En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

accélération

(latin acceleratio)

Accélération
Accélération

Quotient de la variation du vecteur vitesse par la durée correspondante.

MÉCANIQUE

Généralités

L’accélération d’un corps (généralement représentée par les symboles a ou γ) représente la variation de sa vitesse divisée par la durée correspondant à cette variation. On distingue l'accélération moyenne, dans laquelle la durée est finie, de l'accélération instantanée, égale à la dérivée du vecteur vitesse par rapport au temps.

L'unité d'accélération du Système international (SI) est le mètre par seconde carrée (m/s2). L'unité du système C.G.S. est le centimètre par seconde carrée, encore appelé gal (symbole Gal) et utilisé en géophysique.

Accélération et principe fondamental de la dynamique

L'accélération d'un mobile de masse m est directement fonction de la force qui s'y applique, selon le principe fondamental de la dynamique : .

La vitesse v d'un corps soumis à une accélération constante est v = a t et la distance D parcourue est D = a t2/2.

L'accélération g, due à la pesanteur terrestre, est d’environ 9,81 m/s2. Il résulte d'une loi simple que tout corps placé dans le vide atteint, du fait de son poids, une même vitesse au bout d'un même temps.

Accélérations tangentielle et normale

L'accélération, grandeur vectorielle, peut s'exprimer comme la somme d'une composante tangentielle de même direction que la vitesse et d'une composante normale  perpendiculaire à celle-ci. Dans un mouvement circulaire uniforme, l'accélération tangentielle est nulle (sa norme γT = dv/dt = 0)et l'accélération normale a un module constant (γN = v2/R ; où R est le rayon de courbure de la trajectoire).

Composition des accélérations

Dans la composition des mouvements, l'accélération n'est pas une grandeur additive comme la vitesse l'est en mécanique classique. Pour obtenir l'accélération d'un point M par rapport à un repère (R1) en mouvement par rapport à un autre repère (R), il faut ajouter à l'accélération de M dans (R), en plus de l'accélération de (R1) dans (R), une accélération complémentaire appelée accélération de Coriolis, découverte au xixe s. par Gaspard Coriolis.