En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

olfaction

Olfaction
Olfaction

Fonction grâce à laquelle les odeurs sont perçues ; odorat.

PHYSIOLOGIE HUMAINE

L'organe de l'olfaction est situé dans la muqueuse qui tapisse le plafond des fosses nasales. C'est un neuroépithélium constitué de cellules nerveuses spécialisées, neurones munis à leur sommet d'une touffe de cils et se prolongeant à leur base par une fibre nerveuse (axone). Les fibres traversent l'os ethmoïde, qui forme le plafond des fosses nasales, par de minuscules orifices (lames criblées) et se terminent dans deux renflements logés sous les hémisphères cérébraux, les bulbes olfactifs, d'où part un second neurone qui se termine dans le lobe temporal.

Les molécules odorantes sont d'abord rendues solubles dans le mucus qui recouvre la muqueuse, avant de se fixer sur les récepteurs des cils portés par les neurones. Cette fixation déclenche le message nerveux, qui est ensuite transmis par les voies olfactives jusqu'au cerveau.

Pathologie

On distingue les altérations de l'odorat quantitatives, partielles (hyposmie) ou totales (anosmie), et qualitatives (parosmie). Elles peuvent avoir différentes origines : défaut du transport des molécules odorantes vers les récepteurs (rhinites, sinusites, tumeurs des fosses nasales) ; atteinte de la muqueuse, en général d'origine virale (grippe), toxique (poussière de métaux, vapeurs de produits chimiques), traumatique (fracture de l'ethmoïde) ou inflammatoire.

Les troubles peuvent régresser, mais les séquelles sont fréquentes et ont une incidence sur le sens du goût.

Voir : anosmie, rhinencéphale.

ZOOLOGIE

L'olfaction ne peut être clairement distinguée de la gustation que chez les espèces terrestres. Chez les insectes, elle est assurée par des sensilles situées dans les antennes. Chez les vertébrés, l'organe olfactif, pair, forme au-dessus de la bouche un sac (poissons) ou un canal ouvrant par une choane sur la bouche ou le pharynx à l'autre extrémité. L'importance de l'olfaction dans le déterminisme du comportement est capitale chez les animaux macrosmatiques (chien, taupe), très réduite chez l'homme et de nombreux oiseaux (espèces microsmatiques), nulle chez les cétacés. Le sens olfactif est utilisé chez les animaux pour communiquer (délimitation du territoire, relations sexuelles, identification des individus, signalement des dangers), pour reconnaître leur nourriture et pour retrouver leur piste.