En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

perspective

Ligne et points de fuite
Ligne et points de fuite

Art, technique de la représentation en deux dimensions, sur une surface plane, des objets en trois dimensions tels qu'ils apparaissent vus à une certaine distance et dans une position donnée.

MATHÉMATIQUES

Dans l'espace affine euclidien, on distingue deux cas.
1° Le pôle, appelé point de vue, est à l'infini. C'est le cas le plus fréquent dans les manuels pour les figures de géométrie dans l'espace, le plan qui les contient étant d'ordinaire appelé tableau.
2° Le pôle est à distance finie. Les droites parallèles convergent vers un même point du tableau (point de fuite), et les propriétés métriques et affines sont altérées.

BEAUX-ARTS, DESSIN ET PERSPECTIVE

Tout au long de l'histoire de l'art, peintres et dessinateurs ont tenté de représenter leur perception de l'espace et, donc, de donner l’illusion d’une troisième dimension sur un support à deux dimensions.

Premières tentatives

Chaque période, depuis la plus haute antiquité, possède sa propre méthode d'organisation spatiale. La peinture de l’Égypte antique propose des bandes superposées et la peinture romaine des raccourcis et des architectures illusionnistes, tandis qu’en Inde un espace éclaté et métaphysique est figuré sur les parois des grottes d'Ajanta ou qu’en Chine certaines compositions proposent des perspectives à vol d'oiseau dans lesquelles l'observateur est situé très haut par rapport au paysage représenté. Tous ces procédés montrent comme il est difficile de rendre la troisième dimension de la réalité physique.

La perspective au Moyen Âge

Le monde médiéval, pour sa part, utilise fréquemment la solution orientale de la perspective dite « inversée ». Dans ce système de figuration, les lignes, en s'éloignant de l'œil, divergent au lieu de converger. Objets et figures secondaires ne rapetissent pas par rapport à l'œil du spectateur, mais en fonction du personnage central de la composition. Celui-ci est une figure religieuse vénérée et c'est sa vision, donc sa perspective qui importe et non celle de la personne qui contemple. Dans la peinture médiévale se rencontre également, hérité de l'Antiquité, le système à plusieurs points de fuite, formule qui sera encore longtemps utilisée par la suite.

La Renaissance

La Renaissance engendre un nouvel humanisme. À l'ordre divin succède un ordre terrestre où l'homme devint la mesure de toutes choses. L'apparition de la perspective géométrique linéaire, « classique » ou centrale – tentative anthropocentrique de prendre possession de l'espace – est probablement plus d'ordre spirituel que scientifique.

La perspective classique

Cette solution rationnelle, qui s'accordera à l'esthétique classique et se révélera l'une des plus satisfaisantes pour l'esprit moderne, s'organise à partir de l'œil du spectateur. Celui-ci est placé en un point fixe, nommé point de vue, ou centre de projection. Il contemple des objets ou des figures situés sur une surface où l'illusion de la profondeur est donnée par la diminution de la taille des objets et la convergence de lignes qui vont en se rapprochant (elles sont parallèles dans la nature) pour se rejoindre en un point de fuite situé sur la ligne d'horizon. Avec cette formule, les êtres et les choses se situent dans un espace qui se veut comparable à l'espace réel tel qu'il se présente à un observateur.

Vocabulaire spécifique

Le regard du spectateur peut être figuré par une pyramide, dite pyramide visuelle. La base de cette pyramide correspond, pour le dessinateur ou le spectateur, au plan figuratif, c'est-à-dire au dessin ou au tableau ; sa hauteur, ligne virtuelle issue du sommet, c'est-à-dire du point de vue, est dite rayon visuel principal. La ligne horizontale, virtuelle également, qui est perpendiculaire au rayon visuel sur le tableau, est la ligne d'horizon. Le point de vue et le rayon visuel principal déterminent la localisation sur la ligne d'horizon du point de fuite principal et des points de distance. Le bord inférieur du tableau est dit ligne de terre. Lorsque le point de vue est situé à une distance finie du tableau, la perspective est dite centrale. Dans le cas où il est rejeté à l'infini, on parle de perspective cavalière.

Concrétisation dans les arts

À Florence, au début du Quattrocento (1417 environ), Brunelleschi invente un appareil optique (connu par un texte de Vasari) qui ouvre la voie à une nouvelle représentation du monde codifiée par le De pictura d'Alberti (1436). C'est Masaccio qui, parmi les premiers, utilise cette nouvelle vision dans la fresque de la Trinité (vers 1427, église Sainte-Marie-Nouvelle, Florence).

Développements ultérieurs

La perspective classique l'emporte durant quatre siècles dans la peinture occidentale, jusqu'à ce que, ébranlée par les impressionnistes à la fin du xixe s., puis déformée par Cézanne, elle ne régisse plus que de loin la représentation figurative et débouche, dans l'art moderne, sur le problème plus général du sentiment de l'espace, nié ou recherché.

Au cours de l’histoire la question de la perspective inspire des ouvrages à de nombreuses personnalités parmi lesquelles on peut citer Piero della Francesca, Léonard de Vinci, Dürer, Serlio, Vignole ou encore Panofsky.