cur
  • Pierre Joseph Proudhon (Besançon 1809-Paris 1865)
    L'homme et la femme peuvent être équivalents devant l'Absolu : ils ne sont point égaux, ils ne peuvent pas l'être, ni dans la famille, ni dans la cité.
    De la justice dans la révolution et dans l'Église
  • Pierre Joseph Proudhon (Besançon 1809-Paris 1865)
    L'homme est principalement une puissance d'action, la femme une puissance de fascination.
    La Pornocratie ou les Femmes dans les temps modernes
  • Marcel Proust (Paris 1871-Paris 1922)
    Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination.
    À la recherche du temps perdu, la Fugitive , Gallimard
  • Marcel Proust (Paris 1871-Paris 1922)
    Les femmes réalisent la beauté sans la comprendre.
    Les Plaisirs et les Jours , Gallimard
  • François Rabelais (La Devinière, près de Chinon, vers 1494-Paris 1553)
    Il disait qu'il n'y avait qu'une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse.
    Pantagruel, 17
  • Jean Racine (La Ferté-Milon 1639-Paris 1699)
    [ ] Une femme inconnue
    Qui ne dit point son nom, et qu'on n'a point revue.

    Athalie, II, 7, Joas
  • Ernest Renan (Tréguier 1823-Paris 1892)
    La femme nous remet en communication avec l'éternelle source où Dieu se mire.
    Souvenirs d'enfance et de jeunesse, Préface , Lévy
  • Jules Renard (Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910)
    Appelons la femme un bel animal sans fourrure dont la peau est très recherchée.
    Journal, 1887 , Gallimard
  • Jules Renard (Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910)
    Ce qui fait le plus plaisir aux femmes, c'est une basse flatterie sur leur intelligence.
    Journal, 21 mai 1895 , Gallimard
  • Jules Renard (Châlons, Mayenne, 1864-Paris 1910)
    Si vous voulez plaire aux femmes, dites-leur ce que vous ne voudriez pas qu'on dît à la vôtre.
    Journal, 29 avril 1898 , Gallimard
  • Nicolas Edme Rétif, dit Restif de La Bretonne (Sacy, Yonne, 1734-Paris 1806)
    [ ] La femme ne sent son pouvoir qu'autant qu'elle en abuse.
    Le Paysan perverti ou les Dangers de la ville
  • Nicolas Edme Rétif, dit Restif de La Bretonne (Sacy, Yonne, 1734-Paris 1806)
    La plus vertueuse des femmes n'est qu'une coquette plus raffinée. [ ].
    Le Paysan perverti ou les Dangers de la ville
  • Pierre Reverdy (Narbonne 1889-Solesmes 1960)
    Pour les femmes, le meilleur argument qu'elles puissent invoquer en leur faveur, c'est qu'on ne peut pas s'en passer.
    Le Livre de mon bord , Mercure de France
  • Jean Richepin (Médéa, Algérie, 1849-Paris 1926)
    Académie fran¸aise, 1908
    La femme est un danger quand on n'en aime qu'une.
    Les Caresses , Decaux
  • Arthur Rimbaud (Charleville 1854-Marseille 1891)
    Mais, ô Femme, monceau d'entrailles, pitié douce.
    Poésies, les Surs de charité
  • Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le marquis de Sade (Paris 1740-Charenton 1814)
    Adressez-vous plutôt aux passions qu'aux vertus quand vous voudrez persuader une femme.
    La Philosophie dans le boudoir
  • Armand Salacrou (Rouen 1899-Le Havre 1989)
    Il y a des vies de femmes qui ne sont qu'une suite de larmes, et dont l'existence, en fin de compte, est une réussite.
    Comme les chardons , Gallimard
  • Armand Salacrou (Rouen 1899-Le Havre 1989)
    Les curés sont consolés de ne pas être mariés, quand ils entendent les femmes se confesser.
    Une femme libre , Gallimard
  • Anne Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, dite Mme de Staël (Paris 1766-Paris 1817)
    On a raison d'exclure les femmes des affaires publiques et civiles ; rien n'est plus opposé à leur vocation naturelle que tout ce qui leur donnerait des rapports de rivalité avec les hommes [ ].
    De l'Allemagne
  • Isaac Félix, dit André Suarès (Marseille 1868-Saint-Maur-des-Fossés 1948)
    Les femmes sont jalouses de tout, et même du malheur.
    Variables , Émile-Paul
  • Isaac Félix, dit André Suarès (Marseille 1868-Saint-Maur-des-Fossés 1948)
    Une vraie femme sait qu'elle doit être dominée.
    Variables , Émile-Paul
  • Paul-Jean Toulet (Pau 1867-Guéthary 1920)
    Les femmes le savent bien que les hommes ne sont pas si bêtes qu'on croit qu'ils le sont davantage.
    Les Trois Impostures , Émile-Paul
  • Paul-Jean Toulet (Pau 1867-Guéthary 1920)
    Il y a des femmes qui plus elles vieillissent et plus elles deviennent tendres. Il y a aussi les faisans.
    Les Trois Impostures , Émile-Paul
  • Paul Valéry (Sète 1871-Paris 1945)
    Une femme intelligente est une femme avec laquelle on peut être aussi bête que l'on veut.
    Mauvaises Pensées et autres , Gallimard
    Commentaire
    À rapprocher de cette phrase de Monsieur Teste (II, 33)
    : M. Teste, d'ailleurs, pense que l'amour consiste à pouvoir être bêtes ensemble - toute licence de niaiserie et de bestialité.
  • Paul Valéry (Sète 1871-Paris 1945)
    Tout homme contient une femme. Mais jamais sultane mieux cachée que celle-ci.
    Mélange , Gallimard
  • Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues (Aix-en-Provence 1715-Paris 1747)
    Les femmes ne peuvent comprendre qu'il y ait des hommes désintéressés à leur égard.
    Réflexions et Maximes
  • Alfred, comte de Vigny (Loches 1797-Paris 1863)
    La Femme, enfant malade et douze fois impur.
    Les Destinées, la Colère de Samson
  • François Marie Arouet, dit Voltaire (Paris 1694-Paris 1778)
    Les femmes ressemblent aux girouettes : elles se fixent quand elles se rouillent.
    Le Sottisier
  • Émile Zola (Paris 1840-Paris 1902)
    Émanciper la femme, c'est excellent ; mais il faudrait avant tout lui enseigner l'usage de la liberté.
    Chroniques, la Tribune, 1868
  • Catulle en latin Caius Valerius Catullus (Vérone vers 87-Rome vers 54 avant J.-C.)
    Ce que dit une femme à l'amant qui brûle pour elle, il faut l'inscrire dans le vent et sur l'onde rapide.
    Poésies, 70
    Mulier cupido quod dicit amanti,
    In vento et rapida scribere oportet aqua.

  • Horace en latin Quintus Horatius Flaccus (Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C.)
    et les guerres abhorrées des femmes.
    Odes, I, I, 24-25
    Bellaque matribus
    Detestata

    Commentaire
    Quelle que soit l'interprétation traditionnelle, on a tort d'oublier que matribus, ici comme souvent, ne signifie pas seulement les mères, mais les femmes (mères et épouses).
  • Ovide en latin Publius Ovidius Naso (Sulmona, Abruzzes, 43 avant J.-C.-Tomes, aujourd'hui Constanţa, Roumanie, 17 ou 18 après J.-C.)
    La femme chaste est celle que nul n'a sollicitée.
    Les Amours, I, 8, 43
    Casta, quam nemo rogavit.
    Commentaire
    Mérimée, lettre à Mme de Montijo, du 16 mai 1845 : La plupart de ces femmes (les Bohémiennes) sont horriblement laides, c'est une raison pour qu'elles soient chastes, et des meilleures.
  • Ovide en latin Publius Ovidius Naso (Sulmona, Abruzzes, 43 avant J.-C.-Tomes, aujourd'hui Constanţa, Roumanie, 17 ou 18 après J.-C.)
    Que les femmes donnent ou refusent, elles sont toujours heureuses qu'on leur demande.
    L'Art d'aimer, I, 345
    Quae dant, quaeque negant, gaudent tamen esse rogatae.
  • Publius Syrus ((en Syrie Ier s.))
    Une femme vertueuse commande à son mari en lui obéissant.
    Sentences, 133
    Casta ad virum matrona parendo imperat.
  • Térence en latin Publius Terentius Afer (Carthage vers 185-159 avant J.-C.)
    Tu connais les habitudes des femmes : le temps qu'elles se préparent, qu'elles se mettent en route, il faut une année.
    Et nosti mores mulierum :
    Dum moliuntur, dum conantur, annus est.

    Heautontimoroumenos, II, 1
  • Térence en latin Publius Terentius Afer (Carthage vers 185-159 avant J.-C.)
    Tu ne peux pas gouverner par raison une chose* qui n'a en soi ni raison ni mesure.
    L'Eunuque, I, 1
    *cette chose est la femme
    Quae res in se neque consilium neque modum
    Habet ullum, eam consilio regere non potes.

  • Aristophane (Athènes vers 445-vers 386 avant J.-C.)
    Avec ces pestes*, rien ; rien non plus sans ces pestes.
    Lysistrata, 1039 (traduction H. Van Daële)
    *les femmes
    Commentaire
    Aristophane cite en parodie un passage d'Archiloque.
  • Aristophane (Athènes vers 445-vers 386 avant J.-C.)
    Il n'est point de bête plus indomptable qu'une femme, point de feu non plus ; nulle panthère n'est à ce point effrontée.
    Lysistrata, 1014 (traduction H. Van Daële)
  • Homère ( IXe s. avant J.-C.)
    Aujourd'hui, il n'est rien de sacré pour les femmes.
    L'Odyssée, XI, 456 (traduction V. Bérard)
  • Sophocle (Colone, près d'Athènes, entre 496 et 494 avant J.-C.-Athènes 406 avant J.-C.)
    La parure des femmes, femme, c'est le silence.
    Ajax, 293 (traduction Mazon)
  • Xénophon, d'Athènes (Erkhia, Attique, vers 430 avant J.-C.-vers 355)
    La nature féminine n'est en rien inférieure à celle de l'homme, sauf pour son manque de force et de vigueur.
    Le Banquet, II, 9 (traduction F. Ollier)
  • Bible
    Celui qui acquiert une femme a le principe de la fortune,
    une aide semblable à lui, une colonne d'appui.
    Faute de clôture le domaine est livré au pillage ;
    sans une femme l'homme gémit et va à la dérive.

    Ancien Testament, Ecclésiastique XXXVI, 24-25
    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem .
  • Bible
    Une montée sablonneuse sous les pas d'un vieillard : telle est une femme bavarde pour un homme tranquille.
    Ancien Testament, Ecclésiastique XXV, 20
    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem .
  • Bible
    À la femme, il* dit :
    Je multiplierai les peines de tes grossesses,
    dans la peine tu enfanteras des fils.
    Ta convoitise te poussera vers ton mari
    et lui dominera sur toi.

    Ancien Testament, Genèse III, 16
    *Dieu
    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem .
  • Bible
    C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair.
    Ancien Testament, Genèse II, 24
    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem .
  • Bible
    Gargouille qui ne cesse de couler, un jour de pluie,
    et femme acariâtre sont pareilles !

    Ancien Testament, Livre des Proverbes XXVII, 15
    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem .
  • Bible
    Une femme parfaite, qui la trouvera ?
    Elle a bien plus de prix que les perles.

    Ancien Testament, Livre des Proverbes XXXI, 10
    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem .
  • Bible
    Un anneau d'or au groin d'un pourceau : une femme belle, mais dépourvue de tact.
    Ancien Testament, Livre des Proverbes XI, 22
    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem .
  • Talmud
    Descends d'un degré pour choisir une femme ; monte d'un degré pour choisir un ami.
    Talmud, Yébamot, 63a
  • Caius Julius Caesar, en fran¸ais Jules César (Rome 100 ou 101-Rome 44 avant J.-C.)
    La femme de César ne doit pas être soupçonnée.
    Commentaire
    Réponse, attribuée à César, pour justifier le renvoi de son épouse, compromise par un jeune patricien.
  • Djalal al-Din Rumi (Balkh, Khorasan, 1207-Konya, dans le pays de Rum, 1273)
    La femme est le rayon de la lumière divine.
    Mathnawi
  • Federico García Lorca (Fuente Vaqueros 1898-Víznar 1936)
    Les femmes, à l'église, ne doivent regarder d'autre homme que le célébrant, et encore parce qu'il a des jupes.
    Las mujeres en la iglesia no deben de mirar más hombre que al oficiante, y ése porque tiene faldas.
    La casa de Bernarda Alba
  • Frigyes Karinthy (Budapest 1887-Siófok 1938)
    Comment l'homme et la femme pourraient-ils se comprendre ? car en fait tous deux souhaitent des choses différentes : l'homme, la femme ; et la femme, l'homme.
    Capillaria
  • Joseph Rudyard Kipling (Bombay 1865-Londres 1936)
    La femme la plus sotte peut mener un homme intelligent ; mais il faut qu'une femme soit bien adroite pour mener un imbécile.
    Simples Contes des collines
    The silliest woman can manage a clever man ; but it needs a very clever woman to manage a fool.
    Plain Tales from the Hills
  • Félix Lope de Vega Carpio (Madrid 1562-Madrid 1635)
    Mettre un frein à la femme,
    c'est mettre une limite à la mer.

    Poner freno a la mujer
    es poner limite al mar.

    La dama boba, III, 4
  • Félix Lope de Vega Carpio (Madrid 1562-Madrid 1635)
    Il n'est femme qui reste honnête
    si elle voit qu'on pense qu'elle ne l'est pas.

    Que no hay mujer que sea buena
    si ve que piensan que es mala.

    El remedio en la desdicha, I, 8
  • Martin Luther (Eisleben, Thuringe, 1483-Eisleben, Thuringe, 1546)
    Qui n'aime point le vin, les femmes ni les chants,
    Restera un sot toute sa vie durant.

    Wer nicht liebt Wein, Weib und Gesang,
    Der bleibt ein Narr sein Lebelang.

    Commentaire
    Ces deux vers fameux sont attribués à Luther, mais cités pour la première fois par la revue Wandsbecker Bote, en 1775 (n°75) dans un poème intitulé Devise an einem Poeten
    .
  • George Meredith (Portsmouth 1828-Box Hill 1909)
    Je pense que la Femme sera la dernière chose civilisée par l'Homme.
    L'Épreuve de Richard Feverel
    I expect that Woman will be the last thing civilized by Man.
    The Ordeal of Richard Feverel
  • Luigi Pirandello (Agrigente 1867-Rome 1936)
    La femme est plus généreuse que l'homme, et elle ne s'attache pas seulement, comme celui-ci, à la beauté extérieure.
    Feu Mathias Pascal, XI
    La donna è più generosa dell'uomo, e non bada come questo alla bellezza esteriore soltanto.
    Il Fu Mattia Pascal, XI
  • William Shakespeare (Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616)
    Fragilité, ton nom est femme !
    Frailty, thy name is woman !
    Hamlet, I, 2, Hamlet
  • William Makepeace Thackeray (Calcutta 1811-Londres 1863)
    Depuis Adam, il n'y a eu guère de méfait en ce monde où une femme ne soit entrée pour quelque chose.
    Since the days of Adam, there has been hardly a mischief done in this world but a woman has been at the bottom of it.
    Barry Lyndon, I
  • William Makepeace Thackeray (Calcutta 1811-Londres 1863)
    [ ] Ce plaisir morose que procure à certaines femmes la pensée de se sacrifier.
    [ ] That dismal pleasure which the idea of sacrificing themselves give to certain women.
    Pendennis, 7
  • Ivan Sergueïevitch Tourgueniev (Orel 1818-Bougival 1883)
    La pitié sans orgueil n'appartient qu'à la femme.
    Étranges Histoires, l'Abandonnée