En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lituanie

en lituanien Lietuva

Nom officiel : République de Lituanie

Carton de situation - Lituanie
Drapeau de la Lituanie
Drapeau de la Lituanie

État d'Europe nord-orientale faisant partie des pays Baltes, la Lituanie, baignée par la mer Baltique à l'ouest, est limitée par la Lettonie au nord, par la Biélorussie à l'est et au sud, par la Pologne et la Russie (enclave de Kaliningrad) au sud.
La Lituanie est membre de l'Union européenne et de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).

  • Superficie : 65 000 km2
  • Nombre d'habitants : 3 017 000 (estimation pour 2013)
  • Nom des habitants : Lituaniens
  • Capitale : Vilnius
  • Langue : lituanien
  • Monnaie : euro
  • Chef de l'État : Dalia Grybauskaitė
  • Chef du gouvernement : Algirdas Butkevičius
  • Nature de l'État : république à régime semi-présidentiel
  • Constitution :
    • Adoption : 6 novembre 1992
Pour en savoir plus : institutions de la Lituanie

GÉOGRAPHIE

C'est le plus méridional, le plus vaste et le plus peuplé des États baltes (comptant 80 % de Lituaniens de souche et seulement une petite minorité russe). En bordure de la Baltique, la Lituanie est un pays plat, au climat frais et humide, associant cultures (céréales surtout) et élevage (bovins et porcins). Elle possède quelques industries (constructions mécaniques et électriques, mais aussi optique de précision et biotechnologies), souffrant toutefois du manque de matières premières et, notamment, du déficit énergétique.

La Lituanie est entrée dans l'Union européenne en 2004. Son entrée dans la zone euro est prévue pour le 1er janvier 2015.

1. Le milieu physique

1.1. Le relief

Le modelé glaciaire domine le paysage. Les collines morainiques sont présentes à l'est et à l'ouest. L'altitude n'y dépasse pas 257 m. Entre les deux alignements collinaires s'est développée une plaine large de 100 km, dont l'altitude ne dépasse pas 90 m, et qui se prolonge le long du littoral par la plaine Pajurio, une bande de relief bas dont la largeur varie entre 10 et 15 km. Les très nombreux lacs d'origine glaciaire (plus de 3 000) enrichissent le système hydrographique, dont les cours d'eau totalisent plus de 6 400 km. Le principal axe fluvial, le Niémen (Nemunas) et ses affluents (Neris), modèle sans cesse les dépôts glaciaires, induisant une touche d'hétérogénéité dans le monotone relief morainique.

Le centre géographique de l'Europe (c'est-à-dire le centre de gravité de la superficie totale des États européens, de l'Atlantique à l'Oural, et du cap Nord à Chypre et à Malte), se trouve à Purnuskis, localité située à une vingtaine de kilomètres au nord de Vilnius, la capitale lituanienne.

1.2. Le climat

Le climat, de type continental modéré par l'influence de la mer Baltique, est frais (température moyenne annuelle : + 6,1 °C, avec une moyenne de – 4,9 °C en janvier et de + 17,0 °C en juillet), et surtout humide (660 à 1 000 mm/an). Les hivers sont déjà rudes, mais les saisons intermédiaires bien marquées.

Ce type de climat, la végétation formée principalement par des forêts de résineux (32 % du territoire) et la chimie des dépôts cristallins accumulés par la glaciation quaternaire, expliquent l'acidité des sols, essentiellement podzoliques, peu fertiles et difficilement labourables. Dans les dépressions, l'accumulation des alluvions a rendu possible l'existence de sols argileux, plus favorables à l'agriculture.

2. La population

Les Lituaniens de souche appartiennent, avec les Lettons, à la famille des peuples baltes installés dans la région sud-baltique depuis plusieurs millénaires. Le reste de la population se répartit entre diverses minorités (9 % de Russes, 7 % de Polonais, 1 % de Juifs). La société lituanienne est restée davantage rurale et, à maints égards, plus traditionnelle que celles de l'Estonie ou de la Lettonie. Les deux tiers de la population résident dans des villes. Vilnius, la capitale, Kaunas, centre industriel, et Klaipeda, port sur la Baltique, dominent le réseau urbain.

3. Les activités économiques

3.1. L'agriculture et la pêche

La majeure partie du territoire, située dans la vallée du Niémen, présente des paysages forestiers ou des champs cultivés en bocage. Plus de la moitié des terres sont en effet consacrées à l'agriculture, mais les conditions climatiques et pédologiques imposent de coûteux travaux de drainage. Le centre du pays est formé de plaines qui produisent des céréales, des pommes de terre, des cultures fourragères, du lin, des betteraves à sucre et des prairies artificielles. Le Nord et l'Est sont plus boisés. On y élève le gros bétail, les porcs, la volaille.

La pêche est très active à Klaipeda, port et centre de transformation des poissons.

3.2. L'industrie

Les ressources pour l'industrie sont quasi absentes, sauf la tourbe et quelques roches (gypse, sable fin, craie, calcaire). La Lituanie importe du gaz naturel et du pétrole des pays de la C.E.I. Depuis la fermeture de la centrale nucléaire d'Ignalina, en 2009, le pays importe la moitié de son électricité. Traditionnellement orientée vers l'ancien marché soviétique, la production industrielle (machines-outils, matériel agricole, composants électroniques, etc.) a souffert de la réorientation des échanges économiques vers l'Occident.

3.3. Les villes

Ville d'Europe centrale plus que de l'Europe du Nord, Vilnius, nœud de communications, centre industriel et universitaire, est avant tout la capitale administrative et culturelle de la Lituanie. Située plus à l'ouest sur le Niémen, Kaunas, seconde ville du pays, est également un centre intellectuel et industriel. Sur la Baltique, le port industriel de Klaipeda tente de retrouver le rôle qui fut le sien, naguère, sous le nom allemand de Memel.

HISTOIRE

Il semble que, depuis le ve siècle, des tribus balto-slaves, vivant séparées par les forêts et les marais, se soient organisées pour lutter contre les incursions scandinaves. Aux ixe et xe siècles, elles passent à l'est à l'offensive contre les princes russes divisés et conquièrent Grodno, Minsk, Polotsk. Connues alors sous le nom slave de Litva, ces tribus, parmi lesquelles se distinguent au sud les Iatvings, ont à résister également à la poussée germanique qui s'exerce à l'ouest depuis la Baltique.

1. Les origines d'un État lituanien

Le roi Mindaugas (vers 1200-1263) fédère énergiquement les princes lituaniens (kunigas) et résiste au sud-ouest aux chevaliers Teutoniques et au nord aux chevaliers Porte-Glaive. Gédymin, grand-duc de 1316 à 1341, instaure une période de grandeur et crée l'État lituanien aux structures solides, qui, avec sa capitale Vilnius, devient une des grandes puissances européennes. La colonisation se développe vers l'est et des villes sont créées.

1.1. Le Grand-duché de Lituanie

Les désordres dus à sa succession cessent avec l'arrivée au pouvoir des grands-ducs Algirdas (1345-1377) et Kestutis (1377-1381), qui consacrent la force militaire lituanienne en protégeant le pays des croisés teutoniques et des Tatars. En devenant, en 1386, roi de Pologne, le grand-duc Jagellon unit pour quatre siècles les peuples lituanien et polonais. La fusion politique entre les deux pays est lente, bien qu'ils aient la plupart du temps les mêmes souverains. La Lituanie conserve son autonomie administrative de 1386 à 1569. L'union polono-lituanienne est à l'origine une simple union personnelle. En 1392, Jagellon associe son cousin Vytautas au gouvernement du grand-duché, avant de le lui céder en 1401, sous sa suzeraineté. Les forces des deux souverains mettent fin à la puissance de l'ordre Teutonique à la bataille de Grunwald (1410), et la Lituanie récupère la Samogitie. En 1413, un accord d'union est conclu à Horodło. En 1430, Vytautas est remplacé par son frère Sigismond ; après l'assassinat de ce dernier, en 1440, la Lituanie revient au fils de Jagellon, Casimir, qui devient roi de Pologne en 1445. Désormais, ses successeurs porteront les deux couronnes. Depuis 1386, les Lituaniens se sont progressivement convertis au catholicisme. Au xve s., le grand-duché a quitté ses frontières historiques et s'étend de la Baltique à la mer Noire. Il domine tout le bassin du Dniepr, habité par des populations russes et tatares, mais il est stoppé au sud par la conquête turque qui ne lui laisse qu'une souveraineté nominale sur les rivages méridionaux.

1.2. L’Union de Lublin

Sous la pression des tsars moscovites, qui cherchent à détacher les principautés et les villes russes de la domination lituanienne, l'Union de Lublin (1569) soude la Pologne et la Lituanie dans un même organisme étatique, mais maintient la personnalité du grand-duché dans un certain nombre de domaines, tout en réduisant son territoire au sud. Trois ans après, le dernier Jagellon disparaît, le trône devient électif, et la Lituanie partage le sort de la Pologne. La noblesse se polonise rapidement.

2. De la domination russe puis soviétique à l'indépendance

Les partages du xviiie siècle donnent à la Russie la Lituanie entière, à l'exception du district de Białystok, qui passe à la Prusse et que celle-ci rétrocède à la Russie en 1807. Dépolonisée, la Lituanie connaît alors un réveil national et linguistique, où Jonas Basanavičius joue un rôle déterminant.

En 1905, les Lituaniens obtiennent l'enseignement de leur langue. Conquise en 1915 par les Allemands, la Lituanie proclame la république en novembre 1918. Elle est reconnue par l'URSS, qui lui cède Vilnius en juillet 1920, mais le 9 octobre les Polonais s'en emparent. La nouvelle capitale est établie à Kaunas.

En janvier 1923, les forces lituaniennes prennent Memel. Malgré le vote d'une constitution démocratique, un régime autoritaire est institué par le coup d'État d'Augustinas Voldemaras (17 décembre 1926). Le président de la République Antanas Smetona le chasse du pouvoir en 1929.

Après le pacte germano-soviétique et l'écrasement de la Pologne, la Lituanie se voit restituer Vilnius.

2.1. La RSS de Lituanie

Envahie par les Soviétiques en juin 1940, elle devient le 21 juillet une république soviétique, réunie à l'URSS le 3 août. Occupée par les Allemands de 1941 à 1944, elle redevient république socialiste. La résistance à la soviétisation est durement réprimée en 1948-1949 (déportation de 400 000 personnes). L'affirmation de l'identité nationale se cristallise autour de la défense de l'Église catholique.

Avec le lancement de la perestroïka par Mikhaïl Gorbatchev en 1985, les anciennes aspirations nationales lituaniennes connaissent un regain d'expression. La pression de Moscou se desserrant, les sentiments démocratiques et nationaux se diffusent rapidement dans la société.

2.2. La première république soviétique à proclamer son indépendance

En 1988, un mouvement favorable à la perestroïka, Sajudis (en lituanien « mouvement »), voit le jour. Animé par un intellectuel, le musicologue Vytautas Landsbergis, il entame une longue et parfois sanglante confrontation avec l'URSS. V. Landsbergis est élu président du Parlement lors des premières élections législatives libres du 24 février 1990. La restauration de l'indépendance est proclamée sous occupation soviétique le 11 mars 1990. Un an plus tard, le pays sort vainqueur du bras de fer lituano-soviétique après le putsch de Moscou d'août 1991, qui entraîne l'effondrement de l'URSS et permet la libération nationale de la Lituanie, dont l'indépendance est officiellement reconnue en septembre.

3. La renaissance d'une Lituanie indépendante

Pendant la première année qui suit l'indépendance retrouvée, la société lituanienne, confrontée à la désorganisation et à la pénurie, tente avec peine de se reconstruire, sous la direction de V. Landsbergis, toujours président du Parlement. Mais, dans ces temps confus et incertains de l'immédiat postcommunisme, le pouvoir s'use vite, et ce sont les travaillistes (ex-communistes, parti démocratique du Travail) qui remportent les élections législatives du 25 octobre 1992. Leur leader, Algirdas Brazauskas, ancien secrétaire général du parti communiste lituanien, est élu à la présidence de la République le 15 février 1993. Les travaillistes sont des pragmatistes, et leur arrivée au pouvoir ne marque pas de rupture par rapport à la période précédente.

Premier des trois États baltes à obtenir le retrait des troupes russes du territoire national, le 31 août 1993, la Lituanie, par l'intermédiaire de son président, s'efforce de nouer des liens amicaux avec la Pologne et de normaliser les relations frontalières avec la Biélorussie et la Russie (notamment le transit vers l'enclave russe de Kaliningrad). Ce souci d'insertion régionale n'empêche pas Vilnius d'opérer un rapprochement marqué avec l'Occident (adhésion au Conseil de l'Europe le 14 mai 1993) ni de consolider la coopération baltique.

4. La gestation d'une société civile moderne

Les succès de la politique extérieure sont cependant quelque peu ternis par une situation politique et économique interne de plus en plus marquée par la corruption. En dépit de l'immaturité économique de la société, les investissements étrangers se sont régulièrement développés, et la rentabilité du système fiscal (l'un des traditionnels points noirs) s'est améliorée.

Au plan politique, chauvinisme et populisme progressent, ce qui se traduit électoralement par une poussée des partis conservateurs « classiques », puis par l'apparition, à la droite de ceux-ci, d'un certain nombre de groupuscules activistes (surtout basés à Kaunas, l'ancienne capitale provisoire d'avant-guerre). Cependant, l'évolution favorable du niveau de vie et l'optimisme retrouvé de l'opinion publique, amorcés au printemps 1995, rendent leur impact moins sensible. De nombreux signes témoignent dorénavant du dynamisme de l'économie (5 % de croissance par an, avec un chômage maintenu à 6 %), et la perspective de l'adhésion à l'Union européenne modifie rapidement les mentalités.

Aux élections législatives du 20 octobre 1996, les conservateurs (Union de la patrie, fondée par l'aile droite du Sajudis) l'emportent avec 70 sièges, suivis de l'Union chrétienne démocrate (16 sièges) et de l'Union du centre (13 sièges) et reviennent au pouvoir. La politique à la fois prudente et raisonnable du Premier ministre, Gediminas Vagnorius, accompagne dès lors la croissance et prépare le pays aux échéances européennes.

Élu le 4 janvier 1998 à la tête de l'État, le conservateur Valdas Adamkus obtient en mai 1999 la démission du gouvernement Vagnorius, auquel succède, Rolandas Paksas, puis, en novembre 1999, Andrius Kubilius. En politique étrangère, V. Adamkus, poursuivant la ligne de son prédécesseur, recherche l'adhésion de son pays à l'Union européenne puis à l'OTAN. En matière d'ordre et de libertés publiques, la lutte contre la mafia et les fraudes, notamment, connaît de sensibles avancées. Les résultats restent modestes, mais la volonté politique est présente, comme en atteste l'arrestation d'un certain nombre de mafieux notoires. Cependant, malgré la confiance retrouvée, cette évolution favorable est contrariée par la grave crise qui frappe en 1998 la Russie, premier fournisseur économique du pays.

Déplorant une dégradation de leurs conditions de vie, les Lituaniens aspirent désormais au changement et choisissent, lors des élections législatives d'octobre 2000, de soutenir la coalition de centre gauche (32 %), menée par l'ex-président A. Brazauskas, aux dépens du parti conservateur, l'Union de la patrie, au pouvoir (8 %). Cependant, à la suite d'une alliance conclue entre l'Union libérale, arrivée en deuxième position, et la Nouvelle Union (parti social libéral créé en 1998 sous la direction d'Artūras Paulauskas), arrivée en troisième position, R. Paksas, également maire de Vilnius, prend la tête de cette fragile coalition.

5. L'intégration euro-atlantique

La Lituanie adhère à l'OTAN en mars 2004 puis à l'UE en mai. En décembre 2007, elle intègre l'espace Schengen. Ces nouvelles alliances se traduisent par la participation de la Lituanie à la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD) et aux différentes opérations de l'Alliance atlantique : ALTHEA en Bosnie-Herzégovine (décembre 2004), KFOR au Kosovo, ISAF en Afghanistan. Le pays doit concilier cet engagement euro-atlantique et la politique de bon voisinage avec la Russie qui joue un rôle commercial essentiel et veut faire de son enclave de Kaliningrad à la fois un territoire stratégique et une zone économique spéciale, ouverte sur l'Europe. Mais comme en témoigne l'opposition de Vilnius à la reprise des pourparlers entre l'UE et la Russie en raison de l'intervention russe en Géorgie (août 2008), les relations russo-lituaniennes ne sont pas exemptes de méfiance et de tensions. La question énergétique en est l'un des enjeux déterminants : soucieuse d'éviter de tomber sous la dépendance de Moscou, la Lituanie – qui s'est engagée à démanteler sa centrale nucléaire d'Ignalina, une exigence de l'UE – doit ainsi diversifier ses partenariats et ses sources d'énergie. Sur le plan régional, la diplomatie lituanienne est très active, notamment en direction de l'Ukraine, dont elle appuie les ambitions européennes.

6. Recomposition politique et instabilité gouvernementale

Au début des années 2000, les forces politiques lituaniennes poursuivent leur recomposition, donnant lieu à des scissions, des fusions ou à la création de nouveaux partis. Ce qui pourrait être le signe d'une grande vitalité démocratique, a ses revers : un brouillage idéologique, l'absence de majorités claires au Parlement, l'instabilité gouvernementale et un taux d'abstention qui a fortement progressé depuis les années 1990.

6.1. L’affirmation du parti du Travail

Après l'éclatement de la coalition au pouvoir, la formation d'un nouveau gouvernement par A. Brazauskas (juin 2001) puis la destitution du président de la République R. Paksas (élu en décembre 2002) en raison de ses liens supposés avec la mafia russe (avril 2004), l'élection présidentielle anticipée et les premières élections européennes ont lieu en juin 2004 et sont suivies des élections législatives en octobre. Candidat indépendant, l'ex-président V. Adamkus est élu à la tête de l'État avec plus de 52 % des voix mais c'est un parti à tendance populiste, le parti du Travail, créé en 2003 par un homme d'affaires d'origine russe, Viktoras Uspaskich, qui arrive en tête du scrutin européen avec plus de 30 % des voix, ainsi que des élections législatives avec 39 sièges devant la coalition « Travailler pour la Lituanie » (formée des sociaux-libéraux et des sociaux-démocrates, 31 sièges) conduite par A. Paulauskas et A. Brazauskas.

Ce dernier est reconduit dans ses fonctions à la tête d'un gouvernement de coalition de centre gauche (partis du Travail, social-démocrate, social-libéral, paysan) avant l'apparition de nouvelles dissensions et l'éclatement de la coalition en juin 2006.

6.2. Le gouvernement face à la crise de 2008-2009

Après le gouvernement minoritaire de Gediminas Kirkilas, les élections législatives d'octobre 2008, qui mobilisent légèrement plus d'électeurs qu'en 2004 (48 % contre 46 %), se soldent par le retour au pouvoir des conservateurs de l'Union de la Patrie (45 sièges sur 141) mais, tandis que le parti du Travail perd plus de la moitié de ses sièges à la suite de défections, un « parti de la Résurrection nationale », formé à la veille de ce scrutin et emmené par Arunas Valinskas, producteur et animateur de télévision, crée la surprise en arrivant en troisième position avec 16 sièges derrière les sociaux-démocrates (25 sièges).

Après la signature d'un programme commun pour lutter contre la crise économique et financière, A. Kubilius, chef de l'Union de la Patrie (qui a fusionné avec le parti chrétien-démocrate), forme un gouvernement de coalition de centre droit avec cette nouvelle formation et deux partis libéraux, qui est investi par le Parlement le 9 décembre. Le 17 mai 2009, Dalia Grybauskaitė, candidate indépendante – soutenue par l'Union de la patrie et les libéraux –, est élue présidente de la République. Avec plus de 69 % des voix, cette ancienne ministre des Finances et commissaire européenne au Budget depuis 2004, l'emporte haut la main dès le premier tour face à six autres candidats dont le social-démocrate Algirdas Butkevičius.

6.3. Vers l’intégration dans la zone euro

Ce dernier s’impose cependant après les élections législatives d’octobre 2012, organisées après une sévère politique d’austérité marquée par une importante réduction du déficit budgétaire. Arrivés en tête du scrutin avec 37 sièges devant les conservateurs, les sociaux-démocrates doivent cependant composer avec les deux formations populistes de gauche et de droite, le parti du Travail qui fait un retour en force avec 29 sièges, et Ordre et Justice, parvenus respectivement à la troisième et à la quatrième places. Malgré l’opposition de la présidente à une participation du parti du Travail, A. Butkevičius forme un gouvernement de coalition avec ces nouveaux alliés et l’Action électorale polonaise de Lituanie, qui obtient la confiance du Parlement le 13 décembre.

En mai 2014, alors que la crise russo-ukrainienne inquiète fortement les Lituaniens, D. Grybauskaitė, affichant depuis peu une grande fermeté à l’égard de la Russie, est réélue à la présidence de la République avec près de 58 % des voix au second tour de scrutin face au candidat social-démocrate Zigmantas Balčytis. Par ailleurs, l’organisation simultanée des élections européennes contribue à la hausse du taux de participation qui bondit ainsi de 20,9 % à 44,9 %, une tendance qui ne s’observe pas dans les deux autres États baltes. Au coude à coude avec environ 17 % des voix pour chacun de leurs partis, les conservateurs, les sociaux-démocrates et les libéraux arrivent en tête du scrutin devant Ordre et Justice (14,2 %) et le parti du Travail (12,8 %).

Ayant poursuivi dans la voie de la discipline budgétaire et connu un redressement économique remarquable après la forte récession de 2009 (− 14,8 % ) avec une croissance de 6 % en 2011 et plus de 3 % en 2012-2014, la Lituanie entre dans la zone euro le 1er janvier 2015. Malgré une tendance à la baisse, le chômage et la pauvreté se maintiennent cependant à des niveaux élevés.

Après celles de l’Estonie en 2011 et de la Lettonie en 2014, cette adhésion est la dernière étape de l’intégration des républiques baltes au sein de l’UE.