mourir

verbe intransitif CONJUGAISON

(bas latin morire, du latin classique mori)

Définitions de mourir


  • Cesser de vivre ou être sur le point de cesser de vivre : Mourir d'une crise cardiaque. Mourir jeune.
  • Dépérir, perdre ses fonctions vitales : Plante qui meurt faute d'eau.
  • Perdre de sa vigueur, s'affaiblir, s'éteindre doucement : Ne laissez pas mourir le feu. Voix qui meurt.
  • Disparaître ; cesser d'exister : Civilisations, mots qui meurent.

Expressions avec mourir



  • À mourir,

    au plus haut point, extrêmement.
  • À mourir (de rire),

    très drôle, extrêmement amusant.
  • Coudre en mourant,

    en parlant d'une couture, d'une pince, la réduire ou l'élargir très progressivement.
  • Faire mourir quelqu'un,

    le tuer ou, familièrement, l'impatienter, l'inquiéter beaucoup.
  • Mourir de quelque chose,

    indique le très haut degré dont on en est affecté : Mourir de rire, de soif. Je meurs d'impatience.
  • Familier. On n'en meurt pas, tu n'en mourras pas,

    ce n'est pas si grave, si terrible.
  • Populaire. Plus + adjectif, tu meurs,

    repartie ironique signifiant qu'il est impossible de dépasser la qualité exprimée par l'adjectif au comparatif, qu'il est impossible de faire mieux (ou plus mal) : Plus idiot que lui, tu meurs !
  • Venir mourir quelque part,

    cesser, disparaître après s'être progressivement affaibli, estompé ; se terminer, s'estomper en se rétrécissant tout en rejoignant très progressivement un point, une ligne.

Synonymes et contraires de mourir


Cesser de vivre ou être sur le point de cesser de vivre.

Synonymes :

Contraire :

  • vivre

Dépérir, perdre ses fonctions vitales.

Synonymes :

Perdre de sa vigueur, s'affaiblir, s'éteindre doucement.

Synonymes :

Disparaître ; cesser d'exister.

Synonymes :

Contraire :

Homonymes des variantes de mourir



    meurs

  • mœurs nom féminin pluriel

    meurt

  • mœurs nom féminin pluriel

Difficultés de mourir


  • ORTHOGRAPHE

    Avec un seul r comme courir (et à la différence de nourrir et pourrir).

  • CONJUGAISON

    Avec l'auxiliaire être. Le r est doublé au futur : je mourrai.


Citations avec mourir


  • Jean Anouilh (Bordeaux 1910-Lausanne 1987)
    Mourir, ce n'est rien. Commence donc par vivre. C'est moins drôle et c'est plus long.
    Roméo et Jeannette, III, Lucien , La Table Ronde
  • Louis Aragon (Paris 1897-Paris 1982)
    Il est plus facile de mourir que d'aimer.
    C'est pourquoi je me donne le mal de vivre
    Mon amour

    Elsa, Gallimard
  • Roger de Rabutin, comte de Bussy connu sous le nom de Bussy-Rabutin (Épiry, Nièvre, 1618-Autun 1693)
    Académie française, 1665
    Il faut bien de la force pour dire en mourant les mêmes choses qu'on dirait en bonne santé.
    Lettres, à Madame de Sévigné, 6 janvier 1681
  • José Cabanis (Toulouse 1922-Balma, Haute-Garonne 2000)
    Académie française 1990
    On meurt chaque soir. Mais nous sommes des morts qui se souviennent.
    Des jardins en Espagne, Gallimard
  • Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline (Courbevoie 1894-Meudon 1961)
    Il faut choisir, mourir ou mentir.
    Voyage au bout de la nuit, Gallimard
  • Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline (Courbevoie 1894-Meudon 1961)
    Quand on n'a pas d'imagination, mourir c'est peu de chose, quand on en a, mourir c'est trop.
    Voyage au bout de la nuit, Gallimard
  • René Char (L'Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse, 1907-Paris 1988)
    On naît avec les hommes, on meurt inconsolé parmi les dieux.
    La Parole en archipel, Gallimard
  • Pierre Charron (Paris 1541-Paris 1603)
    C'est chose excellente que d'apprendre à mourir, c'est l'étude de la sagesse, qui se résout tout à ce but.
    De la sagesse
  • François René, vicomte de Chateaubriand (Saint-Malo 1768-Paris 1848)
    On n'apprend pas à mourir en tuant les autres.
    Mémoires d'outre-tombe
  • André de Chénier (Constantinople 1762-Paris 1794)
    Mourir sans vider mon carquois !
    Sans percer, sans fouler, sans pétrir dans leur fange
    Ces bourreaux barbouilleurs de lois.

    Iambes
  • André de Chénier (Constantinople 1762-Paris 1794)
    Quoi que l'heure présente ait de trouble et d'ennui,
    Je ne veux point mourir encore.

    La Jeune Captive
  • Édouard Joachim, dit Tristan Corbière (domaine de Coat Congar, près de Morlaix, 1845-Morlaix 1875)
    L'esprit à sec et la tête ivre,
    Fini, mais ne sachant finir,
    Il mourut en s'attendant vivre
    Et vécut s'attendant mourir.

    Les Amours jaunes
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage ;
    Meurs ou tue […].

    Le Cid, I, 5, Don Diègue
  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    Mourir pour le pays est un si digne sort
    Qu'on briguerait en foule une si belle mort.

    Horace, II, 3, Horace

    Commentaire
    Ces deux vers reprennent et aménagent deux vers du Cid.

  • Pierre Corneille (Rouen 1606-Paris 1684)
    - Que vouliez-vous qu'il fît contre trois ?
    - Qu'il mourût !
    Ou qu'un beau désespoir alors le secourût.

    Horace, III, 6
  • Fernand Crommelynck (Paris 1886-Saint-Germain-en-Laye 1970)
    Il y a plus d'héroïsme à souffrir longtemps qu'à mourir vite.
    Le Cocu magnifique, Gallimard
  • Charles Cros (Fabrezan, Aude, 1842-Paris 1888)
    On meurt d'avoir dormi longtemps
    Avec les fleurs, avec les femmes.

    Le Coffret de santal, Lendemain
  • Charles Cros (Fabrezan, Aude, 1842-Paris 1888)
    Je suis un homme mort depuis plusieurs années ;
    Mes os sont recouverts par les roses fanées.

    Le Collier de griffes, Fantaisies tragiques
  • Marc Antoine Désaugiers (Fréjus 1772-Paris 1827)
    Quand on est mort, c'est pour longtemps.
    Chansons
  • Denis Diderot (Langres 1713-Paris 1784)
    Je vois le marbre des tombeaux tomber en poussière, et je ne veux pas mourir !
    Salon de 1767
  • Jean Henri Casimir Fabre (Saint-Léon, Aveyron, 1823-Sérignan-du-Comtat 1915)
    Tout finit afin que tout recommence, tout meurt afin que tout vive.
    Souvenirs entomologiques, Delagrave
  • Jean-Pierre Claris de Florian (Sauve, Gard, 1755-Sceaux 1794)
    Académie française, 1788
    Arriver haletant, se coucher, s'endormir ;
    On appelle cela naître, vivre et mourir.

    Fables, le Voyage
  • Anatole François Thibault, dit Anatole France (Paris 1844-La Béchellerie, Saint-Cyr-sur-Loire, 1924)
    Académie française, 1896
    Mourir, c'est accomplir un acte d'une portée incalculable.
    Le Jardin d'Épicure, Calmann-Lévy
  • Robert Garnier (La Ferté-Bernard 1545 ?-Le Mans 1590)
    Toute chose naît pour périr,
    Et tout ce qui périt retourne
    Pour une autre fois refleurir.

    Cornélie
  • Robert Garnier (La Ferté-Bernard 1545 ?-Le Mans 1590)
    Qui meurt pour le pays vit éternellement.
    Porcie
  • Eugène Guillevic (Carnac 1907-Paris 1997)
    Mais mourir,
    Ce peut être une grande fatigue
    Un soir,
    Et un aveu.

    Terraqué, Gallimard
  • Edmond Haraucourt (Bourmont, Haute-Marne, 1856-Paris 1941)
    Partir, c'est mourir un peu ;
    C'est mourir à ce qu'on aime.
    On laisse un peu de soi-même
    En toute heure et dans tout lieu.

    Rondel de l'adieu, Lemerre
  • Victor Hugo (Besançon 1802-Paris 1885)
    Mûrir, mourir ; c'est presque le même mot.
    Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • Joseph Joubert (Montignac, Corrèze, 1754-Villeneuve-sur-Yonne 1824)
    Il faut mourir aimable (si on le peut).
    Pensées
  • Jean de La Bruyère (Paris 1645-Versailles 1696)
    Il n'y a pour l'homme que trois événements : naître, vivre et mourir. Il ne se sent pas naître, il souffre à mourir, et il oublie de vivre.
    Les Caractères, De l'homme
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés.
    Fables, les Animaux malades de la peste
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    L'un disait : Il est mort ; je l'avais bien prévu.
    - S'il m'eût cru, disait l'autre, il serait plein de vie.

    Fables, les Médecins
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Plutôt souffrir que mourir,
    C'est la devise des hommes.

    Fables, la Mort et le Bûcheron
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    Quand le moment viendra d'aller trouver les morts,
    J'aurai vécu sans soins, et mourrai sans remords.

    Fables, le Songe d'un habitant du Mogol
  • Alphonse de Prât de Lamartine (Mâcon 1790-Paris 1869)
    C'est ainsi qu'il mourut, si c'était là mourir !
    La Mort de Socrate
  • Alphonse de Prât de Lamartine (Mâcon 1790-Paris 1869)
    On voudrait revenir à la page où l'on aime
    Et la page où l'on meurt est déjà sous nos doigts.

    Poésies diverses, Vers sur un album
  • Stéphane Mallarmé (Paris 1842-Valvins, Seine-et-Marne, 1898)
    […] Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.
    Poésies, Angoisse
  • André Malraux (Paris 1901-Créteil 1976)
    Les millénaires n'ont pas suffi à l'homme pour apprendre à voir mourir.
    Antimémoires, Gallimard
  • André Malraux (Paris 1901-Créteil 1976)
    Les hommes ne meurent que pour ce qui n'existe pas.
    L'Espoir, Gallimard
  • Jules Michelet (Paris 1798-Hyères 1874)
    Il faut apprendre à mourir.
    Journal, 26 août 1839 , Gallimard
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    On ne meurt qu'une fois, et c'est pour si longtemps !
    Le Dépit amoureux, V, 3, Mascarille
  • Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622-Paris 1673)
    Il vaut mieux encore être marié qu'être mort.
    Les Fourberies de Scapin, I, 4, Scapin
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    Nous n'avons aucune communication à l'être, parce que toute humaine nature est toujours au milieu entre le naître et le mourir.
    Essais, II, 12
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    Philosopher, c'est apprendre à mourir.
    Essais, I, 10
  • Michel Eyquem de Montaigne (château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592)
    Tu ne meurs pas de ce que tu es malade, tu meurs de ce que tu es vivant.
    Essais, III, 13
  • Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755)
    Je n'ai plus que deux affaires : l'une de savoir être malade, l'autre de savoir mourir.
    Mes pensées
  • Henry Millon de Montherlant (Paris 1895-Paris 1972)
    Académie française, 1960
    Nous mourons, quand il n'y a plus personne pour qui nous voulions vivre.
    Les Garçons, Gallimard
  • Henry Millon de Montherlant (Paris 1895-Paris 1972)
    Académie française, 1960
    Mourir pour une cause ne fait pas que cette cause soit juste.
    Les Lépreuses, Gallimard
  • Alfred de Musset (Paris 1810-Paris 1857)
    Qu'est-ce donc qu'oublier si ce n'est pas mourir ?
    Poésies, Lettre à Lamartine
  • Blaise Pascal (Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662)
    Nous sommes plaisants de nous reposer dans la société de nos semblables : misérables comme nous, impuissants comme nous, ils ne nous aideront pas ; on mourra seul.
    Pensées, 211

    Commentaire
    Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg - laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue - le fragment d'où la citation est tirée.

  • Jacqueline Pascal en religion sœur Sainte-Euphémie (Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1625-Paris 1661)
    Si ce n'est pas à nous à défendre la vérité, c'est à nous à mourir pour la vérité.
    Lettre, 23 juin 1661
  • Charles Péguy (Orléans 1873-Villeroy, Seine-et-Marne, 1914)
    Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre !
    Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés.

    Ève, Gallimard
  • Raymond Queneau (Le Havre 1903-Paris 1976)
    Si je parle d'un homme, il sera bientôt mort.
    Si je parle du temps, c'est qu'il n'est déjà plus.

    Les Ziaux, Gallimard
  • Pierre de Ronsard (château de la Possonnière, Couture-sur-Loir, 1524-prieuré de Saint-Cosme-en-l'Isle, près de Tours, 1585)
    On ne meurt point, on change seulement
    De forme en autre, et ce changer s'appelle
    Mort, quand on prend une forme nouvelle […].

    Discours de l'altération et change des choses humaines
  • Claude Joseph Rouget de Lisle (Lons-le-Saunier 1760-Choisy-le-Roi 1836)
    Mourir pour la patrie,
    C'est le sort le plus beau, le plus digne d'envie !

    Roland à Roncevaux

    Commentaire
    Vers repris par A. Dumas et A. Maquet pour le chœr des Girondins de leur drame le Chevalier de Maison-Rouge (1847).

  • Antoine de Saint-Exupéry (Lyon 1900-disparu en mission aérienne en 1944)
    Ce pour quoi tu acceptes de mourir, c'est cela seul dont tu peux vivre.
    Citadelle, Gallimard
  • Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse (Pointe-à-Pitre 1887-Giens, Var, 1975)
    C'est déjà bien assez de n'être pas mort.
    À Valery Larbaud, Dynamo, Liège
  • Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné (Paris 1626-Grignan 1696)
    Je me trouve dans un engagement qui m'embarrasse : je suis embarquée dans la vie sans mon consentement ; il faut que j'en sorte, cela m'assomme ; et comment en sortirai-je ?
    Correspondance, à Mme de Grignan, 16 mars 1672
  • Jules Supervielle (Montevideo, Uruguay, 1884-Paris 1960)
    Ô morts n'avez-vous pas encore appris à mourir ?
    Le Forçat innocent, Supplique , Gallimard
  • Cicéron en latin Marcus Tullius Cicero (Arpinum 106-Formies 43 avant J.-C.)
    Je ne veux pas mourir, mais je tiens pour rien le fait d'être mort.
    Tusculanes, I, 8
    Emori nolo : sed me esse mortuum nihil aestumo.

    Commentaire
    Montaigne, Essais (II, 13) : « L'être mort ne les fâche pas, mais oui bien le mourir. »
    Voltaire, Correspondance : « Mourir peut être un mal, mais être mort n'est rien. »
    Quintus Ennius dans Médée : « La mort n'est pas un mal, l'approche de la mort en est un ».

  • Horace en latin Quintus Horatius Flaccus (Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C.)
    Je ne mourrai pas tout entier.
    Odes, III, XXX, 6
    Non omnis moriar.
  • Eschyle (Éleusis vers 525-Gela, Sicile, 456 avant J.-C.)
    Mourir glorieusement est un bienfait des dieux.
    Agamemnon, 1304 (traduction P. Mazon)
  • Platon (Athènes vers 427-Athènes vers 348 ou 347 avant J.-C.)
    Ceux qui, au sens droit du terme, se mêlent de philosopher, s'exercent à mourir.
    Phédon, 67e (traduction L. Robin)
  • Bible
    Quand un humain expire, où donc est-il ?
    Ancien Testament, Job XIV, 10

    Commentaire
    Citation empruntée à la Bible de Jérusalem.

  • Anonyme
    Salut empereur, ceux qui vont mourir te saluent.
    Cité par Suétone dans Vies des douze Césars, Claude, XXI
    Ave imperator, morituri te salutant.

    Commentaire
    Paroles que prononçaient les gladiateurs en défilant avant le combat devant la loge impériale. Le texte généralement cité est « Ave, Caesar ».

  • Pierre Jacques Étienne, vicomte Cambronne (Nantes 1770-Nantes 1842)
    La garde meurt et ne se rend pas.

    Commentaire
    Ces paroles, comme une autre moins châtiée, ont été attribuées au général Cambronne lors de la bataille de Waterloo. Elles figurent sur le monument élevé à Nantes à la gloire du général. Elles sont apocryphes et ont été attribuées à plusieurs autres officiers qui combattirent à Waterloo. À un général anglais qui l'invitait à se rendre, Cambronne aurait répondu plus vraisemblablement par le mot de Cambronne ; c'est à cette vraisemblance que s'est rallié Victor Hugo dans les Misérables.

  • Ernst Moritz Arndt (Schoritz, île de Rügen, 1769-Bonn 1860)
    Nous vaincrons ou nous mourrons ici,
    De la douce mort des hommes libres.

    Chant patriotique
    Wir siegen oder sterben hier
    Den süßen Tod der Freien.

    Vaterlandslied
  • Carlo Bini (Livourne 1806-Carrare 1842)
    Le despote doit apprendre à dormir à ses sujets. Gare à lui s'il leur apprend à mourir : c'est une leçon qui bientôt se retournera contre lui.
    Il despota bisogna che insegni a dormire. Guai a lui se insegna a morire : è una lezione che ben tosto gli tornerà contro.
    Manoscritto d'un prigioniero, XXII
  • Samuel Butler (Langar, Nottinghamshire, 1835-Londres 1902)
    Mourir confortablement coûte très cher.
    It costs a lot of money to die comfortably.
    A Luxurious Death
  • Johann Wolfgang von Goethe (Francfort-sur-le-Main 1749-Weimar 1832)
    Aussi longtemps que tu n'auras pas saisi
    ceci : meurs et deviens !
    Tu ne seras qu'un triste compagnon
    sur une terre sans lumière.

    Nostalgie bienheureuse
    Solang du das nicht hast
    Dieses : Stirb und Werde !
    Bist du nur ein trüber Gast
    auf der dunklen Erde.

    Selige Sehnsucht
  • William Shakespeare (Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616)
    Mourir ; dormir ; dormir, rêver peut-être. C'est là l'obstacle.
    To die ; to sleep ;
    To sleep ! perchance to dream : ay, there's the rub.

    Hamlet, III, 1, Hamlet
  • sainte Thérèse, d'Ávila [Teresa de Cepeda y Ahumada] (Ávila 1515-Alba de Tormes 1582)
    Je vis sans vivre en moi-même,
    avec l'espoir d'une vie si haute
    que je meurs de ne point mourir.

    Vivo sin vivir en mi,
    y tan alta vida espero,
    que muero porque no muero.

    Versos nacidos del fuego del amor de Dios que sí tenía

Mots proches

Quelle est la forme du verbe « moudre » à la deuxième personne du pluriel de l'imparfait de l'indicatif ?