En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

empire du Mali

Empire mandingue, dont le noyau initial semble avoir été la région de Bamako dans la vallée du Niger : le Mandé.

1. Origines

Le nom est mentionné pour la première fois en 1050 à propos d'un pèlerinage à La Mecque du souverain régnant (premier converti à l'islam ?). Mais c'est au xiiie siècle que le Mali s'impose véritablement avec Soundiata Keita, dernier des douze enfants royaux qui ont péri successivement sous les coups du roi de Sosso, Soumangourou Kanté, venant d'abattre l'empire du Ghana.

Soundiata parvient à vaincre ce dernier en 1235, à la bataille de Kirina. En quelques années, il s'assure la possession du Ghana et des royaumes voisins, sans doute de l'Océan à la zone d'inondation du Niger. La conquête militaire, où les sociétés de chasseurs ont joué un grand rôle, s'accompagne d'une diaspora au milieu de populations qui ne sont pas d'origine mandingue. De cette époque date la fondation de la capitale, dont on croit pouvoir identifier le site avec celui de Niani sur le Sankarini (en Guinée).

2. L'apogée

Soundiata meurt en 1255, et ses successeurs poursuivent la formation territoriale de l'empire. Le règne de Mansa Moussa, dit Kankan Moussa (vers 1312-1337), en marque l'apogée, de Dakar à Gao et du Sahel aux abords de la forêt, sans toutefois inclure le bassin des Volta. Son nom dépasse l'Afrique de l'Ouest à l'occasion du pèlerinage qu'il effectue à La Mecque et au cours duquel il distribue une grande quantité d'or. Les provinces paient tribut ; celles qui n'ont pas d'organisation politique sont sous administration directe. Le commerce avec les pays méditerranéens, alimenté par l'exploitation de l'or, assure la richesse du Mali.

3. Le déclin

Le déclin suit cependant assez rapidement. Mis à part Souleymane et Moussa II, les souverains qui se succèdent ont peu d'envergure, et l'anarchie s'installe. Par ailleurs, la situation devient difficile aux frontières avec les Mossis au sud-est, qui attaquent Tombouctou en 1337 et exercent leur pression tout au long du xve siècle, alors que les Touareg s'agitent aussi jusqu'à s'emparer de Tombouctou en 1435. Mais à l'est, depuis Gao, se développe l'Empire songhaï, qui ne cessera de progresser en amont du Niger jusqu'à piller la capitale du Mali en 1545.

Les Peuls du Fouta-Djalon aident aussi au démembrement, suivis par les Bambaras de Ségou. Aussi l'empire s'effrite-t-il, même si sa face occidentale le long de la Gambie continue à tenir bon. Au xviie siècle, il sera réduit à son noyau originel, autour de Kangaba.

Pour en savoir plus, voir l'article Mali : histoire.