mythe

nom masculin

(grec muthos, récit)

Définitions de mythe


  • Récit mettant en scène des êtres surnaturels, des actions imaginaires, des fantasmes collectifs, etc.
  • Allégorie philosophique (par exemple le mythe de la caverne).
  • Personnage imaginaire dont plusieurs traits correspondent à un idéal humain, un modèle exemplaire (par exemple Don Juan).
  • Ensemble de croyances, de représentations idéalisées autour d'un personnage, d'un phénomène, d'un événement historique, d'une technique et qui leur donnent une force, une importance particulières : Le mythe napoléonien. Le mythe de l'argent.
  • Ce qui est imaginaire, dénué de valeur et de réalité : La justice, la liberté, autant de mythes.

Synonymes de mythe


Récit mettant en scène des êtres surnaturels, des actions...

Synonymes :

Allégorie philosophique (par exemple le mythe de la caverne)..

Synonyme :

Ce qui est imaginaire, dénué de valeur et de réalité.

Synonymes :

Homonymes de mythe


  • mite nom féminin
  • mîtes forme conjuguée du verbe mettre

Citations avec mythe


  • Claude Aveline (Paris 1901-Paris 1992)
    C'est une mission de l'intellectuel que d'empêcher la métamorphose d'un moyen politique en article de foi, en mythe.
    Les Devoirs de l'esprit, Grasset
  • Mircea Eliade (Bucarest 1907-Chicago 1986)
    On ne devient homme véritable qu'en se conformant à l'enseignement des mythes, en imitant les dieux.
    Le Sacré et le profane, Gallimard
  • Valery Larbaud (Vichy 1881-Vichy 1957)
    Et si le mythe c'était la vérité ?
    A. O. Barnabooth, Journal intime , Gallimard
  • Claude Lévi-Strauss (Bruxelles 1908-Paris 2009)
    Les mythes signifient l'esprit qui les élabore au moyen du monde dont il fait lui-même partie.
    Le Cru et le cuit, Plon
  • Claude Lévi-Strauss (Bruxelles 1908-Paris 2009)
    Nous ne prétendons donc pas montrer comment les hommes pensent dans les mythes, mais comment les mythes se pensent dans les hommes, et à leur insu.
    Le Cru et le cuit, Plon
  • Stéphane Mallarmé (Paris 1842-Valvins, Seine-et-Marne, 1898)
    Jouir comme la foule du mythe inclus dans toute banalité, quel repos […].
    Poèmes en prose, Un spectacle interrompu

Mots proches

Comment doit-on écrire le mot « para[l]é[l]épipède » ?