En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean sans Terre

Jean sans Terre
Jean sans Terre

(Oxford 1167-château de Newark, Nottinghamshire, 1216), roi d'Angleterre (1199-1216), cinquième fils de Henri II et d'Aliénor d'Aquitaine.

En 1177, son père lui donne l'Irlande en toute souveraineté, puis son frère Richard Ier lui accorde divers « honneurs » anglais. La mort de Richard Ier, en 1199, alors que leur neveu Arthur de Bretagne n'a que 12 ans, lui ouvre la succession. Le règne de Jean sans Terre révèle un tempérament cyclothymique qui détermine son activité. En 1199, Jean répudie Isabelle de Gloucester pour épouser en 1200 Isabelle d'Angoulême. Celle-ci est fiancée à un Lusignan, qui fait appel à Philippe Auguste. Le roi de France prononce la déchéance de Jean pour ses fiefs français (août 1202), envahit la Normandie et envoie Arthur de Bretagne soulever les autres fiefs. Arthur ayant été capturé, Jean le tue de sa main en 1203, ce qui provoque le soulèvement et la perte de la Bretagne et de l'Anjou. Jean perd aussi la Normandie en 1204 et la Touraine en 1205.

Cependant l'anarchie qui règne en Aquitaine lui permet d'en reprendre le contrôle, ainsi que celui de la presque totalité du Poitou (1206). Jean s'étant brouillé avec le pape en refusant la nomination pontificale d'un nouvel archevêque de Canterbury, Stephen Langton, Innocent III riposte par l'interdit (1208), puis par l'excommunication du roi (1209), qui peut cependant maintenir l'Angleterre dans l'obéissance ; il affermit même son autorité par ses succès contre les Gallois et les Écossais, ainsi qu'en Irlande, où il renforce l'emprise anglaise (1210-1211).

Contre son ennemi français, Jean organise un réseau d'alliances avec le Saint Empire romain germanique, Toulouse, Boulogne et la Flandre. Mais alors il se heurte à la haine de ses sujets, des Anglais surtout, excédés par les taxes et les guerres et gênés par l'interdit. Pour contrer l'opposition intérieure, Jean se réconcilie avec le pape en 1213, inféodant ses royaumes au Saint-Siège et versant tribut. Mais sa défaite en Anjou (La Roche-aux-Moines, 1214) et celle de ses alliés impériaux et flamands à Bouvines (1214) font rebondir la crise intérieure. Malgré l'appui pontifical, Jean doit céder devant la résistance des barons, approuvée par l'opinion publique, et accepter la Grande Charte (juin 1215) peu après que les Londoniens lui ont arraché la concession d'une charte et sont passés à la révolte (17 mai). Condamnés par le pape, les barons offrent alors la couronne à Louis de France, qui débarque en Angleterre et met en fuite Jean sans Terre, dont la dynastie ne sera sauvée que par sa mort subite le 19 octobre1216.

Pour en savoir plus, voir les articles Angleterre, Plantagenêt.