En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ali

Cousin et gendre du Prophète, quatrième calife de l’islam, de 656 à 661.

Le compagnon de Mahomet

Fils de Abu Talib (l'oncle de Mahomet), Ali ibn Abu Talib est l’un des amis et compagnons fidèles du Prophète. Plus jeune que ce dernier, il est l'un des premiers convertis à l’islam – voire le premier, selon certains récits. Ali épouse l’une des filles de Mahomet, Fatima, dont il a deux fils : Hasan et Husayn.

Le quatrième calife

Après la mort de Mahomet (632), Ali refuse de reconnaître l'élection de Abu Bakr comme calife (c’est-à-dire comme successeur du Prophète, « celui qui vient après »), puis celle des deuxième (Umar) et troisième califes (Uthman).

En 656, après l'assassinat de Uthman, Ali est élu calife à Médine et devient ainsi le quatrième et dernier des califes « Bien Dirigés » (ar-Rashidun). Mais il se heurte à l’opposition de la veuve de Mahomet, Aïcha, qui soutient que Ali est responsable dans le meurtre de Uthman ; elle rallie le gouverneur de Syrie, l'Omeyyade Muawiya (un parent de Uthman), à sa cause.

Bien que vainqueurs de Aïcha à la bataille du Chameau (9 décembre 656), puis de Muawiya à la bataille de Siffin (juin-juillet 657), Ali et son parti (chi'a) sont néanmoins désavoués lors d'une réunion d'arbitrage. Ali entre en conflit avec une partie de ses partisans, les kharidjites, et meurt assassiné par l'un d'entre eux sur le seuil de la grande mosquée de Kufa.

Le père du chiisme

C'est de cet arbitrage que sont issus les trois principales branches de l'islam : le sunnisme est l’héritier des partisans de Muawiya (fondateur du califat des Omeyyades en 661) qui reconnaissent la légitimité des quatre califes « Bien Dirigés » ; le kharidjisme descend de ceux qui n'ont pas admis l’idée de l'arbitrage ; enfin, le chiisme regroupe les partisans de Ali et de ses descendants (les Alides). Les chiites attribuent au quatrième calife un pouvoir semi-divin qu'il aurait tenu de Mahomet et dont auraient hérité ses deux fils, Hasan et Husayn.

Aujourd'hui, la ville de Nadjaf (en Iraq), où est selon la tradition le tombeau de Ali, est un des lieux saints de pèlerinage de l’islam chiite, qui considère Ali comme le « proche de Dieu », le détenteur de connaissances secrètes reçues de Mahomet et transmises aux imams.