En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Téthys ou Mésogée

Dérive des continents
Dérive des continents

Espace océanique qui, au cours de l'ère secondaire (mésozoïque), a séparé notamment l'Afrique de l'Europe et dont sont issues les chaînes périméditerranéennes.

Généralités

La « Mésogée » est un terme qui a été inventé par le paléontologiste français Henri Douvillé (1846-1937). Celui-ci s’était appuyé sur les ressemblances entre les faunes marines du mésozoïque trouvées dans les sédiments depuis les Alpes jusqu’à l’Himalaya (ammonites, coraux, échinodermes, rudistes et foraminifères) ; le terme « Téthys » a été formulé à la fin du xixe siècle par le géologue autrichien Eduard Suess (du grec Têthús à traduire par « eaux salées » en référence à la mer). La Mésogée (ou domaine mésogéen, situé « au milieu des terres ») désigne une mer chaude entre la Laurasie et le Gondwana.

Si aujourd’hui les continents sont éloignés les uns des autres, il n’en a pas toujours été ainsi. Vers – 200 millions d'années (Ma), la Pangée était encore un continent unique entouré d’un vaste océan, la Panthalassa qui existait à la fin du paléozoïque (ce phénomène s’est mis en place auparavant, vers – 600 Ma). La région à l’origine de la Téthys formait un vaste golfe au sud-est de la Pangée. Les continents se sont ensuite séparés les uns des autres par agrandissement de la Téthys qui sépare au début du jurassique, vers – 160 Ma, les continents de la Laurasie, au nord, et du Gondwana, au sud. La fracturation continentale s’est poursuivie au crétacé et au cénozoïque (→ dérive des continents).

Par la suite, le déplacement vers le nord du continent africain, issu du Gondwana, a conduit à la fermeture presque totale de la Téthys, dont il ne reste aujourd’hui que la mer Méditerranée. La fermeture de la Téthys a ainsi permis la formation de nombreuses chaînes de montagne par convergence.

Les différents océans disparus

Au sens large, le terme Téthys qualifiant tout océan disparu, il a fallu différencier les différents océans passés. Ainsi, on a nommé Paléotéthys, l’étendue marine séparant les continents au paléozoïque avant leur réunion. Elle commence à se fermer au dévonien (– 400 Ma) et termine sa fermeture au trias (– 250 Ma).

C’est alors le début de la Néotéthys nommée aussi Téthys alpine ou Mésogée. À partir du trias, la marge du Gondwana se fracture (– 240 Ma). Suite à la création d’un rift (→ fossé d'effondrement), l'espace océanique de la Téthys s’ouvre à l’est de la Pangée, au crétacé inférieur (vers – 120 Ma), entre la petite plaque Apulienne (nord de l'Italie) et la plaque Eurasiatique. Une dorsale océanique s’ouvre également entre l’Europe et l’Amérique.

Vers – 80 Ma, la séparation de l’Afrique et de l’Amérique du Sud est totale. L’ouverture de l’Atlantique sud provoque une remontée de l’Afrique vers le Nord Est. Ce rapprochement de l’Afrique entraîne la convergence de la plaque Apulienne et de la plaque Eurasiatique.

La Téthys se referme, ce qui est à l’origine de la formation des Alpes. Au miocène (– 20 Ma), la collision de l’Inde avec l’Asie forme l’Himalaya. Les continents et les océans prennent alors progressivement leurs aspects actuels.