En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Massif armoricain

Unité géologique formée de terrains cristallins et paléozoïques, qui s'étend sur l'ouest de la France, en Bretagne, en Vendée, dans l'Anjou et le bas Maine et dans la Normandie occidentale, culminant à 417 m à la forêt d'Écouves et au signal des Avaloirs.

La plus grande partie du Massif armoricain est formée de schistes cristallins qui appartiennent au précambrien. Mais des sédiments primaires s'échelonnant du cambrien au carbonifère ont été conservés dans des synclinaux et apparaissent aujourd'hui sous forme de rubans parfois étroits. D'autre part, de nombreux gneiss, résultant d'un métamorphisme accusé, ont pu se former jusqu'au carbonifère. La direction (dite armoricaine) des plis, de l'O.-N.-O. à l'E.-S.-E., est prédominante.

Réduit à plusieurs reprises par l'érosion à l'état de pénéplaine, après l'édification de la chaîne hercynienne et au début du cénozoïque en particulier, le Massif armoricain présente aujourd'hui des reliefs peu marqués, molles collines et surfaces planes souvent monotones ; les altitudes ne se relèvent que dans certaines régions formées de roches dures (granites, grès), ou affectées de mouvements tectoniques à une époque relativement récente, qui ont abouti à des soulèvements de blocs encadrés de failles : en Bretagne occidentale, on distingue ainsi deux lignes de hauteurs qui encadrent une région déprimée correspondant au bassin de Châteaulin : au N., les monts d'Arrée, qui atteignent 384 m, se prolongent dans les landes du Mené ; au S., la Montagne noire dépasse également 300 m. Entre la baie du Mont-Saint-Michel et la région de l'embouchure de la Loire, le relief s'abaisse de part et d'autre de la Vilaine et du bassin de Rennes, où ont été conservés des sédiments tertiaires. Il ne reprend une certaine vigueur que dans le S.-E., dans le bloc granitique de Vendée (285 m au mont Mercure, dans la Gâtine vendéenne), et surtout à l'E., dans le pittoresque Bocage normand, qui a été fortement affecté par les dislocations tertiaires et qui atteint 417 m sur ses confins, à la forêt d'Écouves et au signal des Avaloirs.