En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mississippi

anciennement Meschacebe

Delta du Mississippi
Delta du Mississippi

Fleuve des États-Unis, né dans le Minnesota et qui se jette dans le golfe du Mexique par un vaste delta.

Sa longueur est de 3 780 km (ou de 6 210 km si l'on considère l'artère formée par le Missouri et le fleuve en aval de leur confluence et alors appelée Mississippi-Missouri). Son bassin couvre 3 222 000 km2, 6 fois la France et le tiers des États-Unis (41 % en excluant l'Alaska).

Un bassin immense

De sa source au confluent avec le Missouri, le Mississippi parcourt 1 940 km, d'abord dans une région de lacs et de basses collines, puis dans une vallée encaissée d'une centaine de mètres. Le cours supérieur du fleuve s'est formé pendant les glaciations quaternaires. Le Mississippi était alors le principal exutoire des Grands Lacs. Parsemé de rapides, le haut Mississippi est impropre à la navigation.

La pente moyenne du fleuve est extrêmement faible, car sa tête n'est qu'à 450 m : en aval de la confluence du Missouri, après Saint Louis, les hautes eaux parcourent les 1 500 derniers kilomètres en plus d'un mois. La vallée est encaissée, mais le fond alluvial peut atteindre quelques dizaines de kilomètres de large : le fleuve y décrit des tresses et méandres divagants (ils triplent sa longueur), souvent recoupés ou déplacés par les crues ou simplement les hautes eaux. Des bayous (affluents empruntant souvent leurs eaux à la nappe alluviale alimentée par le fleuve lui-même) forment entre eux et avec ce dernier un réseau enchevêtré. Cette région subtropicale est une des plus humides des États-Unis. Le Mississippi se termine par un puissant delta digité, successeur d'anciens deltas situés plus à l'ouest. C'est un domaine amphibie, parcouru également par des bayous, dont certains sont d'anciens bras deltaïques. En période de crue, les eaux fluviales sont visibles jusqu'à 40 km en mer. Malgré des apports solides gigantesques (2 Mt par an), la subsidence et le tassement empêchent le delta de progresser.

Le régime du fleuve

Le haut cours du fleuve a un régime nival de plaine avec de hautes eaux en avril (fonte des neiges et pluies) ; un petit maximum pluvial a lieu en juin (pluies de climat continental). L'apport du Missouri ne modifie pas ce régime, mais double le débit moyen, qui atteint alors 6 000 m3s. L'Ohio, rivière de 2 000 km, grossie par les eaux du Tennessee, doit à des pluies généreuses (1,5 m à plus de 2 m dans les Appalaches) et à des pentes fortes un écoulement abondant et rapide. Son débit, près de 8 000 m3s, dépasse celui du fleuve, qu'il repousse jusqu'à 90 km vers l'amont lors de ses puissantes crues. Il impose son régime au Mississippi : des hautes eaux de saison froide décalées vers le printemps (neige), un étiage en octobre et en novembre. Après avoir reçu l'Arkansas (2 350 km, 1 800 m3s) et divers affluents venus des monts Ozark, le fleuve entre dans le delta avec un débit de près de 20 000 m3s (environ dix fois le Rhône à Beaucaire, mais deux fois moins que le Yangzi Jiang et dix fois moins que l'Amazone). Les hautes eaux sont en avril et surtout en mai (arrivée du flot d'amont). Le minimum a lieu de septembre à décembre.

Le Mississippi est célèbre par ses crues puissantes et catastrophiques étalées dans une large vallée alluviale. À Vicksburg, au confluent avec la Yazoo, le débit peut alors dépasser 60 000 m3s. Des pluies prolongées et extensives, telles que les flots de crues se conjuguent, sont la cause de ces désastres. Le principal en est l'Ohio, quoique son affluent majeur, le Tennessee, soit maîtrisé par une série d'ouvrages importants.

Les aménagements

Bien que son importance relative dans les transports des États-Unis ait diminué depuis la guerre de Sécession, le système fluvial a été amélioré. À partir de La Nouvelle-Orléans et de Baton Rouge, un chenal de navigation de 2,70 m de profondeur permet de remonter le Mississippi jusqu'à Minneapolis, l'Ohio en amont de Pittsburgh, le Missouri jusqu'à Sioux City et le Tennessee jusqu'à Knoxville. Pour corriger la faible profondeur dans la vallée supérieure, l'armée a construit 29 barrages de régulation de débit entre Minneapolis et Saint Louis.

Des écluses de 120 m de long et 17 m de large permettent la navigation. En aval de la confluence avec l'Ohio, le Mississippi a été pratiquement reconstruit : les ingénieurs ont créé un chenal artificiel regroupant les méandres. En Louisiane, un système complexe de canaux a été élaboré pour protéger La Nouvelle-Orléans en dérivant les eaux de crue vers le lac Pontchartrain ou la rivière Atchafalaya.

L'aménagement de la vallée du Tennessee a été effectué par la Tennessee Valley Authority.

La fonction économique

De vastes zones du Middle West, traversées par le Mississippi et le Missouri, sont recouvertes de sols très fertiles. Ainsi certaines régions sont-elles devenues très tôt de grands centres de production céréalière. Dès le début du xixe s., des radeaux chargés de farine de blé relient les Grandes Plaines au golfe du Mexique. Le Mississippi constitua une artère économique capitale jusqu'aux années 1850-1860, lorsque la guerre de Sécession et la construction des voies ferrées orientèrent les échanges dans le sens E.-O.

Aménagés (la navigation remonte jusqu'à Saint Paul et Minneapolis sur le Mississippi, Sioux City sur le Missouri et Pittsburgh sur l'Ohio), le fleuve (canalisé, en amont de son confluent avec l'Ohio, à courant libre en aval de Cairo) et ses affluents jouent de nouveau un rôle économique avec un trafic qui s'effectue principalement entre Saint Louis, la Pennsylvanie, Memphis et le delta, où se situe La Nouvelle-Orléans. Les secteurs les plus fréquentés sont la vallée de l'Ohio et le Mississippi, en aval de Cairo. Les convois poussés de 40 ou 50 barges peuvent atteindre 10 000 t, bien qu'il leur soit difficile de négocier les méandres. Le chemin de fer transporte le blé vers les grands silos installés le long du Missouri (Omaha, Kansas City...) et du Mississippi (Minneapolis, Saint Louis...). Ces importants centres sont les lieux de chargement de péniches et de barges descendant le Mississippi jusqu'en Louisiane, d'où les productions sont exportées dans le monde entier. La frange méridionale du bassin du Mississippi, qui reposait sur la quasi-monoculture du coton et le travail des esclaves, a vu le riz s'imposer dans les zones inondables de la basse vallée (Arkansas, Mississippi et Louisiane), tandis que la canne à sucre trouvait sa terre d'élection dans le delta. Le Mississippi est aussi utilisé pour le transport des minerais (le charbon de Pennsylvanie et de Virginie-Occidentale circule sur l'Ohio), des graviers et des produits semi-finis. Le trafic ne cesse de croître : 70 millions de tonnes en 1960, 170 en 1975, 400 en 1990.

Depuis 1985, la basse vallée du fleuve est partiellement concurrencée par l'ouverture d'un canal entre la vallée de la Tombigbee, en Alabama, et celle du Tennessee. L'exploitation des hydrocarbures dans le golfe du Mexique a transformé le bas Mississippi en un véritable couloir pétrochimique.