En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

miocène

Paysage du miocène en Amérique du Nord
Paysage du miocène en Amérique du Nord

Première série du néogène, précédant le pliocène, le miocène se situe au cénozoïque, de – 23 à – 5,3 millions d'années (durée : 18 millions d'années). Il est divisé en six étages : aquitanien, burdigalien, langhien, serravallien, tortonien et messinien.

Cette période du tertiaire est caractérisée par l'ouverture de la partie occidentale de la Méditerranée, et celle de la mer Rouge entre l'Arabie et l'Afrique. De plus, les différentes étapes de la formation des chaînes alpines continuent à se dérouler, atteignant leur maximum d'intensité. Le miocène voit aussi l'apparition des mammifères évolués (singes, ruminants, mastodontes, dinothériums).

La paléogéographie du miocène

La paléogéographie du miocène est très proche de la disposition actuelle des masses océaniques et continentales, à quelques détails près.

L'Arabie se déplace vers le nord-est et entre en collision avec l'Asie, provoquant au front la formation des montagnes du Zagros, qui ferme vers l'est la Méditerranée. Cette fermeture est à l'origine d'un assèchement généralisé, d'où les importants dépôts d'évaporites du miocène supérieur (messinien) en Méditerranée. Seule l'ouverture de Gibraltar à la fin du miocène met un terme à ces formations de sel et de gypse en permettant aux eaux de l'Atlantique de se déverser en Méditerranée.

La Méditerranée occidentale s'ouvre à la suite d'une rotation de 30° du bloc corso-sarde, qui s'écarte de la chaîne provençale, et le mouvement de l'Arabie permet, en arrière, l'ouverture de la mer Rouge.

En Afrique du Nord et dans les Alpes, des mouvements orogéniques de grande amplitude provoquent un soulèvement général. La chaîne jurassienne se forme par plissement des terrains de couverture et glisse en bloc sur la Bresse. L'érosion des reliefs provoque à leur pied l'accumulation de molasses au sein des bassins périalpins.

La surrection des reliefs alpins est concomitante de la formation d'inlandsis en Antarctique d'abord, puis en Alaska. La température moyenne en Europe continue de décroître, elle est d'environ 18 °C.

Au plan orogénique, on place la phase save vers le début du miocène et la phase styrienne vers le milieu. La phase attique marque le passage miocène-pliocène.

Un important volcanisme trachyandésitique se produit dans les zones orogéniques, accompagné d'intrusions de granodiorites (île d'Elbe, Adamello, Serbie, Asie Mineure, cordillères bétiques, Atlas nord-africain).

La faune et la flore du miocène

Comme à l'éocène et à l'oligocène, les mammifères continuent leur évolution. Des formes géantes apparaissent dans certains groupes (proboscidiens). Dans le domaine marin épicontinental, le benthos comprend des lamellibranches (Ostrea, Pecten), des gastéropodes et des échinodermes qui poursuivent leur évolution vers les formes actuelles.

Les principaux groupes utilisés pour l'établissement des subdivisions stratigraphiques sont, pour la macrofaune, les mammifères, les échinides, les gastéropodes et certains lamellibranches. Parmi la microfaune, on utilise notamment les orbitoïdidés (miogypsines).

Pour en savoir plus, voir l'article histoire de la Terre.