En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

homme de Neandertal

Homme fossile, dont le premier squelette fut découvert en 1856 par J.C. Fuhlrott dans la grotte de Feldhofer, vallée du Neander, à proximité de Düsseldorf.

L'homme de Neandertal (Homo neanderthalensis) apparaît en Europe il y a plus de 200 000 ans. Longtemps considéré comme une sous-espèce de l'homme moderne (Homo sapiens), il s'en différencie par des caractères morphologiques et anatomiques qui permettent de le considérer comme une espèce distincte. Son corps, plus trapu, traduit une adaptation au climat froid qui régnait en Europe durant les périodes glaciaires. À cause de sa face plus oblique et de son crâne allongé, on a fait de l'homme de Neandertal un être fruste, de faible intelligence. On sait aujourd'hui que son organisation sociale était élaborée. Son cerveau (d'un volume de 1 600 cm3) se révèle plus volumineux que celui de l'homme moderne. Bon chasseur et fabricant d'armes et d'outils, il fut le premier à instaurer des rites funéraires.

On connaît les restes de plus de 200 néandertaliens. Principaux gisements : La Chapelle-aux-Saints, la Ferrassie, Atapuerca en Espagne, la Quina et le Régourdou en France, Spy en Belgique, le monte Circeo en Italie, le mont Carmel en Israël, Chanidar en Iraq, Techik-Tach en Ouzbékistan. Les néandertaliens sont, le plus souvent, associés au faciès moustérien, mais ils n'ont que progressivement laissé la place en Europe aux hommes de type moderne (néanthropiens), vers −35 000 ans, à l'exception du sud de l'Espagne, où ils se sont éteints 5 000 ans plus tard.