Accueil > langue française > dictionnaire > tuer v.t. - tuer v.i. - se tuer v.pr.

tuer

verbe transitif Conjugaison

(latin tutare, variante de tutari, protéger)

  • 1. Causer la mort de quelqu'un de manière violente : Les gangsters ont tué le gardien de deux coups de revolver.

    Synonymes :

    assassiner - buter (populaire) - descendre (populaire) - estourbir (familier) - flinguer (populaire) - liquider (familier) - refroidir (populaire) - zigouiller (populaire)

  • 2. Faire mourir un animal volontairement, en particulier à la chasse : Tuer un lièvre.

    Synonyme :

    abattre

  • 3. Être la cause de la mort de quelqu'un : Une telle dose de calmant pouvait le tuer.

    Synonymes :

    emporter - faucher

  • 4. Familier. Épuiser quelqu'un physiquement ou moralement : Ces enfants nous tuent avec leurs cris.

    Synonymes :

    anéantir - crever (familier) - éreinter (familier) - exténuer - miner - user

  • 5. Faire cesser, disparaître quelque chose, causer sa ruine : L'égoïsme finit par tuer l'amour.

    Synonymes :

    ruiner - supprimer

    Contraires :

    épargner - sauver

  • 6. Faire perdre son éclat à une couleur, son intérêt à un effet, son goût à un aliment : Ce jaune tue ce vert.

    Synonyme :

    détruire

tuer

verbe intransitif Conjugaison

  • Ôter volontairement et violemment la vie à des êtres vivants : Tuer pour de l'argent.

se tuer

verbe pronominal Conjugaison

  • 1. Se donner volontairement la mort.

    Synonymes :

    se suicider - se supprimer

  • 2. Périr dans un accident : Il s'est tué en mer.

Expressions avec tuer

tuer

verbe transitif Conjugaison

  • Baiser qui tue,

    parole, attitude amicale cachant une volonté de nuire, de détruire.
  • Familier. Être à tuer,

    être assommant, insupportable.
  • Familier. Qui tue,

    qui laisse pantois par sa pertinence ou son audace : La journaliste posa alors la question qui tue ; qui anéantit une réputation : Les baskets avec un costume, c'est le look qui tue.
  • Tuer le temps,

    faire n'importe quoi pour éviter de s'ennuyer en attendant que le temps passe.

se tuer

verbe pronominal Conjugaison

  • Se tuer à,

    s'épuiser de fatigue ; s'évertuer à : Se tuer au travail. Je me tue à vous le répéter.

    Synonymes :

    s'acharner - s'épuiser - s'éreinter - s'escrimer - s'user

Homonymes des variantes de tuer



    tue, tuent, tues

  • tu pronom personnel
  • tus forme conjuguée du verbe taire
  • tut forme conjuguée du verbe taire
  • tût forme conjuguée du verbe taire

Difficultés de tuer


  • CONJUGAISON

    Attention à l'imparfait et au subjonctif présent : (que) nous tuions, (que) vous tuiez ; au futur et au conditionnel : je tuerai, je tuerais.

  • ACCORD

    À la forme pronominale, le participe passé s'accorde avec le sujet : elles se sont tuées à la tâche.


Citations avec tuer


  • Albert Camus (Mondovi, aujourd'hui Deraan, Algérie, 1913-Villeblevin, Yonne, 1960)
    C'est tuer pour rien, parfois, que de ne pas tuer assez.
    Les Justes, Gallimard
  • François René, vicomte de Chateaubriand (Saint-Malo 1768-Paris 1848)
    On n'apprend pas à mourir en tuant les autres.
    Mémoires d'outre-tombe
  • François René, vicomte de Chateaubriand (Saint-Malo 1768-Paris 1848)
    Ce n'est pas de tuer l'innocent comme innocent qui perd la société, c'est de le tuer comme coupable.
    Mémoires d'outre-tombe
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Les gens que vous tuez se portent assez bien.
    Le Menteur, IV, 2, Cliton
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage ;
    Meurs ou tue […].

    Le Cid, I, 5, Don Diègue
  • Fernand Desnoyers (Paris 1828-Paris 1869)
    Il est des morts qu'il faut qu'on tue.

    Commentaire
    Écrit en 1858 contre Casimir Delavigne, mort en 1843.

  • Denis Diderot (Langres 1713-Paris 1784)
    Se faire tuer ne prouve rien ; sinon qu'on n'est pas le plus fort.
    Nouvelles Pensées philosophiques
  • Jean Giraudoux (Bellac 1882-Paris 1944)
    On ne tue bien que ce qu'on aime.
    La guerre de Troie n'aura pas lieu, I, 3, Andromaque , Grasset
  • André Malraux (Paris 1901-Créteil 1976)
    Ce n'est pas par obéissance qu'on se fait tuer. Ni qu'on tue. Sauf les lâches.
    La Condition humaine, Gallimard
  • Louise Michel (Vroncourt-la-Côte, Haute-Marne, 1830-Marseille 1905)
    On ne peut pas tuer l'idée à coups de canon ni lui mettre les poucettes*.
    La Commune, Stock
    *menottes
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Il faut qu'il ait tué bien des gens pour s'être fait si riche.
    Le Malade imaginaire, I, 5, Toinette
  • Blaise Pascal (Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662)
    Pourquoi me tuez-vous ? - Et quoi, ne demeurez-vous pas de l'autre côté de l'eau ? Mon ami, si vous demeuriez de ce côté, je serais un assassin et cela serait injuste de vous tuer de la sorte ; mais puisque vous demeurez de l'autre côté, je suis un brave, et cela est juste.
    Pensées, 293

    Commentaire
    Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg - laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue - le fragment d'où la citation est tirée.

  • Rainer Maria Rilke (Prague 1875-sanatorium de Val-Mont, Montreux, 1926)
    Tuer est une forme de notre deuil vagabond
    Les Sonnets à Orphée, II, XI
    Töten ist eine Gestalt unseres wandernden Trauerns
    Die Sonette an Orpheus, II, XI
  • Jean Rostand (Paris 1894-Ville-d'Avray 1977)
    Académie française, 1959
    On tue un homme, on est un assassin. On tue des millions d'hommes, on est un conquérant. On les tue tous, on est un dieu.
    Pensées d'un biologiste, Stock
  • Jean-Paul Sartre (Paris 1905-Paris 1980)
    Il faut bien tuer ce qu'on aime.
    Le Diable et le Bon Dieu, Gallimard
  • Henry David Thoreau (Concord, Massachusetts, 1817-Concord, Massachusetts, 1862)
    Comme si l'on pouvait tuer le temps sans insulter à l'éternité.
    As if you could kill time, without injuring eternity.
    Walden, Economy

Mots proches

Lequel de ces substantifs masculins se finissant par le son [oir] ne prend pas de « e » ?