En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

DictionnaireMaj Français

Dictionnaire français-anglaisDictionnaire français-espagnolDictionnaire français-allemandDictionnaire français-italienDictionnaire français-arabeDictionnaire français-chinois

Correcteur

Un correcteur d'orthographe et de grammaire gratuit pour corriger tous vos textes

Je teste

Forum

Aucun sujet n'est lié à cet article. Soyez le premier à réagir.

Poser une question

Mots proches

Citations avec comédie

  comédie

nom féminin

(latin comoedia, du grec kômôidia, comédie)



  • Paul Bourget (Amiens 1852-Paris 1935)
    Académie fran¸aise, 1894
    Il est rare qu'un homme soit lancé dans la bataille des idées sans vite devenir le comédien de ses premières sincérités.
    Le Disciple , Plon
  • Denis Diderot (Langres 1713-Paris 1784)
    Oh ! que ce monde-ci serait une bonne comédie si l'on n'y faisait pas un rôle.
    Lettres, à Sophie Volland
  • Jean de La Fontaine (Château-Thierry 1621-Paris 1695)
    [ ] Faisant de cet ouvrage
    Une ample comédie à cent actes divers,
    Et dont la scène est l'Univers.

    Fables, le Bûcheron et Mercure
  • Blaise Pascal (Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662)
    Le dernier acte est sanglant, quelque belle que soit la comédie en tout le reste : on jette enfin de la terre sur la tête, et en voilà pour jamais.
    Pensées, 210
    Commentaire
    Chaque citation des Pensées
    porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg - laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue - le fragment d'où la citation est tirée.
  • Jean-Baptiste Santeul (Paris 1630-Dijon 1697)
    [La comédie] corrige les murs en riant.
    Castigat ridendo mores.
    Commentaire
    Devise de la comédie imaginée par le poète Santeul, et donnée à l'arlequin Dominique pour qu'il la mît sur la toile de son théâtre.