En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Louisiane

en anglais Louisiana

État du sud des États-Unis, partie de l'ancienne colonie française du même nom.

  • Superficie : 125 674 km2
  • Population : 4 533 372 hab. (recensement de 2010)
  • Capitale : Baton Rouge

GÉOGRAPHIE

Les ressources minérales occupent maintenant la première place dans l'économie de cet État, au climat doux et humide, longtemps agricole (bois, élevage, soja, coton, riz). Au premier rang de l'Union pour le sel et le soufre, il est au troisième rang pour le pétrole, et produit aussi du gaz naturel. Les deux villes principales, La Nouvelle-Orléans et Baton Rouge, sont des ports importants.

HISTOIRE

1. Exploration française

Malsains et dépourvus d'or, les pays du Mississippi sont négligés par les Espagnols, après leur exploration (→ Hernando de Soto, 1540). Les Français Joliet et Marquette, partis des Grands Lacs, atteignent le cours supérieur du Mississippiet l'appellent « fleuve Colbert » (1673). Cavelier de La Salle le descend en 1682 et baptise « Louisiane », en l'honneur de Louis XIV, la contrée dont il prend possession ; revenu par mer (1684-1685), il manque l'embouchure du Mississippi, et fonde à l'O., sur la côte du Texas, un établissement qui végétera.

2. De l'établissement à la colonie (1698-1731)

Pierre Le Moyne d'Iberville reprend ses projets et fonde un établissement à l'E. du fleuve, dans la baie de Biloxi (1698), malgré les revendications des Espagnols et des Anglais. Transférée par d'Iberville à l'embouchure de la rivière Mobile (1702), et malgré les efforts de son frère, Le Moyne de Bienville, la colonie ne se développe guère, et Louis XIV préfère accorder le monopole de son commerce au financier Crozat, ainsi que la cession à perpétuité de toutes les mines et le monopole des terres ou des industries à mettre en valeur. Crozat, n'ayant pas trouvé de mines, cède son privilège à la Compagnie d'Occident (1717), future Compagnie française des Indes (1719), Le Moyne de Bienville étant nommé commandant général et président du conseil de régie; en fait, la Louisiane devient la pièce maîtresse du système de Law.

Grâce aux convois d'esclaves noirs et de déportés, la colonie se peuple peu à peu (plus de 500 habitants en 1723). La Nouvelle-Orléans, fondée par l'ingénieur Pauger (1717-1718), en devient la capitale (1722). Pour se nourrir, la colonie achète des céréales au pays des Illinois, colonie intégrée depuis 1717 à la Louisiane, et qui, séparée de la Nouvelle-France au niveau du 40e parallèle, s'étend vers l'ouest grâce aux explorations de Juchereau de Saint-Denis sur la rivière Rouge, de La Harpe sur l'Arkansas (1722) et de Venyard de Bourgmont sur le Missouri (1723). Le Moyne de Bienville est destitué en 1726 et remplacé par Étienne de Périer (1727), dont la gestion coïncide avec le développement de la traite des fourrures. Mais l'appropriation des meilleures terres par les colons provoque la révolte des Natchez (1729-1736), ce qui oblige la compagnie à renoncer à ses privilèges au profit de l'État (1731).

3. Colonie française (1731-1763)

Colonie de la Couronne, la Louisiane a pour gouverneurs Le Moyne de Bienville (1733-1743), Vaudreuil (1743-1752), Kerlerec (1752-1763). Sa mise envaleur s'oriente vers la production agricole (tabac, coton en 1740, plantes tinctoriales, canne à sucre introduite par les jésuites de Saint-Domingue [1751]). Trois expéditions pour réduire les Chicachas ayant échoué (1736, 1740 et 1752) et la rivalité commerciale franco-anglaise ayant dégénéré en guerre des fourrures, la France, déjà éprouvée par les guerres de la Succession d'Autriche et de Sept Ans, cède la Louisiane orientale, à l'E. du Mississippi (sauf La Nouvelle-Orléans), à l'Angleterre (traité de Paris, 1763), après avoir abandonné à l'Espagne la Louisiane occidentale (traité secret du 3 novembre 1762).

4. La Louisiane espagnole (1763-1798)

Les colons se révoltent sous le premier gouverneur espagnol, A. de Ulloa (1766-1768) ; son successeur, le général O'Reilly, rétablit l'ordre par la force. Les gouverneurs libéraux Unzaga et Bernardo de Gálvez favorisent le peuplement (appel à des colons espagnols et même français) la population atteint 31 000 habitants en 1785. Les contestations de frontières avec les États-Unis sont réglées par le traité de Madrid (20 octobre 1795) : la Louisiane reçoit une bande de territoire à l'E. du Mississippi, du 31e parallèle au golfe du Mexique, les Nord-Américains obtenant de naviguer sur le fleuve et de fonder un entrepôt à La Nouvelle-Orléans. La révocation de ces concessions par les Espagnols (1798) incite les États-Unis à annexer la Louisiane.

5. L'achat secret de la Louisiane puis sa vente aux États-Unis

Mais, par les clauses secrètes de la convention de San Ildefonso (1800), la Louisiane revient à la France. Jugée indéfendable contre les agressions anglaises, Bonaparte décide de la rétrocéder aux États-Unis pour 80 millions de francs (traité de Paris, 1803).

6. État de l'Union

La Louisiane, devenue le « Territoire d'Orléans », puis constituée en État (1812), est limitée à l'O. par la Sabine, à l'E. par la rivière des Perles, sur la rive gauche du Mississippi par le 31e parallèle et sur la rive droite par le 33e. L'attaque anglaise contre La Nouvelle-Orléans (1815) n'empêche pas l'essor du jeune État. Les nouveaux émigrants submergent les anciens et la langue française recule, sauf chez les Acadiens. La prospérité vient de la canne à sucre, en plein essor depuis les expériences d'Étienne de Boré, en 1794, et surtout du coton des grands domaines à esclaves. La Nouvelle-Orléans est le grand port du coton, grâce au trafic intense du Mississippi. Les chemins de fer, en détournant ce trafic vers les ports atlantiques, provoquent le déclin de la Louisiane, qui, dès janvier 1861, adhère à la confédération sudiste. L'amiral Farragut prend La Nouvelle-Orléans en 1862, et tout l'État est envahi par les armées nordistes. Le pays, ruiné par la guerre, reste occupé militairement; sa réorganisation juridique n'a lieu qu'après l'octroi du droit de vote aux Noirs. Soumis aux exactions des carpetbaggers, il se révolte (1874) ; la tension demeure jusqu'au départ des troupes fédérales, en 1877 (→ guerre de Sécession). Les Blancs fidèles au parti démocrate éliminent ensuite les Noirs, et la Louisiane devient une citadelle de la ségrégation.

Pour en savoir plus, voir l'article États-Unis : histoire.