En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Macina ou Massina

Région du Mali correspondant au delta intérieur du Niger.

Au début du xve siècle, le représentant de l'empereur du Mali dans le delta intérieur du Niger permet à des Peuls qui viennent du Hodh de s'installer dans le Macina, peuplé de pêcheurs bozos, de cultivateurs mandingues et de nomades touareg. De la tutelle du Mali, le Macina passe sous celle de l'Empire songhaï de Gao.

À la fin du xvie siècle, bien que n'exerçant pas de contrôle politique et vivant en clans séparés (Diallos et Baris), les Peuls semblent être devenus prépondérants. Par ailleurs, ils subissent, plus ou moins, et successivement, l'influence politique de Tombouctou, des Touareg et du royaume bambara de Ségou.

À partir de la seconde moitié du xviie siècle, des groupements peuls du Macina émigrent vers le Fouta-Djalon, puis au xviiie siècle vers le pays mossi, le Liptako et la région d'Ansongo, mais sur place l'ensemble de la communauté continue de s'accroître.

Amadou Lobbo (1775/76-1844) [connu plus tard sous le nom de Cheikhou Amadou] prépare la guerre sainte, ou djihad, à partir de 1816. En 1818, il remporte la bataille de Noukouma contre les Bambaras et leurs alliés, les ardo, chefs traditionnels du Macina, identifiant l'indépendance peule avec l'islam. Il fonde sa capitale à Hamdallahi en 1821 et organise solidement l'État, administré avec rigueur par un Conseil des Quarante, représenté dans les cinq provinces, entreprenant la sédentarisation des habitants, tandis qu'une force militaire protège les terrains de parcours du bétail contre les incursions touareg ou bambaras. Il s'assure aussi la possession du centre prestigieux de Tombouctou. Son fils Amadou Cheikhou poursuit son œuvre (1844-1853), mais son petit-fils, battu en 1862 sur le Bani par le conquérant toucouleur El-Hadj Omar, est décapité. Cependant, les Peuls se révoltent, et, à sa mort, en 1864, El-Hadj Omar laisse à son neveu Tidiani une situation difficile jusqu'à l'arrivée de la colonne Archinard en 1893.

Pour en savoir plus, voir les articles Empire songhaï, Mali : histoire.