En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Aquitaine

Région historique du sud-ouest de la France.

1. La province romaine d'Aquitaine

Sise entre la Garonne, les Pyrénées et l'Atlantique, l'Aquitaine (ou Gaule Aquitaine) fut conquise par Crassusen 56 avant J.-C. Agrandie par Auguste des territoires situés entre la Garonne et la Loire, elle forma en 27 avant J.-C. la province romaine d'Aquitaine, laquelle fut divisée en trois provinces : Novempopulanie, capitale Eauze ; Aquitaine Seconde, capitale Bordeaux ; Aquitaine Première, capitale Bourges.

2. L'époque mérovingienne

Elle passe sous la domination des Wisigoths en 412-413, puis la victoire de Clovis, à Vouillé (507), l'intègre au « Regnum Francorum ». À chaque partage entre les fils du souverain défunt, ces derniers reçoivent une partie de l'Aquitaine : leur intérêt pour cette province s'explique sans doute par ses richesses, les invasions y ayant été moins dévastatrices que dans le reste de la Gaule. L'Aquitaine devient pratiquement indépendante à la fin du viie siècle sous la conduite de ducs « nationaux ».

Pépin le Bref fait assassiner le duc Waifre (ou Gaifier) en 768 et incorpore l'Aquitaine au « Regnum francorum » (capitulaire de Saintes).

3. Le royaume d'Aquitaine (781-877)

Les difficultés d'assimilation et la tradition des partages familiaux font créer, en 781, par Charlemagne, un royaume d'Aquitaine au profit de son fils Louis, le futur Louis le Pieux.

Après celui-ci, divers princes carolingiens ont le pays en charge : Pépin II, Charles l'Enfant, Louis le Bègue. Celui-ci met fin, en 877, à cette vice-royauté par son avènement au trône franc.

4. Le duché d'Aquitaine

Dès lors, il existe formellement un duché d'Aquitaine « Ducatus Aquitaniae » qui appartient successivement, au ixe et au xe siècle, aux comtes de Poitiers, à la maison d'Auvergne, puis à celle de Toulouse, enfin à nouveau aux Poitevins, dynastie illustrée par les quarante et un ans de règne du troubadour Guillaume IX. Cette dynastie prend fin à la mort de Guillaume X, en 1137 ; sa fille Aliénor apporte l'Aquitaine en dot au futur Louis VII.

5. L'Aquitaine intégrée dans l'Empire anglo-angevin (1152-1370)

Celui-ci double alors le domaine capétien. Mais le divorce et le remariage d'Aliénor avec Henri II Plantagenêt, déjà héritier des territoires anglais et angevins, contribueront à former l'« Empire angevin », rival de la monarchie française (→ Anjou.)

Jusqu'à la mainmise angevine, il semble que la titulature aquitaine ait été, pour les comtes de Poitiers, surtout honorifique et dépourvue en fait de puissance effective : l'extrême morcellement féodal ne laissait guère de place à la volonté du suzerain, dont les voyers (chargés de l'entretien des chemins), eux-mêmes féodalisés, devaient être remplacés par des prévôts. Avec Aliénor, l'Aquitaine prend la première place dans le domaine poitevin ; la reine installe une cour sur le modèle français. Henri II Plantagenêt réorganise le duché sur le modèle normand : sénéchaux superposés aux prévôts dans le cadre de six sénéchaussées.

Philippe II Auguste, après la condamnation de Jean sans Terre (1202), prétend donner le duché à Aymery de Thouars, mais il n'en conquiert que des fragments.

L'Aquitaine est réduite progressivement, au xiie et au xiiie siècle, par la reconquête capétienne. Reconnue possession anglaise au traité de Paris (1258-1259) qui lui donna le nom de Guyenne (déformation du mot Aquitaine), elle comprenait alors le Bordelais, le Périgord, le Limousin, le Quercy et la Gascogne. Mais Henri III Plantagenêt se reconnaît vassal lige du roi de France. Abandonnée par la France au traité de Brétigny (1360), elle est érigée en principauté pour le Prince Noir (1362).

6. L'Aquitaine reconquise et rattachée à la France

Dévastées par la guerre de Cent Ans, Guyenne et Gascogne sont âprement disputées aux xive et xve siècles jusqu'à leur reconquête, en 1453, par Charles VII (victoire de Castillon, 1453).

Le duché de Guyenne est donné, en 1469, en apanage par Louis XI à son frère Charles, et revient définitivement à la Couronne lorsque celui-ci meurt en 1472.

La province de Guyenne et Gascogne est répartie entre les généralités de Bordeaux, Auch et Montauban, puis divisée en six départements (Gironde, Gers, Lot-et-Garonne, Dordogne, Lot, Aveyron), plus des éléments des départements des Landes et du Tarn-et-Garonne.

Pour en savoir plus, voir les articles Mérovingiens, Capétiens, Plantagenêt.