En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

DictionnaireMaj Français

Dictionnaire français-anglaisDictionnaire français-espagnolDictionnaire français-allemandDictionnaire français-italienDictionnaire français-arabeDictionnaire français-chinois

Correcteur

Un correcteur d'orthographe et de grammaire gratuit pour corriger tous vos textes

Je teste

Forum

Aucun sujet n'est lié à cet article. Soyez le premier à réagir.

Poser une question

Mots proches


Accords et difficultés de peine

 peine

nom féminin

(latin poena, du grec poinê)



Orthographe
  1. À grand-peine, avec un trait d'union.
  2. Sans peine, sans trait d'union. 3. Mots apparentés à peine : pénible et péniblement s'écrivent pé- et non pei- (contrairement à peiner), ainsi que pénal (du latin pœnalis) et ses dérivés pénalement, pénalisant, pénalisation, pénaliser, pénaliste, pénalité.

Construction
  1. À peine en tête de phrase : le sujet se place le plus souvent après le verbe si c'est un pronom personnel (à peine fut-elle arrivée que....) ; il est généralement repris par un pronom personnel placé après le verbe si c'est un nom (à peine la jeune femme fut-elle arrivée que....).
  2. Avoir peine à / avoir de la peine à. Ne pas confondre ces deux expressions.

    Avoir peine à = éprouver de la répugnance à. Il a peine à accepter de telles conditions de travail.

    Avoir de la peine à = éprouver de la difficulté à. Il a de la peine à se déplacer.
  3. Être en peine de (+ infinitif) / être en peine de (+ substantif). Ne pas confondre les deux constructions.

    Être en peine de (+ infinitif) = éprouver de la difficulté à. J'étais bien en peine de lui répondre.

    Être en peine de (+ substantif) = manquer de (souvent employé en tournure négative : n'être pas en peine de). C'est un homme qui n'est jamais en peine de bonnes fortunes.
  4. C'est à peine si (+ indicatif), marquant la restriction (= très peu, pour ainsi dire pas). C'est à peine s'il dîne = il ne dîne pour ainsi dire pas.
  5. Cela vaut la peine de, ce n'est pas la peine de (+ infinitif) / cela vaut la peine que, ce n'est pas la peine que (+ subjonctif) : les deux tours sont également corrects, mais le subjonctif est plus précis que l'infinitif puisqu'il mentionne le sujet de l'action.
  6. Sous peine de (+ substantif ou infinitif passif) / sous peine que (+ subjonctif). La construction avec substantif est la plus fréquente : défense d'entrer sous peine de poursuites. Les constructions avec l'infinitif passif ou le subjonctif, correctes mais lourdes, sont plus rares : défense est faite à quiconque d'entrer, sous peine d'être poursuivi ; gardez-vous d'entrer, sous peine qu'on (ne) vous poursuive.